2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 13:08

hey.jpgQuand j'étais petite, dans la cour d'école, a commencé à se développer la mode des yoyos.

Un gosse est arrivé un matin avec un engin tout rond qui filait du sol à sa main, de sa main au sol, tendu sur un fil qui le guidait dans sa course et l'envoyait valser en l'air.

On était déjà passés par les Tamagotchis et les Furbys, des jouets assez évolués pour l'époque, mais nous prenait alors l'envie de retourner à nos basiques, à des jeux qui avaient déjà fait leur preuve auprès d'autres générations de gamins.
Ainsi, en une semaine, nous nous étions tous retrouvés avec des yoyos au bout des doigts et ça nous rendait heureux comme des rois.

Le bonheur ça se cache un peu partout, dans le trou à l'intérieur d'une poche duquel on extrait un billet oublié, moi mes petits bonheurs se comptaient par milliers à ce moment-là et étaient empreints de simplicité.

J'allais à la chasse aux escargots dans le fin fond de la France, je mangeais des pizzas généreuses en Sardaigne au bord de la mer, je savourais l'odeur de l'herbe après la pluie, celle du gazon fraîchement coupé, je touchais les vêtements les plus doux d'un magasin, je marchais sur une dalle sur deux dans la rue.

Les moments de plaisirs changent avec les années, ça mature, ça prend une dimension plus sérieuse.
Maintenant que je suis jeune adulte, j'arrête de jouer avec le rouleau de papier toilette dans les WC, je n'aspire plus mes pâtes sauce tomate pour m'en mettre partout en public, je ne retiens plus les blagues, j'ai des soucis et des envies non réalisables.

D'où la petite frustration.

Je regarde l'enfant dans le tram qui mange un paquet de bonbons grand comme ça, sans se faire engueuler par une balance imaginaire, je râle parce que j'ai une trace de bic sur les mains alors que quand j'étais môme, je peinturlurais ma paume avec un magicolor noir sans que cela me pose un problème esthétique quelconque (puis, plus c'était moche plus c'était drôle).

J'éprouvais un plaisir indescriptible à construire une cachette dans les bois à douze ans, à rester sous la couette pour écouter Fun radio tard le soir, je cherchais des recettes pour devenir une sorcière et cela m'électrisait, convaincue que j'étais de pouvoir passer dans un autre monde grâce à un miroir bien orienté.

Alors, parfois, quand je me retrouve devant un donut bien gonflé de crème, je me fais une folie et brave l'interdit de la bienséance, je mord dedans et souffle avec mon nez pour faire voler le sucre glace.
Et toute prise dans mon nuage blanc, j'imagine la licorne qui m'attend pour me ramener chez moi, décorée de bouclettes rose et bleues et pimpante comme une Ferrari toute neuve.

Y a pas de mal à être grand, tant qu'on rêve encore un peu.

En tout cas moi, c'est ce qui fait mon bonheur.


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 13:54

Quand je découvre quelque chose, je dois sûrement vivre cette même ivresse que les gars qui se ruaient vers l'or :  l'impression d'avoir déterré des pépites et hurler " diiiiire que pendant tout ce temps c'était là sous mon nez, didjuu !"

Ma découverte du mois, donc, le truc sous le pif que je ne connaissais pas, ce sont les cleansing balms.
J'arrive sûrement après une guerre pour les plus calées d'entre vous mais dans ma salle de bains, le changement de bord a eu lieu quand mon huile Edenens est arrivée à son terme.

cleansingbalmlizearle.jpg

 

La plupart du temps, je traîne sur feelunique, je traînote même, je pianote, passe d'une page à l'autre, et alors que je galèrais pour trouver un produit à la compo plus ou moins sympa, je tombe sur le mot "cleansing balm".

Tiens tiens. Trois googlitudes plus tard, je suis en transe derrière mon écran parce que je viens de découvrir un monde pailleté niché entre le démaquillant et le nettoyant.

Si la plupart des huiles actuelles du commerce s'émulsionnent et deviennent du petit lait après l'ajout d'eau, je n'ai jamais eu ce sentiment de "nettoyage vraiment complet".
Comme si l'huile était efficace mais qu'il manquait un petit quelque chose pour que je me contente de cette seule étape dans mon millefeuille.



clb.jpg

Le principe du cleansing balm
Souvent présentés sous forme de baumes huileux ou crémeux, ce sont des textures riches, avec beaucoup d'huiles dedans qui permettent de bien décoller le maquillage et la pollution qu'on accumule dans ses pores pendant la journée.

muslin
Tourné comme une sorte de rituel par la plupart des marques spécialisées, ces nettoyants/démaquillants performants sont vendus avec une mousseline (ou MUSLIN en anglais).
Il s'agit d'un carré de tissu, le plus souvent du 100% coton, qu'on imbibe d'eau bien chaude, et qui sert à ôter le produit du visage en ayant les pores bien ouverts grâce à la chaleur.

Une fois le nettoyage terminé, on referme ses pores avec un splash d'eau froide, et on est pimpant.

Je vous reparlerai du  Cleanse & Polish de Liz Earle, le baume que j'utilise en ce moment, car je n'ai pas encore assez de recul que pour avoir un avis définitif sur l'effet à moyen terme.

Mais en tout cas, sur le (très) court terme, je constate déjà deux choses :
- la peau reste bien hydratée et parfaitement nettoyée !

- c'est la première fois qu'un nettoyant (autre que le miel) me laisse cette sensation de douceur exceptionnelle, sans que l'application d'une crème de soin soit nécessaire par après (oui oui !)

 

Il est certain que l'usage de la mousseline joue énormément dans l'efficacité du produit, et surtout dans l'expérience sensorielle.


Plein de marques ont fait leur preuve, Liz Earle donc, mais aussi Emma Hardie, Balance Me, Eve Lom, et j'en passe.
Même s'il est vrai qu'en général l'investissement de départ paraît élevé, le produit va vous durer assez longtemps (et pour les tissus, he bien, ça dépendra de vos qualités de ménagère)

Le confort après utilisation en fait un soin que je trouve totalement adapté à toutes les filles, quel que soit leur type de peau.

 

Alors, vous connaissiez ? Ca vous donne envie ?
Des bisous mes Caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 16:00

a1.jpg

 

Il y a quelques mois, j'étais tombée sur une vidéo d'Hélène de MBDF qui avait la peau complètement en rade après une allergie cosmétique, et avait fait tout un speech bien convaincant sur le masque apaisant hydratant d'Avène qu'elle disait utiliser comme on vide un évier, à la vitesse de la lumière.

Tchou Tchou, j'ai été faire mon show dans une parapharmacie du quartier mais dans les rayons j'étais moins emballée :
- le pot ne faisait que 50 ml, et selon moi c'était une contenance ridicule (parce que bien sûr à l'époque, j'étais certaine que je n'allais faire que trois masques avec ce tube)
- du coup comme je pensais qu'il n'allait pas me durer longtemps, je le trouvais cher (15 euros)

a2.jpg

 

C'est au fur et à mesure des utilisations que j'ai compris qu'en fait, un masque, ça ne se fait pas à la truelle, mais en fines couches bien réparties.
Viens, on va parler.
 

** Le masque hydratant apaisant d'Avène  **
 

Je vais ENCORE vous embêter avec ça mais ma peau fait partie de celles qui adorent l'eau d'Avène, qui veulent en boire tous les jours jusqu'à plus soif, se rouler dedans, la prendre en perf'.
Pour tout vous dire, si je ne devais emporter que deux produits sur une île déserte ce serait mon rhassoul et ce masque qui font un duo d'enfer digne d'un bon vieux Laurel et Hardy.


Le packaging
Il est tout simple, contient donc 50 ml, et se présente sous forme de tube.
Quand on arrive au bout, cela devient un peu compliqué d'extraire le produit, il faut alors envisager de couper le tout dans la largeur pour pouvoir vider la bête jusqu'à la dernière goutte.

a3.jpg

 

Le produit
J'avais essentiellement acheté ce masque pour :
- hydrater ma peau
- l'apaiser quand j'étais en phase de crise boutonnesque
- et avoir une belle peau bien repulpée et qui criait "ouais gars, je suis un épiderme Deluxe"

Au niveau de la composition, il y a plus de 72% d'eau d'Avène dans ce produit, de l'huile de Carthame, mais également un élément qui fâche pas mal de gens car en deuxième position, de la paraffine liquide.

Alors, on en a pas vraiment parlé encore sur ce blog, mais quand vous achetez un soin et que vous faites plus ou moins attention aux ingrédients, il vaut mieux privilégier des substances actives qu'inactives.
La paraffine liquide est un élément issu de la pétrochimie, mais également un agent filmogène dans les soins cosmétique qui crée une couche à la surface de la peau et peut empêcher certain types de peaux (mixte à grasses) de "respirer" correctement (les silicones ont un peu le même genre de comportement).

J'avais déjà testé la Bio oil à une époque, qui avait cet ingrédient dans sa composition et ça avait été une catastrophe, j'avais eu une escouade de boutons blancs qui avaient débarqué sur mon menton, ô joie.

POURTANT, car il y a un mais, un naguère et un jadis, le masque d'Avène n'a eu aucun effet négatif sur ma peau.
AU-CUN.


D'où ma conclusion à ce sujet : rien ne vaut le bon vieux test cutané pour voir si vous tolérez un produit ou pas, car une formulation n'est pas pareille à une autre et la peau réagit toujours différemment à celle de quelqu'un d'autre.


Utilisation
Il faut étaler une couche plus ou moins épaisse sur le visage et attendre 10 à 15 minutes.
Une fois le temps écoulé, enlever le surplus.

a4.jpg
La première fois que je l'ai appliqué, j'ai cru me mettre de la crème gorgée d'eau, à la fois très fluide mais en même temps très riche (bonjour, je parle pas français).

Ma peau avait tout bu en 2 minutes chrono, signe qu'elle avait fortement besoin d'hydratation, j'ai donc du en rajouter une couche, qui elle, a moins pénétré. J'ai alors enlevé le surplus 10 minutes plus tard.

J'avoue que parfois j'utilise ce masque comme un masque de nuit : je l'applique, je laisse tout bien pénétrer, et après une heure je masse ma peau s'il en reste histoire de ne plus avoir de résidus (en général, il ne me reste pas grand chose).
Au réveil, la peau est magnifique, douce comme de la soie et au top de sa forme.

 

a5.jpg
J'en suis encore à mon premier tube même s'il commence à montrer des signes de faiblesse, il m'a duré 4-5 mois jusqu'à présent.
Concernant l'odeur, ça sent le soin Avène, rien de particulier à dire là-dessus.

** Le mot de la fin **

C'est LE masque que je sors en cure dès que je sens qu'il y a une crise de déshydratation, que j'ai pas mal utilisé cet hiver pour assouplir ma peau bien agressée par le froid.
Quand j'ai la peau irritée sans raison, ou des plaques rouges par réactivité à l'eau, il arrive à bien apaiser ma peau
Je l'ai aussi déjà utilisé uniquement en local sur les joues il y a un mois car j'avais de grosses plaques sèches à cet endroit-là.

Je pense qu'il peut convenir à tous les types de peau, plutôt celles qui tolèrent cette eau thermale, et qui ont la peau sensible et qui ne supporte rien en ce moment.

Enfin voilà, j'arrive au bout du premier tube, j'ai envie de pleurer.
Je vais aller m'en racheter.

Des bisous les Caribous !


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 14:26

Quand My beauty a lancé son défi du lundi sur le démaquillage, je me suis dit "ha tiens, en v'là une bonne idée pour taper sur les doigts de tout le monde".

Puis j'ai vu qu'il y avait des questions auxquelles il fallait répondre, et que ça parlerait de moi, encore une fois.
Alors, quitte à vous dire ce que je fais et pourquoi je le fais, je m'en vais répondre aux questions et vous glisser quelques conseils par-ci par-là, si tant est que vous soyez encore larguées en démaquillage (et pourtant dieu sait si je fais des efforts pour vous inciter à passer par le lavabo chaque soir).


makeup.jpg 

Première question  : "est-ce que vous vous démaquillez tous les soirs? Pourquoi?"

Tous les soirs où je suis maquillée (sinon je passe directement au nettoyage).
Je fais l'impasse dessus les soirs où je ne suis pas chez moi, mais sur une année, c'est vraiment très peu de démaquillages manqués. 

 

Je le fais parce que tout simplement, le maquillage n'est pas un soin qu'on doit laisser sur la peau comme un masque de nuit.
Plus vous laissez des particules de fond de teint traîner sur votre minois, plus vous aurez de chance de vous retrouver avec quelques pores bouchés et une taie d'oreiller bien sale.
Pour une soirée, ce n'est pas grave, on peut dire coucou au divan si on est complètement déphasée dans sa tête et qu'on voit des poneys, mais si vous arrivez encore à marcher, vous savez où aller avant de vous vautrer dans votre lit. (Et non, je ne parle pas des toilettes)
 


Deuxième question : "quels produits utilisez-vous pour vous démaquiller?"

Depuis que j'ai découvert le millefeuille, je n'ai jamais jonglé qu'entre deux sortes de produits : l'huile démaquillante et l'eau micellaire.

sebi

 

L'huile, c'est le nec plus ultra pour se démaquiller en douceur et en profiter pour se massagouiller le visage, l'eau micellaire est un peu plus fraîche et je la préfère pour des saisons plus chaudes ou quand j'ai très peu de maquillage à enlever.


Troisième question : " êtes-vous adepte des rituels précis et organisés, ou au contraire allez-vous au plus simple? "

Je vais au plus simple le matin, et je me millefeuille le soir, ça me permet d'aller à l'essentiel au réveil, et d'être impeccable au moment de me coucher.



Quatrième question : "êtes-vous satisfaite de votre routine actuelle?"

Très.

J'ai mis du temps à trouver ce qu'il me fallait, mais après un an de travail acharné à suivre des pistes et fermer des portes sans issues, je suis enfin arrivée à cerner ce que ma peau aime plus ou moins. (Et oui, j'en suis fière)



Cinquième question : "quels produits aimeriez-vous tester pour améliorer votre démaquillage?"

Alors là, je suis en pleine découverte virtuelle des démaquillants baumes qui s'utilisent avec des muslin cloths (une sorte d'éponge/voile en coton). Depuis quelques jours ça me démange fortement d'en commander, mais ça rimerait à mettre la tosowoong de côté, ce qui m'embête un chouilla.

http://media.tumblr.com/40ccec552830a1ecab09b51906a0919d/tumblr_inline_mkvxlsb9Fp1qz4rgp.jpg

J'ai remisé mon envie d'avoir une Clarisonic, même si j'ai tanné tout le monde il y a quelques mois de cela pour qu'on aille m'en chercher une à la nage.



Sixième question : "votre routine démaquillage évolue-t-elle avec les saisons?"

Ce qui évolue le plus dans mes routines, ce sont plutôt les soins de "bout de chaîne", type la crème, et la lotion.

Je suis toujours tombée sur des produits qui me convenaient pour le démaquillage et le nettoyage, donc de ce côté-là je n'ai jamais eu de soucis.

NB : ce n'est pas parce qu'un produit ne reste que deux minutes sur votre visage qu'il ne peut pas être responsable de sa déshydratation, au contraire. Pensez à bien choisir vos produits, un à un.



Septième question : "comment votre routine a-t-elle évolué avec le temps? (utilisez-vous toujours la même technique aujourd’hui qu’il y a 1 an, 5 ans, 10 ans, 20 ans…?)"

J'avais une routine folklorique quand j'étais ado, j'allais au supermarché sans aucune idée précise et je prenais toute une gamme nivea pour me remplir les bras, plus fortement attirée par le packaging et l'incroyable slogan "dégommeur de pustules" plutôt que par la réelle efficacité. (Gros souvenirs d'une crème bleue élastique pour "hydrater" et matifier ma peau, qui ressemblait au Slime vert avec lequel on jouait en cour de récré il y a 15 ans)

Mes crèmes étaient des monstres purifiants, je me nettoyais le visage avec un scrub (effet Spontex assuré), je ne me démaquillais pas tous les soirs, c'était l'anarchie cellulaire, mes boutons faisaient des monts et moi je criais au scandale.

Ma routine a évolué vers un mieux depuis, mais j'ai du attendre que mes hormones se calment pour enfin apprécier les soins de manière générale.

Je garde de très mauvais souvenirs des laits démaquillants, froids à l'application, qui ne démaquillaient rien, qui laissaient la peau grasse, collante, luisante, un air de boule à facettes bien trop heureuse.

 

Oui j'avoue, je viens de loin.


Le mot de la fin
Il y a des filles qui ne se démaquillent pas et qui gardent un teint de rêve et d'autres qui prennent trop soin de leur peau et deviennent criblées de boutons.
On vous l'a toujours dit les filles, le mieux, c'est la demi-mesure, ça permet d'en rajouter sans en faire trop.

Et pour celles qui font l'impasse 365 jours par an, c'est peut-être ce genre de vidéo qui vous fera changer d'avis :


Des bisous les Caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 18:06

J'ai toujours été très mousse.
Pas la mousse de bière, ni la mousse qui fait l'écume sur les bords des fleuves, plutôt mousse de bain, mousse de framboise, mousse cappuccino, mousse bien douce dont j'éclate les bulles sous mes doigts pour en créer de nouvelles.

Parmi les mousses que j'aime, il y a la mousse nettoyante matifiante qu'Avène m'a gracieusement offerte.

 

avenemnm.jpg

 

Dans ma salle de bain, il y a une petite bataille entre les produits Avène et Nominoë.
Parce que les deux marques font du bien à ma peau, et que je n'arrive pas à faire de choix, j'alterne, je tente chez l'un puis chez l'autre, en me faisant mon propre programme beauté.
Et j'arrive à faire ma tambouille comme une reine, c'est dire si je gère.

La mousse nettoyante matifiante Avène

 

Le packaging
Il est simple, sobre, efficace, aux couleurs de la marque.
Le flacon contient 150ml de produit et possède une pompe qui délivre une juste dose de produit (une pression suffit largement pour tout le visage)
mnmsavon.jpg
Le produit
La mousse sent extrêmement bon, le printemps, le propre, mais sans évoquer la cuvette des wc (je vous vois venir). C'est vraiment une odeur qui inspire la fraîcheur.

J'avais un peu peur de trois choses :
- je me méfie comme de la peste des produits "matifiants", parce qu'ils ont toujours l'audace de réduire à zéro l'hydratation en surface de peau et sont souvent occlusifs quand il s'agit de crèmes
- il est mis qu'il convient pour les yeux, et, ayant les yeux très fragiles, j'étais un peu sceptique
- j'espérais vraiment que la base lavante ne soit pas trop agressive

mnmmousse.jpg
Le premier bon point de ce produit, c'est sa base lavante douce.
Moins douce que la Nominoë, certes, mais pour un produit de parapharmacie, on est à un très bon niveau vu que c'est une mousse sans savon. (Elle est aussi agréable à utiliser que la crème lavante clean-ac, si ça peut vous aider)

La mousse est très fine et gorgée d'eau, donc on a l'impression qu'elle va s'effondrer dès qu'on y aura mis le doigt mais pas du tout : elle reste bien présente, et se fait un peu plus généreuse pendant le lavage.


mnmlmain.jpg
Le second bon point, c'est pour l'usage sur les yeux.
En effet, certains jours de grande flemme, pendant lesquels je me prédémaquille à l'huile avec la classe d'un gorille trop poilu et qu'il me reste du produit sur les yeux, j'attaque avec la mousse pour ôter les résidus.
Elle ne pique absolument pas. Et quand je dis pas c'est PAS, c'est assez incroyable.

 

Le troisième point c'est que pour un produit matifiant, elle n'arrache pas l'épiderme avec le derme.
Qui l'eut cru, il s'agit plutôt d'un nettoyant que je classe du côté de ceux qui traitent petit à petit la peau (vraiment petit à petit, vu la place des agents traitants dans la composition) sans l'agresser.

Quant à la réelle action sur la matité de ma peau, je n'ai pas d'avis là dessus, je ne brille plus spécialement malgré ma peau mixte déshydratée (je suis d'une grande aide hein ?).
Mais en tout cas, je n'ai pas la peau qui réclame à boire comme une ivrogne après le nettoyage.

Efficacité
Elle conviendra de toute façon à toutes les donzelles à peau normale à mixte (pas parce que c'est écrit sur le packaging, mais parce que ma peau est une chieuse et qu'elle approuve mes propos).
Je la trouve très bien comme "nettoyant/démaquillant" pour des filles qui ont un maquillage très léger, et qui cherchent un produit pour peaux normales à mixte qui soit un basique en lequel elles ont confiance et qui fait vite et bien son travail.
(D'ailleurs la rinçabilité est excellente)

Le mot de la fin

 

Depuis que je l'utilise, c'est à dire un bon mois, le produit a à peine baissé (on est passé d'une contenance de 6/6 à 4.5/6).
Comme je ne me lave le visage que le soir, je pense qu'elle peut durer un bon 6 à 8 mois.

Vendu en parapharmacies
Entre 12 et 15 euros les 150ml


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 14:17

C'est faible, une fille.
Moi, je suis complètement larguée dès que je vois des produits cosmétiques à emballage blanc, blanchi, transparent, je suis un peu monomaniaque du packaging.

Depuis que mon millefeuille et ma routine sans eau du matin m'ont stabilisé la peau, je suis un cap qui me plaît tout à fait.
Les produits sont simples et efficaces, et me conviennent parfaitement pour cette période un peu transitoire entre la fin de l'hiver (qui dure et étale sa confiture jusqu'au bout) et le début d'un printemps tant attendu.

Routine Du Matin !

airroutine-copie-1.jpg

1.Eau nettoyante cleanance d'Avène
2.Eau thermale d'Avène
3.Philtre de Beauté Nominoë

Sans grande suprise, le matin, j'en suis toujours au sans eau.
Je n'ai pas encore fini mon premier bidon d'eau nettoyante d'Avène, et pourtant j'ai déjà racheté une bouteille tellement j'aime ce produit : je le trouve efficace sans agresser, ma peau est douce et non assèchée (mais alors pas du tout !), bien rafraîchie dès le réveil !

http://media.simplymarket.fr/PHOTO2/3133200/065696.jpg

J'utilise des cotons demak'up pour appliquer l'eau nettoyante, les sensitive. J'avoue que depuis que j'ai découvert qu'un bon coton pouvait faire toute la différence, je mets le prix.
Ceci dit, les Kruidvat sensitive sont aussi super et coûtent à peine 0.89 cents pour 50 disques.

Après ça, je me pshiiit de l'eau thermale sur le visage, en fine brume (même si parfois je mets la dose tellement j'aime l'effet FRESH d'une bombe à eau sur ma peau), et après quelques instants, je tamponne avec une serviette en laissant mon visage légèrement humide au toucher.

J'enchaîne avec le philtre de beauté, il pénètre assez rapidement, et le fait que ma peau soit un peu mouillée rend l'application encore plus agréable.

C'est fini pour la routine du matin, en une minute, tout est fait. 

 

Routine Du Soir !

airroutine2

1. Huile démaquillante lactée d'Edenens
2. Mousse nettoyante matifiante d'Avène

3. Eau thermale d'Avène
4. Gel frais hydratant contour des yeux de Melvita
5. Philtre de beauté de Nominoë

Le soir, je prends un peu plus mon temps.
Je suis toujours à l'huile démaquillante d'Edenens, et, malgré le fait que je la trouvais trop "fine" et lui préférais une texture plus épaisse comme celle de Liérac, he bien j'ai fini par l'aimer mon huile lactée.

J'enchaîne avec un nouveau nettoyant que j'utilise depuis un bon mois, la mousse nettoyante Avène.
Comme je venais de celle de Nominoë qui est impeccable, j'avais un peu peur de faire une réaction boutonnesque, mais que nenni ! Cette mousse fonctionne très bien avec la tosowoong sans rendre la peau sèche.
Je vous en parlerai plus à fond dans une prochaine revue, promis.

Re Pshiiit d'eau thermale Avène.

Je dégaîne un contour des yeux tout beau tout frais que j'ai acheté fin février, le gel frais hydratant de Melvita.
Sa composition est vraiment bien, avec de bons actifs dedans tels que l'eau de rose et de bleuet.

Je ne peux pas me prononcer quant à son action sur les cernes vu que je n'en ai pas ou très rarement. Mais sur les poches il fait du bon boulot (je parle de poches de gonflement, qui sont dues à une mauvaise circulation et non à un affaissement des tissus du contour de l'oeil).

Après ça, je met mon philtre de beauté et c'est tout.

De temps en temps je mets encore un peu d'Epiduo sur mon menton, mais j'ai plutôt l'impression de le faire par précaution plutôt que par soin.

 

Pendant le mois de mars ,...
http://www.onlyhappyinthesun.fr/wp-content/uploads/2010/07/hydrance_legere.jpg

 

J'ai voulu essayer la Hydrance Optimale Légère d'Avène.


J'en avais entendu beaucoup de bien, la composition avait l'air acceptable selon mes critères, et la texture était vraiment idéale pour la saison.
Comme il a fait très froid pendant ce mois-là, je cherchais quelque chose de plus costaud que la Nominoë, mais ça ne s'est pas bien passé.

Ma peau était très déssèchée, et la hydrance trop grasse pour mon type, je me suis vite retrouvée avec des micro-kystes un peu partout sur le visage et un teint vraiment brouillé.
J'ai mis un certain temps avant de me débarasser de cette impression d'être crasseuse des pores (deux bonnes semaines au moins).

Enfin voilà, c'est le premier soin Avène que je teste qui ne me convient vraiment pas.

En même temps, je l'ai utilisé à un moment un peu rude pour ma peau, du coup c'était peut-être un concours de circonstances. J'essaierais de remettre le couvert plus tard dans l'année, juste pour voir, parce que OUI, je n'aime pas rester sur une défaite.


C'est tout pour les Skin News, je vous ferai des revues séparées pour le contour des yeux et la mousse d'Avène, parce que ce sont vraiment de bons produits pour ce printemps !

Des bisous les Caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:37

pills.jpg

 

J'en parle peu souvent parce que ça me touche de près et que ça rythme plus ou moins ma vie, mais mes migraines sont potes avec des médocs peu recommandables.

Il y a deux ans, après des maux de têtes violents et une crise de spasmophilie, j'ai suivi un traitement de fond, comme ils disent.
Je vais chez un neurologue qui me fait marcher (pour de vrai), prend des mesures, parle avec moi, et après une heure et demie de consultation, me donne une ordonnance toute belle pour un anti-dépresseur quand je me demande encore comment j'en suis arrivée là.

J'ai beau la supplier de trouver autre chose, elle ne veut rien entendre.
Bon.

Je suis les recommandations à la lettre, je deviens un peu déphasée par rapport aux gens, j'ai un temps de retard en début de traitement, du mal à répondre du tac au tac, je mets quelques secondes pour assimiler les informations et pouvoir y répondre.
Les premiers jours sont insupportables, tout va trop vite à la télévision, je suis incapable de me concentrer et j'ai l'impression d'être agitée de l'intérieur sans pouvoir libérer toute cette énergie stagnante.
Il devient étrange de mettre sur le compte du médicament certains comportements, le fait de manger plus, d'être prompt à faire des activités, d'être plus ouvert. Il y a ce qu'on est et ce qu'on vous fait être avec quelques milligrames en plus par jour dans vos veines.
Après un an de grand bonheur, à gober sans broncher cette pilule blanche qui a fini par me faire voir la vie en rose, j'étais devenue une baudruche: de 47kg pour 1m63, j'ai frôlé les 62kg.
Une boulette quoi.

Je ne me suis pas rendue compte tout de suite du changement, on s'en est juste aperçus d'un coup, comme ça, comme si pendant la nuit je m'étais plaqué de la graisse un peu partout sur le corps et que javais trouvé ça joli.
Mon visage avait un double menton qu'on ne pouvait cacher, j'ai donc décidé d'arrêter le traitement parce que je n'avais plus l'impression de me reconnaître dans le miroir et que mes pantalons refusaient les uns après les autres de se fermer.

Sauf que, ce n'est pas si simple de couper le cordon.
Quand on suit un traitement de fond pendant un aussi long laps de temps, l'arrêt progressif entraîne des effets indésirables qui m'ont accablée pendant deux-trois mois : nausées qui me poussent aux toilettes sans vomir, vertiges à chaque pas, chute de tension improvisées, imprévisibles et l'humeur fluctuante.

 

Je n'avais plus trop de crises de migraines, donc je me disais qu'au final, je ne devrais plus repasser par un traitement aussi "lourd" pour une fille en bonne santé, et vu que mon cerveau avait appris à ne pas trop s'agiter pendant une période de stress, je pouvais naviguer tranquillement sur les flots sans m'inquiéter de chavirer.
Le sevrage se passe tant bien que mal, je tangue encore un peu sur mes pieds, mais je suis plus lucide que quand je prenais ma dose quotidienne.
 

Puis rebelotte.


Il y a quelques mois je suis en crise, j'enchaîne des maux de tête, des céphalées de tension et des migraines alternées et le moindre énervement me couche au lit.
Presque en pleurs et plus que pitoyable, j'arrive à joindre ma neurologue qui me redirige vers mon médecin pour trouver un traitement en attendant de la voir.

 

Une semaine plus tard je suis sous bêta-bloquants.
Une horreur.


Le début se passe mal, j'ai le coeur qui pompe trop doucement à mon goût, je marche sur de l'ouate et n'arrive plus trop à réagir en temps et en heure.
Puis je m'habitue petit à petit à vivre comme un escargot et à accepter qu'un coeur qui bat moins vite c'est aussi une solution contre la migraine, que les médecins savent ce qu'ils font.

Effectivement, après plusieurs mois, je n'ai quasiment plus de crise, mais aussi, je n'arrive plus trop à faire d'efforts.
Courir est plutôt pénible, monter ou descendre des marches d'escalier me crève.
Je pèse 55 kg mais j'ai toujours l'impression de ne plus être pareille.

Je décide de voir le médecin, pour lui dire que j'aimerais qu'on arrête de rigoler, que le cirque a assez duré, et que je veux qu'on me dédouane de ce genre de médicament sur le champ.
Si avec l'anti-dépresseur, j'étais dans un bonheur béat et complètement aveugle, le bêta-bloquant, lui, joue sur un terrain plus glissant.

Mes pensées qui jusqu'alors ne s'étalaient que sur du court terme, à me demander ce que j'allais devenir dans un mois, ont pris le large et me font désormais voir ma vie d'un bout à l'autre.
Comme une cage d'incertitude, chaque pas dessine un grand trou noir, je ne suis plus sûre de rien et en doute permanent, rien que du joyeux qui angoisse plus qu'il ne rassure.

 

Second sevrage.
Je suis en plein dedans.

 

Le docteur me dit "vois jusqu'où tu peux aller, et si tu te sens bien à une certaine dose, on continuera comme ça".
Moi je veux que ça quitte mon sang, que ça arrête de jouer avec mon coeur, ma vie, mon cerveau, c'est trop d'enjeux dans un seul cachet.

Je suis d'humeur exécrable, m'énerve à la moindre anicroche, et comme je ne peux descendre les doses que par palliers, je suis contrainte d'attendre avec impatience de pouvoir retirer quelques mg tous les 10 jours en espérant me sentir mieux.
Je suis toujours aussi fatiguée.
 

Dans 24h, je descendrai d'un second pallier, en espérant que mon état migraineux n'empire pas, que je ne doive pas faire trop d'efforts pour garder le cap et que les effets indésirables du manque ne soient pas trop présents.

J'ai écrit ce billet pour que vous réflechissiez à deux fois quand on vous prescrit des traitements de fond : parce que oui, certes, ils vous offrent un confort de vie pendant quelques mois, quelques années, deviennent une béquille, mais il faut accepter que la migraine, c'est un flou médical, que ça inclut trop de choses pour être traité aussi facilement.
L'impression d'être une poule à qui on lance des cachets pour qu'elle ne fasse pas trop de bruit m'insupporte aussi.


On est faible dans ces cas-là, dans le cabinet d'une personne qui a fait des études pour vous soigner.
On pense que tout se résoudra sans encombres, qu'on aura que le bien dans une pilule sans aucun aspect négatif.
C'est faux.

Et ça avait trop d'impact que pour que je me taise.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 10:40

baumes1.jpg

 

D'un coup d'un seul, j'ai décidé de devenir une hystérique des lipbalms:
- d'abord parce que l'hiver pourri et prolongé mangeait mes lèvres

- ensuite, parce qu'une tendance génético-pas normale consiste à me lécher les babines sans arrêt ce qui les détruit


Le déclic s'est passé quand, par un beau jour de février, je me suis réveillée avec une bouche en lambeaux, du sang par endroits, je ne parvenais même pas à sourire tellement c'était craquelé, t'imagines la marrade.
 

**LE CHOUCHOU COSTAUD : REMEDERM de LOUIS WIDMER**
 

J'avais fait plein de recherches sur les baumes mais je savais que ce qui me fallait c'était quelque chose de costaud.
J'ai laissé la pharmacienne choisir, et elle m'a tendu un beau petit stick blanc en me jurant que c'était tout à fait conseillé pour ce que j'avais.

 
baume2.jpg
Elle a eu raison.
Une fois sortie du magasin, je l'ai appliqué en grosse couche, et en une heure j'avais des lèvres qui s'étaient énormément réhydratées et surtout qui ne tiraient plus.

 

Louis Widmer est une marque qui n'est pas vendue en France apparemment, mais bien en Suisse et en Belgique.
 

baumes3.jpg

Les plus 

- il y a pas mal d'huiles végétales même si elles ne sont pas présentes en grande quantité (8%)
- il a une action apaisante sur les lèvres et les répare assez vite (convient très bien aux babines en charpie)
- il est légèrement brillant

- il a un effet couvrant sur les lèvres, qui les protège vraiment du froid et de ses effets desséchants
- il ne faut pas en remettre souvent
- l'embout d'application est pratique
- il est sans parfum (dans la version que j'ai achetée)
- il contient 15 ml de produit pour 7 euros

 

 

Les moins
- il colle moyennement, un peu comme un gloss léger, ce qui peut déranger

- même s'il ne fuit pas, la texture est plus épaisse que les baumes traditionnels

J'aime tellement ce stick que je ne le quitte plus, je le traînais partout, même si très vite j'ai eu envie d'autre chose, d'alterner avec de nouvelles sensations.
Du coup, comme une fofolle fait son nid, j'ai commencé à accumuler les baumes (sans toutefois faire trop d'erreurs dans mes choix), et en moins d'une semaine j'en avais acheté cinq ou six.
 

**LE CHOUCHOU CRÈMEUX: COLD CREAM d'AVÈNE**

Avène quoi.
Je l'avais acheté au départ parce que je voulais compléter mon élevage de produits de la marque avec un basique pour les lèvres.
Puis parce que le packaging me plaisait et que la para dans laquelle je me trouvais en vendait deux pour le prix d'un.(voilà, j'ai été faible, c'est le mot)

 

baumes4.jpg

 

Celui-ci je l'utilise plutôt pour le soir : quand je vais me coucher, je me le passe généreusement sur les lèvres pour éviter de me réveiller le lendemain matin avec de magnifiques peaux mortes

 

baumes5.jpg

Les plus

- même s'il s'agit du baume qui a la composition la plus chimique dans ceux que j'ai, son premier ingrédient est l'huile de ricin qui est une huile fortement nourrissante et réparatrice
- le stick est super pratique à manier

- l'action couvrante est moins forte que le remederm mais reste assez conséquente

- la formulation au cold cream est vraiment top pour faire barrière avec le temps (le vent, le froid, etc)
- j'aime beaucoup la texture crémeuse
 

 

 

Les moins

- son gros moins, c'est que, s'il n'est pas assez réchauffé, il laisse un effet blanchâtre sur les lèvres

- odeur typique des produits Avène (c'est pas forcément un moins, mais faut aimer)

 

**LE CHOUCHOU NATURE: EVERON de WELEDA**

 

Honnêtement, au début, je l'ai détesté ce baume.
Réellement, je le trouvais naze, aucune tenue, je n'arrivais pas à avoir assez de produit sur les lèvres, bref, j'avais envie de le pendre.

baumes6.jpg

 

Puis j'ai pris mon temps, et lui aussi, et on a fini par s'apprécier.
D'abord, j'ai compris qu'il était plutôt long à la détente et qu'il fallait bien le travailler pour avoir une bonne tenue.
Ensuite, j'ai eu le réflexe de le conserver dans ma poche de pantalon pendant la journée ce qui l'empêchait de "refroidir".
 

baumes7.jpg

Les plus

- sa composition est vraiment au top : de l'huile de jojoba, du beurre de karité, et plusieurs cires naturelles

- il hydrate aussi les lèvres très rapidement mais en profondeur

- il a un SPF 4, ce qui est déjà raisonnable
- il sent plutôt bon

- il ne laisse pas une sensation de lourdeur après application

 

Les moins

- il faut vraiment bien le chauffer, ce qui peut amener à le passer énormément de fois sur les lèvres avant d'avoir ce qu'il faut comme produit (et quand on a les lèvres abîmées, ça peut faire mal)
- le stick n'est pas forcément très attrayant 

 

**LE CHOUCHOU FRUITÉ : BURT'S BEES à la grenade**

 

J'avais tellement vu cette marque sur les blogs de beauty-fashionista et tout le toutim qu'elle me faisait envie.
M'enfin, pas de là à payer des frais de port pour un tube à 4 euros.
Donc quand j'ai vu que dans ma Belgicie perdue il y avait des magasins qui en vendaient, j'ai foncé et j'ai acheté ce stick à la grenade.

 

baumes8.jpg

 

Au premier abord, il fait penser au baume en stick de chez Carmex que j'avais il y a quelques années.
Il promet la régénération immédiate grâce à l'huile de grenade.

 

Les plusbaumes9.jpg

- composition 100% naturelle : en fait, l'huile de grenade n'est pas fort présente, c'est surtout l'huile de tournesol, la cire d'abeille, l'huile de coco et de ricin qui font du bon boulot

- ce stick fond sur les lèvres comme un charme

- il colore très légèrement les lèvres pour les raviver

- l'odeur est vraiment chouette (ça ressemble à la grenade)
- le packaging me plaît énormément

 

Les moins

- il faut en remettre plus ou moins souvent

- mes lèvres ayant besoin d'une réelle protection en surface, il n'est pas assez couvrant pour un baume (mais je pense qu'en été, ce sera tout à fait le genre de soin qu'il me faudra)

- le foutu capuchon est difficile à enlever

 

**LE CHOUCHOU MENTHOLÉ: BURT'S BEES à la cire d'abeille**

 

Je l'ai acheté en même temps que le burt's bees à la grenade, comme si j'avais peur de plus pouvoir disposer de la marque dans les jours suivants. (C'est la guerre en Belgicie, vous dis-je)
 

baumes10.jpg

 

C'est tout à fait le genre de baume qui reste à la maison.
Parce que j'ai horreur des versions en pot, ça oblige à mettre les doigts dedans et après on se retrouve avec les doigts collants et toutes sortes de crapougnasseries qui gambadent dans le produit.

 

baumes11.jpg

Les plus

- ah l'odeur, un mentos à la menthe coincé sur les lèvres, ça donne envie de se les manger toutes crues

- les ingrédients sont simples mais marchent très bien ensemble : cire d'abeille, coco, amande douce, et menthe poivrée pour ne citer que les plus importants

- le couvercle tient super bien

- la texture est douce et légère mais agit vite sur les lèvres (je préfère ne pas l'appliquer si je me retrouve encore avec les lèvre fendillées, la menthe poivrée risquerait de mettre le feu à ma bouche

- grande contenance aussi : 8 grammes pour environs 4 euros à l'achat, et en général les versions pot nous durent toujours plus longtemps donc un bon point

Les moins

- il faut mettre ses doigts dedans (donc bien laver ses mains avant)
- c'est compliqué pour arriver à prélever assez de matière car le baume est plutôt dur (ou alors il faut faire une sorte de trou à un endroit, du coup c'est plus facile pour prélever directement une mini-noisette de produit)
- l'effet frais sur les lèvres qui me conviendra plus en été

 

Je sais qu'en matière de baumes à lèvres, c'est assez difficile de s'y retrouver.
Je connais bien mes préférences, donc en général je privilégie plutôt les textures plus grasses, qui restent plus longtemps sur les lèvres et évitent qu'elles ne se dessèchent.
J'essaye aussi de faire de petits gommages type miel+sucre histoire d'éviter d'accumuler les peaux mortes. En tout cas, depuis que j'ai ces baumes et que je les applique régulièrement, je n'ai plus de problèmes (et pourtant je pars de loin, et le temps n'aide pas)

 

Passez un bon week-end de Pâques

Des bisous les Caribous !

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 14:41

J'avoue tout, j'avais d'abord voulu acheter ce bouquin à cause de sa couverture, quand il était sorti en librairie.
Puis la vie a suivi son cours, j'ai acheté une liseuse, et après m'être battue avec le site de kobobooks, j'ai téléchargé "Certaines n'avaient jamais vu la mer".

Je ne connaissais rien de l'auteur, j'avais lu le synopsis en diagonale, mais rien que l'idée que le récit me donne un bout de Japon me plaisait.

L'histoire

"Les visages, les voix, les images, les vies que l’auteur décrit sont ceux de ces Japonaises qui ont quitté leur pays au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis un homme qu’elles n’ont pas choisi.
C’est après une éprouvante traversée de l’océan Pacifique qu’elles rencontrent pour la première fois celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui dont elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir."

 

otsu-copie-1.jpg

Mon avis
Alors, tout d'abord, dans les auteurs japonais, je suis plutôt fortement habituée à l'écriture à la fois volante, transparente, absurde mais tout aussi tenace de Haruki Murakami.
Donc j'ai un peu été chamboulée dès l'ouverture de ce livre parce que la structure est complètement inattendue.

On nous envoie au visage des phrases.
Des phrases simples, qui commence par un Nous, qui désigne un On, une foule, dont on décrit à chaque fois une action, une situation apparentée à une personne en particulier mais qui est vite emportée par le flot du récit.

J'en avais parlé à un ami, de ce livre, en le décrivant comme une sorte de photographie de masse, dans laquelle on passe d'un visage à un autre, sans vraiment retenir les histoires de tout le monde.
C'est très bruyant, il y a beaucoup de paroles qui s'échappent des phrases, on est à la fois dans le très concret (sujet verbe complément), mais aussi dans toute une série de sous-entendus.
Aurait-on du aider ces japonaises exilées ? Qu'ont-elles vraiment mérité ? Que vont devenir leurs enfants qui se comportent comme des gosses de blancs ?

Je pense que même s'il s'agit d'une mosaïque très juste, il est plutôt difficile d'aimer ce bouquin à moins de le prendre comme il est, et non pas en ayant l'impression que l'auteure se cramponne au rebord d'une piscine sans oser prendre le large .
L'impression de ne capter que des bribes de conversations, mais qui mises bout à bout, sont la voix de ces femmes, de chacune d'entre elles, de toutes à la fois, peut décontenancer.

C'est un bouquin qui se lit très vite, et qui laisse un goût amer si l'on se prend à repenser à ces femmes qui sont venues de l'autre bout de la terre pour un homme qui n'était pas si proche de l'idéal concubin dans la réalité, qui se sont tuées au travail, et ne sont restées qu'un souvenir presque fade dans l'esprit des gens qui ont croisé leur chemin.

Je le recommande
Parce que  malgré que j'aie mis du temps pour apprécier ce bouquin, c'est surtout d'en avoir parlé au détour d'une conversation qui m'a fait prendre conscience que, au-delà du style propre à ce livre, Otsuka est vraiment une artiste.

Aux personnes qui sont des lecteurs bien rodés, qui n'ont pas peur des phrases courtes ni d'être un peu chamboulés par ce pan de l'histoire américaine que peu de gens connaissent finalement.

* Note 8/10 *


Je vous laisse avec une vidéo de présentation de "Certaines n'avaient jamais vu la mer" par l'auteure elle-même.
En tout cas, après cette lecture, j'ai bien envie de continuer à découvrir son univers (et quelle chance, elle considère ce récit comme une préquelle à son précédent ouvrage "Quand l'empereur était un Dieu", du coup j'ai fait les choses dans l'ordre).
 


Bonne journée les Caribous !
(Vous lisez quoi en ce moment ?)

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 11:34

Alors voilà.
 

Cette semaine, sans trop savoir où j'allais, j'ai mis pas mal de choses en favori, et c'est une fois que j'ai fait le tri que j'ai VU.
J'avais encore craqué sur le Kawaï, ce qui vient du japon, les contes de là-bas, les envies de bento et de végétation luxuriante.
Voici donc le meilleur de ce que j'ai trouvé en espérant que ça vous plaise autant que ça m'a plu :

 

DAILY DISGUISE

J'aime beaucoup regarder les blogs mode pour avoir des idées (que je n'applique jamais sur moi)(la preuve, je m'habille en totale contradiction avec mes envies)(comme une plouc, quoi)

Je suis tombée un peu par hasard sur ce site, j'ai vu un article qui sentait bon le printemps, les étoffes légères et le soleil.

Et j'ai validé (m'en faut peu).


collage.jpg
 

OCHIKERON
UNE CHAÎNE YOUTUBE, japonaise, où on parle anglais avec un accent à couper au couteau, mais BON DIEU, c'est tellement beau !
Les tutoriels sont très jolis et normalement vous devriez savoir vous débrouiller pour cuisiner ses recettes même sans comprendre ce qu'elle dit.
J'ai surtout eu un gros crush pour les bento (j'avais lâché l'idée, mais maintenant que j'ai vu ces vidéos, ça me reprend).

ochikeron-copie-1.jpg



LES SHIPPONS
Découvertes chez le rose aux joues, des petites bêtes accrochées à un verre, qui font trempouiller leur queue dans de l'eau et permettent à une plante d'éclore. Une création vraiment kawaï qui pourra réconcilier les personnes plutôt nulles au jardin avec les plantes.
A acheter ici.
shippon.jpg

 

TA3MAM IN JAPAN
J'ai beaucoup aimé les photos et les récits de voyage de Ta3mam au Japon (et ailleurs).
japanta3mam-copie-1.jpg

 


JULIE OTSUKA
J'ai bientôt fini de lire "Certaines n'avaient jamais vu la mer" de Julie Otsuka. Je vous reparlerai de ce livre, un peu à part, très intrigant, mais au style peut-être trop atypique pour certains lecteurs.

"Nous sommes en 1919. Un bateau quitte l'Empire du Levant avec à son bord plusieurs dizaines de jeunes femmes promises à des Japonais travaillant aux États-Unis, toutes mariées par procuration.

C'est après une éprouvante traversée de l'Océan pacifique qu'elles rencontrent pour la première fois à San Francisco leurs futurs maris. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui auquel elles ont tant rêvé.

Celui qui va tant les décevoir. 
À la façon d'un chœur antique, leurs voix se lèvent et racontent leurs misérables vies d'exilées... leurs nuits de noces, souvent brutales, leurs rudes journées de travail dans les champs, leurs combats pour apprivoiser une langue inconnue, la naissance de leurs enfants, l'humiliation des Blancs... Une véritable clameur jusqu'au silence de la guerre et la détention dans les camps d' internement – l'État considère tout Japonais vivant en Amérique comme traître. Bientôt, l'oubli emporte tout, comme si elles, leurs époux et leurs progénitures n'avaient jamais existé."


otsuka.jpg

 


LONGEVITÉ DES JAPONAIS

J'ai lu deux articles sur les secrets des japonais pour vivre plus longtemps : le HARA HACHI BU et COMMENT VIVRE 100 ANS.

 


MODJO DEVIENT MIDAREGAMI
Je suivais déjà le magazine Modjo, et puis d'un coup d'un seul, je ne le trouvais plus dans mon fil d'actu Hellocoton.
Normal, Sarah a ouvert Midaregami, c'est désormais là qu'il faut les suivre.
On y retrouve des articles sur le layering, les must have en cosmétiques japonais, bref, que du bonheur.

midaregmi.jpg

 

 

DOSSIER HELLOCOTON
La team a réalisé un dossier qui regroupe les plus beaux billets du moment sur les voyages au Japon. C'est très coloré, ça me donne envie de pleurer tellement j'aimerais y aller.

helljapon.jpg


C'est fini pour ce tour d'horizon de la semaine, plein de fleurs de sakura et de douceur, tous ces liens me rendent hystérique, comme ça c'est dit.

 

Passez un bon week-end et vive la neige/pluie

Des bisous les Caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Lifestyle
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie