1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 11:08

Quand tu fais partie des gens "qui viennent de quelque part", c'est comme si tu appartenais à une secte très fermée dans laquelle seuls les adeptes peuvent comprendre ce que tu ressens quand tu poses le pied sur le sol où prennent tes racines.

 
Bien sûr je n'y suis pas née, mais j'y ai tellement passé mon enfance sur cette île, à chaque grandes vacances scolaires, que ce petit bout de terre jeté en pleine mer pas loin de la Corse, et tout italien, me fait à chaque fois le même effet : d'être à la maison et de s'y sentir délicieusement bien.

 

DSC_0777.JPG

 

Je retrouve mes saveurs, rien que l'odeur de l'air est trop reconnaissable. Il y a des pins qui longent la route jusqu'à Cala Gonone, parfois des troupeaux de chèvres qui barrent le passage, puis il faut surtout savoir prendre ces foutus virages qui dessinent les serpents sur les flancs des montagnes.

 

DSC_0509.JPG

 

On reprend les habitudes d'un déjeuner tardif, les pieds croisés sous la table, avec des cappucinos qui ne ressemblent à rien de ce que l'on trouve hors de la méditerranée : ils sont bombés, moelleux, la mousse tient incroyablement bien. Et de baigner ses babines dans le café quand on regarde l'horizon de la terrasse fait passer le meilleur moment de la journée.

 

DSC_0511.JPG

 

Puis on chavire avec ce bleu environnant, dans le ciel comme sur la mer, ces plages de galets fins avec de la place pour les parasols plantés comme des fleurs dans le sol blanc.

On part pour la journée, bronzer comme un toast, goûter au farniente, au plaisir de pouvoir souffler un peu.

 

DSC_0597.JPG

 

J'ai repris un bol d'air frais, il faisait chaud partout où on allait, la plante des pieds brûlait au soleil et je ne manquais pour rien au monde la dégustation quotidienne de ma glace préférée.

Une cochonnerie tricolore prise dans un biscuit moelleux, le très célèbre cucciolone qui me fait me claquer les cuisses, et fermer les yeux.

 

DSC_0568.JPG

 

Puis toujours, cette masse bleue enveloppe tout le paysage par sa beauté, son élégance, on se croirait pas assez gentil que pour mériter ça.
On plonge dans l'eau, on relève la tête, on se prend pour un poisson qui adore faire des vagues.

 

DSC_0808.JPG

On est parti faire un tour en bateau, comme les touristes, pour pouvoir voir les plus belles plages de la côte.

On a vu la piscina di venere, on a pu sauter dedans, on a fait escale à Cala Luna et Cala Sisine, deux des plus beaux endroits proches de Cala Gonone.

 

DSC_0729.JPG

 

DSC_0808-copie-1.JPG

 

DSC_0789.JPG

 

Je connais tout ça depuis 20 ans.

C'est comme de rentrer chez soi chaque fois que j'y vais, quand je vais me balader au port, que je prends un cornet chez le glacier, que les gens piaillent autour de moi.

Je me trouve souvent trop habituée à tout ça, parce que c'est beau, mais que d'y aller chaque année ça m'a un peu lassé l'oeil.

J'essaye pourtant de toujours y retourner avec un oeil neuf, de découvrir ma Sardaigne comme si c'était la première fois, et de m'émerveiller comme une gosse le ferait.

 

DSC_0782.JPG

 

En tout cas j'ai passé neuf jours de rêve.

Puis franchement, qui dirait non à des paysages pareils ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 13:35

Il y a des gens chez qui les connections entre les neurones ont du mal à se faire, il y a court-circuit quelque part sous la caboche, et ça te donne envie de créer nouveau jeu concurrent de “où est charlie”,  intitulé “mais où est ton QI ?”


patrick.jpg

 

Je sais qu'il y a comme une frontière entre la sphère intellectuelle et manuelle, que parfois passer d'un monde à l'autre, c'est comme de parler chinois puis français, c'est difficilement faisaible pour tout un chacun.

[Enfin moi ça va, j'y arrive. Mais je suis une wonderwoman.]


A mon petit job étudiant, il y a un jeune homme, qu'on appellera J., pour qui l'adaptation au milieu est aussi difficile qu'un accouchement de triplés : il pense à beaucoup de choses en soufflant, mais y a rien qui sort.

(Je vous passe le cliché qui va avec)
 

Quand on commence la journée, on doit remplir les frigos, vérifier que tous les gâteaux sont là pour les anniversaires de l'après-midi, que la plaine de jeu est clean, et qu'il n'y a pas un couteau qui traîne à terre.
Une fois que tout est en place, on ouvre, et les clients commencent à affluer.  

 

Moi je reste au bar, c'est mon espace, c'est là que je règne, parfois je cours après un client, mais comme mes pamplemousses m'assomment à plus de 2km/h, souvent j'abandonne.
 

Lui, J., il traîne la patte.
Il commence sa journée à 12h, comme tout le monde, mais il fait déjà une pause à 12h01.
Tu te dis qu'arrivant sur la fin de son adolescence, il est possible qu'il soit encore un peu lent, le gamin.
 

Tu tolères.  

 

Trente minutes plus tard, il est toujours assis sur son tabouret moelleux, il attend patiemment que sa pizza cuise dans le four tout en  tapant la discute avec le patron (qui n'a pas capté pour un sou que le J. n'a encore rien foutu de la matinée).
 

Et plutôt que de m'aider à faire les vidanges et à porter quelques fournitures qui pèsent sur mes biceps (j'ai les bras comme des brindilles pas forcément adaptés à la tâche), il m'observe 20 longues minutes avant de me lâcher un "c'est lourd, non?".

“Non. C'est super léger, regarde, avec un doigt je peux tenir le bac de 40 cocas et même faire une culbute avec”.
Après ce grand moment de rigolade (parce qu'il n'a pas saisi le second degré, c'est évident), il reçoit enfin son assiette devant lui et commence à manger.
 

Lentement.

tumblr_l02gq2M7N11qasdemo1_500_large-copie-1.jpg

 

Ça mastique large pendant que je m'applique à servir les clients affamés, que je sue, que moi aussi j'ai tout à coup vraiment faim. Il prend le temps de s'essuyer la bouche d'un coin à l'autre, moi j'ai juste envie de le pendre haut et court avec sa serviette.

C'est un manège  qui se répète souvent.
À quatre heures, alors qu'il devrait être occupé à animer un anniversaire, il est posté devant les frigidaires, à chercher la boisson qu'il va bien pouvoir prendre pour s'hydrater un peu (moi, depuis le matin, j'ai viré papyrus craquant tellement je manque d'eau), me bouchant le passage derrière le bar,  OSANT me demander si ça va.
 

“Oui oui ça va, mais t'es dans le chemin”.
 

Encore un grand moment de rigolade, je renverse deux cafés parce qu'il me bouscule en retournant “travailler”.
Là, je pense plutôt à le manger, tout cru, ou roulé dans une crêpe Nutella et rôti à la broche. La violence peut me faire virer cannibale, mais j'arrive encore à prendre sur moi.

Parce qu'il me fait penser à Patrick l'étoile de mer, dans Bob l'éponge. Tellement nouille, tellement tarte, avec aucun éclair de lucidité sur son inactivité latente, il passe et repasse dans mon champ de vision comme un nounours malingre qui ne trouve pas son chemin.


todo_liste_spongebob_patrick-hd-wallpaper-kostenlos--1920x1.jpg

 

Parfois il me fait des frayeurs en me disant qu'il manque un cake, alors qu'en fait il ne l'a pas vu parce qu'il n'a pas bifurqué la tête.
Je lui dis bifurque la tête, et il me regarde comme si je lui avait parlé de me présenter comme présidente des bouffons sur Mars.
Je lui dis de regarder plus à droite en cuisine, ça percute un peu mieux.

Du coup il repart pour la salle d'anniversaire. Sans le gâteau.
Tu penses bien, il l'a trouvé, c'est pas une raison pour le prendre avec lui.

inter-copie-1Je pourrais écrire un roman sur J. tellement il me divertit au boulot sans le savoir.
Il paraît qu'il a commencé des études d'ingénieur, “qu'il est calé” dans son domaine, moi je l'imagine plutôt bloqué quelque part entre Idiot-ville et Incapable-land.

Et dire qu'une semaine me sépare à chaque fois de lui.
[Pitié, priez pour les neurones qu'il lui reste.]

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 19:50

Quand j'étais plus jeune (mouahahaha), trouver un bikini à ma taille était encore plus ardu que de finir un mot-croisé niveau 3 dans le New-York Times.

 

tumblr_lxeno1UBxI1qfnm47o1_500_large.jpg 

Il y avait comme une barrière entre les vendeuses et moi, et malgré ma bonne volonté, la plupart d'entre elles ne voulaient pas se plier à mes envies.

 

Parce que oui, à l'époque, mon plus grand problème c'était ces cintres sur lesquels étaient attachés la culotte ET le soutien-gorge, sous-entendu que chaque femme avait forcément une taille de bassin en relation direct avec la profondeur de son bonnet.

 

Alors que pas du tout.

 

J'avais une amie qui était peu fournie du haut, mais avait un bassin à tomber, et moi j'étais sa parfaite antithèse, petit bassin et pamplemousses giant-size.

Autant dire que d'entrer en boutique, c'était passer une frontière où commencait une sacré galère.

Les modèles qui convenaient pour le dessus me donnaient l'impression de pouvoir faire un parachute avec le dessous, ça aurait pu me faire rire dix ans plus tard, mais quand le slip tombait lamentablement sur le sol de la cabine d'essayage, j'étais plutôt en colère.
Ou dépitée.

 

Certains magasins ont commencé à faire le "tu peux choisir séparément le haut du bas", c'était une bien bonne idée, sauf que le haut en question ne soutenait rien et donnait l'impression de s'être fait un soutien gorge avec un bout de ficelle.

 

[Bonjour les douleurs au cou.]

 

Et surtout, j'avais une chance sur cinq de finir avec un maillot dépareillé, avec un malentendu sérieux entre l'imprimé pois sur mes seins et les lignes sur mes fesses.

inter-copie-1Par dépit, j'ai fini par me rabattre sur les espaces de lingerie, les enseignes spécialisées dans le confort des mademoiselles à vraie poitrine, celle qui ne tient pas toujours tout droit, mais qui a besoin d'un grand soutien (même psychologique).

 

Et c'est seulement l'an passé que j'ai trouvé un bikini qui m'allait.

Parce que j'ai pris le temps de parler avec la dame, qui m'a dit d'oublier les modèles triangles tout de suite, sous peine de finir quasimodo femelle.

 

On était alors parties sur des tons plutôt gris et blanc, de quoi bien faire ressortir le bronzage (absent) de ma peau, et puis surtout de belles dentelles sur les contours qui m'ont fait craquer.

 

Je n'ai pas encore porté ce bikini.

L'année dernière, j'ai pris dix kilos en quelques mois.

Que je viens de reperdre sans rien faire (plus passif que mon corps, tu meurs).

 

http://img.plug.it/sg/viaggi2008/upload/sar/0000/sardegna-piscine-di-venere-cala-gonone.jpg

Et je me fais un plaisir de décompter les jours qui me séparent de mon voyage en sardaigne.

Plus que huit et je vois le soleil, je foule le sable chaud et fais ma belle.
Plus que huit, et je prends le large.

 

[Bouhouhou, j'ai peur de l'avion, moi.]

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 15:27

petite-sirene-1989-04-g.jpg

 

Un jour, j'ai eu les cheveux très courts, aussi courts que ceux d'un garçon.


C'était quelqu'un de mal intentionné dans ma famille qui avait décidé de m'emmener chez le coiffeur parce que mes boucles étaient peut-être trop rondes, ou ma tignasse indomptable, j'avais sûrement été très méchante ou eu de mauvaises notes.

 

[Tu sais, à l'époque, il se passait beaucoup de choses contre mon gré]

 

Résultat, j'étais ressortie du salon avec une coupe à la garçonne et des larmes dans les yeux, une petite tape sur l'épaule qui disait "bien fait pour toi".

Bizarrement ça m'allait très bien vu que j'avais un visage plutôt allongé, mais comme on m'avait coupé dans mon élan de féminité imaginaire (à 12 ans, t'as pas forcément les atouts d'une ado à peau grasse mais tu te prends déjà pour une bombasse), j'ai mis des mois à m'en remettre.

Le temps que tout repousse.

inter-copie-1

Alors, oui j'en ai voulu à la personne qui a dit au coiffeur "faites comme vous le sentez", parce qu'il devait pas se sentir dans son assiette ce jour-là, le coupe-tif, et mon crâne en a sacrément pâti.

Bref.
 

Tout a repoussé lentement.

Je voulais mes lianes, ça tombait toujours pas sur mes épaules, et les garçons regardaient plus les filles qui avaient une croupe balayée par la pointe de leur capillarité qu'une pote comme moi qui ressemblait à l'un des leurs.

 

tumblr_lw0w65EsyP1r7ez26o1_500_large.jpg

 

C'est à ce moment là, entre le jadis et le naguère de mon histoire, que j'ai découvert le hair power.

 

Pour certaines filles c'était comme une fatalité.
Même après une heure de sport, pendant laquelle la prof nous faisait faire trois tours d'un stade en plein été, elles restaient aussi belles qu'Ariel la sirène le jour de son mariage avec son brun de mari.

Je pouvais pas lutter.

 

C'est quand je me suis rappellée des disney de mon enfance que j'ai été frappée par une chose : à part blanche neige et son chignon de grand-mère, toutes ces pipelettes d'héroïnes avaient le cheveu long.

Et elles avaient toutes des amoureux (ou tombaient en amour pour le bel homme du coin).

 

Et à la fin on voyait en grand "and they lived happily ever after".

Puis le rideau tombait. Et tu rembobinais la cassette pour la voir une vingtième fois.

 

Tout se rejoignait, Ariel faisait du gringue à toute la faune et la flore qui l'entouraient, et il ne traînait pas une seule fille avec des cheveux courts dans cette imagerie enfantine, à part la grosse Ursula, méduse à poil court et abominable cruauté des fonds marins.

Du coup tout ça s'était mélangé en moi, et depuis toute petite j'adhérais à cette conception de la beauté féminine : avoir des cheveux longs ça faisait fille.

inter-copie-1Puis j'ai eu des amies à short hair.

Des amis à long hair.

 

La guerre des sexe à commencé dans la cour de recré, Disney a été mis à mal dans mon esprit, et j'admettais, des années après, avoir été jolie avec ma coupe à la garçonne.

 

Mais c'est tenace cette envie de longueur, chaque été, depuis quelques années, je me retrouve avec des cheveux jusque-là.

Parce que j'aime bien, que ça me fait me sentir femme.

 

Même si je m'accroche avec dans les branches, que je dois faire attention quand je remonte la tirette de mon pull à capuche, j'ai plus confiance en moi quand j'ai ma grosse tignasse qui me tombe par-dessus les épaules qu'avec le cou nu.

 

J'ai peut-être inconsciemment envie de me sentir comme Ariel, de me peigner avec une fourchette, faire ma biche rousse et que le gros chien du beau brun me fasse de grosses lèches.

 

Le futur s'annonce langoureux, je te le dis.

J'ai juste pas encore trouvé de crabe à qui parler pour m'aider à trouver mon Bogoss attitré.

 

♥ Bonne journée les roses ♥


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 10:48

tumblr_ltvsebYI9y1qahuioo1_500_large.jpg

 

Le jour où l'on crée un blog, on a l'impression de s'acheter un espace de verdure de l'autre côté de la fibre optique.


Ça déclenche comme un sentiment assez peu rationnel, on a envie de réveiller son chéri pour lui annoncer la nouvelle, de lui parler ameublement CSS, rideaux HTML, et tutti quanti.


Il y a peu de chance qu'il vous suive dans l'aventure, et une forte probabilité qu'il vous sorte plutôt une phrase du genre "non mais, est-ce que c'est une heure pour réveiller le peuple ?!", qu'il grommelle et se rendorme fissa, pendant que de l'autre côté du lit, vous dormirez les yeux ouverts, toute excitée par ce changement radical dans votre vie.
inter-copie-1Le matin au réveil, on change son statut facebook, en clamant "j'ai un blog, ça y est, c'est fait".

Un peu fébrile, on ne gère rien du tout de ce nouvel espace, on essaye d'écrire un premier article, qui sera sûrement le plus compliqué, parce qu'on se dit que la moindre des choses c'est de se présenter.

Et donc de commencer par parler de soi.

[Y en a qui disent que d'écrire c'est souvent s'écrire à soi-même, que des thérapies par les mots sont souvent plus bénéfiques que trois baffes dans la gueule en criant "avance, palsambleu !".]

Il y a celles qui posent des limites, ne parlent jamais de leur vie privée, de qui a croqué dans le même donut qu'elles à midi, histoire aussi de garder cette frontière entre ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.
C'est vrai que c'est important de savoir tout séparer.

C'est comme ceux qui disent ce qui est au boulot reste au boulot.

Mon oeil.

Ca devient vite une addiction, on donne chaque jour un peu plus de soi, une photo d'un bout de son doigt de pied devient la semaine suivante un discours sur la hernie du chien et la dernière teinture de tante Michelle (que tu sais on en avait déjà parlé dans l'article sur la convalescence de mon voisin Joe-fait-des-gaffes, et v'là t'il pas que je te link tout ça).

AmNdOg4CQAA8olo_large.jpg
Ça c'est l'authenticité, la vraie, celle qui parle de gens qui ont des poils sous les bras et qui s'étale sur la toile comme un récit à la bridget jones.

Puis arrive l'embranchement où certaines prennent la route "Coca sans bulles", le genre de route insipide, qui pétille pas pour un sou et dans laquelle s'engouffreront la majorité des articles parus sur internet.

Y en a même qui parlent de choses qu'elles n'aiment pas en disant que c'est bien, juste histoire qu'on fasse attention à elles.
Ou encore qui te torchent des articles que tu as intérêt à aimer, sinon tu es bonne pour cocher les toilettes de la blogo jusqu'à la fin de tes jours.

Et finalement quoi ?

Tout tourne autour d'une certaine tendance à l'amicalité passive, on se fait aimer par des gens qui "passent" sur notre site. On apprend à répondre, à lire d'autres points de vue (ou pas d'ailleurs).


A voir qu'on est pas seule face à une galère (qu'elle soit futile, cosmétique, ou morale), que oui, on peut se faire aider pour réparer un cuticule, nettoyer la plaque en vitro, ou se faire embaucher chez Rachid, le chinois du coin (ça doit FORCEMENT exister).

inter-copie-1

L'idée c'est de rester soi-même, comme dans la pub pour les hamburgers, où on te dit de venir comme tu es, sans fioritures.

Sinon c'est la débandade, on finit par faire des textes de plus en plus courts, à mettre des images de plus en plus grandes pour couvrir la vacuité du discours.
Cela prend de l'ampleur, il faut se montrer tout nu, parler de ce qui rallie les troupes, comme le ferait un grand orateur avant son élection histoire de grappiller des votes supplémentaires.

Du coup la blogueuse devient un stéréotype, une fille qui ne parle plus vraiment d'elle, se met en avant en montrant parfois ses seins, et puis surtout, qui n'a aucune jugeote, et tout aussi peu de cervelle.

Elle avait acheté un espace de verdure de l'autre côté de la fibre optique et s'est retrouvée à gérer une communauté de lecteurs assoiffés de mots sans saveur, aussi agités qu'à un concert de Black Sabbath.

Bon, moi, je n'ai pas pris l'embranchement coca sans bulles. Je préfère de loin râler et parler de ce qui me plaît plutôt que de brosser le peuple dans le bon sens.
Et tant pis si ça fait de moi une pouffiasse intello plutôt qu'une sous-prod industrielle.

Du coup je me dis qu'il y a tout de même un égocentrisme latent dans l'espace virtuel que j'habite, que finalement je ne parle que de ce qui me fait avancer. Mais si ça fait avancer les autres, pourquoi pas ?

On était quand même tous là pour parler de soi au départ.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 15:50

Culture de ritale oblige, (ou pas d'ailleurs), j'ai une grosse tendance à la flemmardise. Autant dire qu'entre la chaise assise et la chaise longue, mon choix est vite fait.

piscine.jpg

Les jours fériés comme les jours de vacances, je les vois arriver comme des fêtes d'anniversaire, je m'y prépare comme un enfant qui fait un collage pour sa mère : en gros je suis contente et sur-excitée, des gommettes rouges collées partout sur le visage.

Je valide, chaque fois, c'est un véritable carnage de professionel .

 

Je compte les heures la semaine qui précède, je fais un stock de cotillons que je cache soigneusement dans le fond du placard.

Je tanne tout le monde, prépare ma robe rose bonbon pour l'occasion tellement qu'elle est belle et qu'elle brille.


Et une fois qu'arrive le jour J, je fais la grasse matinée, je me goinfre, j'en profite pour en mettre partout sur mes doigts (surtout si c'est du chocolat)(et que c'est poisseux).

S'il fait beau, je fais plaisir au peuple avec mes bombes à eau multicolores, ça passe dans le ciel en faisant un arc-en-ciel et finit par éclabousser les passants.

 

J'aime bien les vacances comme ça, ça fait retomber en enfance.

En tout cas c'est ma façon de voir les choses.

 

Mais dans tout ce micmac, il y a une chose qui m'énerve, me gâche mon plaisir, m'enquiquine comme pas possible parce que JE SAIS que j'y aurai droit, quoiqu'il arrive : le beauf de voisin plein d'entrain qui habite une maison plus loin commence déjà à faire tout son tintouin.

 

Il s'appelle toujours Raoul, ou Paul, ou Bob, a le bedon fort joyeux, se balade torse nu et toutes tongs dehors sous les yeux attérés de la moitié du quartier.

Rien que de le voir ça me ratiboise le moral.

 

A 6h30 du matin il est déjà debout.

A 7h, il est dehors et il a sorti le tuyau d'arrosage pour mouiller sa voiture et les arbres (tant qu'il y est).

A 8h, j'ai envie de commettre un meurtre.catlh.jpgPuis je me dis que ce genre de pauvres âmes ne sont pas digne d'attention.

 

Parce que de faire tout un ramdam quand il passe la tondeuse ce n'est pas "normal".

Je peux comprendre l'envie furieuse  qui pousse à désirer manger des fraises en pleine nuit, ou à vouloir courir tout nu sur la plage. Ca fait partie des grands rêves paisibles du vacancier éphémère (mais oui, même avec un week-end prolongé, tu es aussi un gai vacancier).

Je peux aussi tolérer qu'on ait envie de faire une brocante ou de participer à une parade de chevaux brossés comme pour une marche présidentielle.

 

Mais alors, le type, qui profite de sa journée de congé pour se lever à l'aube, alors même qu'il n'est pas en partance pour la côte belge, c'est un non-sens pour moi.

 

Je me mets à beugler sous mes draps, à gémir "pitié pitié pitié" quand il enclenche sa scie à bois à 9h, je l'entends tailler les haies en cadence, on dirait un petit philarmoniste du rosier.

 

Non vraiment, il a des gens qu'il faudrait enfermer quand c'est jour férié.

Parce que les Raoul, moi je leur fous un coup de boule s'il faut mais faut pas qu'ils me gâchent mon moment de farniente.

 

Quand le jour commence à tirer sur la fin, que le soleil est encore là, que le Raoul a terminé de construire son barbecue en pierre, et qu'il te fait une flambée d'enfer, tu te dis qu'il s'est enfin calmé.

Il y a une belle odeur de viande qui commence à embaumer le voisinage, ça imprègne mes narines d'une note savoureuse.

 

Là tu te dis que sa femme doit être contente qu'il lui fasse son repas, mais même pas, il se prépare sa saucisse tout seul, dans son jardin super tondu, sans la moindre aisance qu'on confère à la personne paisible d'avoir profité de son jour férié pour se reposer.

 

Il en profite pour chanter à tue-tête une ode flamande sortie d'on-ne-sait où, moi je le scanne du regard, le doigt près de déraper pour appeler les gendarmes.

 

Ah Raoul, la prochaine fois, tu ferais mieux d'aller pêcher des moules à la mer.

Sinon c'est moi qui t'y enverrai, à bons coups de pieds au derrière.

 

A bon entendeur.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 11:02

J'ai toujours eu affaire à des médecins.

Pas comme quelqu'un qui a une grippe une fois par an, ou comme le mâle qui croit qu'il va mourir d'appendicite alors qu'il s'est égratigné le doigt.

 

greys.jpg

Non.


J'ai toujours eu droit à tout un staff pour s'occuper de moi, avec une armada d'yeux rivés sur ma bouche grande ouverte en plein après-midi, ça faisait autant d'audience que le Muppet Show.

 

Ça m'a permis de voir qu'en général les chefs de département n'étaient pas forcément des canons de beauté, qu'ils pouvaient être grabataires et franchement enjoués pour me charcuter dans les 24h, alors que moi, j'étais bien moins enthousiaste en voyant leurs veilles mains trembler.

Je me mettais à imaginer le bistouri qui valsait, se plantait en plein dans le cœur alors qu'on devait m'opérer du nez.

Il y avait du sang partout, les compresses n'arrivaient pas à arrêter l'hémorragie et je finissais décédée pour avoir choisi un vieux routier de salle d'opération.

Classique.

 

Je tombais parfois sur des filles, plutôt jolies, un peu midinettes, et qui avaient l'art de se faire draguer uniquement quand j'étais couchée sur une table, les pieds en l'air, avec une fraise qui tournait à pleine vitesse un peu trop près de ma gencive.

 

J'ai aussi eu droit au type de la cinquantaine, un arabe bien sanguin, plein de charme, un peu bouffi sur les bords mais qui m'écoutait toujours attentivement. Il n'y avait pas un poil de douceur quand il farfouillait dans ma bouche jusqu'aux amygdales (je mens, je n'ai pas d'amygdales) et que pendant ce temps, j'étouffais dignement.

Je ressortais de ces rendez-vous passablement secouée comme un milk-shake et les joues bien rouges, au moins ça donnait bonne mine et je me sentais vivante.

 

M'enfin, l'arabe je l'aime bien, c'est lui qui m'a mis mes dents bien droites.

En 5 ans d'accord, mais on est du sud ou on ne l'est pas.

 

Tout ça pour dire, qu'en prenant rendez-vous parce que mon fil dentaire s'était passablement détaché pour la troisième fois en peu de temps, j'avais peu de scrupules à me faire belle vu que soit je me ramassais un vieux moche soit une belle plante peu attentive à ce que je ressorte entière du rendez-vous.

 

Du coup, Clocharde est arrivée à l'accueil, armée de son badge de patiente, vêtue d'une tenue qui devait venir d’Ouzbékistan, qu'on avait traîné dans une lessive pas tout à fait sérieuse et qui tendait à me faire passer pour une fille sympathique, mais sans plus.

 

J'ai dis que j'avais rendez-vous avec un orthodontiste, la madame m'a dit de patienter.

 

Puis là, tu vois ce moment où la fille se retourne quand on appelle son nom, et qu'il y a un ralenti, le regard qui monte, qui part des chaussures jusqu'au visage de l'homme, qu'il se produit un ouragan intersidéral à couleur de bolognaise ?


orage.jpg

 

Et bien c'est tout à fait ce qu'il s'est passé.

Je me suis levée, j'ai oublié que j'étais fringuée comme Causette, puis en lui serrant la main (douce, la main, la sienne surtout), j'ai vu le bout de mon pull de misère qui touchait presque son corporel et j'ai crevé de honte.

 

Parce que oui, j'avais oublié la variable, celle qui était toujours de mise dans n'importe quelle situation : il y a toujours une exception qui confirme la règle.

Donc dans ce monde de vioques et de donzelles, il y avait aussi le jeune fringant.

 

Le jeune homme rayonnait en me priant de me coucher sur le siège, me demandant pourquoi je venais par ici pour la troisième fois en 2 semaines.

J'ai balbutié, mes dents étaient soudain trop proches de ma langue et je causais comme une bègue.

 

J'ai fini par lui parler en code : « mal, là, détacher, faut soigner, cool ».

 

Suprême cerise sur le gâteau, il s'est mis à chercher l'endroit où ça bougeait, y avait plus rien qui bougeait, je lui ai dit que si, que c'était tout à fait décollé, mal, faisait clac clac.

 

J'étais venue pour rien, j'avais du avoir une hallucination sensorielle mais apparemment le fil ne s'était jamais détaché.

Il tenait aussi bien qu'un point noir incrusté dans le derme et j'avais l'air d'une belle idiote.
Du coup j'ai fait mine de m'excuser de l'avoir dérangé pour si peu, il m'a répondu que c'était avec plaisir et que c'était normal que je m'inquiète. (Mais il les sortait d'où ses yeux bleux-je-te-veux?)

 

En lui serrant la main pour lui dire au-revoir, je lui ai dit « j'espère qu'on se reverra dans pfouuuf », pfouuuf signifiant dans très longtemps.

 

Il m'a dit : « oui, à dans pfouuuf » avec un sourire remplit d'émail diamant.

 

Quel humour.

J'ai rencontré docteur Mamour et je m'en remets toujours pas.

Faut vraiment que je refasse ma garde-robe.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 14:12

sfz.jpg

J’ai été chercher Marty un jour d’été, alors que je m’étais faite opérer quelques semaines plus tôt. J’étais encore un peu faible, et fatiguée, mais j’avais envie de changement, de renouveau.


Je tannais tout le monde depuis un bon moment, je voulais un chien, un grand, un petit, un chien de compagnie, Pourvu qu’il soit poilu et intelligent, je voulais un toutou rien qu’à moi.
J’ai été chercher Marty alors qu’il n’avait que deux mois, dans une ferme à l’écart de la ville.
 

Il faisait calme et doux, j’avais un peu d’appréhension, ne savais pas comment me comporter, j’allais enfin voir des chihuahuas pour la première fois de ma vie.
Je ne l’ai pas choisi de prime abord, je préférais son petit frère, plus fin, plus fragile, mais ce dernier était beaucoup trop craintif.

mart--3-.jpg

 

Marty, lui, me regardait avec des grands yeux, sans oser s’approcher, mais assez intrigué que pour ne pas me quitter du regard.
Puis je l’ai pris sur moi, et là j’ai compris, j’ai su que c’était ma boule de poil, que c’était lui que je voulais.
 

Je ne pourrais vous décrire ce que ça fait d’avoir un chien.
C’est l’être qui vous voit partir chaque matin, et attend votre retour chaque soir, sans broncher, toujours de bonne humeur, toujours là pour vous. 


C’est l’animal qui vous suit presque partout, qui trotte à vos pieds dès le réveil pour observer tout ce que vous faites, montrer qu’il est là.
Il adore jouer, comprend très vite ce que je lui dis, est très câlin, mais indépendant en même temps.
 

On a tissé un lien lui et moi, au fur et à mesure des jours,  en fonction des mois. On a eu du mal à certaines périodes, il voulait faire le chef, j’ai été la plus forte à ce jeu-là.
Puis il s’est calmé, progressivement, il est devenu plus vieux, il a eu un an.


marty--2-.jpg
Et chaque fois que je le prends dans mes bras, que je mets mon nez dans son cou et que j’inspire, je m’imprègne de son odeur pour me rassurer.
Parce que mon chien sent bon, comme un cookie  au chocolat posé au soleil, il sent aussi encore un peu le chiot après avoir dormi.

 

Puis, une fois qu’il en a assez du câlin, il se tourne vers moi, me fait les yeux de la tendresse ; ah oui, mon chien est un peu fille sur les bords, il aime faire sa charmeuse, mais c’est aussi pour ça que je l’aime.

 

Vous pouvez retrouver cet article sur le Woof Mag.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 08:32

Quand je vais faire les courses, j’ai parfois un peu l’impression de payer mon ticket pour le zoo.


Il y a des magasins comme ça qui inspirent une atmosphère de grande pagaille, mêlée à de l’hystérie et de la non-politesse ; avant même d’entrer dedans, je sais que toutes mes bonnes résolutions vont passer à la trappe.

En deux secondes chrono.

 

liyo.jpg


J’essaye pourtant d’être conciliante, je prends ma charrette comme une bonne cliente, je ne bouscule personne, j’ai le dos bien droit et une liste plaquée dans les mains.

Souvent, j’ai pris une douche avant, j’ai un jogging et un sweat à l’américaine, en gros autant de style que si j’allais au fastfood un samedi soir.


Sauf que je ne vais pas au fastfood le samedi soir. Et qu’en général je ne suis pas d’humeur.


Si comme pour moi, les courses sont pour vous un calvaire mêlé d'incompréhension, je vous ai préparé un mode d'emploi détaillé, histoire que tout se passe bien pour vous une fois débarqué chez les gnous.


Step One : franchir les portes coulissantes


Il y a comme un mauvais karma entre moi et les portes coulissantes, comme avec tout ce qui ressemble à un tourniquet ; ces installations publiques me poursuivent depuis des années sans que je ne sois jamais parvenue à les maîtriser.


Ça me fait le même effet que quand je dois poser mon pied au bon moment sur la marche de l’escalator, j’hésite, je tente, je me retrouve paralysée ou mieux, je dérape et tombe sur mon séant.

Parfois, par chance, j'arrive à me glisser dans le magasin sans accrocs. Tu parles de la tronche de fière que je tire après ça.


Step two : garder son caddie vide à l’œil


Ça peut paraître très bête, mais en général le caddie que j’ai sous la main, il vaut déjà l'euro que j’ai mis dedans pour pouvoir le conduire, et ça, c'est un investissement temporaire qui peut me rendre très possessive.


Je les connais moi, les clients qui te chouravent la charrette alors que t'as même pas encore commencé tes courses, que t'étais juste allée peser des cacahuètes sur la balance du supermarché, (tu sais celle qui fonctionne à peine, dont tu te servais quand t'était petit pour peser ta main et avoir un ticket) .


Du coup, réaction infantile, je fais mon rictus des mauvais jours, je me voûte comme quasimodo, en gros je crée un périmètre de sécurité de 3 mètres autour de moi, et celui qui ose approcher, je lui change son faciès à coup de laitue.

Je suis pas violente, juste un peu tendue.


Step three : faire face aux promotions


On la connaît bien celle là : au départ tu rentrais dans le magasin pour acheter une bouteille de Valvert et un chocolat, puis tu croises un paquet de culottes immondes mais comme il y en a une gratuite, et que le panneau publicitaire derrière est sacrément grand et coloré, tu te rues sur les quatre derniers exemplaires.


Et là, il n'y a qu'une consolation face à cette réaction impulsive, c'est qu'au moins tu te serviras de cet achat pour couvrir tes fesses après avoir mangé le chocolat.

 

Step four : choisir son horaire


On le sait, le matin très tôt, à l'aube, il y a déjà une armée de petits vieux plantés devant l'enseigne, chacun aussi frêle qu'un bout de soie, ça n'avance pas très vite dans les rangs, c'est le pire client qui soit.


Ils squattent toutes les caisses, à raison de un par poste, marmonnent beaucoup, font « rhoooo » quand tu oses les doubler dans un virage.

Non vraiment, c'est désagréable de ne pas pouvoir manier sa charrette comme Schumie alors qu'on gère du caddie en temps normal.


Vaut mieux éviter aussi le créneau « mec-super-canon » : la seule heure de la semaine où tu as décidé de ne faire aucun effort, y a un bout de papier toilette collé à ta godasse, t'as le jean qui serre un peu trop, le pull un peu flasque, et tu croises Bogoss en chair et os, tout de classe vêtu, qui squatte la même caisse que toi et te fais râler de ne pas t'être mieux habillée pour aller acheter tes tampons.


Oui on le connaît tous ce jour de grande solitude, et on s'en remet mal.

 

Pour conclure

Ça sert à rien de se la jouer gros dur, c'est toujours l'anguille qui gagne.
Être un pro du supermarché ça demande des années de pratique, mais si moi j'y arrive, il n'y a pas de raison que vous échouiez.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 18:10

J'ai fait 5 ans d'orthodontie pour qu'on me fasse belle, des plaquettes sur les dents, un rail brillant au soleil.

J'ai subi pleins d'opérations pour arriver au résultat d'aujourd'hui.

 

J'ai encore deux fils dentaires pour tenir mes dents par derrière, pour que tout reste comme le jour où mon ortho m'a dit "voilà, maintenant, c'est parfait".
Des clinches m'ont prise à chaque reprise en "urgence", deux fois cette semaine, parce que le fil se décollait sur les dents extérieures.


J'en ai marre, ça vient de se redécoller, je zieute ma canine comme si elle allait partir à pieds.


310810_219432304791244_217464068321401_539645_100680266_n_l.jpg

J'ai toujours peur de me retrouver avec les dents en ciseaux, qu'au réveil j'aie un problème de symétrie.

Je me stresse pour un rien, parce que j'ai mis tellement dans ce chemin que je veux plus qu'il y ait un truc ou un machin qui bouge.

 

Ça peut faire rigide sur les bords, mais je peux pas me permettre, à 24 ans, d'avoir encore à me soucier de ça.

Je veux plus les voir les blouses blanches, je veux plus qu'on me mette des doigts dans la bouche, que je doive répéter à chaque fois tout le traitement que j'ai eu pour qu'ils comprennent pourquoi j'ai trois implants, une mâchoire avancée, et des plaques dans la chair.

 

Je suis pas du genre à vouloir ressasser ça un après-midi chaque mois.

 

Et là en une semaine, alors que j'ai des examens à étudier, j'ai encore un pied qui traîne sur la case "dentiste", sans pouvoir s'en détacher.

 

J'y crois plus, j'y crois pas.

 

Je devrais peut-être être moins perfectionniste, moins attachée à ce que tout soit toujours comme du papier à musique, accepter, parfois, qu'il y ait un épi qui dépasse.

J'y arrive pas en fait.

Parce qu'on m'a élevée comme ça, que je suis du genre à espérer que tout tourne rond, rond, que ça roule.

Mais tu vois, ce soir, j'ai les boules.

Vraiment, puis j'ai mal aux dents.


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie