klorane0.jpg

Je fais partie de ces gens complètement obsédés par le volume.
Faut de la jupe bouffante sur les podiums, des boucles qui font des loopings démesurés, des chaussures compensées, des dessins 3D foisonnants, du moelleux trois étages dans un gâteau, de l'opulence.

Et parmi tout ça, il y a le problème épineux de la racine qui dit merde (oui, je sais, ça tranche).
Dans la vie, la vraie, mes cheveux se la jouent plutôt saule pleureur que baobab fringant; dès lors, depuis que je suis ado, j'ai le réflexe de secouer le pommier pour essayer de gagner quelques millimètres à la base, retrouver une coiffure de lionne en un coup de "tête en bas, tête en haut, je suis parée".

Tu parles.

 

J'ai toujours été fascinée par les coiffures comme celle de Charlotte Tilbury ou Bardot, ce genre de choucroute qui remplace un chapeau, les font passer pour des lionnes à la crinière sauvage, mraaaaw.

 

 

Le grand problème

 

En réalité, j'ai un peu de volume dans ma perruque les deux trois premiers jours. Sauf que passé ce laps de temps, je me rabats sur un lissage en bonne et due forme avec mon steampod, et qui dit capillaire lisse baguette dit perte de densité à tous les étages.

Je connaissais déjà l'univers des shampoings secs, vu qu'il y a quelques années, j'avais acheté un spray de la marque Syoss quand les marques ne développaient pas encore trop ce marché. Dès le premier essai, j'avais déchanté : power du parmesan, cheveux grisés jusqu'à la moelle, quelle que soit la technique employée, que j'en mette moins ou plus n'y changeait rien, je me voyais dans le miroir comme une cinquantenaire qui commence à avoir ses premiers cheveux blancs.

Un bon coup de vieux dans la tronche.

 

Du coup, j'avais abandonné l'idée, je me voyais mal passer trois heures à rattraper le carnage, le coup du "vite fait bien fait" de la pub devenait une vraie galère de salle de bains.

 

 

Le test du shampoing Klorane teinté (spéciale brunes)(enfin, teinte nude)

 

klorane3.jpg

 

A sa sortie, Klorane m'a envoyé un petit spray tout mignon, le nouveau shampoing sec de la gamme, un spécial pour les brunes (tu vois hein, qu'on compte pas pour des burnes).

Faut savoir qu'étant donné mon haut niveau de débutante dans le domaine, si ça ne marche pas du premier coup, je n'y pense pas à deux fois : c'est cadeau pour une amie, pour le chien après une sortie sous la pluie (oh ça va, humour), ou pour faire un tag nude sur le mur de ma chambre. Les produits qui sont censés me faire gagner du temps SE DOIVENT de fonctionner dès le premier essai.

ESSAI 1 : je lis attentivement la notice :: "vaporiser à 30 cm, laisser agir 2 minutes, brosser". OKAY, le Caribou est content, se place devant le miroir et fais tout ce que dit la madame du mode d'emploi.

Wait wait, puis brossage tête en bas pour ENCORE PLUS DE VOLUME. Ben dis donc, une fois que je me suis remise dans le bon sens, la coupe de Jackson Five pouvait aller se rhabiller, j'avais le style et l'allure d'un mouton électrifié (dans le bon sens du terme)(si tant est qu'il y en ai un). Bref, je n'aurais pas du me peigner les cheveux bouclés, encore moins upside down, mais je voyais déjà clairement un mieux au niveau du cuir chevelu.


ESSAI 2 : baby wombat prend de l'assurance, attend d'arriver à J+4, perruque limite pour sortir en société. Cette fois, mes cheveux sont lisses, donc je crains moins "l'hypervolumie", je me concentre vraiment sur le crâne, le spray n'épargne aucune zone qui commence à graisser (surtout derrière les oreilles, vive les trajets à vélo), je wait wait, brosse ma tignasse, et là, je suis contente.
Non seulement ça ne laisse pas un effet "kikoo j'ai 26 ans mais je bats ma mère niveau pwal blanc sur le caillou", j'ai du volume comme il faut en racine, et qui ne retombe pas. WHAT ELSE.
Cerise sur la coquillette, ça sent bon ! 


klorane2.jpg     

J+4 lissage steampod : haut sans spray klorane, bas avec spray klorane

 

Bon, de mon point de vue, je ne pense pas devenir une "adepte du shampoing sec". Je sais qu'il y a des sectes qui organisent des spray party, avec dry shampoo à volonté, je fais plutôt partie des gens qui sont contents de filer le plus vite possible sous la douche pour un wash wash de folie.


Clairement, il s'agit d'un très bon produit dont le seul "bémol" est de VRAIMENT texturiser le cheveux (on le sent un chouilla sous les doigts tout en restant invisible à l'oeil). Mais sinon :

  • il ne colore pas les cheveux en blanc (hantise de la brunette)
  • fait gagner un jour sans soucis (et t'évite le dilemme du "je mange mon croissant ou je file me laver la perruque pour plaire à Hubert ? Bourdoul j'ai pas le temps pour les deux !") 
  • sent bon sans cocoter : pas mal vu qu'après plusieurs jours on peut avoir capté toutes les odeurs du quartier sous son casque capillaire
  • a un format fancy
  • une compo typique de ce genre de produit, mais bien foutue : de l'avoine, pas de parabens ni de silicones
  • et ne me gratte pas le cuir chevelu, ce qui m'arrivait avec le Syoss

 

Il ne sera jamais un can't live without pour moi (rapport à la théorie du "je préfère filer sous la douche fissa"), juste un chouette truc à avoir sous la main en cas d'extrême urgence pour gagner un peu en volume les jours où ma coiffure est un peu raplapla. 

 

Une petite aide ponctuelle, donc, qui va bien aux brunes pour rester impeccable entre deux shampoings et qui sera plus qu'adaptée à votre style de vie si le shampoing sec fait partie de votre routine capillaire hebdomadaire.

Offert par la marque, 10 euros en moyenne pour 150ml

 

 

CONCOURS

 

A l'occasion de sa sortie, cinq personnes vont pouvoir GAGNER UN AN de soins et un sac Klorane.

Et comme super CADEAU, la Blogueuse qui remportera le plus de votes permettra à une de ses lectrices de repartir avec un cadeau d'exception :

Une nuitée dans une suite junior de l'hôtel West In Place Vendôme, un brunch le lendemain au dôme du marais et un relooking coiffure l'après-midi au salon le 58.

klorane-22.jpg  

Pour faire partie du tirage au sort, il vous suffit de suivre le lien (sur image ou ICI), et de voter pour moi ou une des 5 autres nanas du tableau.

Que la chance soit avec vous, les baby wombats, c'est pas tous les jours qu'on voit passer un cadal comme ça !


Des bisous les Caribous ! 

Mardi 30 septembre 2014 2 30 /09 /Sep /2014 14:01
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Cheveux - Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires

peelpad1.jpg


Il y a un mois, je vous disais qu'il était temps de se mettre à utiliser un peeling, histoire d'éviter les bubons de retour de vacances, d'être la plus éclatante sur le dancefloor pour les dernières soirées de l'été, briller par sa beauté (et non son sébum dégoulinant) par un beau matin d'automne précoce.

A chaque fois, ça me prend comme un tic nerveux, j'ai besoin de donner un coup de boost à mon visage, le pousser par les fesses, l'inciter à faire bonne figure, et depuis que j'ai découvert les acides de fruits, je suis un peu comme la nana de la pub au yaourt qui bave un "mon visage s'est transformé", en extase.

 

 

La découverte des pads

 

L'avantage de ce genre de format en cosmétique, c'est la facilité d'usage : le coton est pré-imbibé du produit, on en prend un, on le passe vite fait sur l'épiderme, de quoi ravir la flemmarde de haut niveau que je suis.

Aussi, on peut rarement se tromper sur le dosage vu que le disque est déjà imbibé de la juste quantité de liquide/d'ingrédients pour traiter le minois.

Top top top !

 


Les triple acid brightening peel pads par Philosophy

 

A vrai dire, je n'ai pas acheté ces pads : ils traînaient dans ma commode suite à un event, et je n'avais jamais vraiment eu le réflexe de m'en servir. 

La mauvaise expérience avec le hope in a jar night de la même marque devait y être pour quelque chose, comme la mauvaise communication avec eux, j'avais donc remisé l'idée aussi loin que possible dans mon cerveau.

Puis, comme à chaque fin de saison de boeuf (l'été, oui, saison de vache qui sue), la recherche d'un peeling me prend au corps, il me faut une solution, liquide, acide, qui arrache des larmes, fait couiner jusqu'aux pores, un vrai bouzin pas pour les faiblards qui repousserait le teint terne jusqu'au placard.
Just kidding, maintenant on se pèle la peau en douceur, vive la chimie. 


peelpad3.jpg

 

L'avantage des formules combinées d'AHA, c'est qu'elles offrent une synergie qui fonctionne du tonnerre, plus multi-tâche qu'avec un seul acide de fruit vu que la palette des tailles de molécules est plus large, donc on opère à plusieurs niveaux de la peau en un traitement.

Dedans il y a : pas grand chose, la composition est relativement claire et concise. De l'eau, de l'alcool (histoire de bien faire pénétrer les actifs), un émollient, niacinamide (agit sur l'hydratation de la peau), de l'acide mandélique (de l'amande, reste plus en surface, agit sur la pigmentation superficielle), un peg filmogène, un régulateur de pH, de l'acide glycolique (mon préféré, pénètre plus profondément, agit aussi sur l'éclat et le renouvellement précipité de l'épiderme), acide phytique (intéressant car agit sur l'enzyme qui déclenche l'hyper-pigmentation) et du bisabol (pour apaiser).

 

Apparemment, la version que j'ai ne contient pas d'acide azelaic, comme écrit sur le site officiel de la marque : il a le même genre d'action que l'acide phytique, très antioxydant aussi, donc je pense que c'est une erreur ou volonté d'étiquetage différent selon les pays.

 

ingredients : aqua, alcohol denat., glycereth-7 trimethyl ether, niacinamide, mandelic acid, peg-8/smdi copolymer, trethanolamine, glycolic acid, arginine, bisabolol. 

 

Le conditionnement en petit sachet est également très bien pensé et adapté pour la conservation de ce genre d'ingrédients (l'acide mandélique étant particulièrement sensible à la lumière).

 


La promesse / la posologie // au fur et à mesure

 

Philosophy promet une peau plus douce et éclatante après deux utilisations, une réduction des rides & ridules causées par les effets néfastes du soleil après 4 usages.


peelingpad4.jpg

 

Le premier pad me faisait un peu peur : nouvel outil cosmétique, deux AHA que je connaissais pas en plus de l'acide glycolique, et un coton imbibé qui sentait fort l'alcool pour compléter le tableau, j'y suis carrément allée à reculons.

J'ai bien fait attention d'éviter les yeux et parties sensibles, passant le pad sur peau propre et sèche un samedi soir, histoire de pouvoir rattraper le coup si je devenais rouge comme l'honorable fessier d'un macaque.  

Après deux minutes, mes pommettes ont un peu réagit, je devenais rosâtre comme une fleur pâle, j'ai donc suivi la recommandation de la marque : rinçage (à l'eau de bleuet pour ma part) après une pose de 5 mn. Puis cleanance expert et au dodo.

Le lendemain, une amorce de changement se faisait ressentir, la peau était adoucie, claire. J'attendais la seconde étape avec impatience.

Deuxième/troisième pad (2ème et 3ème semaine du coup) : peau de plus en plus douce, teint clairement plus éclatant.

Quatrième pad : ma routine déchire :: avec le cleanser 27 en démaquillant/nettoyant, suivi de temps en temps par la clarisonic, plus ces pads et le cleanance expert, j'ai clairement un peau lisse comme c'est pas croyable. Aucune action sur mes deux kystes du moment qui vont et viennent encore selon leur humeur (les poches sous peau c'est pas le nirvana).

Ce soir j'en serais donc au cinquième peel pad et j'ai hâte. 

padpeel.jpg
 

Photo haut 15 septembre / bas 27 septembre // No makeup
 

Concernant les taches, je vois une nette différence sur les plus récentes, m'est avis que pour celles que je traîne depuis mon adolescence, il me faudrait un rendez-vous chez un spécialiste pour un peeling plus profond. 


Ce que j'aime :

  • la facilité d'usage est un ÉNORME atout : un pad à utiliser une fois par semaine, ça ne prend absolument pas de place dans un sac si vous devez l'emporter avec vous
  • les taches superficielles les plus récentes sont oubliées/radicalement estompées
  • la presque grande tolérance pour un peeling : à part au premier pad où j'ai constaté que je rougissais un peu (mais sans sensation de picotement ou de chauffe), chaque nouvelle étape s'est très bien passée, sans dessèchement le jour d'après, aucune pelade, une peau repulpée à souhait (certaines ont même constaté une réduction immédiate des pores, mais sur moi, les bougres sont déjà serrés comme des sardines)
  • mon front s'est détendu : pourtant je n'ai pas le front particulièrement ridé, mais c'est là que j'ai vu le fameux changement "sur les ridules" :  de fines lignes que je voyais auparavant sous un certain angle ne sont plus là
  • à chaque fois que je pense que je ne peux pas avoir la peau plus douce qu'elle ne l'est, j'arrive quand même à franchir un stade où je suis en extase toute seule en me palpant la couenne (fort bien dans ma tête, oui oui)
  • il y a vraiment assez de produit sur le coton, au moins ils n'ont pas été chiche sur la quantité
  • avec 12 pads dans la boîte, on a trois mois de traitement, une très bonne moyenne
  • la peau est lisse lisse lisse, une patinoire Herbert !

 

J'ai moins aimé :

  • l'odeur : forcément, pas de parfum spécifique, ça ne sent ni bon ni mauvais, juste pas le nirvana
  • l'effet sur la peau après application : ça colle un peu, j'ai vu plus sexy comme sensation
  • sûrement du à l'acide mandélique, j'ai tendance à un peu plus briller le lendemain, mais rien de fou furieux

 
peeling5.jpg  

Le prix pourrait être un couac pour certain(e)s, vu que la boîte de douze est vendue à 65 euros en moyenne, mais comme il y en a pour plusieurs semaines de cure, il s'agit d'un investissement sur le long terme qui vaut VRAIMENT son coût.

Au niveau du public concerné, je dirais qu'à partir de 25 ans jusqu'à 100 ans et plus on est dans le bon : l'usage de ce genre de pad peut être bénéfique si vous êtes à la recherche d'un peeling maison efficace (mais que vous avez la peau sensible), qui renouvelle la peau sans dommages et respecte vraiment ses promesses. Je rappelle que les peelings aux AHA induisent une meilleure hydratation de la peau, donc peaux déshydratées ne vous privez pas, on parle de repulpage intense !     

 

Voilà, malgré mon a priori négatif sur cette marque pour cause de non divulgation, après demande, des dosages en acide de fruits de ses produits (chose qui me tue, m'enfin, chaque enseigne de cosmétiques choisi sa communication malheureusement), ces pads ont réussi à me séduire comme de vulgaires dragueurs.

Plébiscite total dans ma salle de bains, le retour d'autres filles qui ont commencé la cure est aussi enthousiaste que le mien, c'est dire l'unanimité.

Quel que soit votre choix, la protection contre les UV reste au menu chaque matin, histoire de ne pas ruiner tout le boulot du peeling, et se retrouver avec de vilaines taches après une bête marche dans un parc.

En tout cas, je ne regrette absolument pas la balade, ces pads sont impeccables et laissent la peau douce et claire, j'adhère !

 

Des bisous les Caribous !

Pour les belges, c'est dispo chez Ici Paris Xl
      Pour les frenchies, sur amazon entre autres (vendeur fiable)


Samedi 27 septembre 2014 6 27 /09 /Sep /2014 17:11
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Skin care - Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires

 

lady-gaga-2.jpg  
 

On entend de tout, depuis quelques années, sur les ingrédients à éviter, ceux qui, potentiellement, causeraient la perte de votre beauté épidermique, catastrophes de salle de bain, petits fouteurs de merde intégrés dans des formulations pourtant bien foutues.

C'est à qui trouvera le meilleur coupable, celui qui pointé du doigt, n'aura plus qu'à subir la mauvaise réputation qui va avec la sanction populaire : tu es un petit minable qui ne sert à rien dans mes produits de soins, dégage.

Pourtant, rien qu'en me basant sur des tests personnels, le fameux empirisme (comme à l'époque le compère qui tombait dans les fougères en ayant goûté une plante mortelle, le voisin ne voulant pas perpétuer la même erreur. Toute faute implique une leçon, un nivellement vers le haut à terme), je me suis mise à avoir une opinion sur ce que j'utilise.

Définitivement, j'aurais pu m'y perde, dans cet imbroglio, cette jungle, on trouve des affirmations qui se balancent à tout va sans réellement savoir si le "sans machin truc" a vraiment du sens, ou si "le naturel vaut mieux que le chimique".

Dans la pratique, il y a quelques années, j'aurais sûrement fait le raccourci. De dire que ce qui est tiré du cul d'une plante vaut forcément mieux qu'une substance se baladant dans une éprouvette.
C'est là qu'on retrouve une idée fortement ancrée dans la croyance populaire : les hommes scientifiques sont les représentants du mal, au service de l'humain (contre le naturel), quand ceux qui brandissent une tige de laurier se font une gloire de roi comme à la fin d'un combat rondement mené.
GAME OVER.

 

Je ne vais pas re-parler de mon avis sur le bio, et de pourquoi cette ambivalence dans le marché des cosmétiques contemporains me convient tout à fait (je suis la reine du mix, pas besoin de carte, je fais ma popote et me crée des listes pour identifier ce qui fait réagir ma peau, quelle que soit son origine); je voulais juste entamer une petite revue non scientifique sur la problématique des composants "occlusifs" exclus pour cause de gros tapage.

Et aussi apprendre à regarder plus loin qu'un seul ingrédient se baladant nonchalamment comme un petit padawan pompant sur son cigare.

 

 

Des ingrédients comédogènes/occlusifs

 

NB : pour rappel, la mention "non comédogène" ne rime à rien, elle sert juste à rassurer le client sur un produit, mais elle ne garantit pas une non-pullulance programmée. Faut tester. (Gloire aux échantillons grattés en pharmacie en faisant les yeux du chat de Shrek)

Les ingrédients peuvent avoir un potentiel comédogène, quelle que soit leur origine. Cela peut dépendre de leur richesse (huile d'avocat sur une peau grasse : c'est tendu), de leur caractère filmogène, des saisons (ce qui fait un effet "manteau" passe souvent mieux en hiver, tous types de peaux confondus), de leur association avec d'autres soins dans la routine, etc.

Là où ça devient intéressant, c'est quand on observe que la majorité des gens pensent que ce qui est chimique génère plus de bubons que ce qui ne l'est pas.
Faux :

  • il existe des ingrédients naturels qui ont un potentiel comédogène élevé : les cires naturelles et animales, certaines huiles végétales, beurres végétaux, certaines huiles essentielles pouvant augmenter la réactivité de la peau/leur sensibilité
  • l'activité d'un produit naturel peut être "néfaste" sur certaines personnes : réaction boutonneuse en ayant voulu passer à du tout bio/naturel ==> routine bien plus active

 

Dans l'industrie cosmétique conventionnelle on pointe souvent les silicones, l'huile de paraffine, car largement utilisés :

  • ces substances sont inactives, ce qui veut dire qu'elles n'apportent rien à la peau en terme de bienfaits nets (contrairement à ce qui contient des nutriments, acides gras essentiels à la bonne hydratation de la peau)
  • elles ont un rôle protecteur (moins élevé pour les silicones, très élevé pour la paraffine) : elle peuvent donc également contribuer à éviter à la peau de se dessécher, notamment lors de traitements médicamenteux contre l'acné
  • dans une crème traitante, un silicone peut représenter une bonne balance entre "ce qui traite et inclut une déshydratation" et "la recherche de confort"      

 

 

L'importance d'une formulation/ne pas regarder à l'ingrédient unique

Si vous êtes plutôt comme moi, à varier naturel/bio/cosmétique conventionnelle ciblée (rarement parfumerie),  vous êtes sûrement passé par une étape de grand sectarisme.

Sectarisme de Type 0 (moi maintenant) : tant que ça marche ou "je me fais des listes de ce qui coince, sinon je m'en fous" ou "tant qu'il y a des actifs intéressants".

Sectarisme de Type 1 (le mien, il y a un an et demi) : je bannis tout ce qui est tamponné sur les bidons de wash-wash du supermarché. J'avais intégré par coeur la ribambelle "sans parabens, conservateur, colorants, sulfates, canard flottant", et les marques qui criaient "je suis SANS". Fort bien.

Sectarisme de Type 2 : NON MAIS T'ES DINGUE, tu crois que je suis une fille à me mettre du phenoxyethanol et des filtres chimiques sur le visage ? HU ! Je suis pas une loutre cosmique !
 

Sectarisme de Type 3 (le plus strict) : Je mets plus rien sur mon visage ni ne le lave, je suis quand même née sans produits de beauté et de maquillage, je vois pas l'intérêt. Et puis ma grand-mère elle se met seulement de la Nivea bleue de temps en temps et elle ressemble à Kim Kardashiante alors qu'elle a 100 ans. Tu peux pas test, goumiche.

 

Je me suis calmée. Parce que, de moi-même, j'ai compris que les ingrédients inactifs les plus connus N'AVAIENT RIEN DE NOCIF (pour l'humain), et que j'ai toujours du mal quand j'entend "oui mais tu sais, les silicones étouffent, ta peau sue dans le mauvais sens".
Déjà, non, ça dépend du silicone, certains s'accumulent (comme le dimethicone) alors que le cyclopentasiloxane souvent utilisé chez Avène par exemple est "volatil" (ou en tout cas poids plume). Voir cet article du cosmétologue

Etant donné que j'arrive à faire une balance entre mes produits, je m'y retrouve une fois maquillée vu que je ne superpose pas une multitude de couches, et ce n'est pas un dimethicone par-ci par-là qui va enrayer la machine.


Quantité/position de l'ingrédient

Là où ça devient problématique, et c'est valable pour les deux camps cosmétiques, c'est quand on exagère sur la quantité d'ingrédients filmogènes utilisés matin et soir, qu'on se tartine de bio oil en sérum et qu'on enchaîne sur du beurre de karité pour hydrater par exemple (HAHA, je souffre en écrivant cette phrase).

Il faut essayer de faire attention à la place des ingrédients : si l'huile d'argan vous fait un peu réagir quand elle est en tête de liste, mais qu'elle se trouve sur un nouveau soin après la troisième ou quatrième place, les peaux chiantes et de sectarisme de type 2 seront contentes.

Je conseille d'ailleurs de souvent lire la formulation dans son ensemble, un ingrédient n'étant pas seul passager dans un train, il y a des alchimies qui fonctionnent bien (et d'autres qui peuvent craindre, comme l'accumulation d'ingrédients occlusifs), y a que le conducteur et son copilote qui peuvent vraiment foutre la pagaille puissance 1000 en une utilisation (mais en général c'est de l'eau et de la glycérine, donc rien de méchant). Aussi, vous pouvez très bien ne pas supporter une huile essentielle seule mais la tolérer dans un soin de jour, donc on ne peut pas faire de grands débats et affirmations sur, finalement, une expérience qui reste très personnelle.

On peut néanmoins essayer de se diriger dans des cadres pré-établis et se créer sa propre steppe de caribou, avec de bonnes choses à brouter (attention, métaphore power), en piochant dans ce qui nous fait du bien au fur et à mesure des tests cutanés.

 

 

N'ayez pas honte/ou ce qu'induit le bannissement du chimique et non du naturel

Il est un phénomène très à la mode qu'induit le "sans-machin-brol", à savoir la honte cosmétique. Par vagues, je lis que certaines personnes se sentent coupables d'utiliser des produits qui ne sont pas "exempts d'un ou deux ingrédients CRACRA", mais qu'elles vont bientôt s'y mettre (même rengaine du côté du fumeur qui promet à son ami super sain d'arrêter dans un futur proche. Hum).

Faut pas avoir honte d'utiliser un produit entièrement chimique, parfois plus "safe" qu'une produit naturel, juste vous poser les bonnes questions : est-il réellement nocif ou seulement inactif/peu actif ? Est-ce que je suis concernée par le problème des perturbateurs endocriniens ? Leur accumulation ? La pollution induite par certaines industries ? L'impact sur la nature ou sur ma peau ? La surpopulation de Caribous ?

Il faut voir jusqu'où votre cheminement de pensée balise vos achats, à partir de là tout sera plus clair et net, rien ne sert de suivre la même routine que Ginette. Si tu aimes ton sérum Lancôme, garde-le.

 

Reste une chose :

L'importance du démaquillage, avec de préférence un produit bien gras, puis un nettoyant, pour finir d'enlever ce qui part à l'eau. Un visage propre et net est la garantie d'aller se coucher sans se boucher les pores, peu importe ce qu'on a mis sur son visage en journée.

Le mieux, me concernant, reste de faire le choix d'utiliser une crème plus légère au niveau de la compo le soir, et privilégier les silicones le matin, maintenant qu'il commence à faire frisquet.
Chacun gère le positionnement de ses produits comme il le sent, mais la clef est sûrement dans la variation des textures (pas trop de gras sur du gras, pas d'hydratation sans la sceller, etc.)


Finalement, je voulais sortir ma tête du brouhaha pour souffler un peu, parce qu'à mesure que j'avance dans mes recherches, dans mes tests, mes envies coupées par la lecture d'une liste INCI, je remarque que je me cadenasse trop pour ne brusquer personne, ne pas partir dans des débats hors de ma portée.

J'ai toujours affirmé qu'une routine était un tout, comme ce que vous mangez dans une journée vous fait grandir, comme le corps humain ne fonctionne pas sans le sang, ni l'oiseau ne vole sans air.
Faut qu'on saisisse que tout n'est pas si SIMPLE, que j'aimerais que les gens sachent crier sur le bon coupable quand ils boutonnent, mais qu'à force de vouloir isoler les produits, puis leur compo, puis les ingrédients, on va finir par arriver à faire des articles pour parler de la structure moléculaire et dire que le "H" est mal placé et que ça craint.

Donc oui je vais continuer à utiliser des produits conventionnels et bio, parce que ça a du sens pour moi, parce que mon "millefeuille" revisité tient la route, et que j'arrive toujours à trouver un équilibre entre tous les ingrédients que j'utilise.
Mais essayez de voir aussi, de temps en temps, plus loin qu'un seul vilain petit canard dans une liste, the big picture comme on dit.

Avoir le nez trop près d'une feuille fait loucher, tu m'étonnes que t'en perds tes idées claires, Herbert.

 

Des bisous les Caribous !

La petite liste indicative de beauté pure à garder sous le coude


 

Mardi 23 septembre 2014 2 23 /09 /Sep /2014 19:58
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Skin care - Ecrire un commentaire - Voir les 19 commentaires

 

 

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour des informations supplémentaires ou une demande de partenariat, faites le par mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source.]

Image Map

flurss

Image Map

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map

adresses.jpg

listesmagas.jpg

recherche.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie


Catégories

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés