9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 08:50

Depuis le premier épisode, rien n'a changé.

Enfin si, moi j'ai fait des efforts pour être encore plus agréable avec les inconnus qui me bousculent à l'entrée du magasin, mais pour le reste, tout est sensiblement pareil.

Bataille de ketchup au rayon sauce et salade mal placée sur les dalles du supermarché, j'ai encore des conseils à donner pour vous éviter des surprises.


tumblr_lo8d8pMK3l1qj07ayo1_500_large.jpg

Step one : tuer l'adorable enfant qui crie comme un porc

 

Y a pas d'horaire particulier, mais c'est plutôt le soir qu'on croise ce genre de spécimen.

J'arrive comme une fleur au supermarché, je me suis fais une séance de Yoga maison, y a rien qui peut m'atteindre, j'ai le front lisse et les plis du jean incroyablement bien faits.

 

Et alors que je regarde un gros pot de Nute-choco-lla qui me fait de l'oeil, à deux mètres de moi une alarme se met en marche.

La maman, aussi sereine que moi, a une couette sur le côté, un chewing-gum de trois jours dans la bouche parce qu'elle veut faire des économies, et son môme lui tire la jupe jusqu'à terre pour avoir des carambars.

 

Elle est complètement anesthésiée, tous les gens du magasin passent devant le rayon, me regardent pour savoir si je vais réagir, lancer une boîte de conserve sur le pied du gosse pour qu'il crie pour une bonne raison.

Mais moi je fais rien.

 

La mère non plus, elle réagit pas.

Elle continue à faire ses courses, sa loque de fils essuyant tout le supermarché avec ses fesses qui glissent sur le sol.

Et moi après ça, je sais toujours pas si j'ai envie de Nutella.


Step two : couper les mains du client

 

Je pense que, parfois, les gens oublient qu'ils ne sont plus chez eux, qu'ils ont pris leur carlingue pour venir jusqu'au magasin.

Ils arrivent dans la grande surface avec un air hagard, comme quelqu'un qui cherche le chemin de la cuisine pour se verser des corn flakes dans un bol et les noyer dans du lait.

Ils envisagent le rayon fruit et légumes, s'arrêtent devant les poires, reniflent, passent un doigt dans leur nez, touchent tous les fruits du cageot, puis repartent.

Sans rien.

 

(WTF)

 

Parfois ils ouvrent tous les packs de six bouteilles, ce qui fait que, bien que je sois en colère, j'écris un mot gentil sur le carton de la palette, type : "bande de sagouins, prendre une bouteille dans un pack déjà ouvert, ça vous pète dans la raie du cul ça vous ennuie ?".
Puis je fais un sourire au type du rayon, et je repars avec mes 3 tiers de pack pour avoir six bouteilles, tout en fusillant du regard ceux qui croisent le mien.

Faut pas pousser bobonne, comme on dit.


Step three : envisager de remplacer la caissière

 

Choisir sa caisse, c'est toujours un moment délicat et très important.
Je regarde la tête de la caissière, l'allure à laquelle elle va, puis seulement je décide de poser mes affaires sur le tapis roulant.
MAIS, parfois, il est vrai, je n'ai pas le temps de faire du scan de faciès, et je me pointe dans une file sans avoir trop fait attention.

 

Grossière erreur.

La dernière caissière que j'ai eu, c'était un bonheur d'absurdité.

Je suis restée 25 mn dans une file de quatre personnes, et j'en ai pas bougé, parce que le magasin était grand et que j'avais peur de tomber sur pire à la caisse d'à-côté.

 

Elle avait une choucroute de la taille de celle de la reine d'Angleterre, notait tous les bons qu'on lui donnait, archivait tout ça dans un classeur, rangeait son classeur, comptait un à un les timbres cadeaux qu'elle allait donner au client. Rebelotte avec le client suivant.

Elle faisait des appels au micro, acceptait le payement de cinq étudiants d'un montant de 35 euros en pièce de cinq cent (véridique), et moi j'avais juste envie de lui taper la tête contre sa caisse enregistreuse.

Plus jamais je vais à la caisse d'une dame choucroutée.

D'ailleus tout mon sac de frites de 5 kilos avait eu le temps de décongeler. Ca a dégouliné partout sur ses mains.

Oui, là, j'ai trouvé ça drôle.

 

Step four : pousser mamy dans les rhododendrons

 

J'aime les mamies.

Elles sont adorables, te donnent un caramel, te posent des questions du genre "alooo-hoho-rs, ça va bien la maternelle ?".

Mais celles du supermarché, elles jouent dans deux autres/hautes catégories : les teignes et les je-suis-quelque-part-mais-je-sais-pas-trop-où.

 

La teigne c'est la mamie tout juste pensionnée, qui a décidé de te chourraver tout les dernier articles en rayon alors que t'avais le bras tendu.
Elle te sourit et fait "oh désolée, c'était le dernier", et tu la regardes partir en te jurant de la lui faire à l'envers la prochaine fois.

 

Puis il y a la mamie chamboulée, celle qui te colle à la caisse, te regarde mais tu n'es pas vraiment sûre si elle TE regarde, ou si elle regarde juste dans ta direction.

Bref.

C'est le genre à avoir la tête par dessus ton épaule quand tu dois taper le code secret de ta carte, et comme t'en fais un cérémonial, t'aimerais bien qu'elle recule un peu, mais elle a pas l'air de comprendre.

Tu te dis qu'au pire, si elle capte ton code, elle va sûrement pas le retenir.

Et même si elle le retenait,tu vois pas trop ce qu'elle en ferait.

 

Mais quand même, j'aime pas trop les mamies qui font du rentre-dedans.

 

Pour conclure

Ça sert à rien de se la jouer gros dur, c'est toujours l'anguille qui gagne.
Être un pro du supermarché ça demande des années de pratique, mais si moi j'y arrive, il n'y a pas de raison que vous échouiez.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 20:06

DSC_1540.JPG

 

J'ai traîné ce livre à tellement d'endroits, de ma salle de bains à ma chambre, il m'a même suivie jusqu'en Sardaigne, c'est dire si je tenais à le finir.

C'est une brique, un vrai bouquin qui pèse dans les mains, et pourtant je l'ai lu plutôt vite tellement l'histoire m'a plu.


Quatrième de couverture

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.
Passionnant, drôle, émouvant, La couleur des sentiments a conquis l’Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outre-Atlantique, est un pur bonheur de lecture.

 

Le livre est découpé en trois parties qui s'entrecroisent, le récit de Minny, celui de Skeeter et celui d'Aibileen.

 

DSC_1536-copie-1.JPG

Bien ancré dans l'époque dans laquelle les personnages évoluent, il y a dans l'air comme un goût d'injustice qui traîne, un respect rempli de désarroi, des gosses dont on s'occupe et qu'on laisse pour aller en élever d'autres tout juste sortis du ventre de leurs mères.


Il y a Aibileen qu'on imagine comme une vraie Mamma, adorable, bigrement intelligente et consciente de sa situation sociale.

Il y a Minny et sa bouche qui s'ouvre toujours trop grand devant ses patrons, ce qui lui vaut parfois des renvois, souvent des représailles, mais Minny elle s'en fiche, c'est ce qui la rend fière d'avoir au moins le droit de l'ouvrir.

 

Il y a enfin Skeeter, et sa bande d'amies blanches, toute guindées, vraisemblablement chignonnées jusqu'au trognon, mais la petite Phelan voit plus loin, pense à mieux, à écrire un bouquin sur ce décalage : ce que veulent les blancs, ce que voient les noirs.

Il n'y a pas forcément plusieurs réalités, il y a surtout des mentalités fermées, d'autres qui essayent de faire changer les choses. C'est plus qu'une histoire de couleur, c'est aussi un combat pour une dignité qui a du mal à trouver son chemin.

DSC_1534.JPG

 

Mon avis : ça déborde d'amour ce livre. Les passages d'Aibileen sont à la fois croquants, mordants, fichent la chair de poule tellement elle fait preuve d'aisance et de contenance devant les gens qui l'emploient.
Il y a tous les personnages autour, l'atmosphère qui dégouline des pages, on se balade dans les rues de Jackson avec les personnages.
Il y a aussi les moments de terreur sur la fin, on se demande si tout le monde va sortir vivant du fou projet que Skeeter a voulu monter.

C'est un livre que je recommande parce que chaque fois que je reprenais la lecture, je restais enfermée dans ce petit univers de papier, ça me tenait en haleine comme une gosse.
C'était sûrement l'univers, la prose un peu rude des deux bonnes ou les envies de Skeeter qui déjouaient les plans de ses parents qui me plaisaient autant.

J'en parlais comme d'un petit bijou tellement ça a fait briller mon été, et du coup je crois que vous devriez l'acheter.


Faut lire pour aimer, moi j'aime lire.

Bonne soirée.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 19:22

Du samedi en fait, mais comme je vous en parle un jour après, ça vous fera une golden popote pour ce dimanche.

 

Alors, on fait bronzette ?

On a le teint frais et poisseux d'un après-midi à se tartiner d'huile sur la peau sans faire attention au soleil ?

C'est bien.

Hier donc, en expérimentation totale, j'ai dit bonjour à l'oeuf qui traînait au fond de mon frigo et je me suis fait le fameux masque de Gus, version "restons simples".

 

Le masque de Gus

 

IMG-20120804-01993-copie-1.jpg

 

Gus, à l'origine, c'est Sonia qui en parle comme d'une bombasse sur qui tout le monde fantasme. Oui, Gus c'est une fille, même si sur le forum du Millefeuille, elle se fait appeler Gustav.
Elle est surtout pour être la seconde déesse de la beauté de la peau (après Sonia) qui nous a filé LA tambouille de grand-mère pour s'ôter les points noirs et redonner vie à une peau qui se meurt.

La reuchette !

Tu as besoin :

- d'un oeuf

- d'une fourchette

- de bicarbonate de soude

- de disques de coton

 

IMG-20120804-01995-copie-1.jpg

Dans un premier temps, le masque de Gus au blanc d'oeuf :

 

On place le blanc dans un bol, on y rajoute une pincée de bicarbonate de soude (moi j'ai carrément craqué j'en ai mis une petite cuiller à café entière), on mélange bien.   Ensuite, on trempe des disques de cotons qu'on a préalablement dédoublés, et on les applique sur le visage après les avoir pressés pour enlever le surplus.

BON A SAVOIR : il faut tout juste tremper les cotons sinon ça dégouline de partout, et votre homme ira voir chez la voisine si vous y êtes plutôt que d'assister à ça.

 

Trente minutes de pose, puis rincer.

Bien hydrater, ou enchaîner sur le second masque au jaune d'oeuf.

 

=> Le masque a un effet "coup d'éclat" excellent. Si un jour votre peau paraît terne, tire la gueule jusqu'au sol, c'est LE MASQUE pas cher et rentable qu'il vous faut.

 IMG-20120804-02001.jpg 

Dans un second temps, le  masque nourrissant :


On récupère le jaune de l'oeuf, on le met dans le bol, on rajoute du miel (et un peu d'hydrolat ou d'huile végétale si le coeur vous en dit), puis on mélange bien, et pareil que pour le masque de gus, on trempe et on applique les cotons partout sur le visage.

 

Trente minutes de pose, puis rincer.

 

BON A SAVOIR : vaut mieux avoir le nez bouché si vous n'êtes pas adepte de l'oeuf qui macère sur votre sublime peau, l'odeur est tout de même assez incommodante.

 

=> Ca sert plus à rien d'acheter des masques dans le commerce, moi j'ai trouvé ma bombe d'hydratation et de nourrissage intense d'épiderme.

Tu verrais la douceur, ma peau avait les pores qui levaient des bras de la victoire vers le ciel tellement c'était la fête.

 

Faudrait juste que je trouve un moyen pour que ça sente moins fort, cette histoire-là...
Sans titre 5

J'ai fait les deux masques à la suite, ça m'a pris une heure en tout, DONC OUI, être une fille ça prend du temps.

Mais comme j'étais trop contente du résultat, je compte réessayer.

 

Il est conseillé de ne faire le masque de gus qu'une fois par semaine, parce que le blanc d'oeuf assèche pas mal (et en contrepartie, resserre les pores et a un effet tenseur, ce qui fait deux fois plus d'avantages que d'inconvénients, n'est-ce pas). Il faut également bien hydrater la peau si on n'enchaîne pas sur le masque nourissant, sinon bonjour la peau déshydratée.

A la longue les points noirs devraient disparaître définitivement, donc affaire à suivre !


♥ Bonne soirée les biches et bichon (y'a Bridget 2 à la télé !) ♥
 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 16:49

EDIT 6/08/2012 : L'ajout d'acide au broux de noix le rend inefficace

 

Pour tout vous dire, j'en pouvais plus.

Ça faisait des semaines que je cherchais où intercaler ce FOUTU henné dans ma journée, que je ne trouvais pas un moment pour le faire, et comme par magie, hier soir, j'avais tout le temps que je voulais pour préparer ma popote, mettre mes mains dans la boue, bref, c'était encore joli à voir mais j'étais heureuse comme une gosse.

 

La recette du henné "je fais avec ce qu'il me reste"

 

Les dernières fois (par ici, pour la marche à suivre) j'avais utilisé plus de 300 gr de henné (ça tombait chaque fois plutôt juste, il en restait toujours une petite poignée, mais mieux vaut trop que pas assez n'est-ce pas)

 

J'ai utilisé :

- 250 gr de Henné d'Egypte

- 80 gr de Broux de Noix

- plusieurs citrons (6, mais plus y en a mieux c'est)

- de l'eau chaude

 

Rien de bien nouveau pour la préparation :

On verse les poudres, puis le jus de citron, on mélange bien.

On rajoute de l'eau chaude jusqu'à avoir un mélange dense et homogène.

J'ai laissé reposer la pâte toute la nuit.

Ce matin, à 8h, j'étais déjà debout, à remuer la bouillasse, puis j'ai préparé la salle de bain pour le carnage.

 

Mon but c'était...de me faire un henné en fait.

Je savais que j'allais sûrement finir comme Ariel, dans le genre dangereusement rousse et incapable de prouver qu'à la base j'étais brune.

Et bien ça a pas raté, après 6h30 à gérer le poids sur ma tête, j'ai craqué.
Au rinçage, j'ai vu que la couleur avait pris un coup, et au séchage, LA REVELATION.


lj-copie-2.jpg

second-1465-copie-1.JPG

 

Ma base déjà rousse a pris un sacré coup de flash, on est passé d'un châtain roux à un roux foncé.
Au soleil c'est juste magnifique les reflets que ça renvoie.

Je n'ai plus fait l'erreur de rincer puis shampooiner.

Cette fois j'ai seulement mis de l'après-shampooing, bien rincé, et quelle douceur...

 

Par contre :

J'aurais voulu aller vers un roux plus rouge mais c'est sûrement pas en continuant le mélange que je fais que j'y arriverai.


Du coup la prochaine fois je me pencherai plutôt sur les mélanges de plantes que Henné Indigo & Cie propose histoire d'ajouter une nuance de plus à ma palette.

 

Parce que le ROUX, c'est cool, mais le ROUGE, c'est raoul (paye l'humour du jeudi soir).

 

Enfin voilà, mes cheveux ne sont pas devenus beaux par le miracle du saint esprit, l'année passé j'avais fait un défrisage dans un salon de coiffure qui avait grandement contribué à donner à mes cheveux un aspect aussi sexy que de la paille.
J'ai du rattraper le coup tant bien que mal, mais j'y suis arrivée.

Un jour, promis, je vous parlerai des soins qui les rendent magnifiques comme ça.

(Et le henné en fait grandement partie)


Alors, toujours pas tentée par la coloration naturelle ?


second-1489-copie-2.JPG

 

♥ Un bon week-end à toutes ♥

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Cheveux
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 18:30

J'ai une vie trépidante, je suis du genre à me frotter les fesses contre un baobab tout en buvant un smoothie goût wasabi-fraise, tu vois où se situe l'extase.

 

Du coup, avec le beau temps j'en ai profité pour feuilleter des magazines, et...lire les pubs, parce que finalement, il faut les chercher à la pioche les articles dans les torche-cerveaux féminins, ça muscle l'oeil, mais t'apprends pas grand chose.

Bref.

 

Quand on lit les publicités, il faut être capable de faire la part des chose entre les promesses d'une marque, le produit, et son rendu.

C'est trois choses fondamentales à prendre en compte quand on achète un produit.


Ne pas par exemple acheter une crème anti-âge, alors qu'on avait besoin d'une crème anti-rides (he oui, y a une différence), ne pas dire d'un gel contour de l'oeil que "c'est de la bouillasse" si on l'a pas testé comme il se doit, avec des massages dignes d'une cérémonie de la paupière.

Pareil pour une crème qui marche aux acides de fruits, on aura pas de résultats probants avant un bon mois, le temps que toutes les couches de la peau se soient renouvelées.

 

Le problème c'est que le peuple, parfois on lui parle bègue, on rajoute des mots dans une phrase pour la tourner comme un paquet cadeau aux milles couleurs alors qu'à l'intérieur y a pas une loupiotte pour éclairer le propos.

 

Dans le genre j'ai un nom qui prête à confusion

 

http://4.bp.blogspot.com/_Qh4KwHMF_J0/SrTdsObNeUI/AAAAAAAAAA0/xkk5kbUFBPY/s320/bio-oil.jpgLa bio oil.

La petite bouteille orange faisait son bout de chemin dans les mains des beauty addicts, ça a pas mal jasé outre-atlantique, on en parlait comme d'une merveille contre les vergetures, et surtout comme d'une huile à tout faire, pouvant effacer taches, cicatrices, et ce très rapidement.

 

VRAI : elle fait son boulot, les cicatrices disparaissent vite et bien, et sur les vergetures il paraît qu'elle est miraculeuse
FAUX : elle n'est pas bio. Ce qui est bio est un produit issu de l'agriculture biologique, dans le respect des plantes et de l'élevage, or, le premier ingrédient de cette beauté n'est autre que la paraffine liquide, une huile minérale dérivée de l'industrie du pétrole et qui a le gros avantage d'être occlusive. Ils auraient pu prendre une huile végétale, bien issue d'une plante élevée dans les règles de l'art de l'agri-bio, mais c'aurait peut-être été trop...bio ?

 

  Dans le genre je suis une BB crème qui fait croire à un soin

 

Tout juste hier, j'ai eu l'exemple même de la fille sur qui une marque avait tellement bien tourné son discours, qu'elle pensait s'appliquer un produit traitant sur le visage.

 

Le discours :

"Cette Base Protectrice Quotidienne Anti-âge est un soin unificateur de teint multifonction qui unifie, corrige, protège, illumine et hydrate votre teint en un seul geste. Votre peau est éclatante et unifiée tout en étant protégée contre les signes prématurés du vieillissement. Sa formule issue d'une haute technologie a été spécialement conçue pour respecter la nature des peaux asiatiques (considérées comme étant les peaux les plus réactives) et s'adapter à leurs besoins cosmétiques tout en convenant aux peaux caucasiennes les plus claires."

 

http://redintown.unblog.fr/files/2012/01/clinique-age-defense-bb-cream-225x300.jpgCe qu'on comprend de manière insidieuse : je serai protégée, ma peau paraîtra moins vieille, plus lumineuse et assainie.

 

 En réalité :

- c'est une crème qui hydrate certes(c'est chouette)

- qui contient un spf protégeant des UV mais pendant un temps limité sur la journée

- qui floute les défauts sans les traiter : y a des silicones dedans qui peuvent même s'avérer occlusifs et comédogènes pour certains types de peau

- elle dit assainir l'épiderme : en réalité l'absence de gras dans la compo sous-entend que si vous utilisiez des produit gras et pas réglos avant, et bien là, ça va vous changer la vie.

Mais y a rien qui rend plus sain.

A part à regarder du côté des BB crèmes initiales, les asiatiques, qui traitent vraiment des problématiques de peau (types taches, rougeurs ou rides), il y a peu de chance de trouver quelque chose de valable dans les produits de ce genre en Europe.
inter-copie-1

Il ne faut pas spécialement avoir une licence en biochimie, ni des connaissances spécifiques en cosmétologie pour parvenir à décrypter les promesses des marques et leurs techniques de vente.
Ce qu'on VOIT dans une pub influence énormément sur la manière dont on ressent le produit, de son canapé, sans jamais l'avoir touché, l'envie de le posséder, et finalement l'achat qu'on en fera.

 

Y a tellement d'exemples, comme les produits qu'on dit enrichis en extraits végétaux et dont la teneur en produit naturels ne dépasse pas les deux pourcents du total.
Comme les noms de produits tels les "Ultra-doux" qui parfois ne sont pas "si doux" que ça.
Les crèmes aux "technologie innovantes" qui ne sont que des cache-misère aux actifs à peine perceptibles dans la liste des ingrédients.

Il y a aussi l'amalgame entre le bio et le naturel, que l'acide hyaluronique c'est de toute façon pour les madames ridées, que plus un produit coûte cher plus il a une valeur cosmétique importante (et donc son bénéfice pour la peau dépend directement de ce facteur-là), que si on a une peau grasse il faut la décaper pour ôter tout le gras et surtout pas appliquer du gras pour enlever...le gras.

Enfin bref.
Y a encore du chemin, mais à partir du moment où vous arrivez à lire, traduire, et comprendre le champ d'action réel du produit que vous achetez, alors tout ira bien pour vous.

Et pour les autres, il reste toujours les bouquins.

Ça apprend beaucoup de choses mine de rien.

 

♥ Bonne soirée les roses ♥


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Beauté
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 20:02

Hier, j'ai repensé à mes chaussures de sport.

Celles que j'avais lâchement délaissées depuis deux mois, qui faisaient salement la gueule dans le dressing et essayaient de monter toutes les fringues contre moi.

 

Je me suis dit qu'il fallait que je reprenne le pouvoir, que je ressorte mes biscotos sous le soleil belge, que j'envoie du fessier musclé.

J'ai mis mon débardeur rose fluo, j'ai ouvert la porte d'entrée, et j'ai déclaré: c'est le retour au footing, bébé.

Tu parles d'une volonté d'enfer.

 

DSC_1416.JPG

 

Je pense que de choisir de faire de la course, c'est à la fois un grand signe d'intelligence (en théorie, tu peux courir partout) et aussi de force mentale (faut se bouger).

 

Les trois premières semaines de reprise sont toujours très enivrantes.

Je commence léger, je fais des run en fractionné, je me la joue petit lapin sautillant, et au fur et à mesure, je reprends mon rythme initial, celui que j'avais avant, et ça me fait chaque fois le même effet coup de boost.

inter-copie-1

La liste

second-1404.JPGJe me suis dis que cette fois, pour faire les choses bien comme il faut, à part l'aspect bien-être, il fallait que je vise des choses plus particulières.

Du coup j'ai listé tout ça, comme quand on prend de bonnes résolutions en début d'année :

 

- Perdre du gras.

Je pèse 53kg à l'heure d'aujourd'hui. Il y a un an de ça j'en pesais 48, pour 1m63. C'était peu, certes, mais ce que j'ai gagné depuis c'est surtout de la graisse, et j'aimerais le remplacer par du muscle version "je suis mince, OUI, mais musclée".

Enfin j'aimerais être baraquée mais pas comme Hulk non plus. Et sans les poils verts aussi, s'il y a moyen.

 

- Comprendre toutes les fonctionnalités de Nike + ipod, histoire que l'ipod en question ne me la fasse pas à l'envers, et compte EFFECTIVEMENT les km que je parcours, de manière précise, radicale et au millimètre près.


- je devais trouver un soutien-gorge genre "JE SAUTE Y A RIEN QUI BOUGE", et bien, décathlon l'a fait pour moi : le petit kalenji, celui que tu trouves emballé dans des pochettes en plastique toutes moches. J'ai failli hurler dans la cabine d'essayage tellement même en sautant tout tenait.

Et tout ça pour 10 euros, tope-là.

 

- Courir deux fois par semaine quoiqu'il arrive. 3 fois quand j'aurai retrouvé la forme.

 

- je suis fana des étirements, mais je fais trop souvent l'impasse sur un VRAI échauffement. Préparation au running obligatoire.

 

- Manger UN PEU mieux que maintenant : c'est vrai je suis une grosse fan des madeleines, des brioches légèrement toastées, et tout ce genre de choses sucrées, moelleuses, pleines de sucre, qui fondent dans la bouche, et, je...heu.

Hum.inter-copie-1

Ce que j'adore dans la course, c'est de voir que je dépasse des gens, des voitures, que j'arrive à faire défiler le paysage sous mes pieds.

Que c'est beaucoup moins cher qu'un abonnement en salle, suffit de prendre son courage et ses chaussures à deux mains, et on est parti pour une demie-heure qui rend de toute façon de bonne humeur.

Sauf si tu te foules la cheville, mais alors là, je ne peux rien pour toi.

 

Faut même pas spécialement aller vite, le mieux c'est la vitesse de croisière, quand on est régulier, qu'on parvient à courir et à parler en même temps.

Même trottiner ça s'appelle faire un footing.

 

Alors ça t'as donné envie de bouger ton fessier ? c'est quoi ton sport à toi ?

♥ Un bon gros week-end les loulous ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 18:52

Aujourd'hui, j'ai passé une IRM.
Autant dire que dans ma vie, c'est comme d'aller sur une attraction forte : j'y vais vraiment parce qu'on m'y oblige, mais si je pouvais, je préfèrerais me foutre un doigt dans l'oeil.

 

http://imageriemedicale-tpe.e-monsite.com/medias/images/irm.jpg

 

Habitant la périphérie, j'ai du me lever à l'aube, m'entourer de gens aux yeux bouffis, croiser le gars qui bouscule tout le monde avec son sac à dos, traîner mes pattes jusqu'au métro, le prendre juste à temps, trouver une place, m'asseoir, et arriver à bon port.

 

Ne pas faire tomber un couple de vieux en courant pour arriver à l'heure.

Faire pipi 20 minutes avant l'examen, et pas 30.

Être à jeun.

 

J'avais la dalle.

Du coup j'étais pas d'humeur pour remplir le questionnaire médical, celui qui croit te poser des questions de base, mais sur lequel tu flippes quand tu vois qu'il y a deux cases, qu'on te demande si t'es allergique à l'iode et à la pénicilline, et qu'à 8h du mat', tu sais surtout que c'est l'heure des croissants à la gelée de groseille (oui encore elle).


Tu te dis que pour l'iode, si c'était le cas, les soles meunières qui sont passées par ton ventre aurait eu du mal à trouver leur chemin jusqu'à la sortie.

Et que pour la pénicilline, si marie curry avait envie de t'aider à t'en souvenir, ce serait un coup de pouce du matin qui ferait sacrément du bien.

 

Y a aussi des questions qui sont suivies par d'autres, mais sans ponctuation.

Ça te fait penser qu'à l'école on te tapait sur les doigts avec une règle quand t'oubliais d'ouvrir les guillemets, puis finalement, j'ai les cils qui battent un peu fort, et je m'assoupis.

 

Un grand gaillard roux type l'infirmier pataud de Nurse Jackie m'appelle un peu trop fort, je me traîne encore et le suit jusqu'aux cabines, où je me déshabille en faisant voler les fringues. (BLAGUE)

 

Je me demande si je dois garder mes chaussettes, vu que sans mes lunettes je ne verrai pas où je mets les pieds.

Je les enlève quand même, sors du vestiaire, me dirige vers la seule masse brune qui ressemble à un siège et j'attends.


http://umvf.univ-nantes.fr/gynecologie-et-obstetrique/enseignement/item22/site/html/images/detroitinferieur.JPG

 

Puis arrive la grosse plaisanterie du chef : injection de Buscopan en intraveineuse.

L'infirmier dit que c'est "pour pas que vos viscères bougent pendant l'examen, madame". Madame toi-même, y a rien qui gigote dans mon bidou ce matin, juste de l'air tellement je brasse du rien dans mon estomac.

Je lui réponds que le Bubu ça a jamais marché sur moi, mais ça le fait bien sourire que je dise ça.

 

Directement après il me montre la bête.

Cylindre impressionnant, une fois couchée dedans, ma tendance à la claustrophobie décide de venir me dire bonjour. Je me raisonne, le gars roux m'a donné un champignon sur lequel je peux appuyer au cas où quelque chose ne va pas.

 

Deux minutes après, ça va PAS.

J'ai une peur panique que mes implants dentaires et tous les machins en fer dans ma bouche explosent et sortent de mon visage dans un bain de sang incroyable.

Y a des papillons noirs devant mes yeux, je me demande s'il va y avoir une morte dans la machine.

 

Le roux est déjà de retour, il veut que je remonte mon corps, je suis pas bien mise pour l'imagerie.

Je lève la tête et voit qu'en fait, au bout du cylindre, c'est ouvert, je suis pas trop enfermée, presqu'à l'air libre.

 

Il repart et fait tourner l'IRM pendant 20 minutes.

 

Moi j'ai encore peur que mes dents foutent le camp, même s'il m'a dit que c'était impossible, je ne crois pas une personne qui met les patients en boîte à longueur de journée.

Du coup je serre les mâchoires pendant tout l'examen, au lieu de me détendre.

inter-copie-1

Je ne sais pas s'il y avait seulement du Bubu dans l'intraveineuse, mais il s'est passé que mon cerveau a pas tout compris, et dix minutes après l'examen, je tanguais dans les couloirs en cherchant le chemin du retour pour aller travailler.

 

J'ai plané comme ça pendant des heures, mon bras devenait un peu bleu là où on m'avait piquée, la couleur était belle tiens.

J'espère qu'on règlera juste ce problème de mal de bidou, qu'une IRM aura suffit.

Parce que moi je remets plus les pieds dans le tube, comme ça c'est dit.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 20:28

Je voulais inaugurer une nouvelle rubrique pour rendre à César ce qui appartient à César.

Chaque jour, je m'abreuve de nouveautés, je m'inspire de ce qui me passe sous l'oeil. Souvent, ce que je vois m'éblouit, me scotche, j'applaudis devant l'audace et les trouvailles des auteurs en herbe.

 

Il y a des blogs comme ça sur lesquels j'aime me balader, qui s'ouvrent sur un monde un peu à part, très personnel aussi des fois.

Y a des histoires qui me touchent aussi, des blogs qu'on ouvre comme un roman, et qu'on a du mal à lâcher avant d'avoir lu la fin d'un article.

 

C'est un peu une rubrique pour vous dire un GRAND merci, continuez comme vous faites, puis surtout, restez comme vous êtes.

C'est comme ça qu'on vous aime.

 

LE BLOG DU JOUR 

Sans-titre-1.jpg

Poulette Magique, c'est le blog des belles choses.

Avec un grand C.

 

Il y a des trouvailles de vide-grenier, des vieux game-boy qui traînent, de objets kawaï devant lesquels j'ai du mal à garder mon calme.

Ca pétille de rose, ça envoie du bonheur simple en veux-tu en voilà.

 

http://www.poulettemagique.com/wp-content/uploads/2012/06/game_boy.jpg

Je me souviens que la première fois que j'étais tombée sur le blog, ça m'avait fait la même impression que d'entrer dans une boutique de vieux jouets, tenue par un homme avec une barbichette, un monsieur type Père Noël joyeux qui te parlerait d'une vieille poupée comme du plus beau joyau du monde.

 

Ca m'a fait retomber en enfance.

Comme quand on se revoit passer sa robe de princesse et se regarder dans le miroir en se pensant déjà reine.

 

http://www.poulettemagique.com/wp-content/uploads/2012/05/princesse_kilala_1_indice.jpg

Y a comme une envie de barbapapa aussi, qui traîne dans le monde de la poulette, de sucreries qui collent aux doigts tellement fort qu'il faut les lécher goulûment.

C'est pour ça que j'aime ce blog.

 

Parce qu'il déclenche des envies qui viennent de loin, qui rappellent des souvenirs en teinte sépia, qu'on croyait avoir oublié mais qu'on se réjouit de retrouver en ayant vu, dans le coin d'une photo, un objet qu'on avait dans le coin de sa chambre quand on était môme.

 

Du coup, si t'as envie d'une dose girly-choupi, fais-toi plaisir.

Le Blog de Poulette Magique

 

[Les photos ont été tirées d'articles du blog de PM]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 19:43

Les lundis au soleil, parfois on les A.

N'en déplaise à notre cher C.François, ça pleuvait des rayons jaunes sur mon plat pays, de quoi se consumer de plaisir rien qu'à regarder le ciel.

j40.jpg

Puis c'est étonnant, tout le monde change, sourit, il y a des jupes qui croisent des shorts en rue, ça parle plus fort, ça se cache moins aussi.

J'avais pris mon sac fleuri, mon mug blanc, j'avais l'air d'une wonder woman en basket qui pouvait tout affronter parce que le temps était au beau fixe et que je m'étais levée du bon pied.

 

Il y a toujours des petits plaisirs de début de semaine, de voir que tout le monde a le sourire, que la chaleur du matin apaise les esprits.

 

On court moins aussi, on passe son temps à chercher les fenêtres au travail, pour pouvoir voir dehors, les gens qui flânent le nez en l'air.

A midi, on sort faire une pause.

On s'épuise à aimer ce qu'on voit dans les mosaïques que tracent les ombres des arbres sur le sol.

 

J'imprime toutes ces images comme on dévore un bouquin passionnant, puis je retourne travailler carrément optimiste.

Quelques heures plus tard, je goûte à nouveau à la nature, je passe sous terre en prenant le métro, je repars en surface avec le train à une allure monstre.

 
Sur le dernier bout du voyage, j'aime bien me mettre à l'endroit où le vent tombe sur moi.

Y a des cheveux qui s'envolent légèrement, rien qui fouette, tout doucement.

Je pense à un café crème sur le chemin de la maison, tandis que mes pas font moins de bruit en marchant sur le gazon.

J'arrive enfin.

 

Y a des lundis plaisirs, des lundis merveilles.

Et tout ça, à chaque fois, ça me tient en haleine comme une gosse qui n'a pas vu le soleil de l'année.

 

En même temps c'est un peu ça, c'est pas comme si je mentais sur le temps belge.

Claude aurait bien voulu voir une journée comme ça, mais celle-ci était vraiment belle, c'eût été bête de la manquer.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by RoseCocoon - dans Humeurs
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 19:22

Hier, alors que j'étais occupée à buller comme une âme joyeuse, une chère internaute a habilement relevé que je n'avais pas encore de page facebook.

 

VRAI.

Mark-Zuckerberg4.jpgJe n'en voyais pas l'intérêt jusque-là, la plupart de mes lecteurs ne venant pas de facebook, mais bien de Hellocoton.

 

Du coup, une image m'a traversée, je me suis vue en femme sectaire et dominatrice, incapable d'accorder du crédit à mon lectorat Zuckerberghien, choyant les êtres venant du monde du Coton en leur donnant des marshmallows à manger en veux-tu en voilà.

 

Fichtre, me suis-je dis, il faut que je règle ce problème de toute urgence, que je donne à chaque lecteur sa place dans mon monde de grande allumée.

C'est comme ça, qu'hier,comme une grande,  j'ai passé une journée à me battre avec Mark, juste pour vos beaux yeux et sa grande bouche.

 

Faire sa page facebook comme une grande

 

Je croyais que facebook était un lieu que je gérais comme une déesse, mais en fait non.

J'ai vraiment galèré pour m'y retrouver, alors qu'au début, il n'y avait rien de compliqué.

 

En bas à droite de la page d'accueil, on te propose le lien "créer une page".

Il t'amène sur une mosaïque d'options qui te permettent de mieux définir dans quel but tu crées cette page.

zu

Premier obstacle : je ne trouvais pas "blog" dans les catégories, du coup, j'ai cliqué sur le 4ème carré, j'ai choisi l'option "personnage fictif", et j'ai continué.(après j'ai pu changer dans les options de la page, comme par magie tu vois)

 

Ensuite, soit tu as un compte facebook, et tu te connectes directement à celui-ci, soit, tu crées un compte dans la foulée.

zuuu.jpg

On tombe alors sur les paramétrages de base pour la page :

- on peut déjà ajouter une photo de profil

- décrire la page

- ajouter une adresse internet

doudi.jpg

Une fois que tout est rempli, ça y est, ta page est créée !

Et c'est bien à partir de là que tu vas morfler, donc je te laisses admirer le chef d'oeuvre un moment...


hph.jpg

 

Voilà où je veux en venir :

Une page facebook est censée accueillir le flux de ton blog de manière permanente, ou en tout cas être capable de synchroniser en temps réel tes nouvelles publications.

 

Toute fière de ma nouvelle page, j'ai donc été gambader sur google pour trouver comment faire.

Plusieurs fois je suis tombée sur l'information suivante : "aller dans l'onglet article, cliquer sur importer le blog, ajouter le flux rss, voilà c'est fait". Cette façon de faire n'existe plus, elle était présente sur l'ancienne version de facebook, mais depuis la mise à jour, cette option a été supprimée.

Chose que je ne savais pas au début. Du coup j'ai sué, j'ai râlé, j'ai traité mon pc de vieux schnok.

La grande classe.

 

Après ce revirement, j'ai du fouiner du côté des applications qui me permettraient d'arriver à mes fins.

Les plus connues sont RSS Graffiti et Twitterfeed.

kk.jpg

J'ai d'abord installé RSS GRAFFITI (il suffit de chercher l'application sur facebook et de l'installer en lui donnant un certains nombre de permissions).

 

Le problème avec cette application : même si elle permet de rafraîchir son flux toutes les minutes, elle n'a chargé aucun de mes anciens posts, ce qui fait que j'aurais du copier puis coller chaque lien d'article sur ma page. 

Merci bien.

 

J'ai donc désinstallé cette appli, chargé TWITTERFEED, rempli les informations me concernant (flux RSS, lien avec le compte facebook, et tutti quanti) et j'ai attendu.

Parce que twitterfeed a un autre petit problème : c'est une application qui n'actualise vos flux que toutes les 30mn. Une fois que la première actualisation a été faite, tu peux "forcer" le programme, en cliquant sur refresh, mais pas avant.

 

Les grands avantages de twitterfeed :

- j'ai eu droit au chargement de 5 de mes anciens posts (OUAIS BON CA VA, c'est mieux que rien !)

- on peut choisir le format de livraison d'un nouvel article : avec image, ou pas, de manière réduite, etc.

- on peut entrer une clef qui permet d'approuver ou d'exclure la publication de certains posts sur les réseaux sociaux

 

Les désavantages de twitterfeed :

- pas moyen de trouver comment importer tout mes articles directement sur la page facebook

- seulement trois services de diffusion : facebook, twitter et linkedIn

- l'actualisation plus lente que d'autres services identiques

- l'application est en anglais, c'est assez basique donc si vous n'y pigez rien, vous devriez quand même retomber sur vos pattes

 

Alors voilà, je trouvais que même s'il était plus lent à rafraîchir, Twitterfeed avait le mérite d'être assez complet dans ses options, gratuit, et surtout simple.

 

Un fois que tout est réglé, vos articles arrivent normalement sur votre page, et là vous pleurez. Parce que c'est beau la technologie.

Je remercie les quelques personnes qui ont déjà "aimé ça", et sont dorénavant abonnées à ma page facebook.

J'ai réussi le challenge que je m'étais fixé.

Et vous, c'était bien votre week-end ?

fb.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Lifestyle
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie