19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 14:54

filofax1

 

Depuis mon premier article sur le filofax, je m'étais dis que si après deux mois, j'en avais marre, c'est qu'encore une fois, j'avais eu une lubie et que j'avais dépensé mon argent pour rien.
On est en février, et je suis toujours aussi addict de mon petit carnet rouge, c'est dire l'amour que je lui porte.

Après avoir fait le tour des vidéos qui présentaient l'organisation général d'un agenda, j'ai commencé à virer du côté des espaces créatifs, à regarder ces gens fabriquer plein de chose pour pouvoir faire de leur filofax un espace bien à eux.
Et, encore une fois, j'ai craqué.

filofax2.jpg


J'ai dabord commencé par les outils d'écriture, je cherchais du kawaï, du multicolore, du "je sors un peu de l'ordinaire".
Puis je suis tombée sur un article où une femme toute joyeuse fabriquait ses propres intercalaires et ça m'a rendue heureuse.

J'ai donc fait une virée dans un rayon de scrapbooking, j'ai bavé devant tous les coloris de papiers disponibles, et je suis repartie fière comme un paon avec des imprimés vintage façon papier-peint des années 70.

filofax3.jpg
Tout ce bricolage a eu pour conséquence une modification de l'intérieur de l'organiser, j'ai commencé par faire des catégories un peu plus logiques et qui correspondent à mes occupations :
- une partie DIARY : dans laquelle se retrouvent le FOOD DIARY (et une petite "latte" Homemade, histoire d'accéder directement à la bonne page)

 

filofax5.jpg

filofax4.jpg


- une partie SANTE/SPORT : dans laquelle je mets le journal de mes migraines (so sexy), et les courses à pied que je fais (en ce moment c'est plutôt rare, mais mon bidou crie "VA COURIR" à chaque madeleine que j'enfourne, ça pourrait peut-être me motiver). J'ai aussi mis une sous catégorie "NOTES" dans laquelle je mets mes bouquins lus, ceux que je veux lire, et mes wishlists.

filofax6.jpg

filofax7


- une partie PROJETS/BLOG : dans laquelle j'écris toutes les idées de revues à venir, ou déjà faites, mes réflexions sur les soins de la peau en général.

- une partie FINANCES/INFORMATIONS : je n'ai pas encore fini l'intercalaire, il lui faut encore un onglet digne de ce nom, mais c'est dans cette catégorie que j'écris les informations plus générales, que tout le monde préfère oublier.

Je n'ai gardé que deux sections pour le carnet d'adresse, parce qu'en général, je n'écris jamais que les numéros vraiment importants, et d'enlever les séparateurs m'a libéré de l'espace.

 

filofax9.jpg

filofax8.jpg

 

Donc voilà, tout ce petit monde tient dans mon filofax, et je suis plutôt fière de mes intercalaires homemade même si je sais que je peux pousser l'artiste que je suis encore plus loin.

filofaxend

 

Si vous avez aussi ce genre d'agenda, évitez l'achat (toujours trop onéreux) d'une troutrouteuse à 6 trous. Avec une simple perforatrice à un trou, et moins de cinq euros déboursés, vous devriez déjà pouvoir faire pas mal le foufou.


Des bisous les Caribous,

et amusez-vous bien !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Lifestyle
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 21:27

Depuis environs un mois, j'ai fait ma petite enquête sur le groupe du Millefeuille pour savoir quels nettoyants étaient utilisés par les détentrices d'une tosowoong, et surtout, lesquels paraissaient convenir a priori.
Comme expliqué dans mon article à ce sujet, la Tosowoong décuple les effets du nettoyage, et j'avais connu une expérience assez douteuse en la couplant au savon d'alep, alors que ce dernier me convenait parfaitement quand il était utilisé avec les mimines.

 

Alors, malgré sa douceur, cette brosse reste un ustensile qui change le niveau de tolérance d'une mousse, d'un lait, ou d'un pain de lavage, c'est pourquoi j'ai voulu vous présenter une liste de nettoyants compatibles pour vous guider au mieux.

[NB : il s'agit d'avis extérieurs, et même si certains produits reviennent souvent, je ne peux garantir que cela vous conviendra. Néanmoins la liste existe pour que vous vous trompiez le moins possible dans votre choix.]

 

[La liste modulable]


Voici la liste non exhaustive, classée par type de peau, afin de mieux vous aider dans votre recherche du nettoyant parfait.

Les deux grands gagnants toutes catégories

 

Le TAMAGOHADA

Avec son petit packaging bleu, je l'avais moi-même testé pendant presque deux mois avec la tosowoong, et c'était impeccable.
A utiliser le soir de préférence vu la présence de AHA.

La MOUSSE NETTOYANTE NOMINOE

Je vous avais parlé de sa douceur, eh bien c'est ce qui en fait un must à l'usage.

La peau ne tire pas, elle reste souple, belle et propre, j'en suis vraiment fan.

 

 

Peau Sèche

peauseche.jpg- mousse nettoyante NOMINOË

- washing embellir MENARD

- nettoyant HADALABO GOKUJYUN

- Tamagohada de HADALABO

- Baking powder de ETUDE HOUSE

- émulsion nettoyante au calendula ALVERDE
Nettoyant Xémose Syndet d'URIAGE
- savon Gâlet blanc au lait d'ânesse de CALINESSE

- Gel douche surgras corps ETAT PUR

 

Peau Normale
peau-normale.jpg

- enzyme powder wash cleanser de TOSOWOONG

- mousse nettoyante NOMINOË

- savon d'alep (attention au dosage de laurier à revoir à la baisse pour ne pas se retrouver avec une peau totalement déshydratée)

- nettoyant HADALABO GOKUJYUN

- Daily detox facial wash d'EVOLVE

- collagen wash de ROSETTE

- clear purifier de UNT

- SCINIC milk & oatmeal natural facial foam

Gel dermo-nettoyant JONZAC

- Mousse nettoyante douceur à l'huile d'olive LE PETIT OLIVIER
- Gel nettoyant démaquillant Rêve de Miel de NUXE
- Mousse nettoyante éclat Être Bien de PARASHOP

- mousse nettoyante fleur de vigne CAUDALIE

- Baking powder de ETUDE HOUSE
- savon d'alep liquide AROMAZONE
- JUJU COSMETICS Aquamoist à la vitamine C

 

Peau Mixte/Grasse

peaumixtegrasse.jpg

- Tamagohada de HADALABO

- mousse nettoyante NOMINOË

- Tsukika washing cream de MENARD

- mousse nettoyante hydrabio de BIODERMA

- softymo white  washing foam de KOSE
- savon au lait d'ânesse

- mousse nettoyante pureté THEMIS

- Gel nettoyant purifiant CATTIER
- mousse nettoyante fleur de vigne CAUDALIE

- nettoyant HADALABO GOKUJYUN
- collagen wash de ROSETTE

- Gel dermo-nettoyant JONZAC

- Mousse nettoyante douceur à l'huile d'olive LE PETIT OLIVIER
- Mild Soap (savon transparent adoucissant) de DHC

- Crème lavante Boréade de NOVIDERM
- Mousse nettoyante LADY GREEN
- Mousse nettoyante AVENE

- JUJU COSMETICS Aquamoist à l'acide hyaluronique

- mousse nettoyante menthe douce de PATYKA

- Baking powder de ETUDE HOUSE

- enzyme powder wash cleanser de TOSOWOONG

- BENEFIT foamingly clean face wash

- Mousse nettoyante creamy latte de MISSHA
- mousse nettoyante revigorante HERORIST

- Nettoyant Purity Facial Wash

Peau Mature

peaumature.jpg

- Herb soap SULWASHOO

- HISTORY OF WHOO brightening cleanser

- nettoyant régénerant TATA HARPER

mousse nettoyante NOMINOË

mousse nettoyante nuage céleste de CATTIER

 

 À vous de jouer !
Si vous avez trouvé un bon nettoyant qui fonctionne à merveille avec la tosowoong, n'hésitez pas à me le dire en commentaire, je le rajouterai dans la liste.

J'ai aussi besoin d'expériences de personnes l'ayant testée avec un lait, une huile qui s'émulsionne ou tout autre chose un peu plus frivole, tant qu'à faire.

 

Si vous n'avez pas encore succombé au charme de la tosowoong, ce n'est plus qu'une question de temps, foi de moi.

Des bisous les caribous !

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 14:07

Après avoir longtemps débattu avec ma peau, et certainement trouvé des compromis, il restait une sorte d'interrogation pour le matin : dois-je ou ne dois-je ?


Autrement dit, le passage au robinet pour ma peau mixte et bien calmée niveau boutons était-il toujours utile ou pouvais-je faire l'impasse dessus ?

 

1eau.jpg

 

J'ai profité d'un produit que m'a envoyé Avène pour faire le test (OUAIS ENCORE du Avène, mais je  vais finir par vous fabriquer une chanson avec des cotons à la gloire de cette marque, tellement queuuuu-je-l'aime) .

Ce qui inquiète le plus quand on passe à une routine sans eau le matin

C'est de se retrouver avec les pores bouchés.

Véridique, je pensais que mes pores allait subir la chose comme des âmes en détresse, et crier qu'ils voulaient repasser à l'eau pour faire des glissades.
J'ai aussi eu peur que le teint devienne terne, que je n'aie plus la fameuse tête "effet grand splash d'eau" dès le réveil.

Pourquoi c'est bénéfique pour la peau

Alors, autant vous le dire, il y a une histoire de film hydrolipidique dans tout ça.

Le nettoyage altère en partie la protection que l'on a en surface de peau et qui est composée d'eau et de gras.
Même si cette barrière naturelle se restaure en quelques heures, il est important de connaître les conséquences possible d'un nettoyage systématique: cela peut amener du gras, la peau essayant de se protéger comme elle peut dans l'immédiat, elle produit du sébum pour faire un film protecteur.
Peu esthétique, il est néanmoins vital pour se protéger de l'extérieur.


L'idée d'une routine sans eau, c'est donc de respecter sa peau en utilisant des produits qui ne nécessitent pas de rinçage, en évitant l'eau du robinet qui peut être trop calcaire dans certaines régions et faire des ravages.

Cela convient surtout aux peaux qui sont sensibles, très déshydratées, qui sont réactives, et aux femmes pressées.

 

2eau.jpg


Voilà comment ça se passe

Le matin, je me lève (et je me bouscuuuuuuule), je me dirige vers la salle de bains, je me douche, je m'habille, puis je m'occupe de mon visage.


Le gros avantage d'une routine sans eau, c'est sans conteste le gain de temps.

En une minute top chrono, c'est plié, on a eu le temps de se faire la totale nettoyant-lotion-crème.
 

Pour commencer, je prends mon petit coton, je l'imbibe de l'eau nettoyante Cleanance d'Avène, et c'est parti pour le rafraîchissement de façade.

 

3eau.jpg

 

Ce que j'aime dans cette eau, c'est que malgré le fait qu'elle soit estampillée "purifiante" et pour peau grasse et sensible, ma peau la tolère très bien.

 

J'avais essayé de l'utiliser comme eau micellaire au départ, mais clairement, le démaquillage n'est pas son point fort, elle est vraiment destinée à être utilisée comme un nettoyant express.
Dedans il y a une majorité d'eau d'avène, du glyceryl laurate (pour réduire la production de sébum), et des ingrédients assainissants.

 

Une fois que j'ai fini de passer le coton, je pulvérise une bonne dose d'eau thermale sur mon visage.
Je sais qu'il est écrit est "sans rinçage" sur la bouteille bleue mais c'est un peu le même combat qu'avec l'eau micellaire : tu laisses le tout sur ton visage ou pas, c'est un peu toi qui vois.

4eau.jpg

Moi je préfère rincer.
Je laisse l'eau thermale un peu trempouiller mon visage pour profiter de ses bienfais puis je  tamponne avec un essuie.

Résultat, avant même de mettre ma crème, ma peau est déjà bien hydratée, elle n'est pas agressée et j'évite la case "je suis rouge parce que je me suis essuyée la figure pendant trois heures".

5eau.jpg

6eau.jpg

 

J'applique ma crème Nominoë en dernier lieu, et c'est fini.

 

Ce que ça a changé au quotidien pour ma peau

 

Le sans eau a contribué à faire de ma peau un terrain plus sain. J'ai été malade pendant quatorze jours entiers d'affilée, hé bien pas un jour je n'ai eu à craindre de boutons.
Sur les photos j'en ai quelques-uns depuis qu'il a recommencé à neiger-pleuvoir-faire-un-temps-qui-craint en Belgique, mais sinon mon épiderme est au meilleur de sa forme.
Les pores ne sont pas plus engorgés en évitant l'eau le matin, ils restent resserrés et en bonne santé.

Mon grain de peau est toujours aussi lisse et je n'ai pas de dessèchement à déplorer malgré le temps un peu rude de cette semaine.

Ce que je peux attribuer comme bienfaits à l'eau nettoyante cleanance d'Avène :

- grâce à elle je ne brille plus en fin de journée sans avoir la peau en manque de quoi que ce soit (et ça c'est WAOUW !)

- elle laisse un fini vraiment doux à la peau une fois rincée à l'eau thermale

- elle a un très bon rapport qualité prix (400ml pour 11 euros en moyenne)

- malgré le fait qu'elle fasse partie de la gamme cleanance, elle peut convenir aux peaux mixtes comme la mienne.

Si vous voulez vous aussi passer à une routine sans eau

 

Il faut que vous vous trouviez des valeurs sûres, des produits en lesquels vous avez confiance, qui ne vous ont jamais fait défaut et qui font leur job comme personne.

Certains préféreront un hydrolat à la place de l'eau thermale, d'autres une eau micellaire à la place d'une lotion nettoyante.
L'idée c'est de choisir des produits qui restent doux et adaptés à votre type de peau.

Et si vous avez envie de pousser le bouchon plus loin, il est possible de faire la même chose pour le soir, notamment si vous êtes du genre à ne vraiment pas supporter l'eau, que cela vous cause des irritations ou des problèmes cutanés.

Moi je tiens trop à mon millefeuille que pour l'abandonner de sitôt, mais le matin je me passe désormais du robinet.

 

En espérant vous avoir donné des idées,

Des bisous les caribous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 21:13

C'est dingue ce que ça émoustille, ça traverse mon pied comme ça, un matin, et ça remonte jusqu'à mes coudes, mes épaules, mon cerveau.
D'un coup d'un seul je suis énervée, secouée de la tête aux pieds.

http://images1.wikia.nocookie.net/__cb20110816105658/disney/images/e/e1/Cheshire_Cat_KHREC.png

Ce genre de journée, c'est le genre que j'aimerais fuir mais tout le monde sait bien que les sans-joie-sans-peine-days sont des jours qui n'en finissent pas d'accumuler leur lot d'idiotie.

Au début, je me prends un clou du parquet.
Ca paraît idiot, il dépasse depuis qu'on a emménagé dans l'appartement, mais aujourd'hui, mon pied a décidé de prendre chaque virage sur la pointe, ce qui fait qu'au bout de dix passages je rumine, mais le clou reste figé.

Puis c'est au tour du wifi de monter un spectacle, il buggue.
J'essaye de capter tant bien que mal, je m'assois, me relève pour aller me faire couler un café pendant qu'une vidéo de 3mn30 charge sur mon ordinateur. (Dans mon monde, rien sous les cinq minutes ne mets autant de temps à charger)

Je me reprends le clou, je râle.

 

Comme c'est trop bête de s'arrêter sur une si bonne lancée, je décide de faire scandale au téléphone.

Parce que Nature & Découvertes, c'est surtout la jungle et le chaos d'une route mal éclairée, et qu'après trois semaines d'attente pour un globe de remplacement pour mon diffuseur d'huiles essentielles, je me dis que j'aurais eu le temps de me faire livrer un éléphant du Katmandou avec fanfreluches sur les patounes et clochette au bout de la trompe. (Dumbo, je t'aime)

L'homme qui me répond a l'air hagard de la langue (à mon avis c'est possible), il traîne du verbe, me répond qu'il va chercher, "pour voir si mon bon de commande est toujours-là". A ce moment là, ma langue à moi à déjà fait 8 tours et ricoche un peu trop sur mes dents pour décocher une flèche de haine.
Cinq minutes supplémentaires d'attente au téléphone.
Il me dit qu'il me prépare le globe d'une autre cliente parce qu'elle n'est pas venue le chercher. Donc en plus de me donner les restes, on me fait passer pour une rapia.
Ma vie est incroyable.

A midi, je décide d'aller dans une parfumerie aider ma soeur à choisir un parfum.

La vendeuse est gentille puis commence à lentement dévaler sur la pente de "je fais ma crise de la ménopause pendant que tu me causes" parce qu'on ne parvient pas à trouver une fragrance convenable.
Après un long débat sur le fleuri pas fleuri, et le fruité qui grimpe dans les narines, on décide de retourner à l'air libre se mêler au peuple et oublier l'agacement.
Je fais valdinguer mon chien, il passe lui aussi une journée de merde à tenter le côté gauche du trottoir puis le droit tout en déroulant ses cinq mètres de laisse, obligeant les passants à gromeler et moi à faire du gromelage intense en retour pour leur faire entendre que : je laisse la liberté à mon chihuahua de marquer son territoire comme un grand, et que si madame bigoudi veut se plaindre, elle a qu'à se dandiner de l'autre côté de la rue.

 

Passe une heure, rien ne change.

Je prends les transports pour me rendre en ville.

 

Chez Nature & Découvertes je zoome sur le mâle que j'ai eu au bout du fil.
Il me sort un globe emballé dans un bête papier bulle, sur le ton d'un "voilà" un peu trop simple.
Je lui dis que je dois traverser Bruxelles et qu'il est hors de question que je paye pour une boule en verre ainsi protégée et donc potentiellement plus cassable que la moyenne des produits environnants.

Il rajoute deux couches de papier hyprafin vert par-dessus en me disant qu'il n'a pas de carton.

Dans un magasin. Il n'a pas de carton.
Pas de carton.

Right.

Je sors ma carte de banque pour en finir pendant que la vendeuse (déjà repérée lors de ma visite précédente, les yeux aussi vides que le néant) me demande pourquoi je fais ça.
Pourquoi je fais quoi ?
Je lui réponds à la limite de l'agacement qu'étant donné que j'achète un bien, je suppose qu'il faut que je le paye.
Elle bugue comme mon wifi.
L'homme me demande d'attendre pour valider mon achat, parce qu'il n'y a pas de code-barre.
Encore, je perds du temps.

Je commence à visualiser le bouchon qu'on pousse un peu trop loin, je vois les côtés qui se distendent, l'imminence de l'impact.
Puis je règle, et je pars.

Dans le bus, il y a des sièges à une place et demie.
Comme des deux-places tronqués.
J'oublie qu'il ne faut jamais s'asseoir là, je le fais quand même, et me retrouve, un arrêt plus tard, avec une femme à la générosité aussi large que ses fesses qui me plaque contre la fenêtre.
Je m'obstine, je reste assise, en poussant un "oui mais bon" avec un air bien appuyé de sardine embêtée.
Mémé, mammie, je suis énervée.

Sa cuisse est collée contre la mienne sur une bonne trentaine de centimètres et je commence à comprendre pourquoi je rumine depuis la matinée.
Il y a trop d'intrusion dans ma petite bulle.

Ca se bouscule dans ma tête et tout ce qui m'entoure chamboule mon ordre d'idée.
Je perds le fil, on coupe mon fil, la pelotte s'emmêle, je trébuche, tout le monde s'en mêle.

Finalement, sur le pas de la porte on m'achève avec une histoire de (fond de) soupe que j'ai jeté la veille.

Alors, après deux heures d'agacement, je me dirige tout droit vers le clou, je décide que ça commence à bien faire et de sa mise à mort.
Je vais prendre des ciseaux dans la cuisine et l'extrais du sol dans une valdingue incroyable.

Direction poubelle.

Un emmerdeur en moins, un.

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 21:14

moussedouce.jpg

Bonjour tout le monde !
J'espère que vos épidermes n'ont pas trop souffert avec ce temps maudit, je désespère encore de pouvoir trouver un rayon de soleil pour flatter mes joues un peu trop blafardes.

Aujourd'hui je voulais ENCORE la ramener sur la marque qui fut sûrement ma plus belle découverte de l'année 2012-2013, à savoir NOMINOË.

 

Alors, depuis l'article sur le philtre de beauté breton, rien n'a vraiment changé, je meurs toujours d'amour pour les champs d'ajonc et ma crème bien-aimée, la seule qui fasse en sorte que ma peau gère comme une fougère en ces temps difficiles.

[J'en suis à mon deuxième flacon, c'est dire si j'y crois.]

 

nomj.jpg

 

Et parce qu'il est vraiment gentil comme un koala et qu'il me voyait lorgner sur toute la gamme avec un air de vampire en manque de sang, Jérémias m'a fait parvenir la mousse nettoyante.
Alors, j'avoue tout, c'était un peu comme tenter de séduire une fille qui aime déjà les fleurs avec un énorme bouquet bien odorant, je savais par avance que ça ne pourrait que me plaire.

Et bien, BINGO, BABY WOMBAT, je n'ai pas été déçue.


nom1.jpg

 

En soi le packaging n'a rien de fou, c'est un flacon pompe tout à fait classique, qui contient un produit à la couleur jaunâtre.

Ce qui me plaît de prime abord, c'est le credo de la marque : c'est beau, ça sent bon, c'est bio et ça fait travailler des gens au niveau local.

VIVE LA BRETAGNE.

 

La mousse délivrée ne sent pas le pot-pourri de grand-mère même si les plantes dont sont extraites le nettoyant pourraient laisser sous-entendre qu'on va finir potager humain.
Dedans, donc, il y a de l'eau d'ajonc, de l'artichaut, du blé noir et du genêt, le combo parfait pour relaxer l'épiderme après une dure journée. (En soi je suis moi-même du genre "journée molle", mais c'est une autre histoire).

 

nom.jpg

 

Je pense que tous ceux qui l'ont testée sont d'accord sur un même point : cette mousse nettoyante est vraiment légère.

C'est un bonheur de douceur pour se laver les joues, ça glisse tout seul avec la tosowoong, ça mousse allègrement sans être poisseux ou collant.

Un vrai délice de se voir avec le visage tout blanc dans la salle de bain, puis de respirer un bon coup l'odeur du nuage dans lequel on a fourré sa tête. (Gaffe à la mousse en reniflant, ça s'infiltre dans les narines si on ne fait pas attention).

 

hiver2-4320.JPG

 

Au niveau de l'efficacité, rien à redire : ça n'arrache pas le derme et ça laisse la peau toute douce sans tiraillements. (Et dieu sait que c'est IM-POR-TANT)

nomj
Je pense que si votre peau est du genre à se déshydrater très facilement, qu'elle est sèche, ou commence à devenir mâture, la mousse de Nominoë vous ira parfaitement.
Et que les peaux grasses se réjouissent, ce n'est pas parce que votre peau produit trop de sébum qu'il faut faire l'impasse sur un nettoyant doux : LA DOUCEUR c'est la clef d'une routine belle peau.

Donc, pour 25 euros, vous avez un flacon de 150ml qui va vous durer en moyenne 6 mois, si utilisé uniquement le soir, et à raison d'une pompe par usage (largement suffisant).
Rien à dire au niveau de la composition aussi, pour terminer, la base lavante est d'origine végétale, donc on est loin des sulfates bien trop agressifs pour votre joli minois.

 

J'espère que tout va bien chez vous,

Bonne soirée

et des bisous les caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:38

avene1.jpg

 

Même si j'avais survolé un peu l'état de ma peau dans un article sur ma précédente crème pour le corps, depuis le début de cet hiver, j'avais vraiment du mal à trouver un soin au top.

Et pour cause, ma vie est compliquée :

La peau de mon corps est  sujette à une forte déshydratation, surtout au niveau des jambes, des hanches, des bras et du haut du dos.

Si je ne mets pas de crème, par manque de temps ou d'envie, il arrive que j'en vienne à me gratter la peau comme une acharnée parce que la sécheresse l'a rendue totalement inconfortable.
Du coup, c'est un cercle vicieux qui n'en finit pas, et seule une douche froide me permet de calmer le jeu (momentanément).

 

J'ai déjà cherché, cela ne vient pas de la lessive, c'est plutôt une réaction qui apparaît quand il fait plutôt frais, que le frottement des vêtements me donne l'impression qu'on me passe du papier de verre sur la peau.
Bref, l'enveloppe de mon corps est une chieuse de première catégorie et la Lipikar terminée, il me fallait plus costaud.

 

avene2.jpg

 

Quand on cherche une crème, on veut avant tout ne pas devoir se soucier de l'hydratation du corps pendant au moins 24h, on veut un produit qui assure, qui redonne de la souplesse à l'épiderme, et surtout qui ne colle pas trop.

J'ai encore fait dans l'original, donc, j'ai tapé dans la marque Avène, direction la TriXéra+.

 

avene3.jpg


Au niveau de la composition, je dirais que CA VA (si on ne regarde pas la présence de paraffine ni celle de phenoxyethanol en bas de liste).

Il y a de l'eau thermale d'Avène en grande quantité, de l'huile de tournesol et d'onagre pour le côté adoucissant et anti-oxydant, et de l'huile de coco pour régénérer les tissus abîmés.

 

avene5.jpg

 

Au niveau du produit

Le principe d'une crème émolliente c'est sa capacité d'adoucir la peau de manière instantanée pour garantir un confort immédiat et surtout apaiser.

Et c'est là le gros avantage de cette crème.

La peau de mon corps est une incapable, trop faignante pour produire assez de gras, ça tire de partout ça desquame, c'est vraiment insupportable.


Le jour même de la première application j'étais en crise, et bien ça a tout calmé.
Plus d'envie de me gratter, plus envie de m'extirper hors de mon corps, bref j'étais aux anges et ma bonne humeur dansait la samba.

Quelques jours plus tard, j'avais encore une fois eu la bonne idée de ne pas prendre soin de moi, résultat : au retour à la maison, j'avais les pieds en feu et envie de me les couper et de les mettre sous cocotte.
J'ai mis une grosse couche de trixéra sur mes petons, des chaussettes xxl, et PAF, ça a fait des chocapics, la magie a à nouveau opéré.

 

C'est depuis ce jour-là que je mets de la crème pour le corps tous les jours (quatre mois quand même, un record !).

 

avene6.jpg


Ses avantages

- le bidon de 400ml coûte environ 16 euros
- elle fonctionne vraiment sur les peaux qui ne sont pas seulement sèches, mais réellement IRRITEES par la desquamation

- l'hydratation tient même après la douche qui suit.

- elle met seulement 5mn à pénétrer, ce qui est un record pour une crème aussi grasse
- elle est multi-usages : elle peut s'utiliser aussi bien sur le visage que sur le corps (comme je suis en traitement anti-acné, je l'applique sur les zones sèches du visage et c'est impeccable)

- son flacon pompe (il faut vraiment que les autres marques arrêtent de faire des tubes, ça glissent entre les mains)

- pas de parfum, pas de parabens

 

Je ne lui trouve pas vraiment d'inconvénients pour la simple et bonne raison que je découvre enfin le monde des crèmes émollientes et que ça a changé la vie de ma peau.
Au début je pensais réellement que j'avais juste le corps tout sec, et que la sécheresse c'était forcément une tare dont je devais m'accommoder sans poser de questions.

Hé bien non.
Depuis que j'ai la trixéra dans ma salle de bains, j'ai vraiment passé un meilleur hiver.

Quant à savoir si j'aurais du prendre le baume, par moments je me dis que oui, mais de manière générale, la version crème me suffit, donc, je resterai raisonnable.


Prenez soin de vous

Des bisous les Caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 12:24

mf.jpg

Source image

Cela fait maintenant bientôt un an que je me suis mise au millefeuille et rien n'est plus pareil depuis.

 Si j'ai beaucoup tâtonné au début, il est certain que j'ai commis certaines fautes qui ont eu des conséquences désagréables (boutons, plaques de sécheresse, etc.)

Et parfois, ce genre d'erreurs peuvent faire de gros dégâts difficiles à rattraper, comme les cicatrices par exemple.

 

J'ai donc fait une petite liste des conseils utiles que j'aurais bien voulu connaître avant de commencer le layering.


Conseil numéro 1 : aller vers la douceur

 

Essayez de bannir au maximum tous les produits estampillés "purifiant", "matifiant", "désincrustant", en général ils font plus de mal que de bien.
Prenez plutôt des produits qui conviennent à tous les types de peaux, ou qui agissent sur une problématique sans tenir compte du type de peau : donc ceux qui se targuent d'être "hydratants", "pour peau sensible", "pour peau réactive et sensibilisée". (T'as compris l'idée)

 

Conseil numéro 2 : éviter les changements intempestifs

 

Ce qui marche dans une routine, c'est la régularité et le systématisme de celle-ci.

Souvent, les filles qui commencent le millefeuille se prennent à changer un nettoyant après une semaine, une crème tous les trois jours, craquant dans les rayons des parfumeries à la moindre promo.
Don't do that, baby wombat !

On essaye de terminer sa crème pour lui laisser une action de 3 mois (à moins de faire une réaction allergique, s'entend), on est régulier dans ses traitements pour l'acné, on se nettoie bien le visage en essuyant tous les résidus d'huile, de savon, etc.


Conseil numéro 3 : on lit les notices d'utilisation

 

Combien de fois j'ai entendu des filles me dire qu'elles mettaient une crème aux AHA matin et soir sans protection solaire, ou qu'elles utilisaient les huiles essentielles comme quelques chose d'à peine offensif.
Il est impératif de vous renseigner, même sur des produits qui paraissent anodins.

Si vous avez une peau plutôt capricieuse, faites toujours un test sur une petite zone du visage (lobe d'oreille) pour être sûr que vous ne ferez pas de réaction au nouveau produit.

J'insiste : même un produit qui vous a toujours plu peut vous déclencher une réaction à n'importe quel moment de votre vie.

 

Conseil numéro 4 : on insère les nouveaux produits progressivement

 

Ne pas insérer chaque élément de manière progressive, c'est s'exposer à la fameuse question : "bordel de dieu, mais qui me fout des pustules de la taille du mont blanc sur le menton ?"

Soit c'est directement consécutif à l'usage d'une nouvelle crème et dans ce cas, il suffira de l'enlever de la routine. Soit vous observerez une réaction seulement une ou deux semaines après, c'est pourquoi il est nécessaire que chaque introduction soit faite toutes les deux à trois semaines.
(Trop de changement rend la peau dingo)

 

Conseil numéro 5 : on évite de trop se poser de questions

 

Un cadre, c'est souvent créé pour que la majorité reste dedans, mais parfois, il faut faire des concessions, adapter une sauce pour qu'elle soit à son goût.
Le millefeuille est une routine de soin qui convient à la majorité des peaux, mais qui nécessite d'observer son épiderme : ne pas s'obstiner à utiliser de l'huile démaquillante si cela vous crée des pustules quelle que soit la marque, ne pas mettre de sérum alors qu'on en a pas besoin, ne pas se nettoyer le visage à grande eau le matin si il est réactif ou sensible (un coton avec une lotion douce nettoyante suffira), etc.


Conseil numéro 6 : on va chez le dermato ou le pharmacien uniquement quand on sait ce dont on a besoin

 

Chez le dermatologue, on demande un diagnostic de peau, et non la prescription de produits de parapharmacie. On essaye de se faire entendre aussi, parce que, même s'il existe beaucoup de praticiens sûrement très recommandables, ceux que j'ai pu rencontrer ne sont que des fournisseurs de produits type Avène, Bioderma et compagnie, plutôt que de véritables conseillers.


Chez le parapharmacien, on se pointe en sachant exactement ce que l'on va acheter sous peine de se faire entraîner dans un rayon et de finir à la caisse, une carte de banque prête à être débitée et un sac plein de produits inconnus.


Conseil numéro 7 : on prend des produits qui conviennent à son âge et ses conditions de vie

 

Une fille qui a 20 ans et vit dans un environnement très ensoleillé privilégiera une routine avec une protection solaire maximum et plutôt allégée niveau soins.
Si on vit dans une région où il fait un froid polaire, on se dirige plutôt vers des textures baumes et très couvrantes afin de protéger sa peau des agressions extérieures type "le vent mordant qui te déchire les joues, les lèvres et le bout du nez".
On évite les produits anti-rides si l'on est trop jeune pour que la peau ne s'y habitue pas et n'y réagisse plus ou peu une fois que l'on aura enfin atteint un âge plus mature.

 

Conseil numéro 8 : on adapte sa routine selon les saisons

 

C'est connu, le corps n'a pas les mêmes besoins en hiver qu'en été.
La différence de température mise de côté, il existe des facteurs biologiques qui interviennent sur la manière dont le corps se régénère, et une grande majorité des gens observent par exemple une peau qui regraisse beaucoup plus vite aux alentours de septembre/octobre, ou encore un besoin accru de nutrition au sortir de l'hiver.
Adapter sa routine, c'est changer une crème, prendre un fluide à la place de la version riche, faire plus de masques riches en eau en été, et de masques plus riches en gras en hiver.

 

Conseil numéro 9 : on combine sa routine à des soins parallèles

 

Si je ne faisais que le millefeuille pour soigner ma peau, j'aurais encore des points noirs par millier et par moments un gros soucis d'hydratation.
Pour un jour normal, ma crème par exemple, suffit amplement. Mais il suffit d'un coup de stress, du passage chaud froid, des microbes qu'on accumule en respirant dans son écharpe, et HOP, on a besoin d'un soin pour pallier à une sécheresse momentanée ou encore des boutons.
Que cela soit sous forme de masques hydratants (dont on peut abuser), nourrissants, purifiants (une fois par semaine), de gommage (une fois par semaine maximum, même pour les peaux les plus grasses) ou de produit à appliquer localement, les soins parallèles sont le must pour pallier à des problèmes passagers.

 

Conseil numéro 10 (non des moindres) : on se fait plaisir

 

Qui dit routine, dit s'astreindre à utiliser ses soins dans un ordre précis, matin ET soir, et donc s'exposer à une forme de lassitude. La lassitude entraîne un dégoût et le dégoût l'envie soudaine de changement.
Il faut choisir des produits qui vous font envie mais également vous procurent un plaisir à l'utilisation : essayer d'ouvrir vos horizons, commandez des produits asiatiques, australiens, variez les marques, faites en sorte de profiter de ce moment où vous prenez soin de vous, car même s'il s'agit d'un luxe, dix minutes sur une journée, c'est vite trouvé.

******

 

Voilà, j'espère que ça aide déjà un peu les plus novices d'entre vous qui aimeraient bien s'y mettre ou sont un peu perdues.
N'hésitez pas à faire un tour sur le blog de sonia pour plus d'infos sur le layering.

Pour celles qui sont déjà "adeptes", mais ne connaissent pas le groupe facebook du Millefeuille, c'est par ICI.

MES PRECEDENTES ROUTINES

ROUTINE 1 - ROUTINE 2 - ROUTINE 3 -ROUTINE 4 - ROUTINE 5

DES BISOUS LES CARIBOUS !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:50

henne.jpg

 

Mon dernier henné datant de août 2012, autant vous dire que mes cheveux commençait à faire les faibles et qu'il fallait leur redonner un coup de fouet d'urgence.

Ayant les cheveux bouclés en temps normal, ils commençaient à reprendre leur forme naturelle, et beaucoup de frisottis ont pointé le bout de leur nez.
Si il y a bien un avantage au henné (en tout cas sur mes cheveux), c'est que, sans les alourdir, il permet un lissage naturel.

Au fur et à mesure des applications, je perds donc cet aspect un peu brumeux en surface de crâne que les filles à bouclettes connaissent bien, au profit d'une tignasse disciplinée.

 

La reuchette !

 

Parce que l'idée m'a plu, je me suis inspirée de la recette vue sur le blog de la bigleuse nationale.

Ce qui m'a fait tilter dans les produits utilisés, c'est la bière.

Si tu as un peu suivi mon aventure capillaire de ces derniers mois, tu as du voir qu'en général je rajoutais uniquement du citron et un chouilla d'eau chaude pour tout liquide dans la préparation.

Cette fois-ci, je me la suis joué "henné pour ivrogne, version olé olé", j'ai mis le paquet  pour être sûre de saouler mes cheveux dans les règles de l'art.

henne2.jpg

 

J'ai mis :

- 180 gr de henné naturel dans un bol (assez pour une longueur en dessous des épaules, cheveux épais)

- 50cl de bière que j'ai d'abord fait bouillir afin que l'alcool s'évapore, pour ensuite les ajouter à la préparation en remuant gaiement de la cuiller en plastique

- j'ai mis le jus d'un demi-citron pour la note artistique(honnêtement, il passait par-là)

  henné3

 

[En vrai, j'ai encore touillé, et rajouté de la bière, il faut que cela soit un tout petit moins compact que sur la photo, et sans grumeaux.]

 

Le résultat en images

 

Avant le henné, mes cheveux étaient comme ci-dessous :

Plutôt rêches, pas franchement accordés sur la direction à prendre (virage à droite, virage à gauche, t'en avais même qui rebiquaient vers le ciel).
La couleur était encore plutôt jolie, mais on voit bien qu'en quatre mois ça s'est clairement affadi depuis le dernier soin.

Avant

henne4.jpg

 

J'ai fait une pose de deux heures et demie alors que je voulais tenir 4h30.
Du coup le résultat a été plutôt flash, même si j'ai eu une bonne surprise : le roux a pris une belle teinte rouge en 48h, ce qui m'a EN-CHAN-TÉE.

 

Après
henne5.jpg

 

Ces photos ne datent pas d'après la pose mais bien de ce matin, donc j'ai passé quatre jours sans me laver les cheveux histoire que la couleur s'oxyde bien.

Mais ça explique aussi le rendu un peu cracra de ma touffe.


henne6.jpg

 

Ce que vous n'avez pas vu :

Quand j'ai rincé mes cheveux après la pose et que je les ai séchés, ils étaient tellement brillants et vigoureux que j'étais bluffée.

 

MORE BEER, BARMAN, MOOOORE !

 

La bière est vraiment un produit à incorporer dans les soins capillaires si vous voulez un effet du feu-de-dieu sur vos cheveux. Elle hydrate, revigore, permettrait de réduire la perte de cheveux et fait briller les poils de tête comme un stand de fête foraine.

Elle donne également du volume et démêle les coiffures les plus nouées ce qui est un plus non négligeable (vous devriez trouver sans peine des recettes d'eau de rinçage, de masque ou de shampoing à la bière en faisant une recherche sur google. Mais promis, on reviendra sur cet alcool dans un prochain article).

 

henne8.jpg

henne7.jpg

 

L'effet brillant est encore présent dans les cheveux et j'espère qu'il durera.
En tout cas, pour une reprise de mon marathon du henné ça s'annonce TOUT TOUT BON, surtout pour ces reflets rouges que je ne m'attendais pas à voir avant deux ou trois poses.

Prochaine étape :

- acheter du henné non hors de prix (ici, deux boîtes pour 8 euros en tout, c'est beaucoup trop)

- faire une infusion d'hibiscus pour la mêler à la préparation et obtenir un effet encore plus rouge

 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser.
Voici mes articles précédents sur le henné :

HENNE 1 - HENNE 2 - HENNE 3

 

Des bisous mes Caribous !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Cheveux
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 15:58

 triface.jpg

 

J'avais commencé le triacnéal un peu en douce, un jour de crise.

J'avais une armée de kystes, bouboules bien grosses en sous-cutané, impossible à déloger et qui me minait l'humeur et l'aspect de ma face. (Je ressemblais au menton des Bogdanov sur pattes, de loin, sans rire)

 

J'avais déjà testé une crème à l'acide glycolique au début de l'année passée, la crème lissante aux AHA de Neostrata et j'en avais été très contente, même si elle avait plutôt agit sur l'aspect général de ma peau plutôt que sur mes cicatrices en particulier.

Je ne mettais pas vraiment beaucoup d'espoir dans ce produit Avène, je faisais juste déjà confiance à la marque, donc je m'étais dis "why not ?"

 

TRIACNÉAL LA REVUE

  " Ses Bienfaits

  • Anti-irritant : L’Effectiose®, innovation brevetée, limite l’afflux de substances irritantes au niveau du follicule pilo-sébacé.
  • Purifiant : Grâce à l’effet peeling de surface de l’Acide glycolique.
  • Lissant : Grâce au Rétinaldéhyde qui limite la formation des imperfections de la peau et prévient l’apparition de marques résiduelles.
  • Apaisant : L’Eau thermale d’Avène, apaisante et anti-irritante, procure à votre peau une sensation de confort immédiate.


Est-il fait pour moi ?

TriAcnéal est particulièrement indiqué pour les peaux à tendance grasse présentant des imperfections sévères.


Le Bon Geste

  • Nettoyez votre visage avec Cleanance Gel nettoyant sans savon et séchez-le délicatement.
  • Appliquez TriAcnéal le soir sur une peau parfaitement sèche.
  • Eviter l’application au niveau du contour des yeux et des lèvres. "

 Source Avène

avetri2.jpg

 

J'ai sûrement déjà du vous l'expliquer, mais les AHA c'est donc des acides de fruits, et ils font parties de ceux qui pénètrent le plus profond dans la peau.
Ils exfolient un peu plus à chaque application, et permettent un effet "peau neuve" sur le long terme. (Je fais des détours pour que l'explication soit simple pour vous)

 

A SAVOIR AVANT D'UTILISER LE TRIACNEAL

  • ce soin est dosé à 8% d'acide glycolique
  • n'appliquez jamais ce produit comme crème de jour (déjà vu, déjà lu trop souvent) : il s'agit d'un soin à localiser sur les zones à problèmes de votre visage
  • il est nécessaire de protéger sa peau des UV : l'acide glycolique sensibilise la peau et ça, mélangé aux rayons invisibles de l'au-delà vers la terre ne font pas bon ménage
  • il est impératif d'appliquer ce soin tous les soirs pour avoir de bons résultats (notamment sur les marques résiduelles), mais il faut introduire le produit de manière graduelle.


Le premier mois 

 

Le premier mois est le mois le plus long, c'est le moment de la patience. Car une peau ne se renouvelle jamais qu'en 28 jours en moyenne, il faut attendre que la nature fasse son travail.
Parfois il y a le fameux effet purge, mais que je considère, quand ça arrive, plutôt comme une réaction de la peau. (A part les points noirs déjà enfouis, j'ai du mal à croire qu'on puisse avoir une armée de boutons en sommeil sous la peau qui n'attend que le Triacnéal pour pointer le bout de son nez)
J'ai donc appliqué le produit consciencieusement :

- d'abord une fois tous les trois jours, puis une semaine et demi après une fois tous les deux jours, et ainsi de suite.
- je n'ai jamais ressenti de picotements pendant ce premier mois (mais les peaux les plus sensibles se contenteront d'une application plus espacée)

 

aventri.jpg

 

Ces 30 premiers jours étaient assez concluants :

  • j'avais moins de micro kystes (ce genre d'irrégularités qui donnent un aspect grumeleux à la peau)
  • certaines boules de kystes inflammés étaient réduites
  • certaine cicatrices récentes commençaient à disparaître

 

Le deuxième et troisième mois


C'est les mois où la peau s'habitue au produit, et où il faut soit réduire la fréquence d'application soit l'augmenter.
C'est aussi à partir de 40 jours qu'on commence à vraiment voir un mieux et que la peau s'est renouvelée.

 

Si vous ne voyez aucun changement, que vous avez toujours autant d'imperfections ou que le produit vous a "brûlé", c'est que vous n'avez pas utilisé le produit comme il faut (avec parcimonie donc), ou que l'acide glycolique n'est pas un AHA qui vous convient.
Aussi, votre routine ou vos habitudes de soin peuvent entrer en compte.

 


Après donc plus de 90 jours

  • j'ai de moins en moins de taches de cicatrices et certaines, plus vieilles, s'affadissent enfin
  • plus de kystes
  • des boutons qui réaparraissent bien moins vite et sont moins nombreux

 

avtri2.jpg
Le seul reproche que j'ai à faire sur ce produit c'est vraiment sur sa couleur : il s'agit d'un jaune qui tire vers le moche, avec un soupçon de laid. Une fois que cela sèche sur le visage ça laisse un film de la même couleur que le produit, donc éviter de s'en tartiner un soir où vous voulez conclure, ça vous fera une tête splashée d'une couleur coquille douteuse.

 

Sinon, pour le reste, il n'assèche pas, et c'est un gros point fort.

epiduo.jpg 

J'ai commencé il y a un peu plus d'un mois un traitement dermato en parallèle du triacnéal.
J'ai donc petit à petit remplacé le triacnéal par l'épiduo : actuellement je suis à deux jours d'epiduo pour un jour de triacnéal.

 

L'usage des deux combinés a rendu ma peau un peu compliquée (sécheresse, plaques rouges diffuses).
Je compte donc utiliser le produit Avène un peu moins souvent, ce qui me contraint à chercher un sérum anti-taches qui fonctionne bien (j'ai déjà essayé celui de Kiehl's mais il m'a défiguré le menton, je ne l'ai pas supporté). 

 

Le Mot De La Fin

Voilà,

Plus qu'une revue sur un produit, je voulais, par cet article, commencer une série de revues sur mon "ACNE WAR", mon combat contre des imperfections qui n'ont vraiment débuté qu'après mon adolescence et qui marquent mon visage même quand j'arrive à venir à bout des boutons.

Pour l'instant je n'en ai plus que deux ou trois qui reviennent aléatoirement, mais ils sont petits et tellement insignifiants par rapport à ce que j'avais avant que c'est déjà une petite victoire.
Maintenant, je suis face à un problème de petites peaux mortes à cause du traitement dermatologique, mais j'arriverai à vaincre !

Si vous cherchez un bon produit contre les imperfections et les marques, dans un premier temps je vous conseille le Triacnéal.
J'ai vraiment été conquise par ce petit tutube.

Simplement, avec mes problèmes de peau, j'ai été obligée de passer à l'étape supérieure et me rendre chez le dermatologue pour qu'on me prescrive quelque chose de plus puissant.

Voilà, j'espère que ce fut instructif.

Passez une bonne journée les Caribous

Mouah !

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 11:57

Je pense que j'avais été conquise par le premier titre de la saga peu avant que cela ne devienne la coqueluche des rayons en librairie. Je suis comme ça moi, une fois que tout le monde se jette sur des livres plébiscités par la critique, j'en ai plus envie et j'y reviens quand tout se calme.

Pour preuve, j'avais commencé Harry Potter avait que tout le monde ne commence à devenir hystérique à chaque sortie mais l'engouement public avait calmé l'ardeur de mes lectures.
J'avais fini par suivre le mouvement des conquis, mais force est de constater que quand on lit un best-seller, on n'en attend pas moins que le meilleur.

 

Et moi j'aime pas être déçue.

 

Le volet un, donc, "les yeux jaunes des crocodiles", m'avait beaucoup plu.

Il y avait quelque chose de simple sans être idiot qui traînait dans ses mots, l'auteur savait où nous emmener et le faisait sans ambages.
Le rythme était quelque peu lent mais l'histoire assez intrigante que pour continuer la lecture sans s'ennuyer de trop.

 

Comme une suite logique, on m'a donc offert le second volet que j'ai mis du temps à ouvrir.

Il faut dire que Pancol n'écrit pas d'une manière si fluide ou légère, elle tend vers le bon gros texte qui demande un temps de pause avant de reprendre l'histoire.

J'ai donc digéré les yeux jaunes, puis j'ai attaqué les tortues.

 

LA VALSE LENTE DES TORTUES

 

katherinepancoll-copie-1.jpgLe résumé :

 

" Qu'un crocodile aux yeux jaunes ait ou non dévoré son mari Antoine, disparu au Kenya, Joséphine s'en moque désormais. Elle a quitté Courbevoie pour un immeuble huppé de Passy, grâce à l'argent de son best seller, celui que sa sœur Iris avait tenté de s'attribuer, payant cruellement son imposture dans une clinique pour dépressifs. Libre, toujours timide et insatisfaite, attentive cependant à la comédie cocasse, étrange et parfois hostile que lui offrent ses nouveaux voisins, Joséphine semble à la recherche de ce grand amour qui ne vient pas. Elle veille sur sa fille Zoé, adolescente attachante et tourmentée et observe les succès de son ambitieuse aînée Hortense, qui se lance à Londres dans une carrière de styliste à la mode. Joséphine ignore tout de la violence du monde, jusqu'au jour où une série de meurtres vient détruire la sérénité bourgeoise de son quartier. Elle-même, prise pour une autre sans doute, échappe de peu à une agression. La présence de Philippe, son beau-frère, qui l'aime et la désire, peut lui faire oublier ces horreurs. Impossible d'oublier ce baiser, le soir du réveillon de Noël, qui l'a chavirée. Le bonheur est en vue, à condition d'éliminer l'inquiétant Lefloc-Pinel, son voisin d'immeuble, un élégant banquier dont le charme cache bien trop de turpitudes. "

 

 

 

 

*** MON AVIS ***

Comment vous dire ?

Ce livre m'a laissé la même impression estomaquée que quand on regarde un film absurde ou l'émission strip-tease, j'avais les yeux chamboulés et la bouche ouverte, un carnage s'opérait dans ma tête sans que je puisse arrêter l'ouragan.

 

Vous avez sûrement du lire des livres qui composent une saga et vous retrouver avec un de ces bouquins qui est devenu un véritable fourre-tout légendaire.

Hé bien là c'est pareil.

 

Pancol nous a servi une soupe en mettant dedans tout ce qu'elle avait dans son frigo sans se demander si la mayonnaise allait prendre (je vous ai dit que j'ai fait une indigestion ?).

C'est un livre chorale, dans lequel chaque personnage se retrouve à la dérive, ou croit en ses rêves mais est trop prétentieux que pour rester un peu sur terre.
Joséphine est devenue une nouvelle riche incapable de satisfaire ses gosses autrement qu'avec de l'argent, Hortense est une hypocrite, Iris est internée, Philippe se fait la tante pendant qu'ils cuisent la dinde, Hortense se fait tabasser par un gros dodu, Iris sort de clinique, Josiane est envoûtée (oui oui, par un marabout, comme quoi tout arrive), et junior comprend déjà les conversations des adultes parce que dedans y a un ange ou quelque chose du genre qui a investi le cervelet.

 

Puis dans cette cacophonie, on continue à tuer des gens, Joséphine se fait agresser mais est sauvée par une chaussure, Antoine est mort mais peut-être pas (le doute comme situation la plus haletante du livre), Iris complètement dépressive finit par être l'esclave obéissante du voisin avant d'être tuée sans opposer de résistance, et on arrête un des méchants (l'autre se tue, c'est évident), et la tante et l'oncle peuvent forniquer heureux dans le meilleur des mondes "possibles", s'il existe.

Tcheu.

 

WHAT THE ****

 

Je crois que quand j'ai terminé le livre, j'ai éteint ma liseuse, j'ai regardé au loin et me suis demandée si j'avais bien lu ce que j'avais lu.

Autant je peux comprendre qu'on soit en perte d'inspiration totale et que les personnages puissent devenir une échappatoire heureuse pour un auteur, mais de là pousser l'imagination jusqu'à faire basculer le récit dans un univers complètement fade qui ne tienne ni de la fiction ni du roman d'amour, et soit cousu comme un patchwork désagréable, je dis non.

 

Joséphine n'a d'ailleurs toujours pas trouvé de sujet pour son deuxième livre.
Je crois que Pancol était un peu dans la même situation et qu'elle essayé de planquer les trous de son imagination avec un poil de magie trop dérangeante à mon goût.

 

Vraiment je suis déçue.


Du coup je lirai le troisième volet, parce que j'aime pas me faire flouer comme une imbécile après 600 pages de lecture.

Mais tout de même, Katherine, t'aurais pu faire mieux.

 

Note : 4/10

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Culture
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie