25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 08:30

J'ai un peu du mal avec les changements d'heure.


tumblr_kqxfmmfFzK1qzbqvao1_500_large.jpg

 

C'est comme si on me piquait un corn flakes en plongeant ses doigts dans mon bol, ou qu'on me servait une grenadine trop sucrée.

Ça n'a pas de sens, ça emmerde, et implique un changement.

 

On claque une baffe à la personne qui a trempé ses doigts dans notre petit-déjeuner, on jure, on change de bol.

 

Faut comprendre, je suis habitée par l'étrange sensation que les objets numériques me niquent, qu'en ayant remonté tout d'une heure le soir, le matin je me retrouve avec un temps qui ne paraisse pas bien réel.

 

Du coup trip sur la réalité, saut du lit, je tombe, je me cogne à l'armoire, j'appelle ma mère, Pujadas, pour être sûre que des lilliputiens ne m'ait pas enlevée dans la sixième galaxie. 

C'est le seul moment de l'année, quand on me pique cette heure au printemps, où j'ai du mal à redémarrer.

 

Je traîne ma couette, m'arrête à l'escalier.

Je regarde ma montre.

J'en ai pas.

 

Et une fois arrivée en bas, je me rends compte que l'horloge de l'entrée indique six heures trente.

Que le soleil qui inonde le ciel est loin d'être un soleil de six heures trente, et je comprends que la pendule vient de tomber en panne.

 

Du coup je regarde mon gsm, je ne sais plus si j'ai changé l'heure hier au soir ou si le téléphone l'a fait automatiquement.

Je me mets à douter sérieusement de mes neurones, je me dis que je devrais rappeler Pujadas.

 

Pourtant, dans mon élan, je me mets à faire comme les indiens à plumes, plantée dans le jardin, les pieds dans la terre, le bâton en main.

Et me la joue "à l'ancienne", à chercher l'ombre sur le gazon.

Forcément ça faisait des vagues.

 

But the sun never lies.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 17:56

JE SAIS.

Le chihuahua ça fait Paris Hilton,

C'est petit, on dirait une crevette,

C'est précieux, ça ne supporte rien.

Ça aboie à qui mieux mieux, et tout le temps si possible,

C'est un roquet pas du tout sympa, et vicieux qui plus est.

 

paris-hilton-chihuahua.jpg

 

En gros le chihuahua, les gens le voient comme une sorte de gremlin mélangé à une mauvaise bouillabaisse.

Fadasse quoi.

 

Il y a quelques mois de ça, j'ai acheté un chien.

Je voulais une race plutôt petite, pas spécialement bavarde, pas trop con, et surtout facile d'entretien (un machin qui ne perdait pas trop ses poils, ou n'avait pas des boucles façon triple wave).

 

A force de chercher, je désespérais, il y avait des annonces pour les bouledogues français en masse, pour les chihuahuas pareil, mais hors de prix, et aussi pour les cavalier king charles.

C'était les trois races qui tournaient le plus, un jour je voulais un boulie, le jour d'après un chi.

Derrière, je devais essayer de faire en sorte de concilier mes envies avec le bien-être de la famille, ne pas leur imposer un berger allemand géant sans leur avis.

Tout ça s'imbriquait dans une logique très compliquée, et me rognait les bouts.

 

Puis un matin, j'ai vu l'annonce pour laquelle j'ai craqué.

L'après-midi on appelait l'éleveur.

Le soir il était à la maison.

Il, le chihuahua.

 

Et on s'est plus lâchés.

martyy10.jpg

  Mon mien, 2 mois

 

Une petite boule de poils toute noire, qui ne faisait que dormir, qu'on devait chercher pour la trouver, il était aussi petit qu'un chaton, et un peu souillard, faut le dire.

 

Je l'ai élevé, comme un chien, parce qu'en soit, c'en était un.

 

Très peu à bras, sauf au début, quand j'avais peur que les pigeons viennent le choper en pleine brousse pour le déguster.

Toujours près de moi, surtout petit, maintenant il se la joue grave indépendant le matin, plus câlin le soir.

Il mange comme deux (chihuahuas, s'entend), pourrait se faire une dinde s'il pouvait.

Il lève la patte, mais juste dehors, fait pipi sur commande quand je lui dit "à pipi".

Alors oui, il aboie, mais j'y travaille encore, c'est juste que des voisins qui font des travaux toute l'année, ça lui stimule son côté "quoi quoi tu cherches la fight ?"

Même moi ça me rend dingue leurs travaux.

 

303829_10150333720461911_661126910_8722892_175564134_n.jpg

Mon Mien, 4 mois

 

Il n'est pas frileux, adore le chaud très chaud, et le froid version neige.

S'en foutre partout aussi, si possible, gambader dans la boue.

C'est un champion de vitesse, il fait du 0-100 en 2 secondes.

Et niveau poil, c'est comme de plonger ses mains dans un bac remplit de pulls en pur cashmere, plus doux, tu meurs.

 

Bon, c'est vrai, j'ai un peu menti.

Il est un chouilla plus grand qu'un chi de race.

Il a les dents du bas qui sont un peu en avant.

Il est très têtu avec les autres. Pas avec moi (je suis sa maîtresse, faut pas déconner).

 

Mais il est tellement intelligent que notre chat passe pour une andouille à côté.

Et rien que le fait de savoir qu'il a sûrement la moitié du cerveau d'Einstein en lui, ça me rend fière.

 

381831_10150444575396911_661126910_9173149_1051089128_n.jpgMon mien, 6 mois

 

J'ai un chihuahua, et je le vis bien.

Parce que, je vous dis, c'est vraiment un chien.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 19:47

Je m'imagine ces lettres qui ne trouvent pas leur chemin, se perdent dans une boîte, se retrouvent dans la mer.

Ces histoires qui se baladent, d'ici à là-bas, que l'on partage plus ou moins fort, ou bien pas.

 

dp.jpg1 2 3 4 5 6 7 8

 

Je fais des rêves parfois,

d'une mémoire entière,

qui regrouperait toutes les images que nous voyons ou aimerions conter.

Comme d'un espace unique qui fourmillerait et donnerait tout ce que nous pensons en une même terre.

J'ai des frissons, ça m'inquiète.

 

Pendant que je suis paisible dans une rue, un temps parallèle réuni un tueur et ses victimes.

 

Il y a des histoires que j'aimerais raconter, à des gens qui en auraient besoin.

Il y a des histoires qui se perdent, d'une oreille à la bouche, des miettes dans la tête.

 

Je t'ai dit, ça m'inquiète.

 

On s'excuse, on danse de l'autre côté de la planète, on applaudit des artistes, on pleure un nouveau décès ou une naissance.

On vit tant de choses ensemble que tu ne vois rien.

 

Il y a le nombril et ceux qu'on aime.

J'aime tellement les humains.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 19:06

Quand je vois les filles dans la rue, qui ont des seins moitiés moins pleins que les miens, parfois j'envie, parfois je jalouse, parfois pas du tout, mais je me dis que dans certaines situations elles doivent avoir moins de lourdingues sur le dos.

 

tumblr_lkzxgcMEB01qa6doeo1_500.jpg

 

Quand je tombe sur le mec qui a voulu me taquiner là-dessus, de manière un peu trop ostentatoire, ça m'énerve.

Parce que je ne fais rien pour les montrer, que j'ai toujours des T-shirts jusque-là quand je vais bosser, mais qu'apparemment j'aurai du me ligoter la poitrine façon momie, pour éviter qu'on me regarde.

 

Alors c'est vrai, je suis fière, tout ce que tu veux, mais ce genre d'attributs ça transforme une journée paisible en attrape-débile, l'homme pensant que de te faire des blagues graveleuses te donneras envie d'être sympathoche, et de limite lui laisser toucher un bout.

 

Mais non.

 

En quoi le fait que j'aie 2 kilos de bidoche en plus que la moyenne donnerait le droit à un quidam de me tripoter le cerveau avec des allusions malsaines, et ce jusqu'à plus soif ?

 

Je suis fière de mon corps, sauf une fois par mois, mais en général je l'aime.

Avec ses rondeurs là-haut, et sa minceur en bas.

J'aimerais bien être une femme qui puisse faire ce qu'elle veut, mais dans ce genre de situations, je me demande chaque fois où commence la tenue qui fera fuser les commentaires.

 

Quand je met un décolleté, ça fait obscène pour tout le monde, alors qu'on voit que la naissance de mes seins.

Quand je mets un haut couvrant on me demande pourquoi je ne suis pas plus féminine.

Et quand je mets un bête col rond, apparemment ça moule un peu trop.

 

Alors quoi ?

 

Alors rien madame.

Être une fille avec des formes généreuses, où qu'elles soient, c'est toujours moins simple à assumer.

Ça tient à l'image de l'opulence, qui serait trop voyante, manquerait de faire vaciller les gens qui en ont moins, les gars qui n'y auront jamais droit.

 

Parfois j'ai l'impression qu'on m'oblige à avoir honte de ce que je suis, pour permettre à d'autres de mieux vivre dans leur suffisance.

 

J'aimerais bien que mes deux seins se sentent aussi bien que moi, j'y travaille grandement.

Mais y a des jours, j'assomerais bien certaines personnes avec mes pamplemousses, que ça envoie sur les murs et résonne dans l'air comme un claquement sec.

 

Merde quoi.

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 21:27

Quand je me lève le matin, j'ai déjà des pensées dans la tête, qui se baladent, vaguement claires, souvent diffuses, mais pourtant là.

 

Des pensées qui me suivent, du matin au coucher, dont j'ai du mal à me débarasser, qui peuvent prendre trop de place, dont je ne peux pas me défendre.

Et plus j'essaye de m'éloigner de moi-même, plus je me crée un monde où tout tourne autour d'un seul thème.

 

En chien qui se mord la queue, je tourne en rond.

 

M2.jpg

 

C'est comme de vivre avec deux penchants en moi, la fille qui pense trop et celle qui ne dit rien. Y en a souvent une qui parle, et je me retrouve avec dix personnes dans un corps qui ont chacune un avis différent.

Je danse d'un pied sur l'autre, je suis dubitative, pensive, ou juste complètement larguée.

J'ai des frissons, envie de crier et de boire un café bien fort.

 

Alors pour m'en sortir j'écris, ou je dessine, j'essaye de réunir tout ce que j'ai pour en faire des lignes, des gros traits noirs. J'appuye un peu plus pour que la plume crisse.

Puis souvent, la plupart du temps, je préfère être celle qui est dans le coin de la classe, qui observe tout mais ne lève jamais le doigt.

 

m1.jpg

 

Parce que, tu sais, c'est toujours plus simple d'abandonner, même si je ne le fais jamais vraiment.

Si je laisse tomber certaines idées, je n'ai plus l'envie, plus la rage, celle qui fait pousser les murs, donne envie de gravir des montagnes.

 

J'ai dans ma tête des bouquets de pensées qui se portent comme un charme.

Ils ont des couleurs à tomber par terre, illuminent le cerveau du plafond au plancher.

 

Il y a des pensées qu'on ne peut pas jeter, alors j'ai fait le tri.

Et ca va mieux depuis.


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 10:40

Quand, comme moi, on n'a pas la santé super strong, et qu'il nous arrive de bouffer les ordonnances comme un aspirateur, on se retrouve souvent à devoir aller poireauter en pharmacie, et ce pour le plus grand plaisir des gens qui s'y trouvent.


tumblr lsyc7fwHUy1qe8un5o1 500 large

 

Je connais deux sortes de pharmacies : celles qui sont énormes et où tu as trois secondes pour regarder les produits (au cas où tu viens te réapprovisionner en Vichy, Avène, et tout le toutim) et celles où tu n'as pas ce temps-là, et l'espace entre toi et le comptoir est fortement réduit du fait du peu de place.

 

J'ai une grosse préférence pour les grandes pharmacies. A priori.

Mais j'y mettrais bien les employés des petites pharmacies, histoire d'allier plaisir du regard à plaisir d'y papoter.

 

 

Les pharmaciennes, en général, sont adorables, peu insistantes, elles font leur job comme il se doit.

Puis t'en as d'autres qui te harponnent comme si tu étais le nouveau poisson dans le ruisseau, quitte à te mettre mal à l'aise, et puis d'ailleurs tant mieux si t'es mal à l'aise, ça te fera acheter plus vite un produit dont tu n'avais même pas besoin au départ.

 

En somme, je ne connais qu'un seul établissement comme celui là.

 

Les deux pharmaciennes sont derrière leur comptoir, telles des tenancières de bar et attendent qu'on leur parle de la commande du jour. Si tu ne viens pas à elles, elles foncent sur toi, demandent quel est ton problème, est-ce que tu es sûre que tu as ce problème ? (bah oui quand même, vous allez me faire douter), est-ce que tu ne veux pas plutôt ce produit là qui coûte le double, mais dont tu n'as jamais entendu parler, plutôt que celui d'une marque qui a fait ses preuves en coûte bien moins cher ?

 

Ca a un goût de "aie confiance" façon livre de la jungle, ces deux pharmacienne-là seraient capable de me faire croire à des maladies que je n'ai pas, c'est dire l'incidence qu'elles ont sur leurs clients.

Pourtant elles sont vieilles.

Et carrément moches.

Il y en a une qui est plus commerciale que l'autre, la seconde préférant te faire quitter la pharmacie sans rien en te disant "je vous laisse réfléchir".

 

Je ne sais pas si c'est l'établissement en lui-même, qui serait coincé entre deux mondes, comme le quai de gare dans Harry Potter.

Toujours est-il que d'y entrer me donne toujours l'impression d'être tombée dans une faille temporelle.

 

Je dois m'accrocher à mes convictions, préparer mon speach à l'avance, c'est bien plus crevant que de seulement choisir ses produits comme une acheteuse lambda.

 

 

Il y a une seule pharmacie que je connaisse où quand j'y entre c'est le pays des bisounours.

Elles ont toutes des blouses blanches, des sourires jusque-là. Il y a des employées qui sont voilées, choses que je n'avais jamais vu dans mon quartier, et tout a l'air de tourner comme si il y avait un parfum d'extase dans l'air.

 

Alors, je ne sais pas si c'est forcément mieux que les deux mégères, mais je préfère les dames sourire.

Et puis, s'il y avait moyen, j'aimerais encore mieux avoir un pharmacien.

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 19:41

"J'ai, scotché à la paume de ma main, un objet que j'ai depuis mes douze ans, c'est comme qui dirait un appendice qui vibre, grésille, et fait du bruit, mieux qu'un tamagochi, et plus petit que le minitel.

Autant dire qu'un smartphone qui meurt, c'est un monde qui s'écroule."

 

tumblr_l30zzsbnB51qb712eo1_400_large.jpg

C'est devenu l'objet qui nous réveille, qui nous suit comme notre chien, que l'on nourrit avec de l'énergie, qu'on hait quand la batterie nous lâche, c'est d'un jour à l'autre l'amour la guerre à l'arrache.

 

Il y a des gens qui me considèrent comme une centrale d'accueil, une réception téléphonique à qui on fait appel, entre deux questions, pour savoir qui rentre manger ce soir, où se trouve qui, quoi et surtout pourquoi là.

 

Je deviens l'antenne du quartier, je réceptionne et je dispatche.

Autant dire que plus au courant que moi, il n'y a pas.

 

Je suis toute désignée comme faisant partie de la génération héritière d'une nouvelle forme de communication, celle qui a le lourd fardeau d'expliquer aux "vieux" comment on fait un hashtag sur twitter en évitant d'en faire profiter la terre entière.

 

Du coup, forte de cette expérience, la famille se fait plus entreprenante, elle veut être "ton amie", s'affirmer et s'insinuer jusque dans ton lit, là où le soir tu éteints ton gsm, tu le caresses, tu lui dis au-revoir, avec un petit trémolo dans la voix.

 

Oui je sais.

Un gsm c'est un ami. Mon blackberry s'appelle Robert et change de tête tous les deux ans. Deux mois.

 

"Il reste qu'apparemment il faille toujours choisir un camp, être ketchup ou mayonnaise, mais surtout pas cocktail."

 

Je ne pourrais pas vous dire comment je faisais avant, j'avais moins de douze ans, c'est les parents qui gèraient les relations de leurs enfants.

Alors je ne peux pas affirmer que c'était mieux, mais c'était sûrement moins compliqué.

 

Dans la rue, j'ai souvent le nez vissé à l'écran en marchant entre les piétons, en gros je gère la double navigation.

Puis parfois, j'oublie Robert à la maison, ça fait du bien, mais ça m'angoisse. Alors je cours pour le retrouver.


Une addiction se soigne, mais si j'en suis consciente, dites, c'est déjà un pas en avant.

Non ?


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:55

Je me souviens d'un épisode de Sex and the city, où Carrie n'avait plus un rond pour payer son loyer alors qu'elle avait des milliers d'euros dans ses placards, sous forme de chaussures de luxe et de frippes.

Ce qui lui faisait plaisir l'avait ruinée.

 

tumblr_lusbiuBUbs1qbygswo1_500_large.jpg

 

Il y a des matières qui transforment des envies en réalités, comme l'amour, l'argent, le pouvoir. Ca tourne en rond entre ces trois thèmes, sans arrêt, et le fait de franchir la barrière qui sépare le désir de l'avoir fait toujours ressentir un petit gargouillis au fond de soi.

 

Je connais pas mal de gens qui achètent par thérapie, parce que l'éclair au café, fourré à la crème, est toujours mieux qu'une séance chez un psy, parce qu'aussi les deniers donnent le choix sur tout ce que l'on veut.

 

Ca permet souvent d'éloigner le problème, ou de s'en créer un autre, en balayant un sujet à coup de piles de bouquins qu'on ne lira jamais, ou de toutes dernières éponges multi-grat' qui ne gratteront jamais rien que le fond d'un placard.

 

Si je devais chiffrer mes envies, en restant dans une optique raisonnable, j'arriverais sûrement à des milliers d'euros.

Il y aurait dedans de quoi me permettre de survivre, comme un boulot qui me plaît, mais également les moyens pour y arriver, et des babioles autour pour me pomponner.

 

Mais ce qui est nécessaire à une personne ne lui est pas forcément utile.

Alors certains ont trouvé la parade, détournent les codes, te font l'apologie de ce qui ne sert à rien, à outrance, jusqu'à tomber dans une pathologie commerciale absolument rebutante.

 

Ca peut aller des blogs beautés où l'on incite à l'achat, alors qu'en vous réveillant ce matin, vous n'aviez aucune idée de ce qu'était un Haul, ou une éponge konjac.

 

Apparemment ma génération fait partie d'une époque où tester et posséder à la pelle est chose courante, dénuée de tabou, à la limite de l'exhibitionnisme.

 

Parfois ça me donne envie de brûler mon ordinateur.

Parfois ça me fait acheter.

 

Mais quand on a les moyens, qu'est-ce qui peut encore nous arrêter ?


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 09:00

Ayant vu pas mal d'articles qui faisaient des "baaaah" et des "bouuuuuuh", j'ai décidé, en tant que célibalentintaire (célibataire un jour de saint valentin, faut suivre), de vous faire une ode à l'amour, avec paillettes scintillements et pancakes à la fraise.


YVB_homemade2_large.jpg

 

ODE 

 

Aujourd'hui,

des millions de doudoux, chouchous, minous se baladeront dans les rues, s'enverront des messages roses et romantiques, en ayant "hâte de se voir ce soir", monsieur ira vite cueillir des roses chez le fleuriste du coin, et mademoiselle se sera faite toute belle comme pour un jour d'exception.

 

Il y a tellement de Saint-Valentin, celles en famille, où l'on s'offre des chocolats autour d'un repas de fête, celles plus prestigieuses que l'on passe à l'hôtel ou dans un château hors de la ville, puis celles toutes simples où l'on se retrouve en fin de journée, un sourire plaqué sur les lèvres, contents de pouvoir souffler un peu d'amour à deux.

 

Les Saint-Valentin commencent par un matin, se finissent au soir avec des "bonsoir", des "je t'aime", parfois/par moments des "au-revoir".

 

Sûrement qu'il y aura des déçus, des envieux, des crapougneux qui mangeront tout le chocolat en regardant par la vitre les gens qui se serrent bien fort dans la rue d'en-bas.

 

C'est juste un jour qui m'évoque l'amour, de l'amour tout court, plein les murs, plein les mirettes, pour les gens qu'on aime et qui nous aiment.

Et puis pour les cadeaux, tu sais, on peut faire l'impasse.

 

Du moment qu'on se lève tous ce matin comme des kangourous bienheureux.

 

 

Joyeuse GninGninGnin. :)

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:46

Témoignage.

 

"J'étais une vrai accro, je pouvais regarder une saison sur une journée, passer d'une série à l'autre, tout en téléchargeant trois épisodes pendant que j'en visionnais un. C'était devenu une dépendance qui me faisait vivre, je m'étais organisée autrement.

 

7TfPXc7uwowcwel5zHmxrLh2o1_500_large.jpg

 

J'arrivais à faire tenir sur mes genoux l'ordinateur, la tasse de thé et les trois cakes pour ne pas devoir me lever à cause d'une fringale.

J'avais un planning où les jours en roses étaient consacrés aux séries culcul, les autres aux séries d'humour. Quelques fois je faisais un écart, et en regardait une plus sombre, moins drôle, ou rattrapais mon retard culturel en regardant Twin Peaks. (Je n'ai même pas eu le TEMPS de finir twin peaks, quelle horreur...)

 

Puis depuis que je n'ai plus accès aux séries, je suis en manque.

J'erre misérablement, en sachant que les américains verront de toute façon le dernier épisode sur leur télévision, eux.

Par moments, je me dis que je devrais me faire un visa pour les États-Unis, juste pour être sûre, au cas où ces temps de misères durent trop longtemps.

 

J'ai encore un petit paquet de vidéos pour survivre, mais j'ai du mal à sortir de chez moi pour aller louer un DVD. 1,50 euro le film, tu rigoles ?

On peut même le garder 24h, comme si j'avais besoin de ça pour me consoler.

 

Depuis l'arrêt de mégaupload, j'ai maigri de 2 kg.

Forcément, je suis obligée de marcher pour aller jusqu'à la médiathèque, où le choix est plus restreint que sur le net.

 

Ah non, je vous jure, les temps sont durs."


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie