27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 18:23

hydralba1.jpg
Ha temps de pluie, temps pourri, temps de crotte, temps de pisse, temps d'humeur, temps trop frais, temps d'chiotte.

Bordel quoi, je "brrh", du verbe "brrher", signe que l'été a déjà fait ses valises, laissé un rayon sur le pas de la porte au cas où, mais à moins d'être un grand rêveur, je te le dis, la Belgique est déjà en mode raclette au coin du feu et petits chaussons trempés du retour des courses.

J'ai même du me rendre à l'évidence que mes Uggs étaient à l'article de la mort, et que bientôt, un mauvais timing aidant, ce serait la tempête dans ma campagne. Faudrait que je me fasse une virée grosse doudoune et bas extra-rembourrés (tu sais, le genre de collants qui sont tellement épais qu'on dirait des leggings)(et que des cruches portent comme tel), mais j'ai à peine le courage pour me faire un thé.

Enfin bref, je ne suis pas du tout du genre à pleurer la saison estivale, je suis même plutôt d'accord pour que Décembre se magne, parce que l'hiver passé, j'ai compté, sur toutes mes photos instagram, y avait qu'un "regarde, la première neige". Ben m'fille, ce fut la seule.

TRÊVE de blabla, le switchage temps chaud/temps de merde a souvent du mal à passer au niveau de la peau (en tout cas la mienne s'y met à coup de chorale de pores emportés par la rage)(d'habitude). Mais je trouve que, depuis la petite crise de sécheresse au mois de juillet, j'ai plutôt bien su gérer ma barque, et à l'heure où je vous parle (touche du bois), mes hormones ne se dessinent plus sur mon menton.

YOU-HOU Caribou !


La crème de mi-saison

Quand on habite dans la même zone que moi, ça ne sert à rien de prévoir. Vous pouvez vous retrouver sous une avalanche en pleine Grand-Place, mourir avec un grêlon coincé dans la gorge, tenter de ramper sous la drache nationale, puis être complètement hébété par un soleil aussi aveuglant qu'à Hawaï. Le tout en 5 minutes chrono.

Ca s'appelle le charme à la belge.

 

hydralba2.jpg

Je recherchais une crème qui ne soit pas aussi épaisse que la hydrance légère, avec une composition viable et un SPF. Puis quand j'ai lu "protège des stress climatiques", j'ai voulu tester la marchandise (et Aderma m'a gentiment envoyé les deux tubes)(que si t'en profites pour les mettre sur ta tête, ils te font comme deux oreilles de lapin blanc).



Compo/Packaging/Odeur

 

Attention en ouvrant le tube (de l'une comme de l'autre, mais surtout de la light sans UV), parce que ça coule ! J'ai failli crémer mon parquet, mais compris que le meilleur moyen de me servir était de tenir le tube la tête en haut avant de prendre ma dose.

 

Les deux crèmes ont une odeur assez fleurie, pas trop entêtante vu qu'elle s'estompe plus ou moins vite, mais pour une peau sensible, une version non parfumée n'aurait pas été du luxe.

Hydralba Légère

On retrouve de l'eau, plusieurs émollients et hydratants (glycérine, sucrose, etc), de l'extrait d'avoine pour apaiser, le reste étant des conservateurs (dont le phenoxyethanol, donc si vous ne l'aimez pas, fuyez).
Pas de paraffine, pas d'agent occlusif, pas d'huiles minérales ni de silicones. Et pas de parabens.

Water • Caprylic/Capric Triglyceride • Sucrose Stearate • Betaine • Diethylhexyl Succinate • GlycerinSucrose Distearate • Propylene Glycol • Avena Sativa (Oat) Leaf/Stem Extract • Benzoic AcidCarbomerChlorphenesinDisodium EDTA • Fragrance • PhenoxyethanolSodium Hydroxide • Tocopheryl Acetate



Hydralba UV Légère

Tout de suite, la composition s'agrandit un peu plus : on retrouve de l'eau, un dérivé d'huile de coco pour le rendu doudou, un émollient, un filtre UV, encore un émollient, des filtres UV, des acrylates (qui peuvent être un peu occlusifs parfois), de l'extrait d'avoine, de l'huile de tournesol, une pointe de coco hydrogénée, entre autres.
Toujours pas de paraffine, d'huiles minérales ou de silicones, et également sans parabens (et sans phénoxyethanol cette fois)

Water (Aqua) Dicaprylyl carbonate    C12-15  alkyl benzoate diethylhexyl butamido triazone glycerin betaine caprylic/capric triglyceride cococaprylate alluminum starch octenylsuccinate bisethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine methylene bis-benzotriazolyl tetramethylbutylphenol polymethyl methacrylate potassium cetyl phosphate propylene glycol butyl methoxydibenzoylmethane acrylates/C10-30 alkylacrylate crosspolymer avena sativa (OAT) leaf/stem extract (avena sativa leaf/stem extract) Benzoic acid caprylyl glycol decyl glucoside disodium EDTA Fragrance (parfum) Hélianthus annuus (sunflower) seed oil (helianthus annuus seed oil) Hydrogenated coco-Glycerides Sodium hydroxide tocopherol •  tocopheryl acetate xanthan gum

 

hydralba3.jpg

 

Au niveau de la texture, la UV a une consistance un peu plus épaisse, même si une fois pénétrée elle s'oublie vite, je préfère de loin la version sans SPF.

 

Quick thoughts :

  • La légère est bien plus fluide et a un effet frais, moins cocooning que la version UVL
  • Le SPF de 20 est plus que bienvenu dans une crème de jour sans silicones
  • l'une comme l'autre apaisent bien et hydratent ma peau comme il faut (surtout la légère sans UV)
  • elles ne me font pas briller

 

J'ai eu un gros coup de coeur pour la version légère tout court, parce qu'elle est un vrai plaisir à utiliser et qu'elle colle totalement à l'esprit "ma peau POURRAIT refaire des siennes, mais je compte sur toi pour quand même hydrater à merveille".


J'ai bien moins flashé sur la Légère UV, MAIS, c'est tellement dur de trouver une crème basique pas trop grasse pour peau mixte qui combat les rayons et ne me flanque pas de boutons que je tenais à vous dire que OUI, à par la hydrance Uv légère d'Avène, il existe une autre crème, un peu plus light, qui fera très bien l'affaire pour la rentrée et l'automne.

A choisir, et comme j'utilise du maquillage minéral qui fait bouclier contre les UV, j'ai plutôt tendance à utiliser la version normale, puis elle répond bien à mes envies de voile repulpant plus que de cocooning en ce moment.

Mais si je vois que ça tape un peu plus dehors, je dégaine sa jumelle.

Je suis bien contente de ma petite découverte, parce que je rajoute encore deux crèmes à mon panel de basiques, qui font leur job sans sourciller, et une peau douce à souhait.

Après, bon, si vous vous payez les deux, faite gaffe, parce que certains matins, je me suis gourée de tube. Mais y a pas eu mort d'homme, vu qu'entre rose lapin et lapin rose, il y a des similitudes, alors que de confondre son déo spray et son eau thermale, c'est un level au-dessus.
M'voyez ?

 

Des bisous les Caribous !

Reçues, les deux environ 17 euros en parapharmacies

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 12:33

peelyourskin.jpg
Il me semble qu'il est bien de penser à certaines choses à la fin du mois d'août pour ne pas se retrouver dans un merdier sans fond, comme :

  • trier ses pulls par saison
  • refaire son stock de thé spécial "jour hivernal-grosses chaussettes-bout du nez rouge"
  • perdre les pizzas stockées sur les hanches pour faire de la place à la bûche de Nowel, dans 4 mois pile
  • rêver d'une doudoune même s'il fait encore chaud
  • manger de la soupe pour s'habituer au goût
  • se créer un bouclier anti-marronniers (attention, attention, avec diodes intégrées)
  • décider qu'on ne fera pas de déprime saisonnière (mais préparer un Bridget Jones au cas où)
  • commencer à prendre des gélules pour ne pas perdre sa perruque par poignées
  • entreposer les rayons du soleil dans sa mémoire (dans quelques temps on les allumera dans notre tête, en rentrant chez nous dans le noir, à 4h de l'après-midi)
  • faire un plan de raclette
  • sniffer toutes les bougies en magasin en cherchant celle qui sent les grelots de Caribou
  • devancer Pernaut et vous dire que "OUI à leur première rentrée VOS GOSSES VONT CHIALER"
  • sous-entendre que même si la mode veut du gris, je serai toujours habillée en noir, pourquoi changer
  • savoir où se trouvent les stations de chauffage les plus proches
  • commander une luge à paillettes, modèle rétro, double glisse
  • enfin faire mon choix entre "le carré flou c'est trop bien, je l'entretiens" ou "en hiver, je serai bien la plus heureuse avec mon écharpe capillaire" #dilemme 

Vu que la beauté reste mon "hue" dada, trouver une bonne crème d'entre-saison (check !), ni trop légère ni trop grasse pour ne pas souffrir de l'effet poêle à frire, trop courant en septembre.


lotionclarte.jpg

Puis surtout, investir dans un produit exfoliant léger (ou en sortir un de ses stocks, CHECK !), un petit tonique enrichi en acide de fruits pour ne pas trop souffrir de l'effet rebond/du changement de temps/du teint terne de rentrée : on passe la lotion sur peau sèche et démaquillée, LE SOIR, après le nettoyage, et on profite du peeling sans lever le petit doigt.

Comme avec n'importe quel acide de fruit, on se protège la peau du soleil et des UV (bah oui, même quand le temps se rafraîchit Mireille, ça sert à rien de dégommer ses taches pour s'en créer d'autres), et on n'oublie pas de miser sur l'hydratation, avec les variations de température, la peau ne sait plus ou donner de la tête (et je te dis pas la moue de morue qui s'imprime sur ton visage ces jours-là, sans parler des microkystes de saison).

Si vous avez la peau très sensible, privilégiez les PHA, aussi doués que mon ami l'acide glycolique mais moins irritants (puis aussi plus hydratants). C'est en général ceux-là qu'on conseille aux peaux plus matures ou plus fines.
Et si vous redoutez des pores encombrés comme un champ de mine, allez faire les yeux doux à votre pharmacien parce que c'est l'acide salycilique qui sera votre ami (le même qu'on trouve dans la fameuse eau précieuse).

 

(Petit reminder sur les AHA, BHA)

 

L'idée c'est que la rentrée apporte son lot de misère, et qu'en plus d'être soi-même au ralenti, le métabolisme prend le même chemin. Donc, pour ne pas devenir zinzin et crouler sous un amas de cellules mortes, faut penser à entretenir le terrain tant qu'il en est encore temps.
ET PERSONNELLEMENT, les gommages sensoriels ne m'ont jamais plu, je les trouve toujours inefficaces, voire inutiles, agressifs, pas assez puissant et cocoon à la fois. Oui, je demande un grand écart cosmétique, mais j'ai du mal avec les textures à grains.

 


Après, à vous de voir si vous préférez une version soin de nuit-tonique-ou nettoyant (viva le tamagohada), j'ai décidé cette année hier soir de prendre le chemin de la version pad multi-actif, et pourquoi pas m'acheter une lotion en appoint.

Les crèmes sont plus adaptées quand la peau est habituée (ou qu'on veut vraiment faire peau neuve), à mon avis, et comme j'ai trouvé mon bonheur sur ce plan-là, autant entrer en phase d'attaque avec un produit à utiliser une fois par semaine, ça rend le combat plus doux.
Et tout ce qui est progressif m'enchante.

PS : si vous êtes plutôt bio, pensez à l'hydrolat de citron ou encore de pamplemousse, très efficaces pour décongestionner le teint

Des bisous les Caribous !

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 17:02

lushakileine.jpg
Je me souviens que l'année passée, pour détendre mes pieds pris par la chaleur, je les plongeais dans une bassine remplie d'eau froide et aromatisée à l'huile essentielle de lavande.


Oui, je me faisais un bain pour petons comme les vieux et j'aimais ça, j'ai atteint un niveau de plénitude incomparable ces jours-là.

Quelques mois plus tard, complètement concentrée sur mon visage, je dénigrais mes mini-panards, les excluant volontairement de ma routine de soin (QUOI, MOI ? MASSER MES BOUDINS ? NO WAY), ne leur accordant qu'une lichette de baume corporel péniblement étalé du bout des doigts et les fourrant vite fait dans des chaussettes bien fluffy pour ne plus les voir.

 

En hiver on a d'autres chats à fouetter, on veut  se lover dans une couverture en plume d'oie, n'en sortir que pour un cas d'extrême urgence (Alfred qui a boulotté tout le chocolat), et moins on bouge plus on soupire de contentement.
S'il pleut et que l'orage se déchaîne sur les vitres, le sentiment d'être dans son cocon devient carrément jouissif, tout ce qu'on veut c'est ne penser à rien.

Bref, les saisons se suivent sans se ressembler, et il y a quelques semaines, mes pieds m'ont à nouveau fait souffrir.
Signal d'alarme enclenché au maximum, je souffrais jusqu'au mollet, les chevilles n'avaient plus envie de faire office de jointure dans le genre "fous-moi la paix", j'ai les guibolles qui ont la marche molle, je te dis pas la dégaine de chewing-gum.


Du coup, un peu par dépit, je me suis jetée corps et âme dans l'univers des soin pour panards effet fraîcheur, et, mazette, je suis vraiment conquise par mes découvertes !


Akileïne fraîcheur vive, le plus FRESH !


gelaki.jpg

 

Je ne connaissais absolument pas la marque, j'avais reçu le tube dans une box et l'avait vite remisé dans un coin de ma chambre, genre "c'est bon, je suis pas une vieille aux jambes lourdes, ne me zieute pas la couenne".

Mhinhinhin.

 

Dedans il y a (selon la compo du mien, il me semble qu'il s'agit d'une nouvelle version, les pharmacies en ligne ne listent pas les mêmes ingrédients) : de l'eau, de l'alcool (gnouhouhou, vivifiant), un silicone volatil pour le toucher doux, de la glycérine (hydrate), du ginkgo biloba (pour la circulation améliorée), du marron d'inde (décongestionnant), entre autres.
Et pas de parabènes.

 

Aqua, alcohol denat, cyclopentasiloxane, glycerin, polyacrilamide, menthyl lactate, Ginkgo biloba leaf extract, Aesculus hippocastanum seed extract,  c13-14 isoparrafin, menthol, imidazolidynil urea, cytronellyl methylcrotonate, peg-36 castor oil, parfum, laureth-7, citric acid, potassium sorbate-CI 42090 (Blue)

 

gelaki1.jpg 

Un peu intriguée, j'ai commencé mon épopée avec un bête soin de pharmacie et je suis absolument fan de ce produit.


Ce soin se présente sous la forme d'un gel, complètement malléable, très agréable à travailler et qui laisse un peu de temps pour bien pétrir ses petits muscles. Une fois bu, le ressenti n'est pas collant ou huileux, les petons sont hydratés et non poisseux.

La couleur du gel est bleu lagon et donne envie de s'y baigner (crazy !), et même si le premier soir je lui trouvais une action peut évidente à déceler, une fois sous la couette, mon discours s'est mué en "bourdoul, j'arrive pas à réchauffer mes panards !".


Normal Germaine, ils avaient viré glaçons en moins de deux.

Le fresh effect dure au moins une heure (avant que je m'endorme), mais chez Akiléïne, ils carburent au Fristi et jurent qu'on peut tenir 7h avec les patounes glacées - m'est avis qu'après un moment, la zone devient anesthésiée.

 

Je ne peux pas valider cette affirmation, mais au réveil, je me sens le peton guilleret, c'est bon signe j'imagine, et je n'ai jamais loupé une application après une journée de boulot.

Donc je valide !

 

 

Promenade sur le Boulevard de Lush : le plus doudou !

 

promenadeboulevardlush.jpg

 

Puis, après avoir quasiment siphonné la moitié du tube d'Akiléïne en quelques semaines et voulant un peu changer d'atmosphère (l'effet glaçon me plaît, mais varier les textures aussi), j'ai fait un saut chez lush et je suis repartie avec Promenade sur le Boulevard.

En vrai la dame voulait me vendre un machin pour patoune-qui-pue-le-rat, mauvais discours, mauvaise audience, j'étais sa première cliente mais pas docile pour autant.

 

Dedans il y a 

De l'arnica (pour soulager à merveille, dégonfler), des ingrédients adoucissant/nourrissants (amande douce, cacao, glycérine), et trois huiles essentielles (menthe poivrée et verte pour rafraîchir et donner un coup de fouet, et de tagète comme anti-mycosique, antibactérien).
Et oui, y a des parabènes.

 

Eau (Aqua), Infusion d’arnica (Arnica montana), Huile d’amande douce (Prunus dulcis), Beurre de cacao bio issu du commerce équitable (Theobroma cacao), Glycérine (glycerin), Acide stéarique (Stearic acid), Triéthanolamine (triethanolamine), Huile essentielle de menthe verte (Mentha spicata), Huile essentielle de menthe poivrée (Mentha piperita), Huile essentielle de tagète (Tagetes minuta), Lanoline (lanolin), Alcool cétéarylique (cetearyl alcohol), Limonène* (limonene), Linalol* (linalool), Parfum (parfum), Colorant 17200 (CI 17200), Parahydroxybenzoate de méthyle (Methylparaben), Parahydroxybenzoate de propyle (Propylparaben)

 

promenadeboulevardlush1.jpg

 

Clairement, cette formule-ci est un peu plus tournée vers le soin, la détente le temps d'un massage et la nutrition du peton en prime.

J'avoue que la texture m'a un peu rebutée (maintenant je prends un malin plaisir à tremper mon doigt dedans) : on est entre la lotion et l'esprit d'un yaourt bien ferme, la couleur fait penser à un malabar fondu quand l'odeur se rapproche d'un chewing-gum mentholé, une contradiction totale.

 

Mon nez n'est pas en accord avec mon cerveau, il n'arrive toujours pas à avouer ce qu'il sent, un parfum de fraise m'aurait sûrement plus convenu, vu le visuel, ou alors une odeur de menthe plus affirmée et moins sucrée (je suis pas tatillonne, juste perturbée).

 

Avant de l'acheter, j'avais lu pas mal de revues, et vu que des gens étaient déçus parce que les crevasses persistaient malgré une bonne couche de PSB...

 

Alors :

  • il s'agit d'une lotion, donc ce n'est clairement pas un produit bien mastoc comme un baume, quand on a des problèmes de sécheresse bien ancrés, on choisit plus costaud et pas un soin post-promenade urbaine !
  • elle s'étale (un peu trop) bien, donc je procède par "couches" pour éviter d'en mettre une tonne, et de me retrouver à masser les jambons de la terre entière pour me débarrasser du surplus
  • l'effet frais est moins convaincant (mais présent !) et elle apaise beaucoup plus que le gel Akiléïne
  • je suis comme une gamine quand je prend une dose, le simple fait de tremper le bout des doigts dans une pâte rose est complètement régressif
  • gaffe à bien faire pénétrer le produit sinon vous jouerez Happy Feet dans votre salle de bains, le mieux c'est de faire comme moi, d'enfiler des chaussettes illico et on n'en parle plus
  • Ce soin est PARFAIT en post-rasage pour s'éviter des gambettes qui grattent !

 

promenadeboulevardlush2.jpg

 

Dans l'ensemble, les deux se complètent vraiment bien, vu que le gel détend en jetant un coup de frais quand PSB apaise du feu de dieu et se prête plus au massage.

 

A choisir, je garderais le produit lush, parce qu'il est bien foutu, donne vraiment envie de l'utiliser (alors que bon, on la connaît la paresse des soirs de fatigue pédestre), et a un meilleur rapport quantité-prix.

 

Mais si comme pour moi, certains jours font de votre démarche un vrai parcours du combattant (la ligne droite devient optionnelle sur les derniers mètres avant d'arriver chez soi), alors je vous conseille le petit lagon bleu d'Akiléïne, plus direct pour soulager même si un peu moins funky à l'usage.
Et de le mettre au frigo pour décupler son action au passage !

En tout cas, ce sont deux belles découvertes pour ce mois-ci, je commence déjà ma recherche pour des cosmétiques chauffants, histoire de passer l'hiver sous des températures estivales (qui a dit que j'avais les saisons bancales ?).
En attendant, je vais me tartiner jusqu'aux genoux avec ma marmelade rose bonbon.

Y a qu'une fille pas nette pour trouver ça normal, genre moi, c'est clair.

 

Des bisous les Caribous !

Promenade sur le boulevard, acheté 14.45 euros les 225grammes en boutique

Gel fraîcheur vive Akiléïne, reçu, environ 14 euros les 125ml en pharmacie

 

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 16:58

cleanser27.jpg

 

Comme toujours, l'histoire commence par un échantillon jeté au fond d'un sac au moment de l'achat, Mona qui rentre chez elle, arrive complètement vannée, se dit "oh bon, on va essayer".

Le Cleanser 27 n'est pas un baume nettoyant qui s'essaye, c'est un cleanser qui s'adopte.

 

Les yeux brillants de la gosse qui découvre ses jouets sous la sapin, qui vient d'apprendre une très bonne nouvelle, qui entrevoit de nouvelles sensations, un monde olfactif fantastique par lequel on voyage, s'apaise.
J'ai entrevu tout ça la première fois que j'ai utilisé ce foutu soin, et depuis, après 3 samples, j'avais commencé à mettre de côté pour m'acheter le grand format, me persuadant qu'il était utile, vital que je le possède.

De tous les cosmétiques de démaquillage, il n'y a que lui qui me mette dans un état pareil.
Kimmy dit qu'il fait glousser, oui c'est un peu ça, la danse de la joie en prime, et les mains qui rient.

 

 

Cosmetics 27

 

Bien loin d'une atmosphère américaine, la marque a été créée par  Michèle Evrard (à qui je voue un culte sans limites depuis, je lui construis un pont, un kaléidoscope sans plan, tout ce qu'elle veut).
Elle a voulu "proposer des soins dermo-cosmétiques essentiels", dont l'ingrédient central est la centella asiatica, et viser des formulations avec un maximum d'ingrédients d'origine naturelle, sans parabènes, phénoxyethanol, dérivés pétrochimiques ou silicone.

 

Il y a seulement 7 produits qui ont été développés, le plus connu étant le baume 27, petite bombe qui contient 27 ingrédients actifs et permet aux peaux le plus sensibles de se remettre sur pieds, un genre de doudou universel qu'on dégaine dès que notre visage a du mal à retrouver le droit chemin .

 

 

Cleanser 27

cleanser272.jpg

 

Quand j'ai découvert mon premier baume nettoyant, je pensais qu'il n'y avait que les huiles démaquillantes qui faisaient bien leur boulot pour se débarbouiller, et qu'une autre texture ne serait jamais aussi efficace.

Boum dans le mur.

Faux faux faux, depuis que j'ai viré mes huiles je ne jure plus que par des textures qui se présentent sous forme de pâtes, fondent sur le visage et me procurent un plaisir intense, le but étant que plus c'est épais et gras, plus j'aime ça.

Donc quand le cleanser 27 a débarqué dans ma vie, j'avais déjà roulé ma bille, grand dinosaure, roi de la jungle, diplodocus qui pensait brouter la même herbe que d'habitude, et pourtant, même lorsqu'on pense avoir tout vu, l'étonnement nous guette encore et surprend sans crier gare.

BOUH !

 

 

Packaging, texture et composition

 

Côté packaging, rien de bien filou, un pot, une spatule, et roule ma poule.

 

Au niveau des ingrédients, la tête de liste est occupée par des huiles estérifiées/hydrogénées (donc pas pures, surtout là pour apporter un vrai plaisir pendant le massage), de l'huile de sésame (émolliente et antioxydante), de tournesol (adoucissante), du beurre de karité (nourrissant, protecteur), de l'huile de macadamia (normalisante, apaisante), poudre de bambou (action exfoliante et détoxifiante), du parfum, huile de pracaxi (puissant hydratant cutané, antiseptique), du bisabol (anti-inflammatoire reconnu), de l'alcool, de la centella asiatica (plante magique, excellente anti-radicalaire, apaisante, calmante, et cicatrisante) et de l'extrait de camomille allemande, entre autres.

 

Caprylic / Capric triglyceride, Hydrogenated palm kernel glycerides, Caprylic/Capric glycerides polyglycerin-10 esters, Tribehenin, Glyceryl dibehenate, Sesamum indicum (Sesame) seed oil, Sucrose distearate, Hydrogenated castor oil, Trihydroxystearin, Hydrogenated palm glycerides, Helianthus annuus (Sunflower) seed oil, Butyrospermum parkii (Shea butter) extract, Macadamia ternifolia seed oil, Glyceryl behenate, Bambusa arundinacea stem extract, Glyceryl undecylenate, Parfum (Fragrance), Pentaclethra macroloba seed oil, Aqua (Water), Tocopherol, Bisabolol, Alcohol, Centella asiatica extract, Chamomilla recutita (Matricaria) flower extract.

 

Comme promis, on ne retrouve pas de silicone, pas d'huiles minérales, rien que du bon.
Dans l'absolu, j'aurais aimé une base plus active, rien qu'à la lecture des composants, mais finalement, à l'utilisation, l'équilibre a été parfaitement pensé et je n'ai rien à redire dessus.

 


Les doigts dans le pot

 

La première fois que je me suis démaquillée avec ce petit précieux, j'avais passé un excellent moment chez kroonen & brown, un maquillage élaboré sur le visage, le genre de terrain favorable pour voir ce qu'un cleansing balm avait dans le ventre, et en à peine une utilisation, je suis tombée amoureuse.

Les doigts dans le (minuscule échantillon) pot, j'ai prélevé une noisette, et commencé à masser mon visage avec. Au rinçage le résultat était sans appel, mon petit épiderme respirait comme jamais, une merveille.

 

 

Ce qui séduit avant tout, c'est le parfum qui se déplie comme une fleur, rien de trop prenant, quelque chose de crémeux et très relaxant (contrairement à certaines odeurs de parfumerie qui m'assomment d'une migraine rien qu'en sniffant le pot, ici MADAME, y a de la délicatesse).

 

Il me serait incapable de décrire ce qui se dégage comme fragrance pendant que je masse mes bajoues, mais ce n'est ni herbacé, ni artificiel, très particulier et directement enchantant (la fille sous acide te dit que ça sent BON).

 

cleanser271.jpg 

La pâte se transforme rapidement en huile sans se faire prier et glisse comme du petit beurre sur la peau. On est donc plus proche d'un démaquillant huileux que gras (oui, dans ma tête, il y a une différence, tu me diras si tu fais la même), fin sous les doigts sans mimer une texture trop "sèche".

Après deux-trois utilisations, j'ai fini par suivre le protocole exact :

 

1. Prélever à l’aide de la spatule une noix de baume.
2. Appliquer à sec sur le visage, le cou et le décolleté.
3. Masser durant 1 minute, le baume se transforme et devient huileux.
4. Humidifier le visage , le baume se transforme en une émulsion crémeuse et douce.
5. Continuer le massage encore 1 minute pour parfaire le nettoyage  et l’exfoliation douce. 
6. Rincer à l’eau, puis sécher le visage en tamponnant à l’aide d’un linge propre.

 

Pour une meilleure action des principes actifs, il est recommandé de réaliser un massage complet d’environ 2 à 3 minutes. Cet exercice stimulera la circulation ce qui aura pour effet de décongestionner les tissus, d’améliorer l’éclat et la tonicité de la peau

 

Parce qu'il est addictif, j'ai toujours eu du mal à décoller les mains de mon visage pour ajouter de l'eau, voulant prolonger le massage (qu'il soit de la phase grassouillette ou crémeuse), le rinçage est un moment de déception totale, de descente du carrousel quand on veut encore faire hue dada.

 

On aimerait se balader avec le minois mouillé et revivre sans arrêt la phase pâte/huile/eau lactée/pâte/huile/eau lactée, ne jamais se séparer du cleanser 27.

Dormir avec.

Une fois qu'on a tapoté et séché sa peau avec une serviette, elle est lisse (mais lisse !) comme celle d'un bébé et tellement agréable au toucher qu'on oublie tout, on retournera faire hue dada dans 24h, en attendant, on se plotera les joues devant une série.


J'ai noté 5 choses importantes, finalement :

  • une fois, utilisé sans arrêt pendant quelques soirs (5 au total), il a fait cicatriser en un temps record un kyste que j'avais charcuté jusqu'à la moelle comme une cannibale
  • il laisse la peau d'une infinie douceur : pas d'effet filmogène légèrement épais comme avec le Ultrasimple. Ici la peau ressort du nettoyage comme un tissu de soie précieuse, MAIS VRAIMENT, je n'ai jamais eu ma peau aussi douce, même pas avec la clarisonic !!!!
  • je pleure déjà le moment où je vais finir le pot alors que je viens seulement d'acheter le full size (après trois échantillons), bonjour la négativité
  • dans l'absolu, il vaut mieux éviter de l'utiliser pour se démaquiller les yeux, la marque le déconseille, j'ai essayé, et une fois sur trois, effectivement, ça picote un peu la gouttière, donc je me pré-démaquille les yeux quand je l'utilise
  • Il est parfait pour les peaux sensibles/réactives : j'ai pas eu de réactions (boutonneuses ou de plaques rouges) et les ingrédients sont sans "danger", donc validé ! Son action exfoliante sur la peau grâce au bambou ne se fait pas sentir (pas de crissement, on ne perçoit pas de grains sous les doigts), mais c'est certain qu'il participe au résultat grandiose

 

Je pense arrêter mon blog ici.
Fermer boutique.
J'ai trouvé le summum du cocooning facial, à quoi ça sert de continuer, hein ?

 

Bon , très clairement, il s'agit du produit le plus cher que j'ai jamais acheté pour prendre soin de moi, me chouchouter. J'ai fait ça comme une grande, en mettant un peu de côté, donc l'achat a été mûrement réfléchi, mais il ne s'agit pas d'un produit INDISPENSABLE pour une personne qui compte ses sous.

Donc oui, j'envoie du rêve parce que ce produit me fait rêver/baver, mais j'assume.

Il transforme ma peau en tapis doux comme une caresse (l'effet perdurant), a une odeur qui reste et m'enveloppe le soir quand je l'utilise. Je n'ai aucune sensation de tiraillement (je me balade pendant deux trois heures avant de me coucher sans rien mettre sur ma bobine, et puis parfois je mets rien en fait), pas de rougeurs, des boutons qui cicatrisent plus vite (là j'en ai plus, mais c'était valable il y a deux semaines), une peau pleine de vie (comme si elle était partie faire un jogging sans toi).

 

Si ça ne tenait qu'à moi, je ne ferais que parler en superlatifs pendant toute la soirée, te vendre le cleanser 27 en te faisant des grand yeux pour te tenter sous hypnose.
Mais enfin, à quoi bon convaincre le monde entier tant que je suis convertie et convaincue par ce doudou épidermique, il n'y a que ça qui compte.

Je suis aux anges, et je le fais savoir. #Gniiiiiiiih

 

Des bisous les Caribous !
Acheté 60 euros les 125ml chez Kroonen & Brown à Bruxelles (livraison possible !)

Disponible également sur le site de la marque pour les frenchies et les corses

Et y a sûrement d'autres sites mais la flemme de chercher...

 

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 17:56

aout-2014-5020.JPG

 

Dans l'absolu, la goumiche que je suis a toujours cru en la simplicité comme gage d'efficacité, mais à force de me renseigner sur le soin de la peau, des pieds à la tête, j'ai fini par constater que si je m'habillais avec tous les "extras" de ma routine, je ressemblerais à une vieille folle qui fait cling cling à chaque pas.

Psychopatate, again.

Ceci étant dit, je suis une grande fan de nouvelles technologies, l'outil qui peut me rendre la vie plus facile est accueilli à bras grands ouverts, je ne suis pas du tout réfractaire à l'évolution, je marche vers elle.

Rien à voir avec mon addiction pour mon joujou, je voulais écrire un billet "reminder", une sorte de post-it du "pourquoi tu ne dois pas (trop) faire des rotations, petit patapon" avec un engin sonique, histoire de garder une belle toile de fond sans l'endommager, de rester dans le respect et la dignité de ta bobine.

Je suppose qu'à force de voir des gens s'acharner, j'ai fini par avoir mal pour eux et voulu en parler.
Je suis très émotive comme fille.
 

 

Foreo Luna, Clarisonic et Clinique, même combat

La spécificité d'un appareil qui "travaille" grâce à des vibrations soniques est qu'il n'y a rien à faire, c'est le bonheur dans une routine pieds en l'air.

Contrairement à une brosse mécanique qu'on va entraîner sur la peau par mouvements circulaires (ex. Tosowoong), une sonic brush se suffit à elle-même en délogeant les résidus de la journée encore présents sur notre petit minois.

Après un ou deux mois, on peut déjà constater une amélioration ainsi qu'une meilleur pénétration des produits de la routine de soins.


NB: On enlève son maquillage avant d'utiliser sa clarisonic ou autre, ces appareils étant conçus pour NETTOYER et non SE DEMAQUILLER.

 

 

Une façon plus adaptée d'utiliser son joujou 

 

Sur une semaine, je tombe sur deux à trois vidéos qui concernent la mia 2, et à chaque fois, j'ai le même mouvement de recul en regardant les filles se récurer jusqu'à la cervelle (bon dieu, y avait tant que ça à cocher ?), s'exfoliant la peau à force de frotter l'engin comme on récure le fond des toilettes, le genre de comportement qui pourrait causer sans y faire gaffe une réactivité excessive/des rougeurs/et de la déshydratation involontaire.

 

La technologie sonique fonctionne par micro-oscillations,  engageant des va et vient tous petits petits et rapides qui vont induire un remous, projetant puissamment l'eau dans les pores pour les nettoyer à fond (je radote, mais c'est pour la bonne cause).

 

Un peu le même effet qu'un karcher multidirectionnel version mini, pour l'épiderme.

 

Du coup, non-sens total, en faisant des rotations plus ou moins énergiques, on ne laisse même pas le temps à l'outil de bosser correctement, de polir les petits cuvettes  de notre peau les unes après les autres. 

 

La technique la plus efficace, selon moi, est de limiter les mouvements (un peu ça va, faut pas non plus être en diète totale comme mézigue), et de suivre des "lignes de nettoyage". 

  clarisonic-copie-1.jpg

 

Rien de bien sorcier, je respecte les lignes, ne passe qu'une fois à chaque endroit, je laisse la brosse vibrer au fur et à mesure que je la ballade sur mon visage. Je change parfois d'itinéraire, si j'ose dire, mais l'idée c'est de s'astreindre à ne pas frotter et à gentiment faire glisser la clarisonic d'une ligne à l'autre.


Je pense que si j'utilisais ma mia comme une brosse manuelle, je n'aurais sûrement plus de derme à l'heure qu'il est, je m'imagine mal renchérir sur l'action de la clarisonic, quand je vois le pouvoir qu'elle a quand je la laisse s'exprimer. Je ne suis pas une crâmée des synapses, je réfléchis.

 

Quand j'observe les heureux propriétaires de brosses rotatives (ex. Visapure) les utiliser en faisant des mouvements circulaires par-dessus le mouvement de la machine, c'est à devenir zinzin.

Ne doublez pas les mouvements de vos accessoires, parce que c'est le meilleur moyen de finir avec des problèmes de peau.

La nouvelle brosse de clinique qui va bientôt faire une déferlante un peu partout a un timer qui ne dure que 30 secondes, je perçois déjà des revues en catastrophe, ça va couiner sec dans les salles de bains. La goumiche speedera pour bien effectuer des ronds appuyés sur ses pores chéris, j'espère qu'il n'y aura pas de carnage à venir qu'on aurait pu prévenir.


BIEN SÛR, tu choisis comment utiliser ton engin, si faire des ronds patapon en plus te convient, roule ma poule.
Me concernant, je préfère toujours avoir le champ large et ne pas rattraper des dégâts, je suis plus prudente que téméraire, je mouille toujours mon cou avant de plonger.
Donc ma clarisonic je l'utile en la laissant glisser pépère, et ça n'enlève rien à son efficacité.

 

 

Des bisous les Caribous !

 

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 15:45

cleanance1.jpg

 

Didju, cette année, monsieur Soleil fait du rentre-dedans avec sa bedaine, j'ai rarement vu une période estivale aussi chargée en rayons UV. 

 

La poisse à tous les étages, danse du crabe en bas des bâtiments publics, je rase les murs et je ne pointe un orteil hors de l'ombre que si je suis sûre d'être protégée (ou d'avoir mis une combi "je vais à la plage mais j'ai mes moufles et mon après-ski, me cherche pas").

Mon chouchou de tous les temps, la daily Uv defense de Kiehl's, a commencé à montrer des signes de faiblesse sur ma peau vers mai, trop épaisse dès qu'il commençait à faire un chouilla beau, je me disais que pour un temps plus qu'ensoleillé j'allais craindre avec mon style poêle à frire.

A MOINS de servir de matière première pour me faire des frites.

Bon appétit.

 


Cleanance solaire d'Avène

 

A chaque fois que j'ai commandé sur ma pharma en ligne, mes colis étaient livrés avec la gentillesse du livreur qui voulait savoir si j'avais un mari.

Des enfants.
Ce que je faisais dans la vie.
Le gars a fini par s'arrêter une fois en plein milieu d'une rue avec sa camionnette pourrave pour me dire bonjour.

Enfin bref, la cleanance solaire était le dernier achat effectué sur ce site, la prochaine fois je bougerai mes fesses jusque dans une pharmacie pleine à craquer, le racolage à domicile a des limites.

 

 

Composition, promesse

 

cleanance2.jpg 

 

J'avais dans l'idée de tester cette crème solaire parce qu'elle ne contient pas de silicones (oui oui !), a un prix raisonnable et surtout parce qu'elle cible en particulier les peaux à problèmes ou qui ont tendance à vite pulluler (l'été est un traître).

Dedans il y a : de l'eau thermale avène, quelques émollients, puis plus bas, quatre filtres UV, encore une flopée d'ingrédients hydratants, et une touche de zinc assainissant pour fermer le bal.


avene thermal spring water (avene aqua). c12-15 alkyl benzoate. cetearyl isononanoate. diisopropyl adipate. isodecyl neopentanoate. methylene bis-benzotriazolyl tetramethylbutylphenol [nano]. water (aqua). aluminum starch octenylsuccinate. bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine. diethylhexyl butamido triazone. butyl methoxydibenzoylmethane. potassium cetyl phosphate. silica. acrylates/c10-30 alkyl acrylate crosspolymer. benzoic acid. caprylic/capric triglyceride. caprylyl glycol. decyl glucoside. disodium edta. fragrance (parfum). glyceryl behenate. glyceryl dibehenate. glyceryl laurate. hydrogenated palm glycerides. hydrogenated palm kernel glycerides. propylene glycol. sodium hydroxide. tocopheryl glucoside. tribehenin. xanthan gum. zinc gluconate

 

Donc pas de parabens, pas d'huiles minérales, une composition plutôt pas mal pour un produit conventionnel. 

 

 

La texture, au quotidien

 

La première fois que je l'ai appliquée, j'ai été étonnée par sa texture : un chouilla moins agréable que celle de Kiehl's, elle s'étale comme un charme sans laisser de film gras, juste un léger effet satiné. L'odeur du produit rappelle les vacances mais ne dure pas toute la journée (ou p'tèt bien que si, mais je n'ai personne sous la main pour me renifler l'épiderme).

  cleanance3.jpg

 

Dans le genre, je lui trouve les même qualités qu'une crème hydratante, sauf qu'une fois absorbée, elle est bien plus matifiante que la plupart des crèmes solaires que j'ai pu tester dans ma vie.

En l'appliquant le matin, je luis à peine en fin de journée, un record !

 

Deux pompes suffisent pour le visage et le cou, je vaque, je bouquine, je me promène, je ne prends pas de coup de soleil, je bronze un peu sans m'affoler en jouant avec les rayons.

 

L'idée c'était quand même qu'en fin de course, j'arrive à avoir un visage qui ressemble à quelque chose et que je ne découvre pas un nouveau bouton à cause de ma face d'huile.
Dis toi que la petite cleanance est la reine du pore vu que non seulement je garde une tête présentable all day long, mais qu'en plus elle ne m'a jamais causé de problèmes, pustulairement parlant.

 

 

On ne me fera pas dire ce que je n'ai pas dit : CERTES, s'il fait 50 degrés ressentis, et qu'un chihuahua vient squatter vos genoux, ou que le conducteur de bus a décidé de fermer les entrées d'air pour tous nous tuer comme des sardines, vous finirez QUAND MÊME par transpirer.

Faut bien que ça sorte.

Mais si vous avez le visage qui luit assez facilement en été et que la perspective d'une crème solaire grasse et comédogène vous répugne, j'ai envie de dire que la cleanance occupe très bien son créneau sur les étagères d'Avène et qu'à moins d'être tatillon sur le packaging orange (seule couleur qui m'horripile dans toutes les nuances de la vie), il y a peut-être moyen qu'elle vous plaise autant qu'à moi.

J'oblige à rien, je constate.

 

Des bisous les Caribous !

Achetée 15 euros les 50 ml en pharmacie (en ligne)


Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 17:37

penelope.jpg

 

Son of a bitch.

Depuis deux semaines, je fais connerie sur connerie, comme une gosse qui a reçu une bonne claque mais oublie tout quand on lui tend une glace, une vraie demeurée qui cherche à se murer, aveuglée, sans accepter l'évidence : je suis à la recherche du bouton qui n'existe pas.

 

Tous les X temps, ça me reprend, un peu comme un alcoolique qui a décidé de balancer son jeton de sobriété pour finir ivre, comme le coq qu'on ne peut empêcher de hurler à cinq heures du mat.
Tic Tac Tic Tac, je passe devant un miroir, je m'en approche, et la fin des haricots arrive sur la pointe des pieds, à petits pas.


La catastrophe. 

 

 

Mon cas

 

Je n'ai plus de peau acnéique, comme il y a quelques années et que je luttais sans relâche pour me débarrasser de monstrueux kystes et de points noirs logés par milliers sur mon pif qui prenait le vent.


Je suis plutôt affublée du label "imperfections localisées de l'adulte", "petits monts qui font coucou avec les hormones", "boutons de chiotte du lendemain de cuite", "t'aurais pas du me proposer du sauciflard, connard".

Ma peau pioche dans son catalogue, choisit la pustule qui conviendra pour l'occasion, mais depuis quelques temps, je n'avais plus vraiment de chtars à part "les un ou deux bâtards" de fin de mois.

 

Tu vois.

Ceux-là, je n'y touche JAMAIS.
On dirait une règle d'or inscrite dans mon ADN qui m'oblige à les contourner, les ignorer jusqu'à ce que les choses se calment.

Mais à côté de ça, je m'invente des potes.
Je regarde mon reflet, me rapproche un peu trop, ma peau est lisse, mais une fois tendue j'aperçois un minuscule indésirable (taille nano), qui serait sûrement parti de lui-même avec la clarisonic.

 

MAIS NON.

Je l'atomise, me dessine une belle cicatrice avec les ongles, et quand j'ai fini mon oeuvre (en répétant une dizaine de fois le même geste à plusieurs endroits), je suis comme une tomate rouge prête à exploser.

Je m'en veux.

Le résultat prend encore une autre dimension quand je décide qu'une "poche de kyste en dormance" doit arrêter de faire son hibernatus : la boule triple de volume en deux jours et j'attrape un double menton sans rien avoir demandé, face palm.

 

 

Alors pourquoi ?

Je me fais l'effet d'un poisson rouge qui ouvre et ferme la bouche sans donner aucune réponse, un peu béat et amnésique après un tour dans son bocal.

Ils appellent le phénomène dermatillomanie ou acné excoriée, je parle plutôt d'une impulsion qui me ruine ma zone T une fois toutes les trois pluies, une sorte de rituel qui me poursuit même quand je n'ai plus RIEN de visible sur le visage.

Une vieille habitude ancrée depuis mon adolescence qui me laisse des cicatrices par vagues.

 

Alors bien sûr il y a des cas extrêmes, des filles (il paraît qu'on est majoritaires sur ce coup-là) qui finissent par avoir plus de séquelles que de lésions originelles, qui traquent la moindre irrégularité H24 et ne peuvent PAS s'en empêcher.

 

Je fais plutôt partie de la rive qui se modère, mais même si autrefois je me faisais des misères en moins de 10 minutes, addiction légère ou pas, le sentiment de honte reste le même.

 


La solution, pour les cas graves ou légers

 

Prendre du recul.
Quand ça me reprend, je ne fais pas attention, je voulais juste toucher à un bouton proprement et j'oublie de cadenasser les prochains gestes. J'ai de plus en plus le réflexe de ne toucher à ma peau que lorsque je fais un bain de vapeur, et c'est tout.

Éloigner les miroirs.

Plus on se voit de loin, moins on a une image détaillée de sa peau, une atmosphère qui vous fait mieux apprécier notre visage dans son entièreté et pas en millimètres carrés.

Penser aux conséquences.
L'écrire sur un post-it près d'une glace, se remémorer la dernière cicatrice qu'on a eu à cause de ça, et ne pas prendre à la légère ces gestes qui peuvent entamer l'épiderme mais aussi la dignité.

Traiter les imperfections sans manipulation.

En appliquant un produit asséchant par-dessus, en le couvrant d'un patch anti-spot, il faut éviter de manipuler la bestiole un maximum (sauf si un rendez-vous de prévu avec Adam Levine).

 

 

Un peu de self-confidence

 

Je n'ai pas de quoi me plaindre honnêtement : j'ai les joues et le front lisse, les pores quasiment invisibles sur le visage et un menton qui a des cicatrices mais pas d'imperfections majeures quand je n'y touche pas.

Pas de vantardise, c'est le discours que je me récite quand je sens que la balance a du mal à s'équilibrer et que mes doigts se baladent un peu trop sur ma peau.
La majorité du temps, j'arrive à me contrôler (sans m'en rendre compte) et j'en fais une fierté.

Je pense que le geste est banalisé quand on voit la femme penchée vers son miroir dans tous les articles qui parlent de bubons hilares, on croit fermement au pouvoir du "deux doigts", de se retirer les points noirs sans précautions et toucher aux lésions sans faire attention.

Et puis une fois qu'on a vaincu l'acné, on fait quoi ? On ne va quand même pas arrêter de triturer notre toile juste parce que les pullulards ont migré sur une autre face ?

 
Si si, il faut même essayer de se contenir et trouver le moyen de ne pas transformer l'élimination d'un bouton innocent en un carnage facial sous prétexte qu'il gâche le paysage.

J'essaye d'avoir confiance en moi, d'être la plus objective possible quand j'aborde mon apparence : des fois je me vois encore comme un pore bourgeonnant sur pattes alors que je suis loin de ressembler à ça.
Old habits.

Je pense qu'il faut surtout être tolérant envers soi-même, ne pas chercher la perfection, être dans le lâcher-prise et le mouvement positif.
Si toucher à ses boutons avait été une solution universelle, tout le monde n'en serait pas là.

Mieux vaut occuper ses mains avec autre chose, un bouquin, et attendre que la nature fasse son affaire à l'indésirable.

Il finira bien par déguerpir, non ?

En attendant, j'ai trois cicatrices d'avant-hier à soigner, promis c'était la dernière fois.

 

Des bisous les Caribous !


Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 17:06

tipi100.jpg
Moonwalk sur la paupière, demi-tour, petit saut de chat, pas croisé, cumulet et pose, j'ai trouvé un contour des yeux dont je ne zappe pas l'utilisation.


LE TRUC IMPROBABLE

De tous les soins, la crème qu'on se colle sur l'orbite de l'oeil est sûrement celle dont je vous parle le moins, pour des raisons qui me sont propres :

  • je suis pas bégueule, si ma crème hydratante est cool, je m'en tartine jusque sur le globe
  • je ne suis pas une fana du massage orbital, plus vite la besogne est faite, mieux c'est
  • souvent, les produits pour cette zone coûtent bonbon (c'est limite s'ils ne s'installent pas sur les cils pour construire un patio avec vue sur ta vie)
  • je me bats avec un grain de riz pour avoir la bonne dose à appliquer, je galère toujours
  • je n'ai pas de problème particulier à part les yeux sensibles par périodes, et qui, d'un soir sur l'autre peuvent devenir très irrités

 

Donc, je n'ai jamais eu de grand discours à faire sur le sujet, j'avais beaucoup aimé le dioptigel de Liérac pour sa fraîcheur et son effet décongestionnant, mais ça n'allait pas plus loin.
Le soin des mirettes est un peu l'oublié de ma routine de tartinage quotidien, mais ça va, j'y vois bien.



Le topyalise palpebral de SVR

 

Et puis, il y a trois semaines (p'têt moins), j'ai recommencé à me frotter les yeux tous les soirs, sans pouvoir m'arrêter, en mode acharnée, parce qu'ils me démangeaient au possible et que même l'eau de bleuet peinait à calmer la zone.
Petite recherche sur le net entre deux cils collés dans la bataille, j'ai vite trouvé deux CDY qui pouvaient gérer mon problème (parce que, jouer au ping pong avec sa vue chaque soir, ça va deux secondes).

 

J'hésitais entre le contour des yeux hydratant apaisant d'Avène (t'as vu, j'ai résisté !!!) et le topyalise palpebral de SVR (on va l'appeler TP, TiPi), et finalement la balance a penché en faveur du second, parce que je ne connaissais pas bien la marque et que j'avais envie de découverte.


Le tutube

Déjà, premier constat, il n'y a que 10ml dans le tube (contre 15ml en général).
En soi, cela ne me pose pas de problème, je suis tellement économe qu'au rythme où je vais, j'ai assez de produit pour finir ma vie avec, mais si vous faites partie des gens qui font des masques avec ou qui l'utilisent comme beurre pour cuisiner, ça risque d'être vite fini.

Dedans il y a de l'eau, un silicone volatile, plusieurs ingrédients hydratants dont de la glycérine et de l'eau de bleuet (décongestionnante aussi), ainsi que du beurre de karité (pour nourrir et protéger), du sulfate de dextran (empêche le gonflement), de la bardane pour apaiser, de l'acide hyaluronique pour hydrater, de l'huile de bourrache (anti-inflammatoire, très bonne contre l'eczéma), entre autres composants.
La formule est typique de pharmacie, même si je la trouve plutôt bien fournie et foutue !

Aqua, cyclopentasiloxane, hydrogenate polydecene, pentylene glycol, glycerin, centaurea cyanus flower watter, amonium acrylate and acrylamide copolymer, xylitylglucosides, behenyl alcohol, butyrospermum parkii butter, caprylic/capric tryglyceride, anhydroxylitol, sodium dextran sulfate, xylitol, dipotassium glycyrrhizate, arctium majus root extract, sodium hyaluronate, borago officinalis seed oil, polyisoprene, polyisobutene, polysorbate-20, sorbitan isostearate, maltodextrin, sucrose palmitate, glyceryl, linoleate, silica, tromethamine, potassium sorbate, chlorphenesin.

 

 

Les effets

 

Le premier soir, j'avais les yeux dans un état pitoyable.
J'avais encore passé trop d'heures sur l'ordinateur, je n'avais porté que mes lentilles ce jour-là, j'avais frotté sans faire gaffe alors que j'avais encore mon mascara, résultat, la brigade "coucou ça pique" a débarqué.

Du coup, je me suis bien démaquillée sans trop frotter, et j'ai prélevé un gros grain de riz que j'ai étalé gaiement sans faire dans le détail. Oui oui, tu peux t'en barbouiller partout, pas uniquement sur l'orbite, car, fait incroyable, ce petit "baume" peut s'utiliser sur la paupière.

tipi2.jpg
Joie et danse de la paupiette, je n'ai pas du m'enquiquiner à ne m'en mettre que sur le contour, j'étais euphorique.

 

La première sensation était un léger échauffement mais il était surtout du à mes petits noeils irrités qui tentaient de retrouver le droit chemin. Les jours suivant, l'application était des plus agréable, et je n'ai pas une seule fois zappé cette étape depuis.

J'ai noté que cela ne me grattait plus quasiment immédiatement, que je n'avais plus de sensation de tiraillement, et qu'il faisait également très bien barrière contre le vent (en hiver il fera partie de mes favoris sans soucis).

Ce petit tube est parfait comme soin quotidien, je lui vois à la fois un rôle de grand sauveur quand c'est la pagaille des cils aux sourcils, mais aussi de bouclier protecteur quand il n'y a pas de quoi s'inquiéter mais qu'on veut éviter un soucis.
 

Il a vraiment tout pour lui, sans compter qu'il y a le plaisir de la texture, très douce et qui n'assèche pas en pénétrant (comme les gels le font souvent), et après deux essais, j'ai un peu du mal à lâcher prise.


Genre, pas de dodo sans mon petit baume, ni de matin sans lui, je suis blasée. 

 

 

Finalement, je me dis que si je n'ai jamais vraiment eu envie d'utiliser un contour de l'oeil, c'est parce qu'ils clament tous d'hydrater, de lisser, d'enlever les poches et de faire danser Adriana Karembeu sur tes cernes pour les pétrir.
Et quand on a pas de problème particulier, on ne s'embarrasse pas d'un produit superflu, on ne s'y intéresse juste pas.

 

Pourtant j'ai toujours eu les yeux hyper sensibles et je n'ai jamais daigné jeter un "coup d'oeil" sur ce petit problème qui me pourrissait la vie certains soirs.

My mystake, je ferai attention maintenant.

NB : pour ceux qui sont fort sujets aux grains de milium, rien à signaler sur la paupière, la crème est protectrice mais je ne la trouve pas occlusive !

 

Des bisous les Caribous !

Topyalise Palpébral de SVR  acheté 17 euros/10ml
En parapharmacie


Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 16:38

drylips1

 

Raaaaaaaaaaah, zombies, craignez mon look de mamzelle en décomposition, mes lèvres font ma gloire dans votre donjon ! (Oui, les Bizon aussi ont des installations médiévales chez eux, classe internationale)

Quand j'étais petite, j'arrachais les peaux mortes de mes lèvres sans vraiment les distinguer des parties saines et je me retrouvais souvent avec la saignante dégoulinante dont le flot ne s'arrêtait qu'à moitié après quelques minutes, pour reprendre de plus belle dès que je souriais.

 

Le sourire sur une ventouse craquelée n'est VRAIMENT pas conseillé (oui ça craint, mais vaut mieux pas étirer le bouzin).

 

Du coup, j'ai passé une grande partie de ma vie à tirer la gueule sans pouvoir donner d'explication tangible aux gens (qui râle pour des POMORTES à part moi ?), et, souffrant en silence quand je n'avais pas de quoi soulager mes babines, je m'imaginais vivre toute ma vie avec du papier mâché en guise de bouche.

Oui, moi aussi je trouve ça louche.



Le Labello-Gate

J'ai eu mon premier déclic le jour où quelqu'un a lancé le "labello-gate", sorte d'embargo sur le stick le plus vendu de l'univers qui s'avérait être une clinche pour soigner les lèvres et les protéger durablement.

Regard croisé vers le tube bleu et dégoût à l'appui pour engager le combat.

Après plusieurs recherches, j'ai découvert l'ingrédient fautif en ouvrant de grands yeux, c'était la cera microcristallina qui causait des dégâts incognito, un dérivé de pétrole qui crée ce film épais qu'on apprécie tant mais qui ne règle pas le problème.

Rita stiens - la déesse de la formule - en parle mieux que moi :

"Les ingrédients à base de paraffine forment un film à la surface des lèvres. Lorsque la teneur en huiles et cires de paraffine est trop élevée, les lèvres rejettent ce corps étranger et ne cessent de se dessécher. Résultat : les lèvres deviennent dépendantes et doivent être hydratées de plus en plus souvent."

 

MAIS QUE QUOI !

 

Geste de rage et désespoir, ce jour-là je me sentais l'âme d'une "tout va à la poubelle, je ne veux plus en entendre parler", et j'ai continué à vivre avec mes pomortes et mon allure de peau en manque en mimant l'air énervé qui colle à ce genre de situation..

 

 

Le second déclic, la grosse crise

 

L'an passé, pratiquement à la même époque, je me suis rendue en pharmacie parce que j'avais les lèvres dans un tel état que je n'arrivais pas à m'exprimer correctement (pour ne pas ouvrir les plaies). Les plaques sèches étaient quasiment de la taille de ma bouche et les lèvres fendillées de partout, rien n'agissait dessus, même pas la magicabou, la bibidibabidibou.
La pharmacienne m'a plaqué un baume remederm de Louis Widmer dans les mains, et après quelques heures de tartinage appliqué, mon calvaire était fini.
Fort bien.

 

Sa composition était basique, non parfumée, il laissait un petit effet gloss qui invitait à la grosse bézouille collante, et après cette bonne expérience, j'ai commencé à collectionner les baumes à lèvres en me rendant compte que, plus qu'une question d'ingrédients, il fallait que je revoie la manière de m'occuper de ma ventouse.

 

 

Des baumes que j'aime en ce moment et des conseils

 

drylips2-copie-1.jpg

 

Depuis l'an passé, je n'ai pas TROP craqué mon budget Lip Balm, et je me suis concentrée sur ceux qui me plaisaient le plus.

 

 Le everon de weleda   
j'en suis toujours à mon premier tube parce qu'il est une tannée à appliquer en hiver (et que je me balade pas avec un chalumeau planqué sous la veste pour réchauffer le raisin), du coup, il ne me sert que pendant la moitié la plus chaude de l'année. Enfin, j'habite en Belgique, t'excite pas, ce n'est pas vamos à la playa tous les matins.
Il est nourrissant comme il faut, pas gras, et la composition est un petit rêve : de l'huile de jojoba, de la cire d'abeille, du beurre de karité, de la cire de candelila, de rose, de carnuba, de l'extrait de vanille et de rose, un alcool gras et des conservateurs naturels. Rien que du bon et de la protection.

 

Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil, Beeswax (Cera Alba), Butyrospermum Parkii (Shea Butter), Euphorbia Cerifera (Candelila) Wax, Rosa Damascena Flower Wax, Copernicia Cerifera (Carnauba) Wax, Vanilla Planifolia Fruit Extract, Rosa Damascena Extract, Citronellol*, Benzyl Alcoohol*, Geraniol*, Citral*, Eugenol*, Farnesol*

 

 

Le baume Absolution  
Reçu lors d'une centième descente chez Kroonen & Brown, il ne s'agit pas de mon produit préféré des quatre, parce que le moins hydratant, je soupçonne la cire d'abeille de prendre un peu trop de place dans la formule (très filmogène, bien pour l'hiver quoi).

Mais il a le mérite d'avoir un stick extra-large (tartinage de babines en un passage), et de sentir très bon les agrumes, donc je le dégaine quand je me sens d'humeur gourmande.


Il y a de la cire d'abeille, de l'huile de sésame, de jojoba, du beurre de karité, de l'huile de macadamia, de la cire de mimosa vert/jojoba/tournesol et de l'huile de graine de marula (émollients), de la cire de carnauba, de l'huile de ricin (très réparatrice), d'argan, de l'HE de citron et orange amère, du calendula, entre autres.

cera alba (beeswax)*, sesamum indicum (sesame) seed oil*, simmondsia chinensis (jojoba) seed oil*, butyrospermum parkii (shea) butter*, macadamia ternifolia seed oil*, acacia decurrens/jojoba/sunflower seed cera/polyglyceryl-3 esters, copernica cerifera (carnauba) wax*, squalane, ricinus communis (castor) seed oil*, sclerocarya birrea seed oil*, zea mays (corn) oil, perilla ocymoides seed oil*, argania spinosa kernel oil, tocopherol, bisabolol, citrus aurantium dulcis (orange) oil*, citrus limon peel oil*, hordeum vulgare extract, calendula officinalis flower extract*, citrus aurantium amara (bitter orange) leaf/twig oil, coriandrum sativum (coriander) seed oil, zingiber officinale (ginger) root oil, pelargonium graveolens flower oil*, eugenia caryophyllus (clove) bud oil*, limonene**, linalool**, eugenol**, citral**, citronellol**, geraniol**

 

drylips3.jpg

Mes deux préférés étant :

 

Le Natural Care LipBalm de chez Delhaize 

Une petite découverte sortie du coin d'un rayon de magasin belge, qui s'avère être un pur délice à appliquer (honnêtement, j'ai rarement vu un baume aussi fondant !). Il a une petite odeur chaude, très agréable et pour deux euros et une compo comme celle-là, c'est cadeau.


Il contient de l'huile de ricin, de coco, de la cire d'abeille, de l'huile de jojoba, de la cire de candelilla, de l'huile de soja, du beurre de karité, de l'huile d'olive, de tournesol, de l'extrait de fleur de calendula (très apaisante !), et de racine de carotte, et un petit antioxydant et conservateur qui fait du bien, du tocopherol.

Ricinus communis seed oil, cocos nucifera oil, cera alba, simondsia chinensis seed oil, candellila cera, stearic acid, tocopheryl acetate, glycine soja oil, butyrospermum parkii butter, olea europeana fruit oil, heliantus annus seed oil, calendula officinalis flower extract, daucus carota sativa root extract, tocopherol, beta-carotène, aroma 

 

 

Le stick au cold cream d'Avène 

J'ai un baume de nuit quoi, la fille elle a tellement de baumes qu'elle en a un juste POUR LE DODO. Je l'avais découvert l'an passé, et force est de constater qu'il est le seul qui tienne sans filer pendant que je dors et protège mes lèvres comme un dieu vu que je respire essentiellement par la bouche.

Je le réserve au soir pour la simple et bonne raison qu'il a un fini blanc sur le lèvres (look "je vais aller faire du ski attends, je chope un tire-cul pour grimper sur la montagne"), mais ce petit défaut mis à part, j'adore ce stick.


Il y a de l'huile de ricin, un émollient, le trio lanoline/huile minérale/paraffine liquide (protège bien, pas premier ingrédient et pas en utilisation régulière, donc ça passe), de l'huile de ricin hydrogénée, du squalane hydratant, de la cire d'abeille, de l'eau d'avène, du beurre de karité, entre autres.

 

La composition est moins naturelle que pour les 3 autres sticks, mais bon, quand un produit fait ce qu'on attend de lui, je ne vois pas de raison d'en changer.

 

ricinus communis (castor) seed oil (ricinus communis seed oil). isopropyl palmitate. hydrogenated lanolin. petrolatum. ozokerite. mineral oil (paraffinum liquidum). hydrogenated castor oil. squalane. beeswax (cera alba). cetyl esters. bis-diglyceryl polyacyladipate-2. hydrogenated polyisobutene. aluminum sucrose octasulfate. glyceryl linoleate. cetearyl ethylhexanoate. mica. avene thermal spring water (avene aqua). butyrospermum parkii (shea butter) (butyrospermum parkii butter). bht. fragrance (parfum). glyceryl linolenate. glycine soja (soybean) oil (glycine soja oil). isopropyl myristate. propylparaben. stearyl glycyrrhetinate. titanium dioxide (ci 77891). tocopherol. tocopheryl acetate.

 

 

Les conseils pour éviter le look lèvres en accordéon

 

Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c'est de toujours avoir un baume avec vous. Ne jamais sortir de chez vous sans être sûr qu'il y en a un jeté au fond du sac, vérifier qu'on en a toujours un à portée de main dans chaque pièce à vivre, en mettre un stock dans les toilettes, la cave et le grenier.
L'idée c'est de peupler votre environnement avec pour vous rappeler de vous badigeonner le bec.

Parce que, si vous avez les lèvres qui sont pathologiquement des acharnées de la sécheresse, vous ne retrouverez pas un beau sourire en n'appliquant du baume qu'une fois par jour. No way. Jamais.

Le deuxième conseil, c'est de faire un gommage de temps en temps pour éliminer les peaux mortes. Pas besoin d'en acheter un spécifique (OUI JE SAIS, lush en fait qui sentent le bubble gum et le pop corn), il suffit d'avoir une huile/du miel/une crème grasse comme la nivéa et un peu de sucre/sel. Les deux mélangés et PAF, ça fait un gommage tout doux pour les babines. Sinon une vieille brosse à dents marche aussi.

Et faites le scrub sur des lèvres qui sont déjà bien hydratées, ça ramollit les pomortes, les rendant plus faciles à exfolier.

Le troisième conseil c'est d'éviter (autant que possible) de baver sur sa ventouse. J'étais une grosse abonnée de la langue qui fait essuie-lips toutes les 5 secondes, il faut essayer de se retenir de le faire, autant que possible, tout ce qui est humide assèche la zone en moins de deux.

 

Le quatrième conseil c'est de cibler les ingrédients bénéfiques pour les lèvres à l'achat : s'il est riche en cires végétales, le stick sera plus protecteur qu'hydratant, ce n'est pas une tare en soi, mais son action sera d'anticiper les lèvres en charpies, plutôt que de les soigner. Si le stick commence par une huile végétale reconnue réparatrice (l'huile de ricin est la meilleure dans cette catégorie), et que d'autres ingrédients bénéfiques comme le beurre de karité, de cacao, de coco, ou l'huile de jojoba suivent, c'est bingo, le soin est au rendez-vous.

Le cinquième conseil c'est de se faire plaisir ! On peut superposer un baume soignant et un protecteur, pour se faire un layering labial et varier en prenant une version pot plutôt que tube.

Si vous trouvez votre bonheur dans le tout chimique, why not, mais j'ai rarement vu une personne ultra-contente de son pot de vaseline sur le long terme, puis, y a plus glam dans le genre. J'ai adoré utiliser le burt's bees à la grenade parce qu'il apportait un effet lèvres mordues, donc, oui, même au naturel, il est possible de trouver des soins un peu plus funky que l'éternel stick blanc. Suffit de chercher.


Et un dernier pour la route : ne dénigrez pas pour autant les cosmétiques réparateurs potentiellement occlusifs comme l'homéoplasmine ou la cicaplast (de La Roche-Posay), qui restent des "soins" extrêmement efficaces en cas de grosse sécheresse et de crevasses. Ils remettent le cavalier sur sa monture et son TRÈS utiles en cas de crise, il faut juste savoir les mettre de côté une fois que tout est rentré dans l'ordre.

 

Pour l'avoir énormément vécu, je sais que le problème des lèvres sèches est une vraie tare dont on ne peut se défaire (bah oui, les bougresses ne produisent pas de sébum, elle se baladent à poil toute l'année comme des fofolles naturistes), mais dont on peut néanmoins atténuer les effets négatifs en étant régulier et PRÉCIS dans ses achats.
Fiez-vous aux premiers ingrédients pour mieux vous guider et ne faites pas comme tout le monde juste parce que c'est la mode, un mauvais choix cosmétique peut très vite rendre la situation catastrophique.

 

Voilà, j'espère que mon article vous aide, puis surtout, soyez cool avec votre porte-monnaie, j'ai bien réussi à trouver un excellent baume à 2 euros alors qu'il ne payait pas de mine dans son emballage. Donc fouinez, fouillez, et vous trouverez (poil au nez) !

 

 

Des bisous les Caribous !

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 15:45

xera1.jpg

 

J'ai récidivé.

J'essaye vraiment de me contenir, d'ignorer les packagings blancs de la marque, les produits que je n'ai pas encore testés, mais une fois dans la pharmacie, sans but grosse menteuse ni envie, je me découvre une nouvelle passion pour une huile lavante que je ne connaissais pas (en vrai si, mais je simule, et lance un "oh le beau bidon !" incrédule ), et je repars avec, un air de paon trop fier imprimé sur la face.

 

Je me fais honte, je devrais intenter un procès contre Avène pour "trop grosse influence sur mon cerveau de goumiche", je n'ai pas les neurones qui se touchent quand on me parle d'eau thermale, je perds mes moyens.

Et abuser de moi comme ça, c'est mal, c'est du viol moral, de la cosmético-influence intelligemment dirigée.

Donc ouais, Pierrot (Pierre Fabre), si tu m'entends, essaye de créer des soins crades et des flacons turquoise, ça au moins, ça n'éveille pas mon esprit de niaise.

J'en ai marre de passer pour une faible.

 

 

L'Huile Lavante Relipidante

Finalement je me rends compte que depuis 7 mois au moins, je n'utilise que du Avène sous la douche (en majorité), mais après deux petits pains lavants et la savonnette qui glissait à terre sans prendre en compte mes capacités de bigleuse (je me retrouvais accroupie sous le flot brûlant pour essayer de trouver un savon blanc sur fond blanc en y voyant que niète), je tenais à sortir de la cabine lavée mais sans fracture du coude pour cause de trébuchement sur un petit carré glissant invisible.

Un wash wash simpliste, je voulais juste un wash wash sans froufrous ni boa.

 


Ce qu'en dit la marque, texture et compo

Avène a lancé ce produit il y a quelques mois pour répondre aux besoins des peaux chiantes (wouhouuu, je suis là !) sans les agresser sous la douche ou dans le bain.

Est-elle faite pour moi ?

L'Huile Lavante Relipidante XERACALM A.D est spécifiquement formulée pour nettoyer en douceur  les peaux très sèches du nourrisson, de l’enfant et de l’adulte :
• Peaux à tendance atopique
• Peaux sujettes aux irritations, aux démangeaisons dues au dessèchement cutané
• Peaux sèches par nature

SANS SAVON, SANS PARFUM, pH PHYSIOLOGIQUE

La composition est exempte d'huile minérale, de silicone ou paraben, et son pH est réglo pour la peau.
Dedans il y a de l'eau d'avène, de la glycérine pour hydrater, du disodium LS qui est un tensioactif basique suivi du sodium coco qui lui est reconnu comme non ou peu irritant, plusieurs émulsifiants, encore un TA doux, de l'extrait d'aquaphilius (à la base de la technologie I-modulia, censé réduire rougeurs et irritations), des émollients, de l'huile d'onagre régénérante, et deux conservateurs bien tolérés, entre autres.

 

AVENE THERMALE SPRING WATER (AVENE AQUA). GLYCERIN. PEG-7 GLYCERYL COCOATE. DISODIUM LAURETH SULFOSICCUNATE. SODIUM COCOAMPHOACETATE. PEG-25 HYDROGENATED CASTOR OIL. CETEARETH-60 MYRISTYL GLYCOL. PEG-200 HYDROGENATED GLYCERYL PALMATE. LAURETH-3. COCO-GLUCOSIDE. AQUAPHILUS DOLOMIAE EXTRACT. ARGININE. CAPRYLYL GLYCOL. CITRIC ACID. EVENING PRIMROSE OIL/PALM OIL AMINOPROPANEDIOL ESTERS. GLYCINE. OENOTHERA BIENNIS (EVENING PRIMROSE) OIL (OENOTHERA BIENNIS OIL). SORBIC ACID. TOCOPHEROL

 

xera4.jpg
Loin d'être une huile, je trouve que la texture se rapproche du démaquillant velours de Liérac : ce genre de liquide à la consistance d'un gel, et épais sous les doigts, la couleur elle-même étant plus blanche et transparente que réellement jaunâtre.

Quatre choses me dérangent :

  • Impossible de savoir quelle quantité il reste de ce foutu nettoyant, on ne voit absolument rien ! (ET OUI j'ai même essayé d'y voir plus clair avec une lampe de poche calée derrière la bouteille pour simuler un contre-jour, mais nada)
  • La pompe est vraiment mal foutue et trop courte : j'avais déjà fait tomber le bidon deux fois en voulant me servir, il vaut mieux le pencher avant de presser l'embout sinon tout le produit se répand sur le flacon sans tomber dans la main. Et vous savez comme moi qu'un engin de 400 ml à l'oblique est plus prompt à se faire la malle
  • l'odeur : un parfum un peu rance sans être franchement dérangeant, il n'est pas des plus agréables (le prix à payer quand on a une peau à problèmes, on fait plus ou moins l'impasse sur tous les gels plaisir)
  • la quantité nécessaire : trois doses donc BEAUCOUP PLUS que ce que j'utilise en temps normal, mais si j'en mets qu'une, je n'ai pas l'impression que l'huile joue son rôle protecteur

 

J'ai passé quelques jours à ruminer avant de fermer les yeux sur ces défauts (je préfère être charmée puis déçue que l'inverse, va savoir), mais j'ai du admettre que ce produit fonctionnait très bien.
Il ne mousse pas des masses mais, je le rappelle, les bulles ne sont pas gage d'efficacité, et la xeracalm nettoie très bien et comme il faut, jusque sous les aisselles !

Je l'ai utilisée seule, suivie du gel lipikar, après des marches éprouvantes sous le soleil, quand la sueur m'irritait de partout (surtout dans les creux du corps), quand il faisait un peu plus frisquet, et à chaque fois, elle apaisait et se suffisait à elle-même.


Contrairement à une huile de douche comme la Eucerin, cette huile-ci laisse une sensation de peau profondément plus souple mais sans la sensation d'un film qui la couvre, l'effet est plus persistant, comme un épiderme qui se porte mieux au fur et à mesure du temps, tout ce dont j'avais besoin.

xera5

 

Je ne me suis pas grattée une seule fois depuis que je l'utilise, donc j'imagine qu'elle contribue à  la bonne santé de ma petite peau tout en la respectant au maximum, la douceur est vraiment au rendez-vous mais sans la fragrance "bave suave de bisounours". Je ne pourrais par contre pas me prononcer sur sa capacité à calmer des peaux plus à la dérive que la mienne.
Je pense que, déjà, la garantie d'un produit sans parfum, et sans agents lavants très agressifs limite le risques d'une inflammation supplémentaire.

 

J'ai vu qu'on pouvait l'utiliser également sur le visage, et au vu de la composition, aucun dégât ne serait à déplorer. J'essayerais avec la clarisonic à l'occasion et je vous dirai quoi.

 

Je l'appelle mon "top coat" pour le body, parce que la première fois que je l'ai utilisée, elle m'a fait penser à la protection qu'on met par-dessus la peau, comme le last step d'un layering corporel, la couverture finale.
A vous de l'utiliser comme nettoyant unique ou comme dernière touche beauté avant de mettre un pied hors de la douche, je suppose que le choix est vaste.

Je la trouve basique, bien relipidante et suffisante, rien à dire de plus, même si j'ai une légère préférence pour le pain peaux intolérantes qui a l'avantage d'une texture plus agréable. Mais ça se joue à peu.

Salut, douchez-vous bien, je pars déjà à la recherche d'un nouveau produit Avène à acheter si personne ne m'attache, je vous préviens.

 

Des bisous les Caribous !
Acheté 17 euros les 400 ml

 

 

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Skin care
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie