unebeauty10.jpg

 

Si je ne devais citer que trois marques qui m'inspirent confiance et des produits de qualité (durée, résistance aux larmes, à l'échauffement, aux crises de rires), je choisirais sans hésiter Jane Iredale, Bobbi Brown et Une Beauty.

Jane, parce que c'est une histoire d'amour entre ses produits et ma peau, une histoire de colorimétrie parfaite, de maquillage que je peux appliquer les yeux fermés sans me retrouver avec une trace mal étalée en plein jour (clairement, la marque que je choisis quand je dois me peinturlurer le visage à l'aube sans lumière naturelle).

Bobbinette, parce que, lors des matins compliqués, le stick foundation et son correcteur me sauvent la mise quoiqu'il arrive (même quand j'ai le teint brouillé à la fin du mois, paf la matière étirée jusqu'aux oreilles et je retrouve mon visage bien aimé).

Puis Une Beauty.


Une natural beauty 


Bon, ça se saura, je ne suis pas VRAIMENT une makeup addict : je mets du temps avant de trouver ce qui me plairait sur le papier, j'en ai rien à fiche des dupes et autres compromis à moitié prix :: je regarde la compo, les revues, et si tout reste dans un canevas classique et indémodable, tu me retrouves à la caisse.


unebeauty9

 

La poudre minérale légère de la marque avait déjà été un gros coup de coeur, pour sa tenue sur mon minois, la bonne teinte pour peau de bidet, et puis surtout son petit budget.
Je l'avais achetée en avril, elle s'est décomposée il y a un mois, et elle a fini comme toute mes poudres compactes qui se cassent la pipe, dans ma boîte vintage au couvercle indestructible.
Pof pof, le pinceau qui écrase les pigments, pof pof, on patine le tout sur les bajoues. 


Et roule ma poulette de compète.

 

J'avais aussi testé un de leurs breezy cheeks, rien de foufou au niveau du panel de couleur, mais de quoi avoir sous la main un blush qui tient la route et surtout, ne déclenche pas de crise de boutons quand on est dans une période de guerre déclarée (la fameuse "touche-moi pas sinon je te fais des pustules, gudule"). Une petite touche de fraîcheur qui fait du bien, dans un boîtier qui contient plus de 3 grammes de produit, qui dirait non devant tant de générosité ?

J'ai donc encore été happée comme une débutante, à force d'errer dans les rayons du Di, de voir les "wouhou, viens m'acheter avec un autre poto de ma gamme, je suis à -25%". Tout ce qui comporte un moins me fait courir à ma perte.
Pour ça que je ne fais jamais les soldes. Never. Ever.

Deux produits pour les yeux plus tard, une soirée sous le bras et une tenue impeccable, j'ai du admettre que même au niveau du makeup pour les mirettes, Une gérait son bouzin.

  unebeauty4-copie-1.jpg

 

Je cherchais depuis un petit moment un khôl brun (à défaut de trouver un liner brun qui ne sèche pas après trois utilisations) histoire d'avoir un crayon ready-to-go, facile à appliquer, et pas onéreux.
J'ai une échelle de valeur en cosmétiques, si un produit de ce genre excède 20 euros, j'ai vraiment du mal, ou alors il faut qu'il ait une couleur de dingue et me fasse danser la capouera.


En le swatchant et l'estompant, j'ai bien senti qu'on allait être amis : rien que sur le dos de ma main il s'accrochait comme une sangsue qui se modère, donc ni trop ni trop peu, histoire d'avoir le temps de le travailler un peu, et la tonalité était froide.

Puis j'ai vu les -25%.

Du coup j'ai acheté une palette dans la foulée, alors que je venais de finir de composer mon quad perso avec les fards de chez MUD (oui oui, je vous montrerai ça), donc achat inutile sur le moment, mais goumiche voulait accomplir son devoir de femme en mode shopping.

unebeauty26.jpg

J'ai pris la P07. J'ai longtemps hésité avec la P08, plus dans des tons rosés et bruns, puis je me suis dit qu'il me fallait quelque chose de plus basique : un beau gris clair et un brun, tous deux irisés, et un sfumato gris. Les trois teintes ne sont pas disponibles séparément, mais si je ne devais en garder qu'une ce serait le browny, complètement "buildable" et couleur parfaite pour mirettes noisette (cookie sur cookie ça fait des chocapics).

unebeauty1-copie-1.jpg

 

Et depuis quelques semaines, je ne cherche pas les complications : 

  • fard clair sur la paupière, le petit browny dans le creux, le crayon en ras de cils et un peu de gris pour intensifier le bas et SFUMATER tout ça en douceur

Au niveau de la tenue, le crayon bat largement les ombres à paupières, vu qu'il faut que j'insiste bien avec mon baume pour le désintégrer, mais les fards tiennent quand même une bonne partie de la journée (même sans base, sur mes noeils).

 

unebeauty3.jpg
 

J'ai déjà essayé de m'amuser avec le sfumato gris seul, mais sans pinceaux (le mois prochain, je vais dévaliser les Real Techniques), c'est assez GALÈRE et comme vouloir chercher les poux dans une mer, une cause perdue d'avance.

 

Juste un petit bémol général, tant que j'y suis : autant j'adore les packagings de la marque autant je les hais par la même occasion. A la moindre chute, les matières en poudre se disloquent, et c'est parti pour aller chercher les bouts un peu partout sur le sol. Je te plains d'avance si tu as de la moquette chez toi, ou si ta maladresse mime la mienne.

Mais à part ça, rien à dire.

Beautiful makeup, beautiful mood, j'aime bien les marques qui font l'effort d'une compo safe et sont accessibles au grand public avec des prix raisonnables (bon, y a bourjois derrière tout ça, donc pas d'étonnement). Pour les porteurs de lentilles, les ingrédients de la palette ou le crayon sont sans danger, donc aucun soucis de compatibilité !

 

Je sais pas vous, mais ça me donne envie d'aller boire un café latte et manger des macarons dorés.


Des bisous les Caribous !
Achetés : crayon Une K02 (khôl noirs absolus) & Palette yeux Universelle P07 
Le tout pour moins de 20 euros (bah oui, les 25% !) 

Vendredi 21 novembre 2014 5 21 /11 /Nov /2014 16:14
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Beauté - Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

bio1_Fotor.jpg

 

Y a un petit truc perso entre moi et les shampoings bios. Comme un clin d'oeil qu'on apprécie, un bout de chocolat qui fond lentement, ça me fait le même effet d'une jupe qui vole et moi qui glousse en arrière-plan.

J'aime ça.

Pourtant, il a fallu du temps avant que je trouve mes marques.
Question de double wash wash, de prise en main (bawi, ça mousse moins/pas entre les mimines, la plupart du temps)(tu te rappelles des soirées bulles avec les méga doses d'Ultra Doux ?), de budget (on râle à la caisse, mais au final on est content), et d'enfin respecter mon petit cuir.

Parce qu'il est bien, tout fringant quand il se balade au bout de ma tête, mais il suffit d'un peu trop de sulfates, un massage trop appuyé, et ma cuirasse se transforme en pare-feu irrité, irritant, une perruque de cure-dents qui m'agresse et m'aime en même temps.

Autant marcher avec une béquille sur les dents, tu saisiras la souffrance.

J'avais d'abord fait des cures de shikakai, puis d'ortie, et en parallèle, commencé à faire un tour du côté des shampoings bio, histoire de voir, l'air de dire que "oui, j'ai vu, j'ai prenu, et testé le bidulu".

Alors, loin de moi l'idée de laisser de côté les cosmétiques non naturels : en après-shampoings je ne me prive pas de silicones vu que de toute manière, ça se badigeonne sur mes longueurs. Ce que j'évite, ce sont les tensioactifs trop agressifs au quotidien,  qui me font des pelades en impliquant une gratouille appuyée et une crise d'hystérie en aval.

 


Mes shampoings du moment

Logona à l'ortie

bio2.jpg


Deuxième cuvée que je teste de la marque et deuxième grosse découverte.
J'avais adoré celui à l'acacia bio, le genre de wash wash qui te décolle les squames (ou pellicules, au choix) et te laisse avec un cuir chevelu flambant neuf dansant la polka.

Ici on retrouve une version plus douce qu'on peut utiliser au quotidien, avec de l'ortie, reconnue pour sa capacité à reminéraliser la fibre capillaire et à fortifier le cheveu.


Dedans il y a : de l'eau, un tensioactif dérivé du sucre (tout doux pour la peau !), de l'alcool (conservateur, meilleure dispersion des actifs, son effet desséchant est contré par d'autres ingrédients, et puis la plupart du temps, il s'évapore instantanément, vive la binette sous la douche), de la glycérine (ha bah voilà l'agent qui le contrebalance, bombe d'hydratation), encore deux tensioactifs (dérivés de la coco, réputés moussants et doux), du sodium PCA (hydrate, empêche les cheveux électriques, mes bouboucles le vénèrent), un émollient (souplesse, souplesse), de l'extrait d'ortie (on l'aurait bien voulu entière !), de la protéine de soie (garantit une perruque qui brille comme une tour eiffel à Nowel), de l'extrait de germe de blé (renforce les lianes), du parfum du à des huiles essentielles, entre autres.

bio4.jpg


Autant je pensais vouer un culte à celui à l'Acacia bio, autant celui-ci me plaît beaucoup plus ! Il a les avantages de son compère, mais apporte une touche de brillance qui illumine les boucles, rend les cheveux doux sans devoir passer par la case "soin pour coupe qui fait ouin ouin", et son odeur flatte aussi mieux mes naseaux (plus fraîche).

Son seul défaut, c'est qu'il coûte 10 euros à l'achat, mais, foi de Caribou, tu en as pour ton argent.


Le petit doux par Fleurance 

  doux2.jpg


Typiquement, je reçois un colis, je l'ouvre, je le mets de côté.
Puis, mine de rien, un produit s'invite dans ma salle de bain comme le calcaire s'incruste sur un robinet, ni vu ni connu, mais bien présent.

Le shampoing doux de Fleurance fait partie des anguilles sournoises, qu'on n'apprivoise pas, mais qui se pointe comme un indispensable dans ma steppe cosmétique.

Dans la même lignée que mon lavera sensitiv, il a cette qualité d'être un shampoing BASIQUE : qui ne fait rien d'exceptionnel (ne se revendique pas foufou de la fibre, s'entend), mais remet les pendules à l'heure. 

J'utilise ce genre de wash wash : soit en pré-shampoing, quand j'ai le cuir chevelu qui n'a pas vu l'eau depuis 5 jours (oui oui, on est proche du no poo)(mais jamais tu ne me verras faire un billet à ce sujet), soit quand je n'ai pas d'envie particulière, que mon crâne ne me démange pas, quand la vie est belle en somme.

Dedans il y a : de l'eau (wouhou !), de l'hydrolat d'hamamélis (pour apaiser ton scalp), du sodium coco sulfate (bonne alternative aux SLS, il est plus doux et a un bon pouvoir moussant), un tensioactif ultradoux, et plus bas des protéines de soie (garantissent une douceur du cheveu), un émollient (paf l'hydratation !), du parfum, entre autres.

 

bio5.jpg  

Alors, clairement, je lui trouve un côté "je suis bio et naturel, mais j'en fais pas trop quand même". D'avoir mis un hydrolat en deuxième position est une très bonne idée, mais le choix de la base lavante et sa balance en ingrédients hydratants/nourrissants reste dans les sentiers battus.

Donc pas de surprise, mais un très bon wash wash si vous devez vous laver les cheveux régulièrement, comme après le sport, donc sans spécialement vouloir vous recoiffer pour sortir après. Une sorte de soin de transition.
 

Un point non négligeable, il donne un volume de DINGUE à ma perruque, même en séchage à l'air libre. Sûrement que ma nature bouclée y est pour quelque chose, mais si vous avez les cheveux fins qui copinent avec la gravité, this may be a good option.

 

 

Si j'utilise des shampoings bio depuis des années , c'est parce qu'en faisant le calcul "mois/longévité du produit", je me suis rendue compte que le bouzin dure, en moyenne, deux à trois fois plus de temps qu'un wash wash classique. Il ne faut pas plus d'une grosse noisette, on soulage sa caboche, et on s'évite le fameux retour de flamme des sulfates surdosés (le "waw regard ma crinière" suivi un jour plus tard de "rah bourdoul, j'ai les racines qui miment un saule pleureur").
 

Aussi, si vous ne trouvez pas chaussure à votre poil de tête, c'est qu'il faut essayer pas mal de marques. Concentrez-vous sur celles qui sont dans le milieu depuis DES LUSTRES (lavera, logona, alverde, coslys), histoire de ne pas trop vous perdre. Pendant deux à trois lavages, il est possible que vous soyez en phase d'adaptation, mais si après un mois, le nettoyage est toujours fastidieux, que vous constatez un effet collant à certains endroits malgré un bon rinçage (comme derrière les oreilles dans mon cas), c'est signe que vous êtes tombé sur un soin qui ne vous convient PAS.


Quoiqu'il arrive, je vous conseille ces deux poo les yeux fermés, surtout le logona à l'ortie, parce que c'est une marque bio qui, en deux tests, m'a totalement conquise (type la femme dans la pub herbal essence, en plein trip de massage de la fibre) et jamais déçue.

Mais le Fleurance vaut la peine, rien que pour le prix !
 

Des bisous les Caribous !
Reçu shampoing Fleurane nature, 5,90 euros les 200ml (FDP 5,5 euros vers la Belgique)
Acheté chez Desmecht, logona à l'ortie, 10 euros environ 


Lundi 17 novembre 2014 1 17 /11 /Nov /2014 13:37
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Cheveux - Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires

immortelle1.jpg

 

Ca faisait un petit moment que je traquais les produits Essenciagua, chaque rayon d'eau florale étant inspecté par mon regard de lynx, et pourtant, pas moyen d'en trouver depuis des mois.


Puis quand j'ai réussi à dégoter la gamme dans une herboristerie bruxelloise, je me suis muée en puce au carnaval de rio, complètement aux anges et montée sur trampoline dans la boutique, à couiner des "hiiii" appuyés à chaque saut.


La marque propose des lotions qui ont une particularité unique : un procédé de distillation lent comme une tortue qui permet de récolter un hydrolat très chargé en actifs mais également stable sur la durée.

Donc pas de conservateur, ni d'alcool, juste un hydrolat aromatique qui "s'auto-conserve" mieux que la plupart, un vrai graal dans ce genre de soin où la recherche du produit le plus pur est un Must.


L'immortelle version Hydrolat
Par Essenciagua

 

immortelle6.jpg

 

Si vous avez toujours pensé que l'immortelle était une odeur délicieuse (genre fraise tagada sur moult crème fraîche), vous pourriez déchanter : elle fait partie des ces plantes auxquelles on s'habitue lentement, comme on apprécie l'atmosphère chaleureuse d'une vieille voiture qui transpire le diesel.


A la première utilisation, j'ai failli suffoquer sur mon pouf banquise, le liquide coulant le long de mes bras et m'arrachant une plainte ; je pensais m'être roulée dans du foin empli de purin (légèrement floral le purin), un parfum vraiment intenable qui m'a outrée avant même de sauter dans mon lit.


Il semble que cette caractéristique soit surtout propre à l'hydrolat, la version huile essentielle ou même la plante elle-même ne donnant pas des haut-le coeur en phase de reniflage du goulot.


J'ai persévéré, ne m'avouant pas vaincue, je voulais MOI AUSSI connaître les joies du dégonflage de couenne avec la petite fleur jaune.

En bon âne têtu et pragmatique, m'est avis que, dans l'univers des produits naturels, il existe des niveaux d'apprentissage pour le nez, et que cran par cran, tout finit par se tolérer au fond des naseaux.
Il faut juste bien s'accrocher pour le premier rodéo, mordre sur sa chique, et penser aux bénéfices.

Puis tout passe.


immortelle23_Fotor.jpg     

 

Propriétés / Usage

 

Elle est reconnue comme la reine des bobos : elle agit sur la circulation (varice, couperose), a une action anti-inflammatoire et décongestionnante (acné, cerne, bleus). Elle est également un excellent cicatrisant et astringente (pompompom, viens-là avec tes pores dilatés !).

Je ne sais pas si c'est du à son mode de production ou à la très grande qualité de la fleur, mais je trouve - sur le même genre de terrain - que l'hélychrise est BIEN PLUS efficace que le bleuet. WAY MORE !

  • j'avais encore passé quelques jours dehors pour le boulot : le soir, un bon masque de coton imbibé d'immortelle, suivi du masque apaisant hydratant avène, et le lendemain, je n'étais même pas mordue par des plaques de sécheresse à cause du vent
  • sur les piercings : awesome ! J'avais profondément dormi sur mon tragus, et le bougre avait un peu enflé. Du coup j'avais fait une compresse un soir et le lendemain, nada, plus de rougeur sur mon oreille d'elfe
  • sur les cernes : mais uniquement celles dues à une mauvaise circulation locale : on se colle deux chenilles remplies d'hydrolat sous l'oeil et on vaque. Très efficace sur moi ! En cure si vous ne faites pas souvent de bonnes nuits
  • sur toute zone rouge ou inflammée :  elle dégonfle en très peu de temps, et je me demande si l'huile essentielle ne serait d'ailleurs pas une bonne piste pour les kystes (?), à voir (mais le prix, hum !). En tout cas, en deux trois jours, un mont monstrueux a voulu pousser, mais chaque soir je restais avec un "patch" d'immortelle, et aujourd'hui j'ai le bas du visage tout lisse sans rien demander

 

Evitez les cotons pour l'application en lotion, comme pour n'importe quel hydrolat, au plus vite il touche la peau, au mieux c'est. On peut s'armer d'un spray ou en en mettre une dose dans les mains, en les tapotant ensuite sur les bajoues.

La meilleure technique pour que ça ne coule pas, c'est de se mettre en position lavabo, tête penchée vers les mimines, et pas les menottes qui se mettent à la verticale pour se coller au visage (la gravité, mireille).

 

Si votre peau mime une calculatrice (scientifique, la calculette) ou se retrouve rougeaude avec les bourrasques, essayez un maximum tout ce qui apaise les inflammations (hélychrise donc, mais aussi calendula, camomille, fleur d'oranger, avoine, lait, etc.), rien qu'avec ça, votre visage paraîtra moins bardé de petits bubons rouges ou d'irritations et il sera moins sensible avec le temps.


De tous les hydrolats déjà testés, celui-ci se place au même rang voire au-dessus de l'eau de rose dans ma caribou-caboche : ils apaisent tous les deux à merveille et défatiguent le teint sans trop lever le petit doigt, mais il y a ce grand plus qui se VOIT directement au niveau circulatoire qui me fait plus aimer l'immortelle en ce moment. 

 

PS : L'huile essentielle d'immortelle a de très grandes propriétés raffermissantes qui se retrouvent moins dans l'hydrolat. Donc si vous avez la peau mature, jetez-y un petit coup d'oeil, et pensez à bien la diluer !

Re PS : si vous êtes allergique (genre gros oedème) en présence d'une fleur de la famille des astéracées, comme la marguerite, le tournesol, le pissenlit, alors l'immortelle est à éviter.

 


L'Immortelle version Cologne
par Atelier Cologne



immortelle5.jpg
 

J'en profite pour aborder un autre aspect de la plante, son bon rôle en parfumerie.
J'ai reçu un échantillon d'Atelier Cologne, une maison artisanale, et je pensais ne jamais l'utiliser ni le sentir, rapport à l'esprit qui caractérise ce genre de parfum et me rappelle un univers capiteux et vieillot à souhait.

Puis j'ai mis une goutte sur un poignet, une dans le cou, et j'ai eu un énorme coup de coeur qui a duré plus d'une journée entière (record de longévité sur ma peau). 
 

Rien à voir avec l'hydrolat, ici on sent une autre version, une facette plus ténue, plus accessible, de l'hélychrise .    

 

Notes de tête :

bergamote de Calabre, mandarine d’Italie, mimosa de Grasse

Notes de coeur :

immortelle absolue de Corse, jasmin sambac d’Inde, rose absolue de Turquie

Notes de fond :

cœur de patchouli d’Indonésie, vétiver d’Haiti, bois de santal d’Australie

 

 

 


En le portant, je trouve Blanche Immortelle très frais au début, et au fur et à mesure des heures, il se fait plus fort, suave, cosy. Un vrai parfum qui change d'allure sans tourner, et m'impressionne (un peu).


Il paraît, selon Dominique, que Sables de Goutal me ferait tomber dans les vapes, les jupons en l'air dans un champ d'immortelles.
Mon nez a déjà hâte de sentir cette merveille. 

 

 

Pour en revenir à l'hydrolat d'hélichryse, il serait idiot de s'en passer ! Surtout si vous êtes du genre à avoir du mal à dégonfler le ballon pendant la nuit (entendre par-là que votre réveil en catastrophe rime avec visage bouffi), et à rechercher la peau douce et en bonne santé.

Le mode hibernation, ça va deux secondes, on veut du boogie woogie dans les bois glacés.


Si vous trimez pour trouver de bons hydrolats, parce que vous réagissez aux conservateurs, ou que vous tombez sur des "lotions naturelles" de mauvaise qualité, pensez à la marque Essenciagua. Les produits sont plus concentrés et possèdent donc, une plus grande part de molécules aromatiques.
Vu qu'on reste dans les hydrolats, on garde la douceur du traitement, mais la bonne qualité de l'ingrédient de base.

A Bruxelles, on trouve la marque chez Desmecht (l'herboristerie rue de l'écuyer, pas celle de la place sainte-catherine, je l'aime moins). Pour la France, demandez directement les points de vente à la marque, parce que les frais de port sur leur site coûtent 10 euros... 

 

Des bisous les Caribous !
Hydrolat d'immortelle acheté 7,50 euros les 250 ml (!!!) 
Chez Desmecht 

Rappel sur les hydrolats


Mardi 11 novembre 2014 2 11 /11 /Nov /2014 18:26
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Skin care - Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source.]

 

 

 

Image Map

 

 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map

adresses.jpg

listesmagas.jpg

recherche.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie


Catégories

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés