18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 19:39

http://2.bp.blogspot.com/-R40gWqa1IwU/TvO18FT444I/AAAAAAAADHw/VkQncEHb6ns/s1600/castshot.png

 

Je ne vous cache pas que derrière mon allure de fille à fort caractère, se cache une goumiche au grand coeur qui a besoin de sa dose quotidienne d'histoire à l'eau de rose.

 

Autant Sex & the city a toujours été ma série phare dans cette catégorie, autant je me suis fort éloignée de ce genre-là depuis quelques mois, pour plutôt m'intéresser à des séries plus hard (mentalement) comme misfists, six feet under, twin peaks, où les scène marshmallows n'avaient pas du tout leur place.

Comme je fonctionne par phases, il y a toujours un moment où j'ai envie de revenir aux sources.
C'est un besoin, un sentiment de vide, de perte, j'ai besoin de me sentir cheerleader, de voir des filles qui parlent de trucs de filles en se faisant des couettes et en rêvant en rose.

Bref.

 

Quand je suis en perte totale, je demande conseil sur twitter, et une âme bienveillante m'a recommandée DDD, alias LA série qu'il me fallait.

inter-copie-1

Synopsys :
Deb Dobkins, un mannequin pas très futé, meurt dans un accident de voiture. Arrivée aux portes du paradis, elle supplie le gardien Fred de lui donner une nouvelle chance de revenir sur Terre. Fred refuse alors elle appuie elle-même sur le bouton "Retour". Elle est effectivement ramenée sur Terre mais dans le corps d'une autre personne, tout juste décédée. Sa nouvelle apparence est celle de Jane Bingum, une brillante avocate, très intelligente, mais en surpoids.

 

[J'ai regardé la première saison, mais la saison deux me démange déjà.]

 

Au début je me disais "oh non, encore la série de base avec le stéréotype de la grosse qui n'arrive pas à s'intégrer, qu'on plaint", en gros, la fat lady qu'on abaisse au rang de chose larmoyante et pitoyable et qui s'habille forcément comme un sac.


http://www.notrecinema.com/images/films/34000/34010_drop_dead_diva_drop_dead_diva__photo_drop_dead_diva__09_2.jpg

 

Et bien, j'ai eu tort.

(Moi et mes a priori, je vous jure)

 

La Jane prend des poses de diva (son petit déhanché et sa marche rapide les ongles en l'air me font toujours sourire), a une assistante absolument divine et visionnaire et une meilleure amie pimbêche mais adorable au possible.

 

Elle se retrouve à bosser en tant qu'avocate dans un grand cabinet, où un de ses collègues n'est autre que...son sexy de mari aux yeux de biche.
Enfin, le mari de Deb.

Et pour lequel elle n'est autre que la bonne amie, celle a qui il confie ses peurs et ses doutes.

 

Tout ça baigne dans des tensions amoureuses, de belles répliques cyniques, une peste insupportable(forcément, on travaille pas toujours avec des bisounours), et un boss bronzé qui se la pète et fait trimer tout le monde.

inter-copie-1

C'est une série qui me fait un peu penser à Glee, dans la manière de tourner les histoires, le côté un peu too much à certains moments, la musique, certaines situations un peu attendues.

Mais ça reste une formule qui marche très bien sur moi, j'avoue, j'ai ce quart de midinette qui m'agite et reste difficile à cacher.

 

Donc pour celles qui cherchent une série sympathique, sans prise de tête, et qui sonne bien (REGARDEZ en VO, c'est tellement différent), je vous la conseille sans détours.

 

Surtout que l'actrice principale est vraiment superbe dans son rôle.

Du coup je ne sais pas vous, mais moi j'ai une nouvelle série à terminer.


♥ Des bises les roses ♥


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 17:29

J'ai fait "nooooooooooon", j'ai arraché l'écran de mon ordinateur, j'ai pensé un instant à prendre une photo de moi et de la dernière scène, moment déchirant, en veux-tu en voilà.

(Mais comme j'avais arraché l'écran, c'était un peu compromis.)


dh-copie-1.jpg

 

Puis j'ai pleuré, j'ai passé mes vêtements à la moulinette, j'en ai fais des torchons pour me pendre, bref, je me suis rendue la vie plus dure qu'elle ne l'est.


J'ai fini Desperate Housewives il y a une semaine.

Et depuis, je râle sec.

inter-copie-1.jpg

J'ai toujours adoré le format des séries.

Ca se rapproche directement des livres que je lisais quand j'étais môme, dont j'exigeais que l'histoire se présente en plusieurs tomes histoire d'avoir l'impression de ne jamais voir le bout.

 

Le must avait été la publication des Harry Potter, j'en avais eu pour mon argent avec ces 7 bouquins que je regardais briller dans ma bibliothèque comme des trophées.

Non je ne suis pas une fétichiste du livre, juste un peu possessive.

 

Quand Marc Cherry a créé Desperate Housewives, j'avais 17 ans.

J'étais une ado un peu larguée, avec une face boutonneuse, des cheveux moyens, un statut de bonne copine à l'école, fallait pas m'en demander plus.


home.jpg

 

J'ai directement accroché à cet univers tout lisse, tout propre, aux pelouses trop bien entretenues, à ces voisins qui se souriaient mais cachaient des secrets à la morale douteuse dans leurs caves ou leurs greniers.

 

C'était jouissif de voir les liens apparaître en surface, tout ça mêlé dans un humour qui m'a souvent fait rire aux larmes.

inter-copie-1

Je crois que les personnages auxquels j'ai le plus accroché étaient ceux de Gaby et Carlos.

Parce qu'ils étaient excellemment interprétés par Eva Longoria et Ricardo Chavira, et que, surtout, ils représentaient le couple par excellence : pétillant, avec ses dissensions, un amour à la fois chaud et froid mais très explosif.


eva.jpg

 

J'ai aussi beaucoup aimé Susan et sa gaucherie légendaire; chaque gaffe était pour sa poire, ça rendait les scènes encore plus drôles à voir tellement c'était crédible.


Mais bon, malgré ça, elle s'est quand même bien rattrapée, c'est quand même elle qui s'est fait le plus beau plombier du quartier (c'est sûr qu'on en voit pas tous les jours des comme ça débarquer chez soi).


sus.jpg

 

Enfin voilà, j'ai quitté Wisteria (Mysteria) Lane il y a une semaine.

Le dernier épisode était vraiment un épisode de fin de série (contrairement à celui de Dr House qui m'a déçue): touchant, avec des flash-backs bien choisis, deux beaux évènements, et une certaine nostalgie.

Je ne vais pas spoiler, je déteste quand on me fait ça.

Mais vraiment, j'ai adoré cette dernière saison.

 

Je fais des poutoux à Marc Cherry pour m'avoir tenue en haleine pendant presque 7 ans, parce que oui ça valait la peine.

J'attends la relève maintenant, ça risque de faire mal aux yeux.

 

♥ Une bonne soirée les roses ♥

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 10:14

ss.jpg

 

Je pourrais tomber dans la facilité et dire "de toute façon c'est la faute à papounet si je mange autant de télé".


Papa est journaliste spécialisé dans le petit écran, et moi j'étais toujours assise à ses côtés, à regarder les mêmes programmes que lui. Petite, j'étais déjà fan de Nulle Part Ailleurs, autant dire que j'étais élevée comme tout le monde, mais plutôt bien élevée.

 

Puis j'ai grandi, j'ai pris le pouvoir, et j'ai commencé à avoir la télécommande facile, j'arrivais à zapper à la bonne heure pour ne pas prendre une émission en cours mais arriver sur la chaîne quand le programme venait à peine de commencer.

 

C'est à ce même moment qu'ont débarqué les télés-poubelles dans le paysage audiovisuel.


Les succès des grandes chaînes sur le dos de personnes inconnues et prêtes à tout pour une célébrité éphémère.

J'ai compris petit à petit que ce qui m'intéressait le plus là-dedans, c'était le zoo humain, la psychologie des petites âmes, de manger des chips sans rien prendre en regardant ces cobayes de télévision devenir gros dans leur cage.


ss2.jpg

 

Certains diront que c'est malsain, que c'est contraire à toute éthique de regarder ces émissions grand public, que l'on s'abrutit, que ça développe la connerie.

 

Je fais plutôt partie des gens qui justement ont assez de jugeote que pour apprécier des programmes comme ceux-là tout en gardant la distance nécessaire.

Il y a du vice, des gens qui se dévergondent, des cerveaux limités, des styles douteux, mais surtout, une stratégie entre les participants, des enjeux ridicules qui deviennent énormes en milieu fermé.

 

Et j'adore ça.

 

Comme de voir tomber la blonde dans la piscine, d'entendre la rousse pleurer parce que X aime Y et qu'en fait elle ne sait plus de quel bord elle a envie d'être après une telle déception.

Il y a celui qui se sert dans le frigo, l'autre qui l'engueule parce que c'est "toujours les mêmes qui font la vaisselle", ceux qui ne pensent qu'à tirer leur coup, et les manipulateurs qui éliminent les candidats un à un sans que personne ne se rende compte de la supercherie.

 

C'est comme ça avec Secret Story, faut suivre.

 

J'ai beaucoup aimé, il y a quelques jours, l'excuse de la personne qui m'a dit "ah non je ne regarde pas, ça fera grimper leur audimat, j'ai pas envie de faire partie du troupeau".


C'est vrai que dans le troupeau, il n'y a pas que des gens comme moi, il y a aussi de vraies clinches, des chômeurs, des minettes de 16 ans grave in love du participant aussi bien foutu que David Charvet à sa grande époque.

 

Et puis dans le tas, il y a le spécialiste aussi.


Le pauvre journaliste qui est obligé de regarder ce genre d'émission pour rédiger son papelard, où tout son bon sens critique est mis à rude épreuve pendant deux heures de temps, son coeur balançant entre une envie irrépressible de casser la télévision ou d'aller se chercher un truc à grignoter pour regarder le spectacle tout en se faisant plaisir.

 

Plus dure la vie.

 

Si vous me cherchez ce soir, je serai devant mon programme débile de la première chaîne.

Avec un pot de glace, et Odile Sacoche en direct live de twitter.

 

J'emmerde le monde, la culture, c'est aussi la sous-culture. Il y a bien des gens qui regardaient Intervilles à l'époque, dans des stades grands comme ça, et trouvaient rien à redire sur la femme qui portait un costume de vache et se faisait brinqueballer sur une plate-forme tournante.

 

On aura toujours besoin de la croûte autour du fromage.

Et puis d'ailleurs, ce serait dommage de s'en priver.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 15:03

621461-fat-man.jpg

 

Belgique, patrie d'humour et de frite, patrie de mayonnaise et de bière, où l'on rigole la bouche pleine à tout ce qui nous entoure.

Il y a ici, dans mon pays une partie de la sphère politique qui a tendance à donner dans le surréalisme, jusqu'à écoeurer notre bon peuple.


Une publicité est parue il y a peu, à l'initiative de la région wallonie-bruxelles, donc pas du petit machin bricolé, sensée sensibiliser la population au problème de malbouffe.

 

A regarder le spot, on comprend les raccourcis faciles qui ont été pensés, que si l'on mange sain, on gagne plus d'argent, du coup on est plus attirant, et on ramasse plus de filles.

Point à la ligne, la vie est belle.

Hum.

Ca me pose un problème.

Il y a un amalgame sérieux, vu que selon la publicité "le gros mange de toute façon mal, et le mince forcément bien".

 

Les créateurs du film ont dit vouloir viser une catégorie plutôt jeune et la sensibiliser au problème de malbouffe et non pas stigmatiser l'obésité.

Il semble toutefois que la vidéo appuie la thèse que si l'on mange mal c'est parce qu'on est gros, et qu'on est gros parce qu'on mange mal.

 

Les jeunes obèses qui seront face à cette vidéo n'auront-ils pas tendance à se sentir concernés par ce manque d'avenir qu'on lie directement à leur surpoids ?

 

La délicatesse des médias a parfois du mal à trouver son chemin.

Mais, ha ça, on revient déjà de loin.


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 18:22

Faut même pas que ça étonne qui que ce soit, j'ai toujours des années de retard sur tout le monde en matière de cinéma.

Je suis du genre à observer la réaction des gens au sortir des salles, à regarder s'ils ont un sourire collé au visage. Puis sagement j'attends le DVD (bah, oui, megaupload est mort, tu te souviens).

 

Et, une fois que je l'ai, je le regarde


intouchables-photo-1.jpg

 

J'ai un peu du mal avec les films qui créent un engouement tel que TF1 en fait à la fois un reportage au JT, un prime time un dimanche soir, mais également un documentaire à la façon  "inside the beast".

Ca remplit mon univers visuel pendant les mois qui précèdent la sortie, mais également après celle-ci.

 

Du coup je peux me retrouver un peu déçue quand, une fois devant ce que tout le monde m'a dépeint comme étant un chef d'oeuvre, j'ai seulement sous les yeux un bon film, qui tient la route, mais sans plus.

 

Malgré tout le battage, j'ai vraiment bien aimé Intouchables.

 

Parce que je suis une fan de François Cluzet, de son jeu, sa justesse, que ça soit dans ce film-ci, ou les autres dans lesquels il a tourné.

Et qu'ensuite l'histoire est plaisante, on rigole, on pleure de rire pour ensuite s'arrêter et s'émouvoir.

 

Ça balance entre un récit de vie et de l'humour à tous les étages, où les choses sont simples et comme elles viennent. Ca se raconte comme une douceur, une balade sur un pont quand on se perd au fil de la nuit.

 

J'ai aussi adoré Omar Sy, qui n'a pas volé son César avec ce rôle qu'il interprète à merveille, les yeux comme des billes qui brillent à chaque scène.

 

Bref, j'ai vu Intouchables.

Et ça m'a beaucoup plu.


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 19:48

Quand j'étais petite, il y avait des films que j'avais du mal à voir. Comme les gremlins, avec cette injustice qui traînaient tout le long du film et me torturait le cerveau.

 

Parce que je savais qui étaient les méchants, que les gens dans le film les trouvaient super mignons et moi pas du tout.

En gros, impossible de les avertir, avant qu'ils ne se rendent compte de ce qui n'allait pas dans la tête de ces monstres, et évidemment, c'était toujours trop tard.

 

Ce genre de scénario, tu le retrouves dans énormément de films.

Qu'ils soient d'action ou pas, c'est vraiment le genre d'histoire qui me met mal à l'aise.

 

tumblr_m1nxi8O1au1rnu6lu.jpg

 

Quelques années plus tard, en 1997, Titanic sortait au cinéma.

En histoire on n'avait pas été jusqu'aux années 1900, mais qui ne connaissait pas cette tragédie ?

 

Je m'étais échouée chez une amie, quelques mois après la sortie, et on avait mis la cassette dans le magnétoscope (riez, les DVD ça n'existait pas), des pop corn attendaient dans un grand bol posé sur la table.

 

Je savais pertinemment que toutes ces pauvres personnes allaient mourir.

Je voyais cette eau, qui envahissait tout, par tous les trous du paquebot, et je restais impassible.

 

J'étais juste éblouie.

Par les grands vacarmes, les effets spéciaux, la fatalité qui s'abattait sur les passagers, un par un, pour n'en épargner que quelques uns.

Je ne pouvais prévenir personne de ce qui allait arriver. Ça me torturait aussi, mais ça se mélangeait à quelque chose de brillant.

 

600full-titanic-screenshot.jpg

 

Je n'étais plus mal à l'aise.

Sûrement parce qu'il y avait cette romance, coincée entre le regard de Jack et de Rose.

Comme une chaleur si forte qui ne pouvait qu'envoûter l'adolescente que j'étais.

 

Et ce 4 avril, 100 ans après le naufrage, une version 3D du film sort en salles.

Je vais m'asseoir dans un fauteuil rembourré, des lunettes bleues et rouges qui me donneront l'impression de faire partie de l'histoire, de pouvoir agir sur le destin de ces personnages.

 

Je vais revoir Titanic au cinéma, et je suis comme une gosse.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 17:42

Il fut un temps, j'adorais lire les magazines.


J'achetais le "Girls" ( impossible de savoir si cela existe encore) et j'en faisais des piles dans ma chambre.

Il m'arrivait de refeuilleter un numéro d'août, de découper les articles intéressants, enfin, c'était comme ça qu'on archivait avant, et je m'y retrouvais.

Pourtant, en me tenant à cette routine, je m'aperçevais vite qu'on tournait sacrément en rond.

 

C'était toujours les mêmes sujets, auxquels on mettait une autre typo, un flash de couleur, ça avait l'air de changer de l'article paru deux mois plus tôt mais pourtant, c'était le même.

 

Alors j'ai dit basta et j'ai jeté les magazines à la poubelle en les regardant tomber, sans cligner de l'oeil ni pincement au coeur.

Et je me suis jurée de ne plus recommencer.

 

tumblr lzfmicu6nu1roa0t7o1 500 large

 

Puis j'ai succombé à nouveau, en me disant que c'était dommage que je reste sur un échec au niveau de la presse féminine, que ça avait peut-être évolué depuis mon adolescence...

Mais sérieusement, peine perdue, de tous les magazines actuels que j'ai pu lire, il n'y a que le Cosmopolitan qui me plaise.

C'est le plus fourni, et le moins casse-gueule, celui qui vaut la peine qu'on y jette un oeil.

 

Les autres, ceux qui occupent la tête de gondole comme Be ou Grazia n'ont rien dans le ventre, proposent souvent des articles sur des produits hors de prix, ou des sujets peu légers, comme des reportages politiques, mais qui ont du mal à me plaire quand ce que je veux  avec ma tasse de café, c'est d'un magazine qui me vide la tête en étant intelligent juste ce qu'il faut.

 

Puis souvent, je suis déjà au courant de ce dont on me parle, la presse a un temps de retard, et j'ai cette impression d'avoir gaspillé mon argent dans un torchon dont je ne pourrai rien faire que des boules de papier à lancer dans une corbeille.

 

Mais à chaque fois, j'y reviens.

Chaque fois j'accorde une nouvelle chance, c'est dire si j'ai envie d'y croire.

 

Pourtant parler au lectorat féminin devient un chemin assez chaotique, où les rédactrices sont peu souvent concernées par leurs lectrices mais plus par la tendance qui s'impose à elles mais nous touche à peine, ou par dépit.

Comme les grosses, puis les maigres, puis les grosses, sans jamais tomber dans la demi-mesure, toujours plébisciter ce qui est outrageusement hors des lignes (féminines, morales, vestimentaires, et j'en passe), jusqu'à en faire dégorger les pages.

 

Même les magazines du père, comme GQ, me conviennent mieux que les miens.

Parce qu'ils sont écrits par des hommes sûrement, et plus intéressants.

J'aurai peut-être du naître mec, pour ne pas me tromper de rayon, ou éviter de m'attacher à ce genre littéraire.

 

Le dernier torchon qui traînait aux toilettes a rejoint la poubelle.

Et dans un mois, je craquerai à nouveau parce que je n'aurai rien à lire avec mon café.

 

Mais à force d'y croire, les choses finiront bien par changer. Non ?

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 19:01

S'il y a bien un genre littéraire que la gent féminine francophone connaît mal, ou peu, c'est bien les mangas.

Bien sûr, on se souvient tous de dragon ballZ, Sailor Moon, ces dessins animés agités sur lesquels on pouvait tomber à la télé, mais à part ça, t'y connais quoi toi aux mangas ?

 

J'ai voulu aujourd'hui faire une petite (très petite, j'en ai une bonne quarantaine, sans compter les séries) sélection des bouquins qui selon moi pourrait vous donner envie de vous plonger un peu plus dans cet univers. 

Catégorie du jour : les femmes.

 

New-one-8833.JPG

 

Si vous avez envie de poésie, de chaleur, de sueur et de passion, je crois que dans ce genre-là, je ne peux pas vous proposer quelque chose de plus subtil que l'art de Kamimura.

 

Kamimu-qui ?

 

Kazuo Kamimura est un auteur japonais, mort assez jeune, qui a eu le temps d'illustrer des mangas ayant inspiré les plus grands cinéastes comme Tarentino (si si !) pour Kill Bill, c'est dire la pointure.

 

Les trois livres que je vous présente sont des séries de 3 tomes chacun (4 pour Folles passions), ils se lisent tous de droite à gauche (bah oui) et assez rapidement, mais vraiment, PRENEZ VOTRE TEMPS pour savourer tout ça ♥

 

 

Lorsque nous vivions ensemble a toujours été mon coup de coeur.

On suit un couple pendant plusieurs jours, plusieurs années, dans ses moments d'amour et de séparation, avec un quotidien borné qui les enserre de toutes parts.

Le cadrage est cinématographique, gros plan, tension, légèreté, tout est dans le tracé de l'artiste.

 

New-one-8835.JPG


New-one-8836.JPG

 

Folles Passions et Le Fleuve Shinano sont quant à eux plus explicites et à conseiller à un public "averti", mais comme il s'agit d'un tout, il n'y a rien de mal placé, ni de pornographique.

 

Folles Passions suit Hokusai (maître d'estampes japonaises, vous en connaissez sûrement) et son disciple dans une histoire où l'on voit jusqu'où les passions peuvent nous mener.

C'est comique et tranchant juste comme il faut.

 

Le Fleuve Shinano suit une jeune fille dans une région où les temps sont durs et où la place des femmes se résume à la prostitution ou le travail.

C'est le manga le plus "Trash" de ces 3 séries, mais c'est tellement bien tenu par le dessin et le rythme, et puis surtout vous avez sûrement déjà vu pire à la télé, alors je vous le conseille aussi fortement.

 

La littérature japonaise côté manga il faut vraiment s'y habituer. Il n'y a pas comme en Europe le fameux tabou du corps.

Tout est assez clair et cru d'un point de vue occidental, mais c'est ce qui fait aussi son charme.

 

 

Pour ceux à qui tout ça aura plu

 

Si vous en voulez encore, vous pouvez vous tourner vers l'oeuvre de Tezuka, qui elle, est monstrueuse, mais aussi plus cynique et aux dessins plus simples.

Ca se rapproche d'un tintin à la japonaise, même si c'est beaucoup plus caustique.

 

Dans le genre, La Femme Insecte, une enquête policière où l'enquêteur va se frotter à une femme assez particulière et mystérieuse.

 

New-one-8837.JPG

 

Très très réaliste, et vraiment borderline dans une des scènes de l'histoire, mais c'est un ouvrage qui vaut le coup, puis surtout, ne jamais sous-estimer le potentiel comique de Tezuka, c'est de l'or en page.

 

New-one-8840.JPG

 

New-one-8841.JPG

 

Voilà, je ne sais pas si ça vous à conquis, c'est difficile d'expliquer un ressenti sur des mangas comme ceux-là, mais j'espère avoir fait de mon mieux pour vous faire découvrir autre chose que les livres et les bandes-dessinées habituels.

 

Bonne soirée les Caribous !


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 18:04

Ebook par-ci, bouquin par-là, cela fait un moment que l'on essaye de tirer les lecteurs vers l'ère numérique, et moi, comme je ne quitte pas si facilement ce qui me plaît, j'ai toujours eu du mal avec les nouvelles technologies qui touchent au livre.


tumblr_lk7u7rEm7I1qzlm4uo1_500_large.jpg

 

Pourtant je ne fais pas tellement partie de la "vieille" génération, j'ai 24 ans tout juste, une culture littéraire presque envahissante, et des textes, j'en ai vu défiler.

 

De ceux avec une couvertures absolument laide, aux éditions plus riches, ou encore celles à la reliure modeste.

 

Ce que j'aime dans le livre, c'est le plaisir de l'acheter d'abord.

D'aller à ma librairie préférée qui fait deux étages, où le bois craque quand on monte l'escalier, où l'on se sent bien dès qu'on voit les étagères remplies et tous ces titres qui dansent (trouvez la votre, vous verrez, ça change tout).

 

J'aime bien les feuilleter, sentir les pages avant même de commencer ma lecture, avoir sous les doigts quelque chose de palpable, de présent, comme si l'on recevait directement le manuscrit des mains de l'auteur.

 

Ça me fait toujours cet effet-là.

 

Puis revient, de manière aléatoire, le petit débat sur le livre numérique.

Il coûte en moyenne moins cher que le livre papier, mais nécessite un support de type tablette (que cela soit dédié uniquement à ça comme sur la kindle, ou une tablette standard comme l'ipad) qui, lui, nous pousse à casser notre tirelire.

 

C'est un produit qui ne fait pas partie de mes coutumes, qui m'éloigne de l'objet pour lequel j'ai tant d'attirance, pour arriver à un espace virtuel sur lequel je n'ai pas spécialement de garantie concernant sa longévité (alors qu'un vrai bouquin dure en moyenne au moins 25 ans).

 

Bien sûr l'ebook a des avantages :

Amazon-Kindle-31.jpg 

Le support peut stocker  un nombre impressionnant de livres, a un confort de lecture comparable à la version papier, et les éditions numériques ne s'altèrent pas.

 

Mais la poésie, le charme, tout ce qui est lié à l'imagerie de la littérature : lire sur le quai de la gare, dans un café, faire des taches sur les feuilles, les tourner, retourner, abîmer la couverture, puis finir le livre et refermer la dernière page.

Incomparable.

 

Je suis peut-être vieux-jeu, matérialiste, nostalgique, inspirée, il y a certaines choses pour lesquelles le passage au numérique ne m'inspire rien.

Un bouquin ne se décharge pas, sent bon (en général), et c'est plus original à offrir qu'un bon pour acheter un livre numérique sur amazon.

 

Si après tout ça, vous avez toujours envie d'avoir des écrans sous les yeux, rien ne vous empêche de succomber aux nooks, kindle, cybook, kobo...tous ces êtres étranges.

 

Moi je retourne à ma pile de bouquin, celle qui m'empêche de marcher convenablement dans ma chambre (bah oui, on ne peut pas tout avoir ).

 

Vous en pensez quoi vous ?


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 13:24

..c'est toujours le jour du renouveau. Je ne crois pas au lundi dans ce rôle, le dimanche est plutôt lazy, reste le mardi qui mène au mercredi, et marque la moitié de la semaine.

Le jeudi c'est le jour avant la fin de la week, et friday c'est mon sunday à moi.

 

Le samedi, en général, je range la maison du sol au plafond.

J'essaye pourtant parfois de m'en tenir à ce que j'avais prévu de faire.

 

liho.jpg

 

Comme de regarder Eternal Sunshine of the spotless Mind.

Les pieds en l'air.

 

Je rangerai plus tard, s'il faut vraiment le faire.

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie