2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 13:08

hey.jpgQuand j'étais petite, dans la cour d'école, a commencé à se développer la mode des yoyos.

Un gosse est arrivé un matin avec un engin tout rond qui filait du sol à sa main, de sa main au sol, tendu sur un fil qui le guidait dans sa course et l'envoyait valser en l'air.

On était déjà passés par les Tamagotchis et les Furbys, des jouets assez évolués pour l'époque, mais nous prenait alors l'envie de retourner à nos basiques, à des jeux qui avaient déjà fait leur preuve auprès d'autres générations de gamins.
Ainsi, en une semaine, nous nous étions tous retrouvés avec des yoyos au bout des doigts et ça nous rendait heureux comme des rois.

Le bonheur ça se cache un peu partout, dans le trou à l'intérieur d'une poche duquel on extrait un billet oublié, moi mes petits bonheurs se comptaient par milliers à ce moment-là et étaient empreints de simplicité.

J'allais à la chasse aux escargots dans le fin fond de la France, je mangeais des pizzas généreuses en Sardaigne au bord de la mer, je savourais l'odeur de l'herbe après la pluie, celle du gazon fraîchement coupé, je touchais les vêtements les plus doux d'un magasin, je marchais sur une dalle sur deux dans la rue.

Les moments de plaisirs changent avec les années, ça mature, ça prend une dimension plus sérieuse.
Maintenant que je suis jeune adulte, j'arrête de jouer avec le rouleau de papier toilette dans les WC, je n'aspire plus mes pâtes sauce tomate pour m'en mettre partout en public, je ne retiens plus les blagues, j'ai des soucis et des envies non réalisables.

D'où la petite frustration.

Je regarde l'enfant dans le tram qui mange un paquet de bonbons grand comme ça, sans se faire engueuler par une balance imaginaire, je râle parce que j'ai une trace de bic sur les mains alors que quand j'étais môme, je peinturlurais ma paume avec un magicolor noir sans que cela me pose un problème esthétique quelconque (puis, plus c'était moche plus c'était drôle).

J'éprouvais un plaisir indescriptible à construire une cachette dans les bois à douze ans, à rester sous la couette pour écouter Fun radio tard le soir, je cherchais des recettes pour devenir une sorcière et cela m'électrisait, convaincue que j'étais de pouvoir passer dans un autre monde grâce à un miroir bien orienté.

Alors, parfois, quand je me retrouve devant un donut bien gonflé de crème, je me fais une folie et brave l'interdit de la bienséance, je mord dedans et souffle avec mon nez pour faire voler le sucre glace.
Et toute prise dans mon nuage blanc, j'imagine la licorne qui m'attend pour me ramener chez moi, décorée de bouclettes rose et bleues et pimpante comme une Ferrari toute neuve.

Y a pas de mal à être grand, tant qu'on rêve encore un peu.

En tout cas moi, c'est ce qui fait mon bonheur.


Partager cet article

Repost 0
Published by rosecocoon - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

julieinwonderland 11/05/2013 14:46

oulala, que ça me parle tout ça!!! moi mon âme d'enfant j'essaie de la garder, tu as bien raison de t'y acrocher Mona. c'est très précieux à mes yeux aussi. ma mère m’appelle conte de fee tellement
je vie sur un nuage! pourtant, j'ai 28 ans, je suis mariée, maman d'une magnifique petite fille de 14mois et chef d'entreprise... alors j'ai besoin de garder cette part d'enfance pour me faire
relativiser les réalités de la vie. Ton article m'a beaucoup touché! J'ai moi aussi mon "sucre glace de donut" on va dire, je chante les chansons des petits poneys et des petits malins à ma fille
pour me rapeler mon enfance, j'imite le cris des animaux avec elle au zoo en me moquant du regard des adultes trop adultes et sages à mon gout. je danse avec elle en faisant n'importe quoi et en
changeant les paroles par des bétises, quand je lui met du talc sur les fesses je cris "poussière de féééééééeeessss" et ça nous fait rire! je lui dit que son doudou est magique et qu'il la protège
quand je ne suis pas là et je fais semblant que ces peluches me parlent. J'adore ça en fait, tout ce qui me rappele à travers elle que moi aussi j'ai été enfant et que c'était le pied total de
faire des bétises et de sauter dans les flaques, se gonfler les joues avec des chamalows, regarder quel âge on a sous le verre à la cantine, se prendre pour une sorcière des soeurs halliwel....
Merci Mona pour ton article, ça m'a mise en joie!! comme toujours ta façon d'écrire est magique, tu es une licorne!!!!!

rosecocoon 17/05/2013 18:14



ça me fait plaisir que mon article t'ai touchée

Un thé sous les nuages 06/05/2013 11:36

J'adore !! Très bel article. Tu fais remonter plein de souvenirs d'enfance !! merci

rosecocoon 06/05/2013 22:59



de rien ♥



BCASS 05/05/2013 23:09

Hey je viens de découvrir ton blog, je vais d'ailleurs m'empresser de le continuer!
Ton article m'a fort touchée, et même inspirée pour en écrire un, si jamais le coeur t'en dis, tu peux aller y jeter un oeil (voir même les deux, au choix! )

rosecocoon 06/05/2013 22:52



bienvenue sur le blog !
je vais aller jeter un coup d'oeil, chouette que ça t'ai inspirée :)



mllelobster 05/05/2013 19:08

Oh oui, tu racontes drôlement bien l'enfance! Elle ne disparait jamais vraiment, on l'a toujours au fond de nos poches!

rosecocoon 06/05/2013 22:52



au fond de nos poches, oui oui :)



Chag 05/05/2013 11:47

Chouette blog, et chouette article ! Il y a du Prévert dans tout ça, et aussi du Kinder Surprise à monter tout seul.

Je suis un peu plus vieille que toi, mais je me retrouve totalement dans ton billet. Je n'ai jamais quitté le monde pailleté de l'enfance, et je suis même devenue instit'. Mes amis et moi sommes de
vrais "adulescents", on est de vrais gosses qui gérons les responsabilités d'adulte avec un certain détachement. On s'extasie encore sur les petites choses, on fête nos anniversaires avec des
gâteaux en forme de princesse ou de Super Héros.

J'ai deux enfants, et je crois que pour eux, c'est une grande chance d'avoir une maman qui se souvient encore du bonheur que c'est de sauter dans les flaques, de manger la Chantilly à même le
pschitt, de faire des cabanes avec les chaises du salon et toutes les couettes de la maison. Hier, il faisait beau. Avec mon fils, on est allés s'acheter des pistolets à eau, et on a fait une
bataille. Au bout de dix minutes, on était trempes comme des grenouilles et hilares, sous les yeux médusés des voisins.

Ne perdez jamais votre âme d'enfant, elle ne vous empêchera jamais d'être un adulte pour de vrai.

rosecocoon 06/05/2013 22:51



Ma mère est un peu comme toi, je pense que c'est aussi ça qui cultive chez les enfants cette envie de toujours garder un bout dansant de l'enfant qu'on était.

merci pour ton commentaire :)



 blogawards 2014 winner transparant

reseaucontact.jpgpresentation.jpg

  

 

 Pour toute question, envoyez-moi un mail

[Info : les photos qui ne m'appartiennent pas ont un lien. Il vous suffit de cliquer dessus pour arriver sur la page source]

 

 

 

Image Map
 

 

 
 

listeblog.jpg

annuaire.jpg

  categories.jpg

Image Map
 

adresses.jpg

listesmagas.jpg

blogroll.jpg

blogroll-copie-1.jpg

 

jaime.jpg

 

nominoe.jpg

kiehls.jpg  

avene2.jpg

  mc2b.jpg

caudalie