20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 21:37

joeyfood.jpg

 

Quand on est petit, on nous apprend (si on a la structure moyenne pour nous encadrer) à être poli avec autrui, à ne pas accepter une sucette d'un inconnu, à rester dans les rangs pour qu'il nous arrive le moins de mouise possible, et en général, sans trop de fracas, tout se passe comme barque tranquille voguant sur la rivière.

 

Le problème en grandissant, c'est que tu entrechoques ton cadre avec celui des autres, et, la magie aidant, ça fait souvent un tas de bois qu'on n'a plus qu'à allumer pour faire un joyeux incendie et foutre la merde comme on peut (souvenir de batailles d'eau dans les WC de l'école primaire, aaaah).

Les délinquants vous diront qu'ils n'ont pas le choix, ils manquaient de cadre, du coup ils s'en s'ont fait un de la taille du monde entier, et parfois même qui englobe l'univers. "Je peux tout faire parce qu'on ne m'a jamais dit de ne rien faire".

A mon échelle, ça ne me concerne pas.

Quand je me balade avec mon cadre tout fini, mes préjugés de mioche trop sûre d'elle par moments, et ma bouche de pipelette, je ressemble à un picasso mal emballé mais je m'en sors.
J'ai l'air d'une carlingue qu'on traîne à un mariage, avec son lot de fanfreluches accroché sur les portières, des casseroles qui font un tintamarre d'enfer quand elle roule, mais j'assume.

Je n'ai jamais eu beaucoup de classe, mais si il y a bien une chose qu'on m'a apprise et avec laquelle je n'ai jamais eu de problème c'est le partage de la nourriture.

Dans la cour de récré, j'ai toujours été celle qui avait le sac rempli de friandises, de chocolats, j'aurai pu faire une fiesta kinder avec ce que j'amenais chaque jour avec moi dans mon cartable.

Ceci dit, depuis que je suis devenue adulte, il y a des moments où le partage a du mal à passer.
Forcément, je vais te lâcher l'exemple cinglant, qui fait mal aux oreilles, et qui me ronge le ventre depuis trois jours.
C'est un peu comme l'épopée dans une jungle, à la troisième branche sur laquelle tu trébuches, tu sors la hache pour la réduire en allumettes, la bouche fendue par un rictus malsain (la vengeance ça rend fou).

Ras le bol international.

Ici aussi.
Trois jour que Puduku boulotte mes pâtes en douce sans rien demander.

La première fois je me suis dit que j'avais peut-être mangé plus que ce que je ne croyais.
La deuxième fois ça a commencé à me courir sur le haricot, je suis même allée jusqu'à regarder dans la poubelle pour voir si mes spaghetti y dansaient la capouera (sûr que non).

Et ce soir, troisième fois, j'avais les mains qui faisaient les joyeuses, à chercher à qui foutre des baffes.
J'ai vite trouvé le coupable.

"Je pensais que c'était pour la poubelle" qu'il m'a dit.

Trois règles à savoir sur moi (que j'aurais du placarder sur le frigo, ou écrire sur le sol en forme de marelle) :

- on ne pense jamais à ma place (à moins de vouloir se faire hacher menu, c'est rare qu'on y arrive, j'ai souvent une longueur d'avance sur les nigauds)
- on ne suppose jamais à ma place (la supposition, c'est le chemin direct pour te retrouver avec un suppo de la taille d'un baobab dans le derrière juste parce que j'ai eu la répartie très sévère)
- on ne mange pas si je ne propose pas (je partage, certes, mais autour d'une table, et avec des gens que j'aime, pas des limaces)

Donc, le gars, il raclait le fond de mes casseroles, mangeant les pâtes que j'avais faites avec amour POUR MOI.
Certes, j'aurais pu emballer et fourrer le tout dans le frigidaire une fois fini, mais est-ce qu'il fait de même avec ses affaires alors que je suis extrêmement tentée chaque matin de lécher ses tasses remplies de moisi qui dansent encore ET TOUJOURS la farandole au-dessus du lave-vaisselle et non dedans ?

Trop de tentations.

Pour en revenir au cadre, j'aime bien qu'on respecte le mien, qu'on me demande la permission, parce que là j'ai encore une fois l'impression d'être la dernière des tartes dans la boulangerie du coin.
Cela va plus loin qu'une histoire de pâtes évidemment, il doit lui manquer une grosse planche pour terminer son cadre, à puduku, s'il a estimé que j'allais jeter le tout et que donc, d'une façon ou d'une autre, il pouvait se servir.

Alors oui, il pourra bouloter mes futurs plats avec grand plaisir, mais seulement quand j'aurais mis mes restes dans une poubelle, et que j'aurai mêlé le tout à ses fonds de cendriers froids qui atterrissent au même endroit.

Bon appétit, et la prochaine fois que tu te sers, tu demandes avant, ça m'évitera d'être une vieille femme aigrie qui fait plein de bruit, en plus de manquer de classe.

[Si tu veux encore rire, enjoy les liens.
Par ici pour l'épisode 1 de PUDUKU,

et ici pour l'épisode 2 de la limace]

Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Humeurs
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 08:17

essiebo1.jpg

essiebo0.jpg

essiebo2.jpg

essiebo3.jpg

essiebo4.jpg

essiebo10.jpg
Je n'aime pas avoir les ongles longs.
Je trouve ça beau sur la plupart des femmes, mais sur mes petites mains, j'ai tout de suite l'impression d'avoir les doigts ornés de griffes et l'idée que des crasses puissent se loger dessous me dérange.

Quand je mets du fard à paupière au doigt, la moitié des pigments va se loger dans l'ongle, et quand je viens de vernir mes menottes, je dois faire plus attention que lorsque j'ai tout coupé court.
Je préfère quand ça ne dépasse pas, je sens mieux la pulpe de mes doigts et ne dois pas me soucier d'un dédoublement inopiné ou de ne pas abîmer la couleur.


Mais il y a des vernis qui donnent envie de s'en mettre sur une grande surface, de dépasser juste pour en profiter un peu plus.
Alors j'essaye d'abord de voir si la pose sur ongles courts me satisfait.

Mais je me lasse vite, laisse la nature faire son travail, et bien vite j'ai assez de place pour m'amuser, badigeonner, dépasser et contenter mes envies girly du moment.

J'ai beaucoup porté cette couleur depuis que je l'ai reçue, presque fluo, presque fushia, pas vraiment rose ni mauve, mais framboise parfois.
Sec, le vernis devient vinyle mais je le préfère brillant que mat, ça renvoie plus de lumière.

J'adore cette teinte parce qu'il n'y a pas qu'une possibilité, et à chaque moment de la journée elle est changeante.

Chez Essie ils sont forts pour proposer des coulis magiques dans des bouteilles que j'aime d'amour.

J'en veux encore !

Des bisous les Caribous !
Bottle Service d'Essie
Offert par MANUCURE & BEAUTE



Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Beauté
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 15:15

juva1.jpg
SI JU-VA-BIEN, C'EST JUVAMINE ! (A l'époque on souhaitait secrètement étrangler le gars qui passait la publicité en boucle sur les grandes chaînes, après trois fois, ça commençait à bien faire)

En général, je suis quelqu'un qui réagit assez bien aux compléments alimentaires, surtout quand il s'agit de vitamines ou de compléments contre la chute de cheveux saisonnière.
 

 

Pas besoin "d'y croire", il y a des personnes (comme moi) qui sont sujettes à certaines carences, le tout s'expliquant par la pauvreté de certains aliments dans l'assiette ou des habitudes de vie radicales :

- celle qui n'aime pas les légumes VERTS (les rouges ça passe)

- celle qui ne mange jamais d'agrumes (manque de vitamine C)

- celle qui ne s'expose jamais au soleil (manque de vitamine D)

- celle qui ne mange rien de ce qui est animal (carence en vitamine A)

 

Et j'en passe.

Un corps qui reçoit tout ce dont il a besoin pour affronter une journée type (saut à l'élastique, attraper le gosse à la sortie de l'école, essuyer une dispute, affronter la tempête hivernale) est un corps qui va moins nous faire souffrir lors d'une maladie ou d'un passage à vide.

 
J'ai donc attaqué mes trois petits pots offerts par la marque, en espérant devenir une sorte de Wonder Woman immunisée contre les microbes, plus détendue des cervicales et plus chevelue du crâne.
Le score a été de 2 sur 3 finalement.

La cure pour le poil de tête : capital cheveux

 

juva2.jpg
Il y a quelques mois, j'avais du faire une cure de fer car j'avais un petit déficit de ce côté-là, et le manque de fer, c'est connu, ça amène une chute de cheveux passagère.

Une fois que j'étais arrivée au bout de ma boîte, j'ai enchaîné sur ma cure Juvamine.

Dedans il y a :

  • de la Biotine (Vitamine B8) contribue à préserver le capital santé des cheveux.
  • de l'extrait d'Ortie, un actif naturel qui contribue à redonner force et vitalité aux cheveux
  •   du Zinc qui participe à la synthèse des protéines comme la kératine et permet le maintien des cheveux en bonne santé.
  • de la Cystéine et la Méthionine qui font partie des acides aminés soufrés et constituent certaines protéines comme la kératine.

Les suppléments de Vitacys que je prenais en hiver avaient la même composition, sans l'extrait d'ortie, donc j'étais à peu près sûre que ça marcherait.

J'ai pris 30 comprimés, un par jour pendant un mois, et plutôt vers midi, parce que le matin ça ne passait pas pour ceux-là, va savoir pourquoi.

Cette petite cure combinée à mes soins à l'ortie a fait beaucoup de bien à ma crinière.
Mais comme toujours, ce sont mes cils qui ont fortement profité de ces cachets : ils étaient devenus longs et bien fortifiés, c'est le plus gros effet positif de ce genre de cure sur moi, je finis toujours avec des yeux de biche.

Une note de 8/10 pour ce produit, parce qu'en un mois je vois déjà un résultat, et que pour 3 mois de cure, cela vous revient à environ 24 euros, donc un peu moins cher que la plupart des compléments fortifiants du marché.

La cure pour être détendue du string : Magnésium marin + Vitamine B6
 

juva3.jpg

 

Quand j'ai commencé les produits Juvamine, je sortais enfin d'une période de sevrage de bêta-bloquants (médicament qu'on m'avait prescrit comme traitement de fond pour mes migraines).
 

 

Toute personne qui se sèvre sait que l'on passe par différentes phases très joyeuses à l'arrêt progressif du traitement :
- des moments où le corps est énervé et calme en même temps

- le coeur qui bat la chamade sans raison

- un petit stress peut paraître une montagne alors que sous traitement, on se sentait invincible et calme

C'était donc le moment idéal pour entamer la cure, je mettais vraiment beaucoup d'espoir dans ce complément alimentaire et j'avais très envie que ça m'aide à passer le cap plus facilement.

Dedans il y a :

  • du magnésium marin, un nutriment essentiel nécessaire au bon fonctionnement des systèmes nerveux et musculaires. Ce minéral contribue à limiter la fatigue passagère liée à un mode de vie intense.
  • de la vitamine B6 qui aide à fixer le magnésium et aide au maintien d'un bon équilibre nerveux (on en trouve dans la banane, les viandes, le poisson)

Même chose que pour la cure pour les cheveux, j'ai pris 30 comprimés pendant un mois, mais je les prenais le matin, ceux-ci.

En fait, le début de ma prise de magnésium marin correspond à ma reprise de la course à pied.
Donc je ne sais pas exactement si le retour à cette pratique ou ces cachets agissent mieux l'un que l'autre, mais clairement, ils sont complémentaires.

Je suis dans une phase de bien-être assez positive, chose que je pensais ne pas connaître après un sevrage plutôt ardu (il a duré plus de deux mois !).
Mes maux de tête sont un peu revenus, mais il a fait très chaud fin juillet et à part mes crises pendant cette période-là, je n'ai pas eu d'épisode migraineux notable (ce qui me fait penser que le magnésium marin et l'activité sportive me permettent d'être détendue et donc d'éviter les pics de stress qui me couchaient au lit pendant plus d'une journée).

Si vous devez choisir entre le Magnésium Marin et le Magnésium, privilégiez le premier, il est plus facilement assimilable par l'organisme.

Une note de 7/10 pour cette cure que je compte continuer, qui n'est pas miraculeuse (je ne suis pas non plus ultra-zen, je reste une hystérique) mais a le mérite d'avoir de réels effets bénéfiques sur moi.

La cure pour se renforcer : Echinacée et Vitamines A, C, E
 

juva4.jpg


L'échinacée a beaucoup de vertus qui peuvent aider au quotidien pour les petits maux comme les rhumes et les rhinites chroniques, en renforçant le système immunitaire.


Donc dans ce gros flacon il y a :
L'association de 4 actifs aux vertus reconnues :
- L'Echinacée purpurea utilisée pour renforcer les défenses naturelles et favoriser la résistance de l'organisme.
- Les Vitamines C et E contribuant à protéger les cellules contre le stress oxydatif.
Les Vitamines A et C contribuent également au fonctionnement normal du système immunitaire.

Je n'ai pas supporté cette cure, je vous le dis.

Je l'avais commencée en même temps que les autres, et dès les premières prises je me suis sentie fébrile, incommodée par des vertiges et des nausées plus ou moins fortes.
Il fallait prendre deux comprimés le matin et deux à midi, et plus ça allait, plus je me sentais mal.

 

J'ai continué à prendre les comprimés pendant 15 jours, mais comme rien ne s'arrangeait, j'ai arrêté de les prendre.
Les symptômes ont directement disparu à l'arrêt, j'ai donc rapidement fait le lien.

 

Apparemment, je ne supporte pas cette plante.

Pour les personnes qui sont allergiques aux fleurs qui font partie de la famille des marguerites, il est certain que vous ne supporterez pas l'échinacée.

Je ne vais pas noter cette cure, vu qu'une intolérance n'est pas signe qu'un produit est inefficace, il ne m'a juste pas convenu DU TOUT.

Conclusion
Les produits Juvamine ont l'avantage de coûter un peu moins cher que les cures qu'on peut trouver en parapharmacie, et, en Belgique, j'ai remarqué que ça se trouvait chez Di donc vous ne devriez pas avoir trop de soucis pour vous procurer les suppléments qui vous feront plaisir (cette marque en a PLEIN).

Dans l'ensemble ce fut une expérience bénéfique, malgré l'épisode malheureux avec l'échinacée (plus jamais de ma vie je touche à ce flacon).

Je compte continuer le Magnésium Marin, pour essayer de voir si mes crises se calment grâce à la prise de ce complément alimentaire ou si c'est juste du au hasard.
Il paraît que pour prévenir la migraine chronique, la Grande Camomille serait un complément alimentaire reconnu, mais je n'ai pas encore trouvé d'endroit où ça pourrait se vendre sur Bruxelles.


Je vous tiens au courant !


Des bisous les Caribous !

Juvamine

  Infos sur les vitamines

 


Repost 0
Published by Rose Cocoon, Blog Beauté 100% Belge - dans Beauté
commenter cet article
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 18:27

Je parlais déjà ici de mes habitudes de démaquillage, et que, de manière générale, j'essayais d'être intransigeante là-dessus.

Je peux accepter de passer une ou deux nuit sans me démaquiller, mais pas plus.

Une journaliste britanique, Anna Pursglove, a poussé le bouchon un peu plus loin en acceptant le challenge de laisser du make-up sur sa peau pendant plus d'un mois.
A part le matin, où elle s'autorisait un nettoyage rudimentaire du visage sous la douche et un peu de crème pour hydrater, elle passait ensuite à l'application de son fond de teint, de son mascara ainsi que de son gloss.

Vers le dixième jour de son expérience, un de ses yeux a commencé à devenir si enflé qu'elle a du demander conseil à un ami opticien.
Rien de grave, sûrement un cil trop plein de mascara coincé quelque part sous l'oeil, mais elle a préféré ne pas se maquiller cette zone pendant deux jours, préférant voir plutôt que de devenir aveugle à cause d'une expérience cosmétique malheureuse.

Au fur et à mesure, sa peau est devenue de plus en plus obstruée, sèche, elle avait peur d'avoir fait de réels dommages à sa peau en ayant tenté cette aventure.

dailymailonemonth.jpg

 

 

Au début du mois, avant son challenge, elle avait été faire une sorte de prise de vue avec une caméra 3D de son visage, permettant de voir le niveau d'élargissement de ses pores, ses rides et les varicosités.

Une mesure du taux d'hydratation à trois points de son visage a également été faite.

Après 30 jours, l'état de sa peau avait empiré de 10 à 20% par rapport à son état initial, et de manière plus prononcée sur les zones du visage sur lesquelles elle avait l'habitude de dormir.

Ses rides étaient également plus marquées à cause d'un manque significatif d'hydratation.

La sécheresse a pu être aggravée par la pollution de son environnement qui, mêlée à son make-up, a causé du stress oxydatif là où la peau était attaquée par un trop grand nombre des radicaux libres.

Les rougeurs avaient également augmenté à cause de l'irritation consécutive au port permanent de maquillage, celui-ci créant une couche sous laquelle les composants irritants restaient prisonniers et au contact de la peau.

Ses pores avaient également une taille plus importante, ceci pouvant être expliqué par des pores bouchés, donc plus larges car contenant des impuretés.
Mais il était également possible que l'âge et la perte d'élasticité ai également joué un rôle, le tout accéléré par ce test.

On a estimé que sa peau avait, biologiquement parlant, pris plus de dix ans en un mois.
Heureusement, les effets sont réversibles, mais pour les personnes qui seraient du genre à se coucher sans se démaquiller, et de manière systématique, ce genre de pratique peut causer deux principaux dommages :

- le surdéveloppement de radicaux libres à cause de la pollution
- la perte d'élasticité de la peau

Après cette expérience, Anna jure qu'elle ne se couchera plus jamais sans se démaquiller.



Ma Conclusion

J'aime beaucoup les petites expériences de cette journaliste qui n'hésite pas à donner de sa personne pour ses rubriques.
De manière générale, et sachant que la grande majorité des femmes mettent du maquillage qui est plus chimique que minéral ou naturel, je vous encourage vivement à en prendre de la graine si vous êtes du genre à éviter plusieurs fois par semaine l'étape "je me scrogneugneuh le faciès".

Se démaquiller, c'est :

- laisser sa peau respirer librement

- lui permettre de se renouveler de manière optimale pendant la nuit

- éviter l'obstruction des pores, un teint brouillé, une gueule douteuse à 8h du matin

- garantir à sa peau une plus grande "longévité", même si la génétique joue beaucoup, autant optimiser son capital "peau de jeune"

- s'éviter des réactions allergiques inopinées à cause du stagnement de certains composants des produits de maquillage les plus couramment vendus

 

Si je mets un point d'honneur à essayer d'être la plus régulière possible dans ma routine de démaquillage, c'est aussi parce que quand je suis plus laxiste, j'ai vite l'impression d'être défigurée, que ma peau me gratte et que mes yeux en pâtissent beaucoup également.
Le mascara collé dans les cils, ce n'est ni glam, ni bénéfique pour le contour de l'oeil : c'est la meilleure voie vers une petite infection/irritation/danse de la veine éclatée. Pour le regarde de biche, on repassera..


Avec de l'huile, avec une eau micellaire, avec un baume, avec un lait, une gelée, il faut privilégier les produits avec une phase grasse dedans pour bien décoller les impuretés.
Et si vous ne vous maquillez pas, passez au moins un coton imbibé de lotion sur votre visage pour éliminer les traces de pollution accumulées pendant la journée.
L'important c'est de trouver des produits qui vous donnent ENVIE, et démaquillent en douceur.

 

Regardez un peu ce qui se vend, renseignez-vous, pour moi il est clair que les baumes et les textures extra-grasses sont celles qui me plaisent le plus, et sont les plus efficaces.


Alors, ce soir, tu laisses ton masque ou tu l'enlèves ?
Des bisous les Caribous !
Article Daily Mail what sleep in your make-up does to your skin

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 13:16

rose1.jpg


"Odeur de vieux schnock, ça pue la grand-mère".

Quand il s'agit d'eau de rose, il y a clairement deux camps qui se dessinent : ceux qui adorent l'odeur, et ceux qui ne peuvent la supporter sans évoquer leurs mauvais souvenirs d'enfance dans la maison de campagne des grands-parents.

C'est une lotion que j'adore et que j'utilise depuis des années de manière plus ou moins régulière, j'étais d'ailleurs tombée là-dedans quand ma mère m'avait offert un bidon d'un litre en espérant que mes problèmes cutanés se fassent la malle.

Bidon qui ne devait pas être très safe vu l'allure qu'avait le liquide, on se baladait du côté du rose fluo version techno-parade pour rendre mes soirées soin d'ado plus funky.

L'eau de rose...

[Précaution : malgré qu'elle soit en général conseillée pour les peaux sensibles et couperosées, testez sur une petite zone de votre visage si vous avez la peau réactive, car on a déjà observé des rougeurs chez des personnes qui souhaitaient au départ apaiser leur peau avec cette fleur.

Je suis occupée à faire des recherches pour répondre à ce mystère : Sherlock, here I come !]

 

Il y a plusieurs variétés de roses employées dans le monde cosmétique, mais celles qui sont le plus souvent utilisées sont la Rose de Damas et le Rosier Cent-Feuilles (Centifolia).

 

La rose a un effet astringent (qui permet de resserrer les pores des peaux les plus grasses), anti-inflammatoire (qui permet de réduire les rougeurs), cicatrisant, tonifiant et régénérateur (pour une peau qui se renouvelle plus vite et avoir bonne mine).
Elle adoucit les peaux les plus sèches et hydrate à fond l'épiderme, elle est également conseillée pour les peaux qui manquent de fermeté.

Dans un élan un peu "roso-phage", j'avais fait quelques virées dans mon magasin bio et en quelques jours, je m'étais retrouvée avec trois produits qui vendaient du rêve.
Pour rappel, j'ai la peau mixte et qui a une tendance à la déshydratation et je n'ai plus (à part une fois par mois) d'imperfections depuis le début de l'année.
Can we sing Hallelujah ?

 

Mon hydrolat de rose Florame

rose2.jpg


Si vous cherchez à acheter un hydrolat, essayez d'en prendre un qui a une liste d'ingrédients la plus réduite possible, et observez bien le flacon à la lumière pour voir s'il y a des boules de moisi qui se sont développées dedans, ça vous évitera de revenir à la boutique pour échanger le produit.

Pour être certain qu'il s'agisse d'eau de rose et non pas d'un extrait dilué, le nom INCI peut vous aider : il faut qu'il soit écrit WATER après le nom latin de la rose, comme ROSA DAMASCENA WATER, ou DISTILLATE (et que ce soit le premier ingrédient, et le seul, si possible).

 
Quand j'ai été en magasin bio pour en choisir un, j'ai rapidement fait mon choix, et je suis repartie avec celui de la marque Florame : uniquement de l'eau de rose dedans et un conservateur naturel à base de racines de radis.

J'étais assez fière de ma trouvaille.


Je l'utilise toujours après ma phase de nettoyage :

- le soir, après mon nettoyant Lush Ultrasimple, pour ôter les éventuels résidus de gras et pour bien hydrater ma peau

- le matin, après mon eau nettoyante d'Avène et le pshiit d'eau thermale, parce qu'elle me donne un coup de fouet et réveille ma peau toute froissée par un sommeil trop lourd

Elle peut s'utiliser comme tonique avant la crème de jour, si vous n'êtes pas adepte du nettoyage à l'eau, elle retirera en douceur les impuretés accumulées pendant la nuit.

Conseil général : un hydrolat se conserve au frigo pour le garder le plus longtemps possible, cela décuplera l'effet rafraîchissant de la lotion le matin (et oui, je sais, aller jusqu'à la cuisine, ça implique de marcher avec ses pieds).



Ma gelée Fraîche Désaltérante de Melvita


rose3.jpg
J'ai essayé de résister, mais à force de voir Coline en parler depuis une éternité comme "le must have de l'été", j'ai voulu moi aussi toucher un bout de paradis.


J'ai acheté cette crème quand il faisait caniculaire parce que même si mon skin rescuer de Kiehl's convenait pour la journée quand les températures étaient encore tolérables, passé les 25 degrés, il me fallait quelque chose de plus léger.


rose4.jpg

 

Je m'attendais vraiment à une gelée mais c'est un fluide tout blanc qui est sorti du tube la première fois (et les fois suivantes aussi, d'ailleurs), une texture assez étrange qui se change en gel et s'étale aussi vite qu'il est bu par la peau.

En gros, le matin, si tu n'as pas le mental de Chuck Norris, tu risques de devoir un peu t'activer pour tout faire pénétrer avant que cela ne s'évapore.


La composition est vraiment bien :
Ingredients : aqua/water - rosa damascena flower water* - aloe barbadensis leaf juice* - glycerin - squalane - sesamum indicum (sesame) seed oil* - cetyl palmitate - oryza sativa (rice) powder - oleic/linoleic/linolenic polyglycerides - hydrogenated argania spinosa kernel oil - hydrolyzed jojoba esters - bentonite - rosa canina fruit oil - rosa canina flower extract* - rosa gallica flower extract - helianthus annuus (sunflower) seed oil - rosa damascena flower oil - xanthan gum - behenyl alcohol - sclerotium gum - sodium salicylate - levulinic acid - lactic acid - hyaluronic acid - glyceryl stearate citrate - sodium levulinate - galactaric acid - lecithin - polyglyceryl-3 diisostearate - tocopherol - glyceryl stearate - cinnamic acid - glyceryl caprylate - sodium phytate - sodium benzoate - potassium sorbate - parfum/fragrance - geraniol** - citronellol** - linalool** - citral** - limonene**

De l'eau de rose ( et d'autres ingrédients issus de la plante), du gel d'aloe vera, de la glycérine, du squalane, de la poudre de riz (censée matifier, mais par grosse chaleur, tu luiras de toute façon comme un diamant sous projecteur) et quelques huiles, de quoi hydrater et nourrir le visage de manière équilibrée.

Au niveau de l'action, cette "crème" donne un vrai coup de booster à la peau en apportant une grande quantité d'eau et ce sur une longue durée (ma peau reste bien pulpeuse du matin jusqu'au soir, sans tirer).
Elle est impeccable les jours où le mercure grimpe assez haut, je valide son effet non gras !

Par contre, chaque pompe délivre beaucoup trop de produit à mon goût, et le flacon reste petit par rapport à ceux que j'utilise en temps normal (40ml contre 50ml).
De plus, il s'agit d'une crème de jour selon la marque, mais je ne pense pas que vous risquiez grand chose à l'utiliser également le soir (sauf si la poudre de riz matifie effectivement votre peau, et l'assèche un peu, mais c'est peu probable d'arriver).

 

Le Gel Frais Contour des Yeux de Melvita

 

rose6.jpg
J'avais abandonné le bougre à un moment.
Si je me souviens bien, c'était parce que je trouvais qu'il laissait un fameux effet collant et que je trouvais ça désagréable au possible...

Et puis, j'ai acheté la gelée de Melvita, et j'ai voulu ressortir ce produit de ma beauty case.

En fait, je me suis rendue compte que j'en mettais trop et que même la quantité d'un gros grain de riz était déjà conséquente.
Le gros désavantage de ce contour de l'oeil, c'est sa tendance à délivrer une masse de gel quand on veut l'utiliser (donc gare à toi si un soir, en rentrant bourrée, tu ne contrôle pas ta force).

 

Combien de fois me suis-je retrouvée avec la moitié du tube sur le doigt sans comprendre le pourquoi du comment ?
Il serait bon de développer un petit flacon-pompe, ou un gel moins liquide, trop casse-gueule pour les godiches du dosage équilibré.


rose5.jpg
Pareil que pour la gelée Melvita, la composition est de toute bio-té (allez, rigole):
Aqua/water - rosadamascena flower water* - centaurea cyanus flower water* - glycerin - caprylic/caprictriglyceride - helianthus annuus (sunflower) seed oil - magnesium aluminum silicate - cetearyl alcohol - polygonum fagopyrum seed extract - palmaria palmata extract - rosa canina flower extract* - rosa gallica flower extract - rosa canina fruit oil - olus oil/vegetable oil*** -cellulose gum - xanthan gum - levulinic acid - sclerotium gum -sodium levulinate - lauryl laurate - galactaric acid -hydrogenated vegetable oil - tocopherol - polyglyceryl-3diisostearate - lecithin - glyceryl stearate - glyceryl caprylate -cinnamic acid - sodium glycolate- sodium phytate - sodium benzoate - potassium sorbate.

On retrouve de l'eau de rose de Damas, mais aussi de l'eau de bleuet qui est décongestionnante, de l'huile de tournesol, des extraits d'algue rouge (pour stimuler la micro-circulation), de blé noir (tiens tiens, comme dans l'huile Nominoë), et plic ploc encore quelques extraits de roses diverses.

Quand j'ai compris qu'il ne fallait pas en mettre une truelle, j'ai commencé à apprécier ce contour de l'oeil :

- il est frais

- il sent bon

- il dégonfle mes yeux (et si je le mets au frigo, c'est assez probant !)

- on peut en mettre même SUR la paupière !

- il hydrate très bien

Je le place devant le Dioptigel de Liérac pour son efficacité sur les gonflements.
Je n'ai pas d'avis concernant les cernes, je n'en ai pas, ou très rarement, mais si vous êtes du genre à avoir les yeux gonflés comme ceux d'un caméléon, ce contour de l'oeil est un bon basique (qui ne coûte pas cher) et qui n'irrite pas les yeux.

Conclusion

Depuis que je me suis remise à utiliser de la rose régulièrement dans ma routine, je vois un changement significatif au niveau de mon teint : il est plus clair, plus sain, et surtout j'ai la peau douce comme un bébé !
Mes rougeurs sont aussi moins visibles qu'avant.

J'ai pris l'habitude de passer mon coton imbibé d'hydrolat sur mon cou et mon décoleté également, pour nettoyer ces zones fragiles le matin comme le soir sans les agresser (ne jamais arrêter ses soins au visage, le reste du corps révèlera votre âge avant que vous n'ouvriez la bouche..hé oui).

J'ai aussi testé l'eau de rose comme phase aqueuse du rhassoul (donc à la place de l'eau chaude), et c'était divin.
Peut-être bien que je vais aller m'acheter de l'eau de fleur d'oranger tiens, histoire de varier les plaisirs.

J'ai aussi bien envie d'essayer de me faire de l'eau de rose maison quand j'aurai le temps, mais là c'est dimanche, et LE DIMANCHE on reste immobile et on procrastine.
Avec joie.

Des bisous les Caribous !
Florame Rose Bio // 8 euros les 200ml
Gelée Melvita // 20 euros les 40ml
Gel Frais CDY Melvita // 18 euros les 15 ml
Le tout en magasin bio


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 20:43

Encore plus loin que le nettoyage au savon, à l'huile démaquillante, ou naturelle suivie d'un savon puis d'une crème, il existe l'oil cleansing method.
Oui oui.
oil.jpg
 

C'est sur le forum du Millefeuille que ça a tilté, quand on a posté un article sur le "nettoyage à l'huile".
Plus fort qu'un cleansing balm, qui faisait déjà du deux en un en démaquillant et nettoyant, ici, avec cette méthode, on se nettoie le visage, on ôte le maquillage et en plus de ça on fait l'impasse sur le soin hydratant (dis donc, ça vous ferait gagner des sous ça, non ?).

La OCM base sa réputation sur cette simple affirmation : "oil dissolves oil".

 

Dans la technique du layering, l'huile permet effectivement de se débarrasser du maquillage et des premières impuretés afin de pouvoir mieux nettoyer après, et donc de bénéficier au mieux des soins qui suivront.
J'ai déjà beaucoup pratiqué le millefeuille, et suivant les produits que vous utilisez, normalement, tout se passe bien, et vous ne déplorez pas d'effets secondaires (peau qui grince, envie de tricoter des pulls avec les stries de déshydratation qui quadrillent votre visage, etc.).

 

Le secret c'est de toujours se diriger vers la douceur, et de rejeter en bloc les produits qui assèchent, irritent et rende la peau abominable (comme ton nettoyant anti-impuretés-extra-vanish qui t'envoie du bubon depuis que tu l'utilises).

Du coup je suis perdue, comme quand j'ai acheté le nettoyant Liz Earle il y a quelques mois et que j'ai découvert un nouvel univers pour la première fois.
Ici encore, je tangue.

En gros !
Il s'agit de prendre une huile végétale (en général c'est l'huile de ricin mélangée à une autre huile qui reviennent souvent sur la planète Youtube, mais selon moi, une bonne grassouillette riche en acides gras suffira).

On masse son visage avec pendant une bonne minute jusqu'à ce que tout le maquillage soit bien dissout.

On prend un linge mouillé, on l'essore, puis on le pose sur son visage jusqu'à ce qu'il soit froid, afin de bien profiter de la chaleur jusqu'au bout pour ouvrir ses pores. 

On répète deux fois l'opération, et on essuie son visage avec le linge jusqu'à ne plus avoir de résidus sur le visage.

OCM-copie-1.jpg
Et comme tout est une question d'équilibre, il faudra savoir trouver la fréquence à laquelle ce type de nettoyage conviendra le mieux à votre visage, il est évident que 7 fois par semaine ne sera pas une fréquence moyenne qui sera idéale pour tout le monde.
Il est également possible de rencontrer un effet purge et une augmentation de la production de sébum du fait du délogement intense de toutes les impuretés accumulées dans votre peau (mais ce n'est qu'un phénomène temporaire, a priori, qui amènera ensuite l'épiderme à se stabiliser).

 

"This deep cleansing method should be done regularly, but not too frequently. You'll know if you're deep cleansing too frequently by the dryness that your skin will exhibit. Don't be surprised if you find you've unblocked an oil flow for the first few days. Once you remove the plugs from your pores, they will begin functioning properly again. Perfect skin won't happen overnight and while it should take a few massages to achieve your goal, you should notice a huge difference in your skin after the first deep cleansing massage." Source


L'avantage de cette méthode, je l'avais pressenti, c'est que l'huile est utile à nos petites bouilles assoiffées.


C'est julien qui l'explique au top dans sa vidéo, elle pénètre plus profond dans l'épiderme et permet de recimenter les espaces intercellulaires pour ainsi éviter que la peau ne se déshydrate trop vite.

Dans cette revue, une blogueuse évoque le fait que le léger film que laisse une huile sur le visage après le nettoyage façon OCM donne aux glandes sébacées l'impression qu'elles ont fourni assez de sébum pour protéger la peau, et donc elles en produisent moins.

Moins de sébum, c'est se sauver de l'acné, car sa bactérie s'y développe toujours gaiement, donc au final, ce serait peut-être bien une solution miracle pour pas mal d'entre vous.
http://www.lush.fr/image/cache/data/8765396240_9f9cf23729-360x360.jpg
Je trépigne comme une gazelle, j'ai envie d'essayer, mais j'attendrai d'avoir fini mon nettoyant Ultrasimple de Lush pour m'y mettre.
Ultrasimple que j'utilise maintenant comme dans la technique du nettoyage unique à l'huile : je masse mon visage avec une noisette de produit, j'ouvre mes pores avec un tissu imbibé d'eau chaude, et je masse ensuite mon visage avec ce même tissu pour enlever tous les résidus.
Puis hop, un coup d'eau de rose avec un coton et c'est tout.

Après ça, j'ose le dire, j'ai la peau douce, mais douce ! Et surtout l'hydratant devient superflu (certains soirs, j'applique quand même une crème, mais c'est surtout parce que j'adore le faire plus que par réel besoin)(trulululu fait le pingouin).

 

Conclusion

Je ne sais pas du tout ce que vaut cette méthode, mais j'étais déjà convaincue des bienfaits de l'huile comme démaquillant : il s'agit selon moi de la méthode la plus douce et la plus efficace qu'on puisse trouver pour bien se débarbouiller.
Les seuls inconvénients, c'est qu'il faut être méticuleux au moment du rinçage (avec un essuie fin, un tissu, un gant de toilette), et surtout, qu'il faut bien choisir une huile qui ne soit pas potentiellement comédogène et qui convienne à votre type de peau (NB : cette méthode de nettoyage peut convenir à tout le monde !).
 


Je vous laisse avec un article de Crunchy Betty Ô combien précieux sur les choses à faire ou ne pas faire avec la OCM.
Une vidéo d'une frenchie pour mes lecteurs qui rament en anglais.
Et une autre revue sur les erreurs communes quand on se lance dans ce genre d'aventure.

 

Je ne sais pas ce que ça vous inspire, mais moi ça m'enchante !
Des bisous les Caribous !
 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 15:35

Ce matin, troisième jour de migraine, un peu dans le gaz mais carrément pompette à cause de la fatigue, ma soeur me sort un article de sous sa manche et me dit "tu devrais lire ça, c'est pas joli joli ce qu'ils disent sur les blogueuses beauté".

Bon déjà, rectification du tir, moi je ne suis qu'une blogueuse "spécialisée" dans les soins de la peau, c'est ça mon créneau, mon dada, les actifs végétaux, l'épiderme en crise, la donzelle qui crie "pustule" sur le bord du trottoir.

Donc je me dis que j'aurai forcément du recul pour lire ce genre de compte-rendu blogosphérique.

Tu parles.
J'ai tout lu attentivement comme une bonne élève et l'article m'est resté en travers de la gorge.

 

Envie de faire dans le cynisme gratuit, ou dans la généralité abusive ? Je ne sais pas, mais ça a eu le don de me grimper sur le pompon.

 

Les sept vérités sur les blogueuses beauté selon Gaël

 Magazine féminin belge // Gaël Août 2013

gael1-copie-1.jpg

1. Elles ont de l'humour...(Enfin certaines)

Bon là, pas trop de faux-pas, ça parle de Mouchtique très drôle et de Psycho et ses phrases assassines. Forcément ça tranche avec l'univers beauté-cul-cul que tout le monde se fait de la blogosphère beauté. Ils auraient du parler de Melon & Torchon tiens, pour rester dans le ton.


2. Elles sont vernies ! Ah ça oui !
La charmante journaliste dit que, chez eux, parce qu'ils sont fichtrement bien informés, ça va parler nouvelles technologies qu'une marque a mis 20 ans à développer dans son laboratoire.
Mais que la pimbêche de blogueuse beauté, ça ne sait pas trop parler de ça, et donc du coup ça se vernit jusqu'au derrière (les fesses bariolées, c'est funky).
Alors, de un, soit on nous prend pour des prunes incapables de chercher (une revue de presse c'est bien, mais ça ne révèle rien sur la vraie nature d'un sérum, dont on cache les silicones derrière "l'innovation hydro-activo-cellulo-pas-trop-tôt qui t'envoie du rêve), soit on se dit que si la blogueuse elle ne cherche pas, et bien elle file fissa vers la salle de bains pour se badigeonner les nongles, la langue coincée entre les dents pour une concentration au top.
Rapport choucroute.


3. Des esprits libres...Faut voir !
Je ne sais pas si vous êtes blogueuse à "beaucoup de tout votre" plein temps, mais personnellement, mon site fait corps avec mon esprit. Ce qui fait que je suis toujours en totale découverte de ce qui m'entoure pour être au courant de ce qui se fait et ne rien laisser passer.
La liberté des blogueurs, c'est surtout leur écriture, ce qu'ils veulent dire, ce qu'ils s'autorisent à révéler à leurs lecteurs, ou pas d'ailleurs.

Quand j'ai décidé de commencer à tester des produits de marques, il est évident que s'il s'avère qu'une crème pour le visage ne tient pas ses promesses, ça ne sert à rien de lui lancer des fleurs dessus, parce que tu vas :

- perdre en crédibilité

- te rendre ridicule (et gratuitement en plus)

- passer pour une tarte pas cuite


Ceci étant dit, si une blogueuse se fait sponsoriser par une marque, j'ose espérer que c'est parce qu'elle lui fait confiance et qu'elle a pesé le pour et le contre.
Sûr que si je me fais payer par Charal pour parler d'un steack alors que je suis végétarienne, il va y avoir un ch'ti problème dans le potager.

gael2.jpg

 


4. Ce sont des As en marketing. Genre médailles d'or.

Ah bah, Gaël, t'es pas mal non plus. Démaquillages a son "question-réponse" sur la page d'en face et un rappel dans ce petit encart numéro quatre.
Un blog, au départ, c'est un lieu d'échange, alimenté par une personne qui souhaite rendre compte, comme dans un journal de bord, de ce qu'il a pu se passer au niveau personnel, politique, mondial, les envies ne manquent pas.
Une interview sur un blog et c'est une gommette ? Ne joue-t-on pas alors avec la limite qui sépare le journaliste du blogueur, qui lui peut souvent dire ce qu'il veut car il n'est pas lié par une contrainte financière, de hiérarchie ou d'éthique ?
Lorsque l'on fait de son site une source de revenu unique, la donne est tout de même différente, mais alors, autant tout arrêter, plutôt que de déblatérer des louanges sur une marque qui nous fait vomir.


5. Il arrive qu'elle écrivent pour ne rien dire.
Mon encart préféré, de loin. Parce que JE NE VOIS PAS LE RAPPORT entre un magazine qui ne sort pas le bon jour, mon chien qui pisse sur le pallier et moi qui en fait une photo pour faire rire les gens, et les articles écrits avec les pieds où les images sont tellement belles qu'elles nous font oublier que l'auteure ne s'est pas foulée pour écrire un texte de plus de trois mots.
Après, il y a testeuse et testeuse du dimanche, si on a pas l'intelligence de fermer une fenêtre où l'on a un compte-rendu plutôt mince sur le dernier hit en matière de make-up, c'est qu'on s'autorise à tomber dans le panneau.


6. Ce sont vos copines. Et les vraies alors ?

Encore une fois, dans quel monde vivez-vous ?

Depuis quand une blogueuse s'adresse à ses lecteurs comme à sa meilleure amie ? Qu'y a-t-il de mal à montrer ce qui traîne comme accessoires beauté dans le fond de notre sac ? (Tu sais bien, l'amas douteux et collant où se mêlent chewing-gum, brosse à cheveux et tampons).

 

L'idée même du blog, c'est de se vider la tête, de parler de ce qui nous passionne, nous dérange, nous fait envie, nous transporte. Alors si on veut faire de son site un journal "intime", why not ? Il y en a pas mal qui existent, sous forme de BD ou autre, et qui nous rapprochent souvent de ressentis qu'on a pu partager pendant la semaine, c'est aussi l'échange sur des évènement platement quotidiens qui permettent parfois d'avancer. Alors si on est plusieurs à se réunir sur un site internet, les barrières paraissent parfois moins hautes, on se confie plus facilement.

L'humain et le naturel, c'est le plus important.


7. Les blogueuses, c'est le futur. Pas si sûr.
Pourquoi cette comparaison systématique entre les blogs et les magazines ?

Ils ont souvent l'impression qu'on joue sur les mêmes terrains qu'eux, qu'on complète le monde des torchons féminins.

Que neni.

La force du blogueur, c'est qu'il pourra dire ce qu'il veut, il n'aura de comptes à rendre à personne. Il pourra émettre un avis négatif sur MAC, on ne lui renvoiera pas un pot de poudre libre à la face.
Les blogs sont pourtant bien souvent plus à jour que les magazines, plus à la pointe, plus précis, et ciblent souvent de vraies problématiques (mise en situation, budget réduit donc plus d'inventivité que lorsqu'on fait partie d'une rédaction).
Je ne suis donc pas du tout d'accord avec le fait "qu'un magazine permet un traitement plus approfondi de l'info". En tout cas pas les magazines que je connais, et qui à l'heure actuelle sont souvent :

- en retard sur les tendances beauté

- à la ramasse parce que même si la régie publicitaire est séparée de l'espace rédactionnel, il reste qu'on voit encore de trop les placements produits dans des phrases glissées par-ci par-là.
- trop peu intéressés par les innovations à l'international, les tutos de youtubeurs archi-connus, etc.

 

La dernière phrase mérite une ola, un super shooting réalisé par des artistes de la photo ne fait pas tout. C'est comme un mannequin magnifique qu'on aura habillé avec une robe de soie, elle aura beau être belle, mais si elle n'a pas de charme où est l'envie ?

 

En bref

On apprécie le "c'est quoi un bon tuto ?" avec une réponse qui n'en est pas une (et une petite promo en outre).
Et je passerai sur la mise en avant de Garance Doré et de Babillages, qui sont, certes, des sites très bien lissés et accessibles, mais la blogosphère a plus de contours que ces éternels "gourous" qui restent souvent sur les mêmes routes (et me barbent).

gael3.jpg

 

Conclusion

Je pense que, de plus en plus, et face à l'ampleur du phénomène que consituent les blogs en général, les responsables de magazines ont souvent tendance à banaliser tout ce qui se fait sur internet pour donner un avis hautain et tranchant sans prendre la peine de creuser trop profond.

Auraient-ils peur qu'on prennent leur place ?

Je déplore le fait qu'il persiste encore trop de condescendance envers les blogueurs beautés, à ce jour.

Certes, il existe des sites qui ne méritent même pas d'être et qui pourtant, grâce à leur contenu tellement succinct qu'il en devient inutile, arrivent à se placer dans le peloton de tête en terme de popularité.
Mais il faut faire le tri, savoir se renseigner, et puis apprécier les vraies belles découvertes, ces autodidactes qui sont devenues des artistes, ces passions qui donnent de la couleur à la blogosphère, ces accès de folie qui font voler les pigments.
La beauté ce n'est pas qu'une affaire de superficialité, mais aussi de redonner confiance, de se prendre pour quelqu'un d'autre, d'innover dans des matières qui donnent envie de se faire belle et de s'aimer.

On ne peut pas plaire à tout le monde, mais qu'on ne vienne pas me faire croire A MOI que les blogs beauté sont tenus par des idiotes, j'ai une liste longue comme ça de fifilles au talent grand comme le ciel.

 

Non mais.

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 14:16

SR1-copie-1.jpg

 

Je ne vais pas vous faire un schéma, on a toutes nos petits écarts et souvent ils agissent de manière incroyable sur la peau.
La petite contrariété de ne pas avoir atteint la banque avant qu'elle ne ferme, et PAF, une pustule.

Avoir pris un avocat à a place d'une aubergine au supermarché, et PIF, un teint brouillé.
Avoir passé une nuit blanche à dessiner des coeurs sur le mur, ET POUF, vive les rougeurs.

En gros, le mélange de tout ce qui fait de la vie d'une femme une épopée remplie de stress et de courage fait que, parfois, la princesse ressemble plus à la sorcière qu'à la donzelle qui a pu dormir 100 ans sans qu'on la dérange.

Donc quand Kiehl's a présenté ce produit, j'étais carrément emballée, mais aussi sceptique quant à son action.

Finalement ce qui permet de détendre, pallier à un teint brouillé et de revenir à une sorte de fraîcheur épidermique, ce sont plutôt le sommeil réparateur et l'hydratation ultime d'une crème.

Alors il a quoi de plus ce skin rescuer ?


SR2-copie-1.jpg


Le packaging

 

Ultra fan.
S'il y a bien une chose que j'adore chez cette marque, c'est leur tube/flacon/typographie, ça donne envie de leur faire confiance et surtout c'est toujours plus ou moins pratique.
Ici c'est un flacon pompe très agréable (oui, il est DOUX quand on presse l'embout pour avoir du produit) et le blanc et le vert donnent envie d'un cornet citron-pistache.

 

La composition

AQUA/WATER - GLYCERIN - SQUALANE - PROPANEDIOL - UNDECANE - CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE - BUTYROSPERMUM PARKII BUTTER/SHEA BUTTER - TRIDECANE - PEG-100 STEREATE - GLYCERYL STEARATE - MANNOSE - LAUROYL LYSINE - CETYL ALCOHOL - PROPYENE GLYCOL - PHENOXYETHANOL - AMMONIUM POLYACRYLDIMETHYLTAURAMIDE/AMMONIUM POLYACRYLOYLDIMETHYL TAURATE - TRIETHANOLAMINE - CARBOMER - TOCOPHEROL - P-ANISIC ACID - ECTOIN - CENTELLA ASIATICA EXTRACT - XANTHAN GUM - CETEARETH-25 - ACETYL DIPEPTIDE-1 CETYL ESTER - ROSA GALLICA EXTRAC/ROSA GALLICA FLOWER EXTRACT - HYDROXYPALMITOYL SPHINGANINE - CERAMIDE NP - BEHENIC ACID - CHOLESTEROL - CERAMIDE NS - CHAMOMILLA RECUITA EXTRACT/MATRICARIA FLOWER EXTRACT - CERAMIDE AP - CERAMIDE EOP - CERAMIDE EOS - CAPROOYL PHYTOSPHINGOSINE - CAPROOYL SPHINGOSINE - CITRIC ACID - SODIUM HYDROXIDE FMLA 68560718 F.I.L. CODE D55612/1

 

La promesse de la marque


Notre formule légère diminue l'apparence des signes du stress comme la fatigue de la peau et la rougeur causée par la peau sèche, tout en renforçant la barrière cutanée au fil du temps pour la rendre moins susceptible aux effets du stress quotidien. Ce soin hydratant, contenant un extrait botanique de rosier de France et du mannose, aide à minimiser la réponse visible au stress de la peau tout en protégeant et en renforçant la barrière cutanée; avec de la camomille, la formule procure un confort instantané. Notre hydratant quotidien unique améliore la résistance de la peau et procure une hydratation durable pour une peau d'apparence saine, fraîche et revitalisée."


sr3.jpg
 

(Faudrait qu'ils engagent quelqu'un pour la description du produit, parce que même mon chien écrit mieux que ça)

Donc, on vous promet un soin qui calme la peau en lui évitant ainsi les rougeurs au quotidien, ce qui en soi est valable vu que la camomille est connue pour apaiser la peau et diminuer les inflammations. Mais étant donné sa place dans la composition, il ne faut pas vous attendre à des miracles. 

Pareil pour l'extrait de rosa gallica, qui, selon la marque, a été introduit pour "rompre le cycle du stress et minimiser la réponse inflammatoire".

Bon point en haut de liste, c'est du squalane végétal qui a été utilisé dans cette formulation (et non celui issu de requins, qui lui est mis en cause pour le moment) et ses bienfaits sont nombreux : un peu comme les silicones, mais sans l'effet occlusif, il permet d'apporter de l'hydratation à la peau, de la régénerer et offre un toucher soyeux.

 

Il y a aussi du beurre de karité, une valeur sûre en soin de la peau pour éviter la déshydratation avancée et se la jouer cocoon avec une nutrition de l'épiderme au top.

Le mannose, autre ingrédient mis en avant, est présent pour stimuler la peau, et lui permettre de se renforcer contre les agressions extérieures et donc d'être moins réactive. 


Le produit

 

Ce qui m'a dérangée dans un premier temps, c'est l'absence totale de parfum, je m'attendais à une odeur de lavande, quelque chose de relaxant et floral, mais rien ne faisait rêver de ce côté-là.
Je suppose que Kiehl's a voulu se la jouer basique clean et simple mais une senteur cosy aurait apporté un vrai plus.

SR4.jpg

Il suffit d'une pompe pour hydrater tout le visage, ce qui en fait une crème très économique (on a quand même droit à 75ml de produit, c'est plutôt rare !)

Elle ne colle pas après application, et se fond très bien dans la peau.

Au fur et à mesure des jours, j'ai surtout observé que ma peau était TRES hydratée, un peu comme quand j'utilisais la crème Nominoë, j'avais un effet splash sur mon visage mais sans lésiner sur l'apport de gras (l'équilibre parfait en somme).

Du coup l'hydratation est vraiment maintenue pendant toute la journée et je ne brille pas avec.

Ceci dit, en période de pleine chaleur, je ne l'applique pas car elle devient alors trop lourde pour moi mais c'est une crème parfaite pour les moments où il fait plus doux.

Concernant son effet sur les signes de stress cutané, je dirai qu'effectivement sur les rougeurs, elle apporte un vrai plus (j'en ai souvent en haut des joues et sur le contour de ma bouche, donc au menton et sous le nez). A ce niveau-là, je n'ai rien à redire.

Sur l'aspect teint brouillé par la contrariété, j'ai surtout constaté que ma peau paraissait plus détendue mais j'attribue ce bon point à l'extrême hydratation que procure le skin rescuer.

 

Ma conclusion

 

La marque recommandait une application biquotidienne du produit, mais surtout de le faire sur une assez longue durée (pas seulement quelques jours) pour que la peau puisse se renforcer lentement mais sûrement.


SR.jpg

 

Après presque deux mois d'utilisation, je peux définitivement dire que ce produit n'a pas sauvé ma peau du stress, mais il est quand même très efficace pour hydrater la peau sur la longue durée sans lui imposer un film occlusif qui donne parfois un aspect luisant à la peau.

La mienne est mixte et déshydratée à la base et je n'ai pas fait de réaction due à l'application de cette crème : je n'ai pas eu de boutons à cause d'elle, mes pores étaient toujours aussi resserrés, et aucuns points noirs n'ont colonisé mon scalp.

Le skin rescuer est vendu comme un soin que l'on peut appliquer avant une autre crème si on a plutôt une peau sèche qui a besoin d'un surplus de nutrition, mais il s'agit là de faire sa popotte maison et de voir si seul il vous convient ou pas. Personnellement, c'est l'unique hydratant que je mets, je ne me tartine même pas de sérum dessous.
Tous les types de peau peuvent l'utiliser sans risque, a priori, l'hydratation continue concerne tout le monde !

 

En tout cas, il est clair que ce produit est aussi un petit miracle dans ma salle de bains, car finalement, ce que je recherche à chaque fois intensément, c'est ce rendu "framboise dodue" qu'ont mes joues quand elles sont gorgées d'eau.

Il manque juste une odeur à tomber pour que le skin rescuer batte de peu le philtre de beauté de Nominoë, c'est dire (même si ce dernier a un rendu plus gras qui me convient mieux pendant l'hiver).

 

Mais si on s'en tient au discours de la marque, qui nous fait croire à un produit qui réduit les signes du stress, est-ce que finalement, le fait de s'appliquer un soin doudou qui nous procure du plaisir ne nous rend pas plus "gentille" et donc moins...tendue ?

A voir.

Des bisous les Caribous ! 

  En boutique Kiehl's ou sur le site internet
35 euros les 75ml

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Skin care
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 19:18

Ah, le rêve de la crinière de donzelle qui s'y croit, balayer l'air avec ses cheveux d'un revers de menton, murmurer "parce que je le vaux bien".

loreal.jpg
Dans la vraie vie, on se prend une mèche dans la bouche, on s'emmêle les cheveux, rien de bien sexy tu vois, on ressemble à un sapin de fin d'année avec des guirlandes trop funky pour le papa nowel.
Ce qui me préoccupait depuis un certain moment, ce n'était pas mon manque de classe avec mon déhanché du cou, mais ma perte de cheveux un peu conséquente et la gratouille du crâne.

J'ai fait pas mal de trucs ces derniers temps pour essayer de ne pas martyriser mon capillaire : rinçage à l'eau froide, après-shampooing bio au miel et à l'amande douce, bain d'huile de monoï sur les longueurs, prise d'un complément alimentaire pour stopper la chute des cheveux.

Ce sont de petites choses, mais faites régulièrement ça change déjà pas mal le quotidien d'une touffe.

Puis je me suis mise à l'ortie (de manière nonchalante et directe).

J'étais tombée sur la poudre d'ortie en balayant le site d'aromazone de long en large, et comme un raccourci naturel, j'ai foncé dans un magasin bio de Bruxelles, et j'ai acheté 300 grammes d'ortie piquante comme si j'achetais des Corn Flakes, classique.


ortie2.jpg

L'ortie, et ses variantes

Il faut savoir que l'ortie, c'est pas une famille à enfant unique : il y a pas mal de variétés.

 

Celles qu'ont rencontre le plus communément sont la grande ortie (Urtica Dioica) et la petite ortie ou ortie piquante (Urtica Urens).
La première se reconnaît par ses feuilles bien sombres et velues qui sont assez longues, alors que la deuxième a plutôt les feuilles ovales et petites.

Des bienfaits de l'ortie en général

Bon, au début, personne ne voulait en entendre parler, de l'ortiquette, parce qu'elle pique comme une traître, et que ça ravit pas les gens de se battre contre un végétal.

Pourtant, c'est une plante utilisée depuis très longtemps pour soigner toutes sortes de maux, et quand on sait que ce petit trésor  peut se trouver dans le jardin, à portée de main (gantée), ça donne envie de s'y intéresser.

Les bienfaits généraux :

- très reminéralisante

- apaisante

- source de vitamines

- efficace sur l'acné, l'eczema,

- contre la chute de cheveux et les pellicules, comme traitement de repousse

- action diurétique, dépurative et également sur les règles (qu'elle régularise)

- effet apaisant sur les articulations douloureuses

- stimulant digestif

- renforcement du système immunitaire (en prise interne)


Donc voilà, avec une plante qu'on pensait inutile, il y a de quoi se revigorer le corps de la tête aux pieds.
[NB : la poudre d'ortie, ou les feuilles séchées d'ortie ne piquent pas, donc pas de panique !]

 

Les deux reuchettes pour mes cheveux

 

Quand ma peau va plus ou moins bien, comme une personne qui a perdu de quoi s'amuser un peu, je me trouve un nouveau hochet : lutter contre la chute et les irritations.

La première reuchette :

ortie4.jpg
- prendre 2-3 cuillers à soupe de poudre d'ortie piquante et la même quantité de poudre de shikakai/ ou juste de la poudre d'ortie (c'est juste que je trouve que les deux poudres se marient à merveille!)

 

- on mêle le tout à de l'eau dans un grand verre de 200ml (comme pour ma version de shikakai très dilué) 

 

- sous la douche, je verse la mixture au fur et à mesure sur mes cheveux, tout en massant mon cuir entre chaque versement

 

- je laisse poser entre 3 et 5 minutes tout en continuant de masser

- je rince tous les résidus que je peux, j'enchaîne sur un ou deux shampooing doux sans agents agressifs, pour bien tout enlever (Si vous utilisez de l'après-shampooing en temps normal, vous pouvez également enchaîner là-dessus)

 

- puis je rince le tout et je finis par une douche de la touffe à l'eau froide

L'avantage de cette recette, c'est qu'elle peut faire profiter des bienfaits d'une autre poudre, et comme j'ai toujours été addict au shikakai, ça m'allait très bien.
C'est fastidieux de rincer ses cheveux, donc je déconseille ce masque aux personnes qui ont une chevelure péniblement longue et pas spécialement lisse.
Vous pouvez aussi mêler la poudre d'ortie à votre après-shampooing, ce sera d'autant plus facile pour ôter les résidus.


La deuxième reuchette :


ortie3.jpg
- On fait une infusion de feuilles/poudre d'ortie avec une à deux poignées pour environ 300ml d'eau qu'on laisse poser pendant 15 à 20 minutes avant de filtrer

 

- on utilise l'infusion comme eau de rinçage une fois qu'elle a tièdi ou refroidi


Plus pratique que la version avec la poudre, on ne risque pas d'avoir affaire à des particules qui nous volent joyeusement dans les yeux.

Et surtout, l'eau de rinçage ça permet de finir sur un vrai soin qui reste sur les cheveux, contrairement à l'eau calcaire qui peut abîmer la fibre capillaire tout en retirant, au final, tous les bienfaits du dernier soin qu'on avait appliqué dans ses cheveux (en admettant que vous utilisiez des produits avec de vrais actifs dedans, et pas les shampooings trop comiques de chez l'Oréal)

 

Cette deuxième recette, je pense qu'il s'agit plus d'un soin d'appoint, contrairement au masque qui agit vraiment directement sur le cuir chevelu, et de manière très efficace, donc très utile quand on a une crise et qu'il faut calmer les irritations fissa.

Ceci dit, rien ne vous empêche de vous faire des soirées ortie dans la casbah, en embarquant le mixeur et le bec à gaz dans la salle de bain pour faire votre super combo masque + eau de rinçage.

Sachez juste que ce sont des recettes instantanées, je n'y connais rien en dosages pour conserver tout ça, de toute façon, j'aime bien ce moment où je prépare ce qui fera du bien à mes cheveux.

Mais au cas où ça vous intéresse, regardez du côté du cosgard, c'est le conservateur le plus utilisé pour les formules aqueuses.

Conclusion

J'ai plus de recul sur le masque que sur l'eau de rinçage, mais clairement, je vois la différence quand je décide de faire ma tambouille ou pas.

L'effet est plutôt spectaculaire sur mon cuir chevelu, parce qu'il réduit la sensation d'irritation que j'ai sur mon crâne dans un premier temps (je crains qu'il s'agisse de posiaris léger ou de dermite, mais qui ne "s'active" qu'en cas de stress, de chaleur, de changement soudain de conditions). Je vois également directement la conséquence sur mes pellicules : elles sont ZI-GOU-YEAH (zigouillées quoi).

 

475119_569175926455500_1400187583_o.jpg

 

Les cheveux sont plus "consistants", doux, mais également plus légers (bonjour le paradoxe), ce qui m'a permis d'espacer les shampooings.
Par contre on gagne énormément en volume (et en boucles !!), donc même si c'est à priori plutôt un soin réservé aux cheveux qui ont besoin d'une petite cure détox, il se pourrait que les gens qui ont envie d'une touffe de compète puissent être intéressé par la chose qui pique.

Et concernant la perte, he bien, j'en perd sûrement moins que la moyenne des gens, alors qu'avant de commencer ces masques, c'était plutôt alarmant.

Il est clair que si vous vous engagez à faire ce genre de soin capillaire, il faut également que vous ayez une logique dans la routine qui le précède.
On ne cuit pas un steak sur une poêle retournée.


Aussi, bien qu'a priori l'ortie soit une plante bénéfique, si vous avez de sérieux problèmes sur le crâne, c'est d'abord le dermato qu'il est plutôt conseillé de tenter.
Au cas où.

Les petits liens utiles
Je vous conseille le bouquin "vertus et secrets de l'ortie" qui m'en a appris pas mal sur la bêbête (puis surtout, il y a plein de recettes, pour la maison, le jardin, prendre soin de soi à l'extérieur comme à l'intérieur, le top).

L'article de Pauline sur le rinçage au vinaigre qui en apprend pas mal sur le PH du cuir chevelu et pourquoi certaines personnes se plaignent de l'état pelliculaire de leurs cheveux alors qu'elles utilisent des shampooing pro-parmesan.

 

J'espère que ça vous a plu en tout cas,

J'ai bien envie de vous parler des eaux de rinçage moi maintenant !
Des Bisous Les Caribous !

L'ortie déjà séchée peut se trouver en herboristerie

et magasin bio / environ 3 euros les 300 grammes

 


Repost 0
Published by rosecocoon - dans Cheveux
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 10:51

Je vous l'ai dit, non ?

Cette année, j'évite le soleil autant que possible.

Je suis sortie courir une seule fois vers 16h il y a une semaine, et le lendemain j'avais déjà un début de lucite estivale malgré ma protection solaire.

Je suis bénie.

 

Du coup, qui dit "j'évite le méchant rond jaune" dit "je ne bronzerai pas", engendrant ainsi mon style tout particulier de l'été à savoir : être aussi blanche qu'un cachet.

 

Je n'ai pas de problème avec ma blancheur, en théorie. Je n'essaye pas d'aller contre la nature ni de m'obliger à m'exposer, puisque de toute façon à chaque fois je fais face à un échec cuisant.

Mais parfois, j'aimerais quand même avoir bonne mine.

 

cau1.jpg

 

Quand Caudalie m'a envoyé Jambes Divines, j'ai un peu tilté.

C'est vrai que je fais sûrement partie de la zone cible de la marque pour ce genre de produit : je n'aime pas les auto-bronzant classiques, j'ai la peau très blanche, donc je ne veux pas finir orange, j'ai la peau sèche donc il faut quelque chose qui ne laisse pas de marque.

Et surtout qui aille vite parce que je suis une jeune fille en pleine santé (hum) et active (humhum).

 

Ca devait être le challenge de la semaine, essayer de démonter le produit jusqu'à en dire du mal, mais en fait non.

Jambes divines c'est vraiment un bon compromis pour les filles fan de l'effet glowy-bronze qui ne veulent pas s'engager dans un auto-bronzant.

Le packaging

cau1.5.jpg

 

Hahaha, je crois que, de tous ceux que j'ai pu avoir entre les mains, celui-ci n'est pas du tout adapté aux filles maladroites. Il suffit que vous ayez la mimine un peu glissante en appuyant sur la pompe et le flacon glissera pour aller se fracasser sur les dalles blanches de votre intérieur.

 

Ah quelle horreur.

Tout ça pour dire que dans le genre léger et safe, ils auraient pu penser aux filles qui ont deux mains gauches.

(Mais on me répondra qu'on ne peux pas contenter tout le monde non plus, et que la population moyenne est censée être plutôt habile de ses mains)

 

Bon pour être honnête, le fait qu'on voit le produit (de plus, agréable à l'oeil), ça permet de se faire une idée de ce qui reste dans le tube. Et puis, c'est plutôt sympa à réutiliser après pour mettre de l'eau micellaire ou autre, le flacon est vraiment classe.

La composition

Dedans, il y a plus de 92.8% d'ingrédients naturels.
Il y a de la chicorée (qui donne cette teinte brune), de l'huile de raisin, de colza, mais aussi de l'extrait de caroubier, censé préparer-activer-prolonger le bronzage.
Ceci étant dit, je ne le trouve pas dans la composition (si quelqu'un peut m'aider ??)


INGREDIENTS : AQUA (WATER), CICHORIUM INTYBUS (CHICORY) ROOT EXTRACT*, CARAMEL*, GLYCERIN*, VITIS VINIFERA (GRAPE) SEED OIL*, METHYLPROPANEDIOL, COCO-CAPRYLATE*, ISOSTEARYL ISOSTEARATE*, PARFUM (FRAGRANCE), ARACHIDYL ALCOHOL*, MYRISTYL ALCOHOL*, POLYACRYLATE CROSSPOLYMER-6, GLYCERYL CAPRYLATE*, BEHENYL ALCOHOL*, MICA, CAPRYLYL GLYCOL, HEXYLDECANOL*, HEXYLDECYL LAURATE*, MYRISTYL GLUCOSIDE*, ARACHIDYL GLUCOSIDE*, PENTYLENE GLYCOL, BUTYLENE GLYCOL, CI 77491 (IRON OXIDES), TOCOPHERYL ACETATE*, XANTHAN GUM, INOSITOL*, CI 77499 (IRON OXIDES), PHENYLPROPANOL, SODIUM HYDROXIDE, CARBOMER, SODIUM PHYTATE*, GYMNEMA SYLVESTRE LEAF EXTRACT*, LACTIC ACID, SODIUM LACTATE, SERINE, SORBITOL*, CI 77891 (TITANIUM DIOXIDE), UREA, SODIUM CHLORIDE, ALLANTOIN*, ALPHA-ISOMETHYL IONONE, BENZYL SALICYLATE, LINALOOL, HYDROXYCITRONELLAL, BUTYLPHENYL METHYLPROPIONAL, LIMONENE, CITRONELLOL, GERANIOL (133/018) * Plant

L'application

La partie la plus drôle c'est l'application, quand tu commences à étaler la chose sur tes gambettes toutes blanches et que tu te demandes très sérieusement si tu ne vas pas finir couleur carotte malade.

 

cautest.jpg

 

Le fluide s'étale très bien, mais sans pénétrer trop vite, pour nous laisser le temps de bien travailler la matière.
Au fur et à mesure, ça se fond sur la peau et la laisse légèrement hâlée.

 

Une fois que vous avez terminé, le parfum de Jambes Divines se fait quand même fichtrement fort sentir : un mélange de vanille, musc et rose.
Il s'estompe après une bonne heure, mais sur le moment, je n'ai pas trouvé ça du tout à mon goût (je préfère les senteurs de plantes/florales plutôt que les parfums lourds et cossus).

Et alors, ça donne quoi ?

Et bien ça donne très bien et pas trop flash !
J'avais pris une douche avant et je n'avais pas appliqué de crème hydratante pour vraiment juger de ses capacités à "hydrater, lisser et satiner les jambes".

 

cau3.jpg

(A gauche sans, à droite avec)

test2.jpg


Le rendu est très naturel et me donne enfin envie de montrer mes cuisseaux sans avoir l'impression de réfléchir tous les rayons solaires tellement je suis blanche de nature.


J'ai laissé le produit une journée et demie sur mes jambes, et il n'y a pas eu de transfert de couleur sur les draps.
Par contre, il y a des paillettes qui ont commencé à migrer vers mes mains (bah oui, à force de me toucher les jambes, j'ai fini par me couvrir le corps de mini-glitters), ce qui m'a un peu dérangée.
En soi, elles sont là pour permettre une plus grande luminosité de la peau grâce à leur très petit diamètre, mais, même si j'adore briller, c'est un détail qui m'a chiffonnée.

 

Au niveau du rinçage, ça part avec de l'eau et un peu de savon, donc pas de panique si vous faites une erreur en l'appliquant (très peu probable d'arriver), vous pourrez toujours recommencer dans la foulée.


Un petit conseil : comme c'est un produit qui s'élimine à l'eau, évitez peut-être les beach parties, ou les soirées trop proches de la piscine, ça risquerait d'enlever votre hâle caudalien.

 

Conclusion !
jambesj.jpg

C'est un produit digne de Caudalie, qui rend les filles belles jusqu'au bout des pieds.
 

Je n'ai pas aimé l'odeur trop forte pour moi, et la lourdeur du flacon. Je cherche aussi encore le fameux extrait de Caroubier dans la composition, je ne le vois pas !
J'ai bien aimé le rendu naturel et la facilité d'application, en une minute, tout est fait.

 

Si vous êtes comme moi, un peu pâlotte, ou juste à la recherche d'un soin léger qui tienne la route pour des occasions où l'on veut se sublimer la peau, c'est un produit qui vous conviendra.
Mais par pitié, sentez-le avant de l'acheter.

 

Des bisous les Caribous !
Environ 24.50 euros les 100ml 

en pharmacies et parapharmacies

 

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Beauté
commenter cet article

 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie