bbcorrector00.jpg
Ma descente dans la fosse du maquillage est encore récente.

Il y a un peu plus d'un an, j'avais juste une poudre que je me saupoudrais sans retenue sur le visage comme on sucre une pâtisserie, un mascara en fin de vie "mais même si ça fait des croûtes de cils, ça me transforme en fille belle", aucun blush, et un bronzer orange.

Avec tout ça, je pouvais, au mieux, avoir l'air d'un macaque qui veut s'accoupler, au pire, d'un lémurien de Madagascar au pagne froufrou-tralala.

J'exagère le trait.
A peine, tu vois.

Les sourcils, je m'en tamponnais le coquillard (tu savais que ça voulait dire "anus" ?)(genre "je m'en chatouille le trou de fesses" ?), j'étais une zen du pinceau et il ne fallait surtout pas m'engager sur le terrain du coloriage de la paupière parce que je n'en voyais pas l'intérêt.

Puis j'ai appris des mots comme primer/blender/swatch, j'ai compris l'astuce de la fille qui gère derrière sa coiffeuse.
Et quand j'ai su faire la différence entre un correcteur et un anticernes dans une boutique Bobbi Brown, et que d'un coup mon visage s'est illuminé, j'ai saisi une magie que je ne voulais plus quitter (#fillesousacides)

Tu ne reviens pas de ce genre d'expériences, c'est la force du beauty flow, bébé.

 

 

Le correcteur de Bobbi


bbcorrector0-copie-1


Différence  
Correcteur : corrige un défaut de couleur dans le teint (rose ou orange pour annuler certaine cernes, jaune ou vert pour les rougeurs, etc)
Anticernes : a plus le rôle d'un camouflage, il couvre la cerne (une fois corrigée, idéalement), pour unifier la zone

Mais comme la langue française craint du boudin concernant les traductions, faudra faire confiance à ton instinct, parce qu'un concealer devient parfois un correcteur et vice versa.

 

Donc dans un monde parfait (ou du moins celui de Bobbinette), il faudrait exécuter un layering du dessous de l'oeil, sans parler de la poudre à rajouter par-dessus pour que rien ne file en journée, bonjour le cake oculaire.

 

Quand la maquilleuse m'avait mis le correcteur, je suis restée comme un rond de flan, j'aurais pu la prendre par le col de sa chemise et lui hurler "COMMENT T'AS FAIT CA, BORDEL ?".
En deux coups de pinceau, on aurait dit que j'avais rencontré trois baffes sur mon chemin, un shot de caféine et une piqûre d'adrénaline, j'étais comme une de ces pimbêches de 16 ans, presque jeune ET fraîche, prête pour une nuit blanche.

J'avais quand même acheté l'anticernes en plus, la faute à la vendeuse, mais à vrai dire il ne me sert à rien : je n'ai pas TOUS les jours du bleu plaqué sous l'oeil, je trouve que l'association des deux est too much pour mon goût, mais c'est personnel. En soi, ça passe bien, ça ne colle juste pas à ce que j'aime, et puis surtout, no need means no need.

 

 

Compo/packaging/texture du correcteur


bbcorrector000.jpg


L'un comme l'autre ont exactement la même composition :
Les ingrédients sont assez lourds (huile minérale, cires), il y du tocopheryl acetate comme antioxydant plusieurs émollients pour ne pas assécher, entre autres.
Je sais que Bobbi fait souvent attention à faire des produits safe, mais si vous avez un contour de l'oeil sensible aux formulations riches/occlusives (dans le sens qui développe systématiquement des grains de miliums), alors il faudra passer son chemin.

Et pour bien me contredire, je vous avouerais que je suis totalement le cas de figure que je viens d'exclure mais comme je ne l'utilise pas tous les jours, sur moi ça passe.

petrolatum, octyldodecyl stearoyl stearate, bis-dyglyceryl polyacyladipate-2, methyl methacrylate crosspolymer, tribehenin, kaolin, silica, polyethylene, tocopheryl acetate, lecithin,
polysorbate 20, tocopherol, propylene glycol stearate, tetrahexyldecyl ascorbate, microcrystalline wax, sorbitan laurate, caprylyl glycol, propylene glycol laurate May contain: titanium dioxide (ci 77891), iron oxides (ci 77491, ci 77492, ci 77499), mica, ultramarines (ci 77007)

 

Le petit pot contient 1.4gr de produit, et depuis que je l'ai, le produit baisse très lentement (parce que fort chargé en pigments, il n'en faut pas une truelle pleine), donc malgré son prix, on y gagne sur la longévité du bidule.

La touche girly-trop-mignon réside dans le packaging, qui propose un minuscule miroir qui permet de voir l'oeil qu'on maquille - et uniquement lui - quand on est en vadrouille. Le comble du chic.

Au niveau de la texture, on est loin des correcteurs légers, même si extrêmement modulable, il vaut mieux un peu chauffer la matière quand les températures ne sont pas idéales (type "atmosphère banquise" dans ta chambre), et une fois travaillé, il s'étale comme un charme et réveille instantanément le regard.

bbcorrectooor.jpg bbcorrector3.jpg
Face // Dream tint light Jane iredale + Poudre Minérale Légère Une Beauty + High impact Clinique + Pot Rouge Fresh Melon Bobbi Brown


Bon sur les photos, en l'occurrence, j'avais passé une bonne nuit, donc la différence "yeux de boeuf, pas yeux de boeuf" est moins flagrante, mais on voit quand même que le correcteur lisse sans effet de matière.

Ce que j'aime :

 

  • l'ultraportabilité de la chose : alors oui, il faut y mettre les doigts si on ne veut pas s'encombrer d'un pinceau, mais en deux coups de cuiller à pot, je tapote et l'histoire est réglée
  • la durée de vie : je suis une fana des produits qui coûtent cher mais durent longtemps, donc oui, je ne regrette pas mon investissement
  • le rendu : poudré, pas poudré, même combat, sur moi rien ne file, ne devient caky, il ne m'irrite pas les yeux ni ne me donne envie de les frotter vigoureusement
  • la couleur : j'ai l'extra-light bisque, et la couleur est clairement faite pour moi, juste assez claire pour illuminer, et juste assez rosée pour corriger
  • l'effet photoshop : même sans silicone, on a vraiment un effet lissé du contour de l'oeil, donc pas mal (si bien appliqué) pour les personnes qui ont des rides dans la zone, la texture comblera ce qu'il faut

 

Le seul petit bémol, commun à tous les produits de make-up crémeux, c'est que c'est un vrai attrape-poussière dans le pot (t'inquiètes, tu ne vas pas finir comme une chewbacca sous l'oeil), mais sans ça, il a tout bon.

 


Le cas des cernes marquées

Comme dit plus haut, normalement on peut doubler le correcteur d'un anticernes de la marque, chose que j'ai déjà faite, et si on prend le temps de poudrer entre chaque couche (m'sieur Goss Wayne le conseille), le résultat tient la route.
Mais c'est le genre de cas de figure qui intéressera surtout les personnes qui ont des cernes très marquées (héréditaires, manque cruel de sommeil, bébé qui fait pas ses nuits) et veulent être impeccables pour un rendez-vous.


Dans la vraie vie, je ne cherche pas la perfection juste les petites améliorations qui apportent un plus, et clairement le correcteur de Bobbi Brown joue son rôle à merveille.
Après, il y en aura encore pour râler sur le prix, mais, Jeannine, quand tu veux de la bonne came qui ne bouge pas, tu payes un peu plus cher la qualité.

Et puis, vu qu'il va me durer toute ma vie, le calcul est vite fait.

A choisir, tu fais comme tu veux, tu peux ne prendre que l'anticernes, mais je suis moins bluffée par le rendu des pigments jaunes que par le rose pâle qui donne un coup de flash de dingue.

DONC oui oui oui, ultra-oui au petit correcteur qui me fait un regard de fifille qui a bien dormi, et même si je le dis souvent, rajoutons-en, je t'aime à la folie Bobbi.

Des bisous les Caribous !
Achetés 26 euros pièce chez Bobbi Brown à Bruxelles

Lundi 1 septembre 2014 1 01 /09 /Sep /2014 13:56
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Beauté - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

knokke.jpg Hier je suis allée à la mer.
Voir la vue, les mouettes grosses comme des dindes, sentir un air qui n'avait rien de marin (ils mettent quoi dans le cul des baleines pour aseptiser l'atmosphère de la côte ?).

Puis surtout observer la grande hollandaise un peu belge, un peu fofolle et à côté de ses pompes, qui vendait des croûtes comme des petits pains. Et mon regard hagard qui n'y comprenait rien.
Dans l'ensemble, son art impressionnait les foules enfantines, les gosses se collaient à la vitrine pour littéralement la lécher en lançant des "ha" et des "ho" par moments à la vue de tableaux.

Une grand-mère a eu du mal à décoller son gamin de la façade du magasin, d'autres familles essayaient d'empêcher leur progéniture de détruire les gouaches, d'y coller leur crotte de nez en signe de gratitude, entendre par-là un "je me souviens, je dessinais comme ça quand j'avais 2 ans, maintenant j'en ai 4, tu comprends".

Une mascarade qui a duré toute la journée, la cliente mécontente allait chez la flamande pour acheter un désastre de peinture innommable, il y avait une petite foule dans le magasin de photo qui voulait qu'on accède à tous ses souhaits (moins de bourrelets, de taches de chocolat, pas de serre-tête sur les bouille des enfants, une maman plus proche dans le cadre et basculer papa si possible).


On aurait dit que les vagues comme le vent charriaient des passants et les amenaient par bourrasques, des bonshommes pressés jetés dans le quotidien de vendeurs à leur service.

J'ai passé pas mal de temps à les observer, à me demander si finalement, tous ces gens, bien loin de la vue qu'ils pouvaient s'offrir (ciel gris sur mer grise sur plage blanche et cabanons pâles), n'avaient pas oublié de lâcher du lest, d'arrêter les caprices.


De souffler un bon coup.
Ou respirer, c'est selon.

C'est le petit comble des résidents passagers de la côte, de ne plus saisir le charme du paysage, d'avoir envie de faire tout vite, tout de suite, parce que le touriste est roi et qu'il a droit à une frite en sable sur la plage s'il le veut.

Oui je crois que je préfère garder un banc sous mes fesses pour voir le monde tourner à son rythme autour de moi. Et prendre le temps de me poser un peu.


Vendredi 29 août 2014 5 29 /08 /Août /2014 19:34
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Humeurs - Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

hydralba1.jpg
Ha temps de pluie, temps pourri, temps de crotte, temps de pisse, temps d'humeur, temps trop frais, temps d'chiotte.

Bordel quoi, je "brrh", du verbe "brrher", signe que l'été a déjà fait ses valises, laissé un rayon sur le pas de la porte au cas où, mais à moins d'être un grand rêveur, je te le dis, la Belgique est déjà en mode raclette au coin du feu et petits chaussons trempés du retour des courses.

J'ai même du me rendre à l'évidence que mes Uggs étaient à l'article de la mort, et que bientôt, un mauvais timing aidant, ce serait la tempête dans ma campagne. Faudrait que je me fasse une virée grosse doudoune et bas extra-rembourrés (tu sais, le genre de collants qui sont tellement épais qu'on dirait des leggings)(et que des cruches portent comme tel), mais j'ai à peine le courage pour me faire un thé.

Enfin bref, je ne suis pas du tout du genre à pleurer la saison estivale, je suis même plutôt d'accord pour que Décembre se magne, parce que l'hiver passé, j'ai compté, sur toutes mes photos instagram, y avait qu'un "regarde, la première neige". Ben m'fille, ce fut la seule.

TRÊVE de blabla, le switchage temps chaud/temps de merde a souvent du mal à passer au niveau de la peau (en tout cas la mienne s'y met à coup de chorale de pores emportés par la rage)(d'habitude). Mais je trouve que, depuis la petite crise de sécheresse au mois de juillet, j'ai plutôt bien su gérer ma barque, et à l'heure où je vous parle (touche du bois), mes hormones ne se dessinent plus sur mon menton.

YOU-HOU Caribou !


La crème de mi-saison

Quand on habite dans la même zone que moi, ça ne sert à rien de prévoir. Vous pouvez vous retrouver sous une avalanche en pleine Grand-Place, mourir avec un grêlon coincé dans la gorge, tenter de ramper sous la drache nationale, puis être complètement hébété par un soleil aussi aveuglant qu'à Hawaï. Le tout en 5 minutes chrono.

Ca s'appelle le charme à la belge.

 

hydralba2.jpg

Je recherchais une crème qui ne soit pas aussi épaisse que la hydrance légère, avec une composition viable et un SPF. Puis quand j'ai lu "protège des stress climatiques", j'ai voulu tester la marchandise (et Aderma m'a gentiment envoyé les deux tubes)(que si t'en profites pour les mettre sur ta tête, ils te font comme deux oreilles de lapin blanc).



Compo/Packaging/Odeur

 

Attention en ouvrant le tube (de l'une comme de l'autre, mais surtout de la light sans UV), parce que ça coule ! J'ai failli crémer mon parquet, mais compris que le meilleur moyen de me servir était de tenir le tube la tête en haut avant de prendre ma dose.

 

Les deux crèmes ont une odeur assez fleurie, pas trop entêtante vu qu'elle s'estompe plus ou moins vite, mais pour une peau sensible, une version non parfumée n'aurait pas été du luxe.

Hydralba Légère

On retrouve de l'eau, plusieurs émollients et hydratants (glycérine, sucrose, etc), de l'extrait d'avoine pour apaiser, le reste étant des conservateurs (dont le phenoxyethanol, donc si vous ne l'aimez pas, fuyez).
Pas de paraffine, pas d'agent occlusif, pas d'huiles minérales ni de silicones. Et pas de parabens.

Water • Caprylic/Capric Triglyceride • Sucrose Stearate • Betaine • Diethylhexyl Succinate • GlycerinSucrose Distearate • Propylene Glycol • Avena Sativa (Oat) Leaf/Stem Extract • Benzoic AcidCarbomerChlorphenesinDisodium EDTA • Fragrance • PhenoxyethanolSodium Hydroxide • Tocopheryl Acetate



Hydralba UV Légère

Tout de suite, la composition s'agrandit un peu plus : on retrouve de l'eau, un dérivé d'huile de coco pour le rendu doudou, un émollient, un filtre UV, encore un émollient, des filtres UV, des acrylates (qui peuvent être un peu occlusifs parfois), de l'extrait d'avoine, de l'huile de tournesol, une pointe de coco hydrogénée, entre autres.
Toujours pas de paraffine, d'huiles minérales ou de silicones, et également sans parabens (et sans phénoxyethanol cette fois)

Water (Aqua) Dicaprylyl carbonate    C12-15  alkyl benzoate diethylhexyl butamido triazone glycerin betaine caprylic/capric triglyceride cococaprylate alluminum starch octenylsuccinate bisethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine methylene bis-benzotriazolyl tetramethylbutylphenol polymethyl methacrylate potassium cetyl phosphate propylene glycol butyl methoxydibenzoylmethane acrylates/C10-30 alkylacrylate crosspolymer avena sativa (OAT) leaf/stem extract (avena sativa leaf/stem extract) Benzoic acid caprylyl glycol decyl glucoside disodium EDTA Fragrance (parfum) Hélianthus annuus (sunflower) seed oil (helianthus annuus seed oil) Hydrogenated coco-Glycerides Sodium hydroxide tocopherol •  tocopheryl acetate xanthan gum

 

hydralba3.jpg

 

Au niveau de la texture, la UV a une consistance un peu plus épaisse, même si une fois pénétrée elle s'oublie vite, je préfère de loin la version sans SPF.

 

Quick thoughts :

  • La légère est bien plus fluide et a un effet frais, moins cocooning que la version UVL
  • Le SPF de 20 est plus que bienvenu dans une crème de jour sans silicones
  • l'une comme l'autre apaisent bien et hydratent ma peau comme il faut (surtout la légère sans UV)
  • elles ne me font pas briller

 

J'ai eu un gros coup de coeur pour la version légère tout court, parce qu'elle est un vrai plaisir à utiliser et qu'elle colle totalement à l'esprit "ma peau POURRAIT refaire des siennes, mais je compte sur toi pour quand même hydrater à merveille".


J'ai bien moins flashé sur la Légère UV, MAIS, c'est tellement dur de trouver une crème basique pas trop grasse pour peau mixte qui combat les rayons et ne me flanque pas de boutons que je tenais à vous dire que OUI, à par la hydrance Uv légère d'Avène, il existe une autre crème, un peu plus light, qui fera très bien l'affaire pour la rentrée et l'automne.

A choisir, et comme j'utilise du maquillage minéral qui fait bouclier contre les UV, j'ai plutôt tendance à utiliser la version normale, puis elle répond bien à mes envies de voile repulpant plus que de cocooning en ce moment.

Mais si je vois que ça tape un peu plus dehors, je dégaine sa jumelle.

Je suis bien contente de ma petite découverte, parce que je rajoute encore deux crèmes à mon panel de basiques, qui font leur job sans sourciller, et une peau douce à souhait.

Après, bon, si vous vous payez les deux, faite gaffe, parce que certains matins, je me suis gourée de tube. Mais y a pas eu mort d'homme, vu qu'entre rose lapin et lapin rose, il y a des similitudes, alors que de confondre son déo spray et son eau thermale, c'est un level au-dessus.
M'voyez ?

 

Des bisous les Caribous !

Reçues, les deux environ 17 euros en parapharmacies

Mercredi 27 août 2014 3 27 /08 /Août /2014 20:23
- Par Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - Publié dans : Skin care - Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires

 

 

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour des informations supplémentaires ou une demande de partenariat, faites le par mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source.]

Image Map

flurss

Image Map

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map

adresses.jpg

listesmagas.jpg

recherche.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie


Catégories

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés